• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Culture > Rock A Field 2010 - Récit de Festival

Rock A Field 2010 - Récit de Festival

Le 27 juin dernier s’est tenue ,à quelques encablures de la ville de Luxembourg, l’édition 2010 du festival Rock A Field. Organisé par la salle de concert luxembourgeoise l’Atelier, ce festival s’est imposé dans l’Est comme une référence en la matière. A tel point que le festival annonçait complet une semaine avant le lancement des premières notes des quinze groupes invités. Ainsi, ce sont près de 20 000 personnes qui sont venus braver un début d’été particulièrement chaud.

Victime de son succès, l’organisation accusera d’ailleurs quelques problèmes de gestion liés à la foule. Proposant un système de navettes en continu au départ de Luxembourg Ville et de Bettembourg, le festival a dû faire avec l’impatience et l’affluence des festivaliers, générant parfois la colère et l’incompréhension.

rock_a_field_04.JPG

Néanmoins, après une balade rafraichissante en pleine forêt, les milliers de spectateurs pouvaient enfin contempler le dispositif mis en place. Deux scènes, un écran géant, des retransmissions des matchs de la coupe du monde de football, buvettes et sandwicheries complétant le panorama. Pour parer aux coups de chaud, le Rock A Field disposait également de zones d’ombre aménagées.

Mais plus que tout, le public était venu pour entendre de la musique !
Ghinzu signe notre entrée dans le festival.
Enivrant, le groupe propose une montée crescendo, tout en son et en bruit, électrisant une foule déjà bien remontée. Mêlant l’électro et le rock, le groupe joue bien et avec le sourire, glissant du piano aux riffs énervés de guitare. Les belges imposent un son plutôt anglo-saxon, tirant le meilleur de spectateurs plutôt réactifs, régulièrement arrosés par les agents de sécurité, entraînant parfois quelques conflits et douches méritées.

rock_a_field_01.JPG

C’est Gossip qui prend ensuite le relais sur la scène principale.
Signant également un show vivant, la chanteuse semble s’amuser de sa présence au festival, saluant sa première apparition dans le pays. S’essayant tant à l’allemand qu’au français, elle n’en oublie pas moins de montrer son talent, esquissant quelques pas de danse. Distrayant et frais, la pop de Gossip fait danser et apporte un peu de calme dans un océan de décibels, reprenant avec joie le célèbre Smell Like Teen Spirit de Nirvana.

rock_a_field_02.JPG


Une boule de feu jaillit de la Startin Stage sur les coups de 18h. Le temps enfin venu de voir Paramore
Plus habitué à leur contrée natale outre-atlantique, les américains ne font que de rares apparitions sur le vieux continent, et c’est donc avec un plaisir non feint que la foule hurle et saute à tout va. La jeune et charismatique chanteuse Hayley Williams donne de sa personne et ne s’arrêtera de bouger qu’en sortant de scène. Sa chevelure brûlante se tortille dans tous les sens et le groupe s’applique à donner le meilleur de lui-même. Ils signent un show simplement énorme, enchaînant les tubes de Riot, All We Know Is Falling et de leur nouvel album Brand New Eyes. Très communicatif, le groupe joue avec le public, l’encourage et lui en demande toujours plus, à mesure que la température monte. Au final, un excellent moment et une seule envie : les revoir au plus tôt dans un de leurs concerts. fouler le sol européen.


C’est alors au tour de Kasabian de retourner le Rock A Field. 
La scène voit rouge et le groupe déboule dans un nuage de fumée. Bandana et lunette vissées sur la tête, le groupe s’amuse et prend plaisir à dérouler son rock tantôt garage, tantôt dandy.
De quoi bien amorcer la venue de Deftones.

rock_a_field_05.JPG


Les américains, toujours amputé de leur bassiste Chi Cheng dans le coma depuis un an et demi suite à un accident de voiture, n’ont montré aucun signe de faiblesse. Tout comme l’an passé au Cabaret Vert, le groupe a balayé un océan de fans dans un tonnerre de hurlements, de chant et de riffs assassins. La chanteuse de Paramore, ayant au préalable signifié tout son amour du groupe, viendra même rejoindre Chino Moreno au chant pour un duo inédit.

rock_a_field_08.JPG


La soirée se poursuivra ensuite par le groupe de l’acteur Jared Leto, 30 Seconds to Mars assez décevant. Déjà aperçu quelques semaines plus tôt chez nos voisins allemands au Rock Im Park à Nuremberg, force est de reconnaître qu’en dehors des fans, le groupe ne galvanise pas les foules, s’embourbant dans des « Jump » et « Scream », interrompant des morceaux pas toujours maîtrisés. Dommage.

rock_a_field_06.JPG

Eternal Tango, Prodigy et Pendulum ponctueront la nuit de leurs univers, clôturant une édition 2010 haute en couleurs, marquée par l’énergie, l’envie et surtout des températures particulièrement chaudes.
Bravo donc à l’Atelier pour l’organisation, la qualité des services et le choix des groupes qui ont su ravir un public éclectique et sur-motivé.

rock_a_field_07.JPG

Article et photos : Ugo Schimizzi

 

Plus de photos de Prodigy, Kasabian, Deftones, Gossip, Paramore et d’autres ICI


Moyenne des avis sur cet article :  3.67/5   (3 votes)




Réagissez à l'article

1 réactions à cet article    


  • Cybèle Cybèle 7 juillet 2010 22:12
     
    Elle est géniale sur scène la petite Hayley ! 
     

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON








Les thématiques de l'article


Palmarès