• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Culture > Saint-Patrick : la planète Celte à Bercy

Saint-Patrick : la planète Celte à Bercy

Nuit de la Saint Patrick
Un peu partout dans le monde aux alentours du 17 mars, la famille celte se retrouve dans les pubs, les cafés, les salles de concert pour célébrer saint Patrick, le saint patron des Irlandais. A New York, une procession monstre est organisée dans les rues de Manhattan qui rassemble généralement plus de deux millions de personnes. En Australie, les habitants de Brisbane qui comptent dans leurs rangs un grand nombre de descendants d’irlandais, en arrivent même jusqu’à teindre la rivière en vert avec des colorants alimentaires. A Paris, ce sont les binious et les bagadou qui font depuis plusieurs années vibrer le Palais Omnisports de Bercy pour un rassemblement « interceltique » de 15000 personnes qui s’achève par un fest-noz géant. Programmée cette année le 20 mars, après une petite pause en 2009, la nouvelle nuit de la Saint Patrick organisée par BVC Organisation, avec le soutien du Festival Interceltique de Lorient et de l’Office du Tourisme du Pays de Lorient, semble déjà tenir ses promesses. « Il était important d’éviter le syndrome du vide afin de montrer que nous sommes toujours bien présents à Paris » a expliqué Olivier Sévère l’organisateur du concert. Premier opus des célébrations du 40ème Festival Interceltique qui auront lieu à Lorient du 6 au 15 août 2010, la Nuit de la Saint Patrick réunit plus de 100 musiciens et danseurs venus d’Irlande, d’Asturies et de Bretagne. Pour l’occasion, le bagad de Locoal-Mendon a d’ailleurs prévu de nous faire partager sa nouvelle création « Rencontre-Kejaj en breton » en invitant sur scène de grands artistes bretons, Gilles Servat, Louise Ebrel, Pat O’May, Samuel Le Hénanff, Dom Duff, Pascal Lamour, qui s’illustrent tous dans des styles très différents. 
Nuit de la Saint Patrick 
 
Virtuose asturien
 
Du côté des invités, les musiciens celtes du sud n’ont pas été oubliés puisque le virtuose asturien de la gaïta, José Angel Hevia, viendra nous faire découvrir ses sonorités ibériques, teintées de tradition et de modernité. L’artiste qui a vendu plus de 2,5 millions de disques à travers le monde a mis au point une gaïta midi, capable de reproduire le son d’autres instruments, comme le violon ou la flûte. Au final, le résultat est tout simplement époustouflant. Dans le même ordre d’idée, il aurait été inconcevable de fêter la Saint-Patrick sans faire appel au talent légendaire des Irlandais. Composé de cinq musiciens d’exception, Lùnasa est un groupe de musique strictement instrumental. Cette formation rythmée et énergique comme l’air iodé de la verte Eirin, a été propulsée plusieurs fois numéro 1 des charts en Irlande et aux Etats-Unis dans la catégorie « folk ».
Autre bonne surprise, la venue pour la première fois à Bercy du groupe mythique de rock celtique lorientais Soldat Louis. Dopés par le succès de leur titre « Du rhum des femmes » dont l’album s’est écoulé à 750 000 exemplaires, les premiers de bordée viendront terminer le concert en beauté pour leurs 20 ans de carrière. « Avant la télévision et le Top 50, c’est le Festival Interceltique de Lorient qui nous a fait pour la première fois véritablement confiance dans les années 80 » a expliqué Serge Danet le leader historique du groupe.
Enfin, ce sera au tour des Bigoudens de Sonerien Du de mettre le feu au plancher du POPB, en faisant danser de 23h30 à 1h00, les derniers irréductibles bretons au son des gavottes et des an dro endiablés. Quant à ceux qui ne pourront pas communier dans la chaleur du chaudron celtique, il reste Paris Première, qui retransmet sur sa chaine et en direct l’intégralité du concert. 
 
David RAYNAL
 
 
 

Moyenne des avis sur cet article :  3.86/5   (7 votes)




Réagissez à l'article

2 réactions à cet article    


  • DIMEZELL 18 mars 2010 18:28

    ur fest braz e Paris, ur fest en iwerzhon ..hag e breizh !


    • Jean-Louis Le Blais 18 mars 2010 18:48

      Faudra quand même qu’un jour, ce genre d’affligeante « grand-messe » se rende compte qu’il existe encore des dizaines et des dizaines d’autres artistes au moins aussi valable que les éternels Servat et autres....
      Je n’ai d’ailleurs strictement rien contre eux, mais au bout d’un moment, toujours les mêmes en boucle, ça peut finir par lasser ! smiley

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON









Palmarès