• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Culture > Robin Renucci, comédien citoyen

Robin Renucci, comédien citoyen

Sous l’égide de Robin Renucci, « Les Rencontres Internationales de Théâtre en Corse » proposent depuis 12 ans à des comédiens français et étrangers, professionnels ou amateurs, de présenter à un large public les pièces qu’ils ont étudiées en commun. Cette année encore, ils joueront du 08 au 14 août leurs spectacles en plein air, dans le décor naturel des communes de Mausoleo, Pioggiola, Olmi Cappella et Vallica.

Robin Renucci est l'instigateur des Rencontres internationales de théâtre en Corse (crédit photo David Raynal)
 
Perchée par endroits à plus de 1100 mètres d’altitude, la vallée du Giussani est aussi connue pour la clémence enfiévrée de ses nuits d’été que pour la poésie enneigée de ses journées d’hiver. C’est ici, dans ce décor idyllique, farouche et inviolé, que l’enfant du pays Robin Renucci, a choisi d’organiser depuis maintenant douze ans les Rencontres Internationales de Théâtre en Corse. Tout a commencé par la création d’une association, l’Aria (Association des Rencontres Internationales Artistiques), qui signifie « l’air que l’on respire » mais également par extension l’Aghja « l’aire de battage du blé » en langue corse. Le principe de ce projet est de mêler dans la création théâtrale, des professionnels et des amateurs venus de tous horizons et de tous pays, des enseignants et des animateurs culturels, pour aller à la rencontre d’un public partenaire en lui offrant une vingtaine de spectacles créés sur place. Aujourd’hui l’utopie est devenue réalité. Depuis leur création, les Rencontres ont accueilli plus de 1000 participants, monté 200 spectacles, donné 550 représentations devant près de 100 000 spectateurs. Pendant plus d’un mois, la commune d’Olmi Cappella accueille des stagiaires venus de Corse, de France et du monde entier, participant activement à la redynamisation d’une micro région en danger de désertification. « Nous avons transformé tous les handicaps en atouts. Les maisons qui n’étaient pas habitées sont devenues des gîtes ruraux. L’école a triplé son nombre d’élèves. Un atelier de socialisation a vu le jour ainsi qu’un office de tourisme. Quatre emplois permanents ont été créés au bureau ainsi que 3 emplois aux cuisines. Le vide a crée l’appel, et le cadre associatif nous a permis de passer des propos aux actes » rappelle le comédien avec enthousiasme.
 
Education populaire
 
Hébergés dans les vastes salles du collège Battaglini, les apprentis-comédiens sont encadrés par une vingtaine de professionnels parmi lesquels, Pierre Vial, René Jauneau, Serge Lipszyc, Jean-Claude Penchenat, Anne-Marie Lazzarini, Alain Batis, Christophe Labas-Lafite, ou encore Pierre Debauche.
 
Après un mois de répétitions en commun, les pièces sont habituellement jouées la première quinzaine du mois d’août en plein air sur les communes, de Pioggiola, Mausoléo, Olmi Cappela ou encore Vallica. Au détour d’une place de village, dans la douceur d’un champ d’oliviers, des milliers de spectateurs, touristes ou insulaires, se pressent chaque soir pour découvrir ou redécouvrir sous la voûte céleste, Un chapeau de paille d’Italie d’Eugène Labiche, Mademoiselle Rose de Federico Garcia Lorca, Les nombres, d’Andrée Chédid, ou Les mentons bleus de Georges Courteline. Une adhésion individuelle de 20 euros est demandée pour assister à l’ensemble des spectacles. En retour, le public a rendez-vous chaque jour avec les participants des Rencontres (metteurs en scène, comédiens, techniciens) pour parler des représentations de la veille ou pour participer à des tables rondes et des ateliers de lectures à voix haute.
 
Ouverte à tous, l’ARIA s’inscrit dans une démarche exigeante d’éducation populaire dans l’esprit de Jean Vilar et du TNP, qui cherchait à amener un large public vers un théâtre de qualité. « Mon action en Corse s’inspire d’un long cheminement que je parcours depuis ma jeunesse. Celui de l’éducation populaire. J’ai rencontré le théâtre en découvrant les stages de réalisation qui se passaient à Valréas. Aujourd’hui face à l’aliénation du « citoyen client », appelé à être un consommateur dès l’enfance, l’éducation populaire constitue un vecteur actif d’émancipation de chacun ».
 
Les apprentis-comédiens sont encadrés par une vingtaine de professionnels
 
Sempre Vivu
 
Tout au long de l’année, l’association intervient en organisant régulièrement des stages de théâtre et des ateliers d’écriture. Ces ateliers ont donné lieu à la création de scénarii pour la télévision et le cinéma, d’œuvres dramatiques pour le cinéma, le théâtre et la radio, d’un opéra, de textes pour l’enseignement de la langue corse. Mais l’événement le plus remarquable fut certainement la construction du pôle théâtral, « A Stazzona » sur la commune rurale de Pioggiola. Cet espace scénique dont les dimensions et les équipements répondent aux critères de la profession, possède en effet une grande scène de 420 m2 pouvant accueillir 300 personnes, ainsi que 4 salles de travail. Ce véritable petit miracle en pleine immensité végétale est le fruit des efforts engagés par les quatre communes de la vallée du Giussani pour faire face à l’isolement de leur territoire. Il permet notamment d’organiser en toute saison des stages de formation pour les enseignants et les scolaires de l’île. Les rencontres théâtrales constituent enfin pour Robin Renucci et son équipe un formidable vecteur d’intégration et d’ouverture aux autres.
 
 « À l’heure où se construit l’Europe, où la Corse s’ouvre, il est très important que les cultures et les patrimoines des uns et des autres puissent s’exprimer. C’est la raison pour laquelle j’insiste pour que les acteurs puissent échanger dans leur langue, dans un souci de compréhension mutuelle. De la même façon, la langue corse doit être une langue ouverte qui se tend pour d’autres pays » explique t-il avec ferveur.
 
Entre deux tournages, Robin Renucci a pris le temps de réaliser chez lui
un premier long métrage pour le cinéma Sempre Vivu – Toujours vivant - sorti en 2007 et tourné en partie en langue corse. L’intrigue, celle d’un village qui se mobilise pour construire un théâtre, n’est rien d’autre que son propre engagement en faveur de la transmission du savoir et de la culture dans les lieux les plus reculés. L’acteur aime bien les histoires de clocher. A la rentrée, il sait qu’il est attendu par des millions de téléspectateurs pour les six derniers épisodes d’Un village français. La fiction de France 3 met en scène un médecin sous l’occupation. Engagement, résistance, mobilisation, un peu comme en Corse… 
 
 
David RAYNAL
 
Site officiel de l’ARIA :
www.ariacorse.org
aria.olmi@wanadoo.fr
Pour assister aux Rencontres une adhésion individuelle de 20 euros est demandée offrant l’entrée libre à tous les spectacles.
 

Moyenne des avis sur cet article :  4/5   (4 votes)




Réagissez à l'article

2 réactions à cet article    


  • Philippe Gras 1er août 2009 01:55

    Vraiment sympa cet article smiley


    • arusta 2 août 2009 14:41

      ces rencontres sont vraiment très rafraichissantes et indispensables, merci à Robin Renucci pour cet evenement et à vous pour cet article. Juste une chose « aria » veux dire de l’air (à respirer) , l’aire à battre le blé se dit « aghja »

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès