• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Culture > Rock’n’beach soccer : Cantona, le « king » de coeur

Rock’n’beach soccer : Cantona, le « king » de coeur

Jeudi soir, dans un grand hôtel de Metz. Dans un brouhaha bon enfant, plus d’une dizaine de représentants de la presse en tous genres règlent une dernière fois l’objectif de leur appareil photo, vérifient qu’ils n’ont pas oublié leur bloc-notes ainsi que l’indispensable stylo. Soudain, le silence se fait. Je lève alors les yeux et aperçois le plus célèbre numéro sept de l’histoire du football, qui gratifie l’audience d’une entrée « cantonesque » dont il a le secret : le port altier, tête haute, regard perçant, éblouissant la salle de son charisme exceptionnel. Non je ne rêve pas : Eric Cantona se tient debout devant moi... mes yeux pétillent tel du champagne !

Bon, il faut tout de même que je contienne un peu le fan de foot qui jubile en moi pour m’intéresser à l’événement que vient promouvoir le meilleur joueur de tous les temps de Manchester United, en compagnie de ses frères Joël et Jean-Marie, mais aussi du président lorrain de la Fondation Abbé Pierre. Quel est donc le rapport entre ces différentes personnes ? Eric et Jean-Marie sont parrains de la Fondation, et Joël est l’organisateur du Rock’n’Beach Soccer, qui va se dérouler aux Arènes de Metz ces 18 et 19 janvier. Le concept est somme toute original : associer sport et musique, avec d’un côté la découverte d’une pratique en devenir, le beach soccer, et, de l’autre, un concert regroupant des artistes réputés pour la qualité de leurs prestations scéniques. Et, cerise sur le gâteau, tous les bénéfices réalisés au cours de ces deux jours iront directement dans les caisses de la Fondation Abbé Pierre, qui s’occupe, entre autres, d’essayer de trouver des logements aux plus démunis. Un mot me vient alors logiquement : solidarité. Réunir tant d’artistes (du ballon rond et de la chanson) en faveur d’une cause aussi importante est hélas ! plus que jamais d’actualité : j’ai maintenant grande hâte d’être au lendemain afin d’assister au show, et j’espère vraiment que le public répondra présent...

Vendredi après-midi, aux arènes. En pénétrant dans la salle, je vois d’abord tous ces jeunes de l’organisation qui se démènent dans tous les sens pour que la manifestation « culturo-sportive » se passe du mieux possible, et me rappelle avec admiration qu’ils sont tous bénévoles. Donner gracieusement de son temps n’est heureusement pas que réservé aux stars... Deux secondes plus tard, j’ai l’impression de sentir l’odeur de la mer et d’entendre ses vagues en découvrant les tonnes de sable de plage étendues entre les gradins. Metz-plage ? Tout est décidément possible, y compris le fait de revoir le « King » taquiner la balle. Bien qu’il ait laissé ses crampons et ses chaussettes au vestiaire, le Marseillais est bel et bien sur le terrain, en short et maillot floqué de son inséparable numéro sept. Avec ses partenaires de l’équipe de France, ainsi que ses collègues venus de l’Europe entière, il enflamme le public venu en nombre apprécier le football de plage et ses phases de jeu très spectaculaires. Beaucoup de spectateurs, chauffés à blanc par les bicyclettes de « Canto » ainsi que par un speaker exceptionnel : le concert s’annonce sous les meilleurs auspices !

Malheureusement, les arènes se vident de moitié tout de suite après le dernier coup de sifflet de la journée, en moins de temps qu’il n’en faut à « Mister » Cantona pour signer des dizaines et des dizaines d’autographes. Le public a ainsi décidé de bouder la troisième mi-temps... il a donc raté l’entrée sur scène des Dionysos, très vite rejoints par Canto « himself », bondissant au rythme des guitares, encouragé par un Mathias Malzieu semblant déborder d’énergie, pour changer un peu... désormais les pieds dans le sable, des relents d’été me parviennent et je me souviens que le footballeur-acteur a récemment prêté sa voix sur le disque-livre La Mécanique du cœur, dernier opus en date de Dionysos. Mathias (déchaîné), Babet et consorts reçoivent ensuite alternativement les visites de « La femme chocolat » Olivia Ruiz, de l’engagé Cali et de Dani, et l’ambiance devient de plus en plus chaude. C’est l’été je vous dis ! Je me remémore alors ce que Joël Cantona, l’organisateur en chef, m’a expliqué la veille, à savoir que la venue des artistes participant au concert s’est faite tout naturellement, en toute amitié pour être plus précis. Se mobiliser sans toucher un seul cent, dans l’unique but d’en faire gagner un maximum à une association caritative : oui, certaines figures du monde de la musique ont encore du cœur et ne pensent pas qu’à payer moins d’impôts ! Et il est d’autant plus plaisant de constater qu’elles n’ont pas du tout pris la « grosse tête », malgré un succès populaire incontestable, et qu’elles restent disponibles, complètement dans l’esprit du Rock’n’Beach Soccer, événement qu’on souhaiterait revoir rapidement aux quatre coins du pays.

Pour ce qui est d’Eric Cantona, vous trouverez, peut-être à raison, que j’en ai fait un peu trop au travers de ces quelques lignes... Mais c’est la meilleure manière que j’ai trouvée afin de rendre hommage à ce personnage extraordinaire, qui fait partie du cercle très fermé de ces gens auxquels on ne peut appliquer de demi-mesure : on les déteste ou on les adore, mais ils ne laissent jamais personne indifférent.

Maxime Freyberger (rédacteur sur www.melting-actu.com)


Moyenne des avis sur cet article :  3.8/5   (10 votes)




Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès



Partenaires