• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Culture > Secret Tales, un trio italien dark et symphonique

Secret Tales, un trio italien dark et symphonique

L’Italie est vraiment la patrie du rock progressif. Chaque année, on découvre des nouvelles formations qui signent un premier CD. C’est le cas de Secret Tales, trio formé par la chanteuse et guitariste Tiziana Radis, qui joue également sur d’autres cordes comme le luth ou l’archiluth ainsi que sur diverses percussions et qui assure les textes et une partie des compositions musicales. Roby Tav prend en charge la plupart des compositions ainsi que les arrangements et joue sur les claviers. Giancarlo Gabbanella complète ce trio en sévissant à la basse et la guitare électrique. Quatre autres musiciens, dont une flûtiste, ont été invités pour enregistrer L’Antico Regno, premier album de cette formation cataloguée comme gothique, folk et progressive. Et dont le style se veut raffiné et baroque, dans la plus pure des traditions italiennes issues de la Renaissance.

Secret Tales nous invite dans ce concept album vers un voyage onirique menant vers un royaume disparu habités par d’énigmatiques créatures, rois, reines, princesses, sorcières et autres elfes jouant une étrange comédie sous la protection d’Unicorn et sous la menace de Faust. La musique évoque cet étrange royaume et nous invite au voyage avec des parties vocales subtilement agencées en langue italienne mais aussi en anglais et parfois en français. La notice précise les intentions esthétiques, dark, gothique et celtique. Mais une fois le CD mis dans la platine, le style ne fait aucun doute. L’atmosphère est symphonique et si l’on voulait situer une référence, on penserait au groupe de dark wave Gathering mais en moins pesant, avec plus de légèreté et surtout un raffinement musical exprimé sous forme d’alchimie instrumentale avec des fioritures qui agrémentent des parties lyriques et mélodiques superbement composées.

L’écoute de ce CD nous fait voyager à travers 13 petites pièces musicales avec une intro jouée dans un registre dark et épique et une guitare planante exécutant une première partie mélodique. Le second morceau s’intitule le ménestrel. Ambiance médiévale assurée, parties de cordes acoustiques permettant d’apprécier le talent de Tiziana, chanteuse évoluant dans un registre élevé, lyrique et méridional. Bref, une de ces belles voix féminines italiennes comme on les aime. Le rythme s’accélère et le style se fait plus heavy, avec de superbes nappes de clavier et toujours cette guitare aérienne et équilibrée qui rappelle parfois le jeu de Gilmour. L’écoute se poursuit avec cette ambiance légèrement dark et épique qui ne quitte que rarement le registre symphonique présent tout au long du CD. Ces pièces musicales rappellent parfois les prestations de Sophya Baccini, autre star du prog dark et médiéval qui signa un CD il y a trois ans sur le label génois Black Widow qui montre une fois de plus son éclectisme et sa cohérence orientée vers le dark symphonique en signant le trio Secret Tales. Autre référence qui se dégage, celle de Paradise Lost mais en beaucoup moins lourd. Le style se précise et s’oriente résolument vers le dark lyrique et symphonique, entrecoupé de parties folk-médiévales et comme il se doit, la recherche du beau est présente ce qui n’est pas pour déplaire aux oreilles disposant d’une sensibilité platonicienne.

Secret Tales nous offre un premier album qui séduira les mélomanes et s’inscrit parfaitement dans une évocation d’un 21ème siècle placée sous le double signe du désespoir crépusculaire avec une modernité qui n’en finit plus de s’achever et un monde d’espérance à venir qui sera à n’en pas douter néoplatonicien et même christique mais il faut traverser l’ombre alors n’hésitez pas à vous procurer L’Antico Regno, un concept album qui frôle les 4 étoiles sur 5 et qui livre une belle musique, baroque et subtile, parsemée de fioritures et de détails sonores que l’on découvre à chaque écoute.


TRACK LIST Stargate Il menestrello L’antico regno Il giullare In-faut-o Goblin Il canto delle sirene Rex Introduxit Puellam (L’incontro sublime) Princelfa L’unicorno lucente Tornano le fate Le tre (Streghe, Fate, Aliene) An Ancient History Saluto del cantore


Tiziana “Princess” Radis : Music and lyrics, vocals, background vocals, guitar, lute, archlute, bodhran, percussion Roby Tav : Music, keyboards and arrangements Giancarlo “Zepi” Gabbanella : Guitars and bass Gianni Musy : Voice acting of the « King » Andrea Cardellino (L’impero delle Ombre) : Guitars Kristina Allram : Flute Enio Nicolini (The Black, Akron) : Bass Gianluca Bracciale (The Black). Drums


Moyenne des avis sur cet article :  2/5   (1 vote)




Réagissez à l'article

3 réactions à cet article    



    • Claude Simon Gandalf 7 août 2015 21:09

      Rock progressif accessible à toutes et tous, pourquoi pas.


      • Antoine 8 août 2015 22:35

           S’extasier devant ces banalités démontre le niveau musical de nos contemporains !

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès



Partenaires