• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Culture > Séance du président du Festival de Cannes 2008 : « The Third Wave » (...)

Séance du président du Festival de Cannes 2008 : « The Third Wave » d’Alyson Thompson

Le Festival a cette année initié une nouvelle projection : la Séance du président, cette année un documentaire donc choisi par Sean Penn relatant les dix-neuf semaines d’une équipe de bénévoles au Sri Lanka suite au tsunami.

89048545.JPG
1217521167.JPG
Photos "In the mood for Cannes" : Thierry Frémaux et Sean Penn
 
 

Ma journée d’hier a été particulièrement riche et passionnante avec au programme Les 3 Singes de Nuri Bilge Ceylan, un habitué de la sélection officielle (Uzak en 2003 et Les Climats en 2006, tous deux déjà présentés en compétition officielle), qui cette année encore n’a pas démérité (mon favori de la compétition pour le moment), ainsi que le premier des trois films français en compétition Un conte de Noël d’Arnaud Desplechin, qui entremêle de nouveau famille, religion, amour dans ce conte psychanalytique, mélancolique, myth(olog)ique.

Les deux films avaient d’ailleurs un point commun puisque dans les deux cas planait l’ombre pesante d’un enfant mort. J’avoue avoir été beaucoup plus sensible au premier, aux plans d’une beauté picturale sidérante, à cette dissection si subtile de l’ambivalence humaine, de la lâcheté, du poids du secret et de la vérité habilement souligné par le poids du silence et des plans contemplatifs dont la beauté somptueuse contraste avec la douleur et les secrets enfouis et latents.

Mais c’est en toute (il)logique cannoise que je vais commencer par évoquer le troisième événement de cette journée, à savoir la Séance du président, une nouveauté de cette 61e édition, un film choisi par le président du jury, en l’occurrence The Third Wave, un documentaire d’Alison Thompson projeté dans la salle du 60e dans laquelle régnait hier soir une fébrilité palpable, savoureusement électrique. Thierry Frémaux a d’abord salué la présence de tous les membres du jury, ainsi que de Michael Moore, et de Bono, déjà applaudis à leur arrivée, avant d’appeler sur scène le président du jury, Sean Penn, également ovationné.

Sean Penn (dont la preuve de l’engagement politique et humanitaire n’est plus à faire d’où la sincérité de la démarche), le visage grave, dont il s’était tout juste départi pour écouter chanter Freedom le soir de l’ouverture a évoqué les raisons de son choix : "Ce film m’a énormément marqué émotionnellement. Je n’en dirai pas plus car ce film vous convaincra lui-même par son propos. Vu que les gouvernements nationaux ne semblent pas capables de nous aider, ce film nous indique comment il est possible de nous entraider. Ce film m’a été communiqué par une personne qui a été confrontée directement aux effets du tsunami, Petra Nemcova…"

2140051073.JPG

Puis, Sean Penn a appelé sur scène la jeune femme en question qui a annoncé avec autant de légèreté apparente qu’elle a été blessée lors du tsunami, que son fiancé y était mort ("Ce documentaire est très cher à mon cœur, ceci pour deux raisons : parce qu’il s’agit de mon expérience personnelle et parce qu’il est ce en quoi je crois. L’action de ce film se déroule au Sri Lanka juste après le passage du tsunami. J’y ai été confrontée en Thaïlande. Heureusement, je n’ai été que blessée. L’une des choses les plus importantes que j’ai apprises, c’est que, dans chaque expérience vécue, il y a du positif et du négatif. Le négatif, c’est que parmi les 100 000 personnes qui ont trouvé la mort dans cette catastrophe, il y avait mon fiancé Simon. Et le positif, c’est que j’ai créé un organisme d’aide à ces populations, le Happy Hearts Fund, auquel bénéficie ce documentaire. Merci beaucoup pour votre générosité") et qu’elle était tétanisée à l’idée de venir sur scène, mais qu’on l’a rassurée en la disant plus belle que Sean Penn (!) C’est cela Cannes : évoquer les pires atrocités du monde, en robe de soirée, parfois une coupe de champagne à la main, en exhibant un air désinvolte astucieusement travaillé, s’en faire l’écho dans un cadre qui en est à l’opposé. Les flashs qui crépitent, l’atmosphère festive, les tenues de soirée paraissent soudain incongrues. Seul le visage toujours grave de Sean Penn reste en accord avec le thème de la soirée. Puis la lumière s’éteint et nous plonge dans une réalité à des années-lumière de Cannes. Cannes reflet d’un monde dont elle symbolise aussi l’évasion, la négation presque. Cannes et ses éternels paradoxes.

Pitch : Une histoire de volontarisme : quatre volontaires indépendants avec peu d’argent et inexpérimentés partent pour le Sri Lanka aider le pays ravagé par le tsunami. Le hasard fait qu’ils se rencontrent à l’aéroport de Colombo où ils louent un van, le remplissent avec des provisions et longent la côte pour trouver des gens à aider. Ils arrivent à Peraliya, un village détruit par une vague de 15 mètres, où un train s’est retourné tuant plus de 2 500 personnes. Le documentaire suit ces volontaires pendant dix-neuf semaines.

Après le frisson électrique qui avait parcouru la salle à l’arrivée des invités, c’est peu à peu le malaise qui s’est emparé de moi : malaise devant ces volontaires qui se mettent en scène et qui, au départ, occultent totalement la réalité du drame qu’ils ont sous les yeux pour ne nous montrer que la leur, malaise devant ces images insoutenables de corps mutilés embarqués dans des sacs comme de vulgaires marchandises, malaise devant tous ces drames indicibles dont leur dispensaire se fait le réceptacle, malaise créé par cette réalité du monde qui nous frappe, nous agresse presque, sur cet impitoyable écran, réalité dans laquelle il nous immerge avec violence, encore éblouis par les flashs, encore éblouis et hypnotisés par l’illusion cannoise : celle d’un autre monde, sans heurts, sans drames, sans autres frontières que celles de la Croisette. Cannes, certes miroir éclairant, mais aussi aveuglant du monde, au monde.

Le malaise s’accroît devant l’évocation de « belles journées » par les volontaires, une expression qui résonne comme une tragique ironie après les images insoutenables qui nous sont montrées, jetées à nos regards (dont je constate qu’ils fléchissent si peu dans la salle. Fascination malsaine ? Besoin d’être informés ? Regards blasés et trop habitués, anesthésiés par tant de fictions qui rivalisent d’imagination dans l’horreur et regards devenus insensibles aux horreurs de la réalité qui apparaissent peut-être finalement plus irréelles ?), malaise accru par une musique douce probablement choisie pour atténuer l’horreur ou, effet pervers, pour involontairement la nier.

Le malaise atteint son paroxysme lorsqu’un enfant dit en souriant qu’il a perdu une bonne partie de sa famille proche, qu’il énumère, et avec fierté (du désespoir, de l’innocence) qu’il est même passé à la radio et la télévision. Images placebo qui donnent une terrifiante illusion de vie. Terrible force des images. L’image interroge soudain son propre rôle comme lorsque le cameraman est pris à parti par une victime. Témoigner, montrer n’est-il pas aussi agir ou simplement s’en persuader, construire une fiction avec la réalité, se définir en héros de sa propre réalité ?

Mais peu à peu le documentaire prend toute sa dimension. Tournée par une des volontaires, la réalisatrice australienne Alison Thompson, il révèle en effet progressivement toute l’ambiguïté de l’aide humanitaire, là aussi toute l’ambivalence humaine.

Les images de rires des bénévoles, des enfants en apparence joyeux et souriants sont majoritaires dans la première partie comme si une euphorie anesthésiante s’était emparée de chacun, comme si l’horreur était telle que personne ne voulait l’admettre, comme si au contraire cet univers (de nouveau à sa manière carcéral pour faire un parallèle avec les films évoqués ces jours précédents) révélait non pas l’inhumanité, mais l’humanité en chacun (cette fois à l’inverse des films précédemment évoqués). Et puis, le choc passé, les sentiments matérialistes reprennent leurs droits, la jalousie s’empare des villageois et les bénévoles sont menacés, victimes de violences exacerbées par la rancœur devant un sentiment d’injustice. Alyson explique ainsi qu’ils reçoivent de l’argent qu’ils donnent, obéissant bien souvent à des choix affectifs : comment faire une échelle dans la douleur ? Devant un membre du village excédé parce qu’ils ont donné de l’argent à des personnes qu’il en estime indigne, Alyson explique alors par le biais d’un schéma, que les « bonnes personnes » et les « mauvaises personnes » sont à égalité, que les deuxièmes méritent autant l’aide que les premières, sans quoi leur situation sera encore pire qu’elle n’était avant le tsunami.

Le documentaire, tandis que défilent les noms au générique, se termine par une sorte de « bêtisier » (j’emploie ce terme inexact, exagéré, à dessein), qui me dérange de nouveau et qui peut être vu soit comme la volonté d’atténuer l’horreur, de dédramatiser, ou comme le bêtisier d’un blockbuster qui annihilerait alors toute la force du documentaire et le rendrait terriblement cynique, fictionnel.

Ce documentaire a en tout cas le mérite de refléter l’ambiguïté des bonnes intentions comme lorsqu’un bénévole déclare qu’il n’est rien chez lui et un Dieu là-bas, et tous évoquent cette « expérience » comme chargée de bons souvenirs, comme ils évoqueraient des souvenirs de vacances. Leur aide n’est finalement pas si gratuite, mais peut-on les en blâmer, comme l’évoquera ce même bénévole, ils sont juste humains, et c’est déjà énorme de savoir faire preuve d’humanité.

Puis l’équipe de bénévoles est invitée à monter sur scène pour un débat avec la salle, applaudie (en tenue de soirée, comme toute équipe de film qui se respecte, seulement là, créant une distance, apparentant de nouveau la réalité à une fiction dont ils seraient les héros).

999469190.JPG

Un drame en chasse malheureusement un autre et surtout le pouvoir émotionnel des images en chasse d’autres : Alyson annonce qu’elle part pour la Birmanie. On pourrait penser que l’orgueil dicte cette révélation, mais son visage angélique qui ne sourcille pas et sa détermination forcent l’admiration.

Une jeune femme dans l’assistance propose alors de donner une enveloppe et que chacun y fasse un don pour l’association, reflétant ainsi les dangers du sentimentalisme aveugle et aveuglé contre lequel met finalement aussi en garde le documentaire. Si j’étais cynique (non, non), je dirais que chacun courait alors après une nouvelle palme d’or : celle de la preuve irréfutable de son altruisme. Contre toute (son) attente, les volontaires refusent son aide pécuniaire, expliquant que s’engager c’est d’abord « balayer devant sa propre porte » et que s’engager humainement est beaucoup plus efficace. La jeune femme range son enveloppe, les trémolos dans sa voix, et ses « bonnes », mélodramatiques,, naïves (peut-être) ou démagogiques (peut-être) intentions.

Et puis, nous ressortons, la Croisette scintille de mille feux. Le Sri Lanka, la Birmanie, la Chine sont tragiquement irréels, lointains, inaccessibles à nos regards hypnotisés d’irréalité cannoise.

Le temps me manque pour vous parler d’Un conte de Noël et des 3 Singes, mais j’y reviendrai. Je reviendrai également sur ce documentaire dont je n’ai pu vous parler que brièvement, il m’aurait fallu aussi plus de temps et de recul pour évoquer ce sujet sensible, c’est pourquoi je souhaiterais y revenir. En attendant, aujourd’hui, Jia Zhangke et Woody Allen sont à mon programme…

A suivre sur « In the mood for Cannes » : http://inthemoodforcannes.hautetfort.com

Sandra.M


Moyenne des avis sur cet article :  4.33/5   (6 votes)




Réagissez à l'article

1 réactions à cet article    


  • IMAM ATHEE 19 mai 2008 11:28

    Prem’s !

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès


Derniers commentaires