• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Culture > Robinson Crusoë, un livre mythique

Robinson Crusoë, un livre mythique

S’il est un livre qui a bien exacerbé l’imagination des jeunes gens depuis des générations, il ne peut s’agir que de :

« La Vie et les Aventures étranges et surprenantes de Robinson Crusoë, marin natif de York, qui vécut vingt-huit ans tout seul sur une île déserte de la côte de l'Amérique près de l'embouchure du fleuve Orénoque, après avoir été jeté à la côte au cours d'un naufrage dont il fut le seul survivant et ce qui lui advint quand il fut mystérieusement délivré par des pirates. » de Daniel Defoe (1660-1731). Ce roman d’aventure publié en Angleterre en 1719, est plus connu sur son titre restreint au patronyme de son personnage principal.

Pourtant auteur prolixe, Daniel Defoe attendit l’âge respectable pour son époque de 59 ans pour publier sa première fiction, et l’œuvre le rendit célèbre au-delà de toute espérance. Robinson Crusoë serait le deuxième ouvrage le plus lu en langue anglaise ; de fait le premier, car la Bible n’est qu’une traduction. C’est dire l’importance de ce roman et son niveau de diffusion au niveau planétaire. Robinson est devenu au fil des ans un mythe, une valeur universelle et l’un des piliers de l’inconscient collectif occidental au même titre que les modèles de contes pour enfants. Certains d’ailleurs considèrent Robinson comme le premier roman moderne écrit en anglais. Il dépasse largement en lectorat Don Quichotte de Cervantès (1605) et de beaucoup notre pourtant fameuse Princesse de Clèves de Madame de Lafayette (1678), si détestée par Nicolas Sarkozy !

Résumé succinct de l’intrigue

Robinson Crusoë, fils d’un notable anglais, part à vingt ans pour courir les mers. Après de nombreuses aventures, il arrive au Brésil s’y installe et devient planteur. Parti à la recherche d’esclaves africains pour travailler dans ses plantations, (Crusoë est un négrier sans complexes ni état d’âme comme tant d’autres proto-capitalistes de son époque) il fait naufrage en 1659 sur une île à l’embouchure de l’Orénoque. Seul survivant de cette catastrophe, il parvient à récupérer du matériel et des armes sur l’épave et découvre, comme Alexandre Selkirk, une grotte qui lui servira initialement d’abri. Il se construit ensuite une petite maison, chasse, cultive… et lit la Bible sans mollir !

Robinson est un bricoleur infatigable et sans répit qui ne se laisse pas démoraliser et reste à longueur d’épreuve protestant, industrieux et Anglais. Il se démarque de l’indigène résigné, fataliste et nonchalant et bien qu’initialement seul sur son île il ne peut se passer de vêtements, « Car je n’avais pu me résoudre à aller nu comme les sauvages...Les habits me préservaient de l’ardeur du soleil et me rappelaient que j’avais été un jour un homme civilisé et respectable… » Les deux derniers adjectifs de la citation replacent définitivement le personnage dans son cadre moral et culturel. En dehors de la solitude qui lui pèse, Robinson accepte son séjour avec fatalité et résignation jusqu’au jour où il aperçoit des Amérindiens venus sur son île pour y pratiquer sacrifices humains et rituels cannibales. Il arrive à récupérer un captif fugitif qui devait être immolé et en fait son serviteur, un Vendredi bon enfant, presqu’oncle-tomiste avant l’heure, archétype du bon sauvage cher à Rousseau, obligatoirement reconnaissant de l’apport civilisateur que Crusoë lui apporte. Pour bien marquer la suprématie britannique, et aussi pour communiquer, Crusoë apprend l’anglais à Vendredi et le convertit au protestantisme. Le séjour, émaillé d’aventures diverses et variées avec ses rebondissements se prolonge ainsi pour le plaisir du lecteur jusqu’au happy end qui tarde cependant à intervenir. Vingt-huit ans, c’est tout de même un peu long.

On notera au passage, qu’après avoir affublé Vendredi du sobriquet correspondant au jour de la rencontre entre les deux individus, Robinson ne se souciera jamais du véritable patronyme de son serviteur indigène, car Vendredi devait bien avoir un nom avant de rencontrer son nouveau maitre. Voila donc un individu bon enfant, dépossédé de son patronyme si ce n’est de son identité, réduit à l’état de domestique fonctionnel et d’homme-objet comme jadis une bonne à tout faire devait s’appeler Marie, même si son véritable prénom était Charlotte ou Léontine, uniquement parce que sa patronne en avait décidé ainsi.

Quand 28 ans plus tard, un navire anglais accoste enfin pour mettre fin à sa solitude, Crusoë quitte son île avec Vendredi et regagne ses terres au Brésil pour y vivre en planteur prospère, probablement de nouveau propriétaire d’esclaves. Robinson repart sans état d’âme, laissant derrière lui son île, comme si elle n’avait été qu’un épisode certes long, mais malencontreux de son existence. Cet exil involontaire, n’a été qu’une parenthèse, certes longue de son existence. Il repart avec quelques maigres souvenirs dont son bonnet en peau de chèvre et son perroquet, sans pour autant oublier les pièces de monnaie qu’il a thésaurisé inutilement si longtemps sur son île. Il se sent prêt à reprendre les affaires, dans le monde commercial dont il a été éloigné trop longtemps. Mais il retournera finalement en Angleterre pour éviter la conversion forcée au catholicisme sévissant alors dans les colonies portugaises.

Analyse du roman

L’analyse d’un tel ouvrage de dimension planétaire permet de nombreuses digressions tant historiques que littéraires et une approche des contemporains de Daniel Defoe tant anthropologique que sociologique voire psychanalytique. Décortiquer cette œuvre dans ses plus profonds retranchements est loin d’être une nouveauté, nombre de critiques s’y sont déjà attelé depuis les origines. Les thèmes repris dans ce chapitre ont déjà été abordés par différents analystes, écrivains et journalistes. Il ne s’agit pas d’une découverte mais de la compilation réfléchie et non exhaustive de ces diverses études et exposés.

Le mythe du naufragé et du bon sauvage a depuis fait école et il n’est quasiment aucun adulte dans le monde occidental qui n’ait lu le livre, au moins dans une version abrégée et illustrée. Depuis près de trois siècles le marin légendaire perdu dans l’Atlantique, au large de l’Orénoque, fascine, passionne et entre dans les illusions d’adolescents majoritairement de sexe masculin. Il faut cependant remettre cet ouvrage dans le contexte social, historique, économique et religieux de la suprématie britannique naissante sur les mers, la supériorité ressentie de la culture occidentale sur le reste du monde et de la passion du XVIIIème siècle pour les romans que l’on qualifierait d’exotiques de nos jours et dont Paul et Virginie est un des modèles parmi les plus connus. Les connaissances et l’acceptation de sociétés différentes n’étant pas celles de nos jours et l’anthropologie ne s’étant pas encore développée, il n’y a rien de surprenant à ce que ces romans aient une vision ethno-centrée qui débouchera quelques décennies plus tard sur la vision rousseauiste du bon sauvage et de l’état de nature, mise en contradiction flagrante par les observations de explorateurs et surtout par la suite des anthropologues.

A partir de ce « simple » roman, l’analyste peut se poser la question de l’influence d’un personnage imaginaire sur les générations ayant suivi la publication de l’ouvrage, du début du XVIIIème siècle à nos jours. Jean-Jacques Rousseau a été fortement impressionné par la lecture de Robinson Crusoë au point d’en faire une œuvre de référence pédagogique essentielle. Il s’en est inspiré largement pour développer sa réflexion sur l’origine des inégalités entre les hommes dans le Contrat social et il cite l’ouvrage à propos de l’Emile avec dithyrambe :

« Il existe un livre qui fournit à mon gré le plus heureux traité d’éducation naturelle, ce livre sera le premier que lira mon Emile, seul il composera longtemps sa seule bibliothèque et de tous temps il y tiendra une place distinguée…

Quel est donc ce merveilleux livre ? Est-ce Aristote, est-ce Pline, est-ce Bacon ? Non, c’est Robinson Crusoë.

Ce roman débarrassé de tout son fatras, commençant au naufrage de Robinson près de son île et finissant à l’arrivée du vaisseau qui vient l’en tirer sera tout à la fois un amusement et l’instruction d’Emile durant toute l’époque dont il est question. ».

Il n’est point improbable d’imaginer Rousseau écrivant une suite du roman pour éduquer son Emile et qu’il l’ait alors tout naturellement titrée « Rêveries d’un naufragé solitaire ». Robinson Crusoë sert de modèle éducatif à un adolescent voué à la perfection. Il assistera Jean-Jacques Rousseau dans l’édification de son jeune disciple. Auparavant Fénelon, dans les Aventures de Télémaque, fils d’Ulysse, publié en 1699, n’avait pas jugé bon à son époque d’éduquer un candidat à la monarchie par l’exemple d’un personnage par trop contemporain, l’Antiquité étant alors au cœur du modèle éducatif. Mais peut-être que s’il avait écrit dix ans plus tard son ouvrage formateur, Fénelon aurait utilisé Selkirk comme référence. L’auteur, pédagogue royal, fera cependant voyager aussi son héros exemplaire dans des contrées lointaines, mais antiques. Télémaque servira ainsi de source formatrice au père du futur Louis XV qui mourut avant d’avoir pu régner. Cet ouvrage hélas déplut en haut lieu et entraîna la disgrâce de son auteur, car jugé trop caustique vis-à-vis du pouvoir en place.

Mais revenons à Rousseau. Quand il pose le problème de la civilisation, Jean-Jacques Rousseau voit-il la complémentarité entre Robinson et Vendredi  ? Rien n’est moins sûr ! Pour le philosophe, peut-il y avoir antagonisme ou interaction entre les deux intervenants du roman ? Car Rousseau, tout comme Kant, en homme de son temps ne pouvait avoir d’empathie pour Vendredi et ses semblables, tout au plus de la compassion et de la pitié, teintée de charité chrétienne. Aussi, toute la dimension humaine de Vendredi échappe t’elle aux lecteurs de l’époque. Vendredi reste un nègre réduit au rôle de faire-valoir de Robinson. Le roman de fait, (du moins dans la partie mettant en scène les deux protagonistes), stigmatise une opposition réduite au minimum numérique de deux individus, de deux cultures qui s’observent, se méfient avant de revenir dans un schéma classique de dominant, dominé. Vendredi serait ainsi le modèle du colonisé soumis quasiment dans une optique de classe de type proto-marxiste avant l’heure.

Ainsi, la phrase de Rousseau « tout homme qui réfléchit est un animal dépravé » est lourde de conséquences et peut être interprétée de deux façons diamétralement opposées. Soit comme une glorification de l’animalité qui est en nous quelques soient nos origines ethniques et culturelles, soit comme la considération que « l’indigène » est un individu pur, non gâté par la société, donc une sorte d’animal idéal car il ne réfléchit pas. On en arrive au paradoxe que pour pleinement être, il ne faut pas penser, donc obéir uniquement à ses instincts ! Cette phrase semble lourdement contredire Descartes, à moins de considérer que la dépravation avec le retour à l’animalité soit le but ultime de la pensée. L’ensemble de l’œuvre de Rousseau ne semble pourtant pas confirmer cette hypothèse, bien au contraire.

Mais on peut s’arrêter sur un autre questionnement philosophique soulevé par la lecture de Robinson Crusoë : Le roseau pensant de Blaise Pascal serait-il donc obligatoirement blanc ? Kant au regard de sa Géographie aurait bien pu oser dire Allemand ! C’est ce que semble laisser entendre Jean-Jacques Rousseau même s’il considère que l’homme pense mal en fin de compte ! Mais pour lui, le bon sauvage ne pense pas, il vit selon son instinct et cet instinct ne peut pas lui faire commettre de mauvaises choses ! La supériorité de l’homme occidental faite d’introspection lui permet par contre de commettre le bien, mais aussi le mal en toute conscience et en connaissance de cause. Il aurait ainsi l’apanage de la réflexion et du sens critique. A l’aune de l’histoire de l’humanité, on peut sérieusement en douter. On peut aussi se demander si le sentiment de culpabilité, au cœur du débat moral du judéo-christianisme n’altère pas la pureté de la pensée, dénaturant ainsi le sens de la responsabilité individuelle et du libre-arbitre.

En revanche, Voltaire se moque non sans ironie de Rousseau et de son attachement naïf à l’œuvre de Daniel Defoe. Dans une parodie rédigée dans le style de son éternel rival, « La lettre au Docteur Jean Jacques Pansophe », il écrit paraphrasant Rousseau :

« Émile, mon premier disciple, est selon mon cœur ; il me succédera, je lui ai appris à lire, et à écrire et à parler beaucoup ; c'en est assez pour vous gouverner. Il vous lira quelquefois la Bible, l'excellente histoire de Robinson Crusoë, et mes ouvrages ; il n'y a que cela de bon. ».

On sent sous la plume du maitre de Ferney de la jubilation et un esprit revanchard dans cette citation.

Le côté petit roi de l’île dominant ses sujets, que l’on retrouve dans le roman correspond à une vision ethnocentriste du XVIIIème siècle. Robinson est anglais et protestant. Il est tout naturellement dominateur, industrieux et entrepreneur, il a sa foi en Dieu et ses certitudes comme réconfort. Mais il souhaite ardemment retourner dans sa plantation du Brésil, même si quelquefois sa volonté faiblit et que l’abattement et le découragement le gagnent. L’île qu’il baptise du nom de Désespoir est loin d’être une fin satisfaisante pour Crusoë. Et quand il doute de revenir un jour chez lui, il ne se considère pas vraiment dans une nouvelle patrie, mais dans ce qu’il considère comme une prison insulaire.

L’île n’a été qu’un long épisode de son existence mais il reste au plus profond de lui-même celui qu’il a été avant son infortune, tout juste se sent-il vieilli, il a de fait 56 ans, ce qui pour l’époque est un âge assez avancé. Mais quand de retour dans sa plantation du Brésil, il est menacé par l’intégrisme catholique et le risque de conversion forcée, il retourne en Europe comme un bon antipapiste pour finir ses jours en Angleterre après un curieux et totalement hors contexte passage par les Pyrénées. Il est d’ailleurs intéressant de noter que Crusoë quitte son île à un âge équivalent à celui de l’auteur quand il commença son roman, et ce n’est pas la seule similitude entre l’écrivain et son personnage.

La notion du temps qui passe inéluctablement est cependant abordée par le héros en fin de roman : "II n’osa pas demander au second de lui confirmer cette date qui persistait à appartenir pour lui à un avenir lointain".


Moyenne des avis sur cet article :  3.8/5   (10 votes)




Réagissez à l'article

26 réactions à cet article    


  • antonio 16 décembre 2011 14:06

     

     « Le coeur fou Robinsonne à travers les romans »

    Rimbaud ; « Roman »

    « On n’est pas sérieux quand on a dix-sept ans »
    ...................................................................... ..................


    • Jason Jason 16 décembre 2011 15:55


      Très intéressant. C’est un fil à suivre que celui du bon ou du mauvais sauvage et qui a alimenté les discussions depuis la découverte du Nouveau Monde.

      Petie précision, l’« Essai sur l’origine de l’inégalité parmi les hommes » présenté par Rousseau au concours de l’Académie de Dijon en 1752 (?). Thème qu’il aurait discuté avec Diderot, alors qu’il était emprisonné (un peu avant cette date) à Vincennes pour sa« Lettre sur les aveugles à l’usage de ceux qui voient ».

      Diderot qui donna un texte admirable sur le thème du « bon sauvage » : le fameux « Supplément au voyage de Bougainville ».

      Mais ce roman d’aventures qui met en scène un individu hautement civilisé jeté hors de son milieu, pour autant qu’il amuse et instruit, n’égalera pas les « Lettres persanes » pour une critique satirique et élégante de la société contemporaine de Montesquieu. Autre roman initiatique.

      Le filon dure jusqu’à nos jours avec les excellents « Vendredis... » de Michel Tournier.



        • Georges Yang 16 décembre 2011 18:24

          Sa Majesté des mouches n’est pas vraiment une robinsonnade, mais une étude sur la cruauté innée des enfants
          Noter que le terme robinsonnade a été utilisé pour la première fois par Karl Marx


        • Lord WTF ! Lord Franz Ferdinand Of F. In S. 16 décembre 2011 18:20

           Trés bel article pour un livre fondamental, Doctor Yang…mais je note un oubli…quelque peu dommage d’autant qu’il renseigne sur où Defoe a pu trouver son inspiration : un livre traduit en anglais une dizaine d’années auparavant par Pococke (dont un des étudiants fut le plus connu John Locke) : le Philosophus autodidactus ou Hayy Ibn Yaqdan de Ibn Tufail (XIIè siècle)…un enfant auto-didacte, né par "génération spontanée« , élevée par une mère gazelle, sur un île isolé, et découvrant via raisonnement et empirisme des »vérités" philosophiques bien avant de rencontrer plus tard Civilisation et Religion…le livre eut un impact profond sur la philosophie occidentale (empirisme et matérialisme) ainsi qu’une influence certaine sur des philosophes tels que Kant, Hobbes, Locke, etc…ainsi que l’Emile de Rousseau…un des « best-sellers » des Lumières…à lire assurément... 


          • Georges Yang 16 décembre 2011 18:26

            Je connais le Robinson arabe d’Ibn al Tufay , j’aurais pu en parler, mais ce genre d’article étant déja peu lu, j’ai hésité à le mentionner


          • Vipère Vipère 16 décembre 2011 19:52

             smiley c’est que je ne suis plus une ado depuis un bout de temps !


            • Georges Yang 16 décembre 2011 20:10

              Il s’agit de Robinson ou la vie sauvage, forme édulcorée des passages scabreux du roman initial de Tournier


            • Annie 16 décembre 2011 21:22

              Bonsoir George,
              Vous avez écrit un article superbe.


              • Georges Yang 16 décembre 2011 21:27

                Annie
                Attendez la suite, ça va se gâter


              • Annie 16 décembre 2011 21:51

                Vous êtes un peu comme Alexandre Dumas, qui savait mieux que personne aguicher l’intérêt de ses lecteurs, en les laissant sur leur faim. Je lirai la suite, surtout si cela va se gâcher.


              • Georges Yang 16 décembre 2011 21:25

                Certains romans pour ados sont de véritables chefs-d’oeuvre, d’autres vraiment minables
                Sa Majesté des Mouches est dans la première catégorie
                Et puis, il y a les sous-marins comme le petit Prince et Moby Dick qui parlent de pédophilie et d’homosexualité de manière subtile


                • Annie 16 décembre 2011 21:32

                  Sans oublier les contes de fées, qui n’ont rien à voir avec les fées, mais au contraire avec la noirceur de l’âme humaine, mais qui restent universels, tout comme Robinson. 


                • JL JL1 16 décembre 2011 22:34

                  Georges Yang,

                   votre présentation du roman de Defoe n’est pas inintéressante, mais on y cherche en vain le fil conducteur, l’idée, le message …

                  Vous écrivez : « Robinson est devenu au fil des ans un mythe, une valeur universelle, et l’un des piliers de l’inconscient collectif occidental ».

                  Oui oui ... A ce propos, laissez moi vous signaler l’ouvrage de François Flahaut : « Le paradoxe de Robinson, Capitalisme et société. Ce petit ouvrage est très savant ( François Flahaut est, entre autres, directeur de recherche au CNRS) : on y parle de Marx, Hayek, Bastiat, mais aussi de plein d’autres.

                  Voici ce qu’on peut lire en quatrième de couverture :

                  « « Le vide de la pensée progressiste auquel nous sommes confrontés correspond à une période de transition entre deux conceptions de l’être humain et de la société. La pensée occidentale se fonde depuis des siècles sur la conviction que l’individu précède la société et que celle-ci se développe avec l’économie - une conception incarnée par la figure de Robinson Crusoé. Or les connaissances dont nous disposons aujourd’hui convergent vers la conclusion inverse : la vie sociale est à la base du processus d’humanisation, elle précède l’émergence de l’individu, elle est notre milieu naturel. Une véritable révolution des idées ! Qui conduit à penser autrement la place de l’économie dans la société.

                  Et ce que j’en ai extrait, spécialement pour vous :

                   »L’exigence de justice ne se fonde pas uniquement sur la logique des droits individuels. La justice ne se borne pas à attribuer à chacun selon son dû. Elle est inséparable de l’exigence d’égalité, sans laquelle les relations de coexistence s’effondrent.« 

                   » L’exercice des droits naturels de chacun n’a de borne que celles qui assurent aux autres membres de la société la jouissance des mêmes droits »


                  • Georges Yang 17 décembre 2011 00:27

                    Cet article ne porte aucun message, juste une approche du roman, qui mériterait d’être développé, j’envisage une suite
                    Cependant vous avez raison de mettre l’accent sur l’analyse marxiste du roman, Deleuze l’a aussi fait


                  • JL JL1 17 décembre 2011 08:35

                    Georges Yang,

                    pardonnez moi, mais, quand on écrit : « Robinson est devenu au fil des ans un mythe, une valeur universelle, et l’un des piliers de l’inconscient collectif occidental », on ne peut pas dire que l’on ne porte aucun message.

                    Voulez vous dire que le message que j’ai vainement cherché est là, dans cette seule affirmation ?

                    Parce que, vous conviendrez que cette valeur que vous qualifiez d’universelle fait référence à une certaine universalité : du même ordre que celle qu’évoque Chomsky quand il dénonce l’imposture de cette fameuse « communauté internationale ».

                    Je cite : « On ne souligne quasiment jamais que l’expression « communauté internationale » est classiquement utilisée pour désigner Washington et tous ceux qui en viennent à s’aligner avec elle (, pas seulement sur cette question, mais) d’une manière assez générale » (Chomsky là)


                  • Jason Jason 17 décembre 2011 10:33


                    Je rejoins les propos de JL1. « L’inconscient collectif occidental » serait constitué de quoi ? Notion très contestable.


                    • JL JL1 17 décembre 2011 10:46

                      Bonjour Jason,

                      on est là dans la problématique de l’idéologie dominante, capitaliste et néolibérale, pour ne pas autrement dit, néocolonialiste.

                      « N’ayant plus de nouveaux territoires à coloniser, nous avons colonisé nos propres enfants. » ("Amérique, notre histoire", un intervenant, Arte 27/11/06)

                      Le néocolonialisme est le colonialisme des esprits.


                    • Georges Yang 17 décembre 2011 10:56

                      JL
                      Remarquez que je parle de la dimension protocapitaliste de Robinson


                      • JL JL1 17 décembre 2011 11:10

                        @ GY,

                        mais oui, vous en parlez ! Et ce n’est pas un hasard, ceci expliquant cela.

                        Mais qui ne parle pas du capitalisme, aujourd’hui ?


                      • Georges Yang 17 décembre 2011 11:18

                        Auriez vous voulu que j’en fasse des tartines sur le colonialisme et l’esclavage, en faisant des digressions ne tenant pas du contexte historique ? Robinson ne se pose pas de question, il croit à sa capacité civilisatice et n’éprouve aucune culpabilité


                        • Jason Jason 17 décembre 2011 11:19

                          JL1,

                          Cet envahissement des esprits au niveau quasi-planétaire est effrayant. Il pénètre tous les niveaux des sociétés soumises à l’économie de marché. « From cradle to gave », de la naissance à la tombe.

                          Maintenant, pour revenir à Daniel Defoe, cette notion n’existait pas encore. C’est donc faire un anachronisme que de parler de Robinson comme pilier d’une forme de pensée occidentale (même en germe, ce qui reste à prouver), comme le soutient l’auteur de l’article.


                          • Georges Yang 17 décembre 2011 11:24

                            Il faut lire Robinson dans son contexte, bien évidemment, mais l’analyse de Marx et Deleuze reste pertinente
                            JL et Jason, lisez la suite pour vous dérider un peu


                          • JL JL1 17 décembre 2011 11:30

                            Jason,

                            d’une certaine façon, on pourrait dire que Robinson est aux capitalistes ce que Jésus est aux chrétiens ? Je propose de nommer Robinson Crusoé, saint patron des capitalistes !


                          • JL JL1 17 décembre 2011 11:34

                            @ GY,

                            Bah ! La vie sexuelle des icônes ne m’intéresse pas. Je connais de meilleurs moyens pour me dérider.

                            Désolé.


                          • Jason Jason 17 décembre 2011 13:30


                            Les anthologies de la littérature érotique couvrant le XVIIIème et avant, ne manquent pas.

                            Je laisserais les ébats supposés décrits (ou censés l’être) par Defoe au rang des aimables idylles exotiques. Et je n’irais pas espionner son héros, en me cachant derrière quelque buisson idéologique ou psychologique douteux.

                            Merci pour l’invitation, mais je passe.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON








Les thématiques de l'article


Palmarès