• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Culture > Semaine de la langue française et de la francophonie

Semaine de la langue française et de la francophonie

J'ai comme un doute ....

10 mots à la folie du moment ...

 

Unknown.jpeg

Venu d'Afrique, ce néologisme est le paradigme des nouveaux termes. Prenez un nom commun simple, adjoignez-lui une terminaison élémentaire et vous en ferez un verbe du premier groupe, de ceux qui ont la délicatesse de ne pas se montrer irréguliers. C'est ainsi qu'ambiancer s'est imposé aux fêtards et aux noctambules, aux joyeux drilles et aux couche-tard. L'ambiance est au cœur de leurs préoccupations. Vous eussiez pu lui préférer « Divertir » ou « Détendre » mais ces diables de verbes sont trop complexes pour des soirées où se prendre la tête est particulièrement déconseillé.

Charivari aurait pu faire l'affaire. Il aurait été formidable, déguisé en verbe. Charivarier ou bien encore Charivarir. Mais c'eût été reconnaître le bruit de ces fêtes, le mal de tête qui s'ensuit. Faire grand charivari serait pourtant bien nécessaire pour changer ce Monde loin des flonflons d'une fête illusoire qui ne visent, me semble-t-il, qu'à enfermer les gens dans l'inqualifiable piège de cette pauvre consommation si cacophonique. 

Car il faut être timbré pour accepter ainsi de n'être qu'un consommateur absurde. Curieusement, ce troisième mot apparaît dans cette semaine, alors qu'au sens propre, il a disparu de la circulation épistolaire. La poste a perdu la flamme ; le mail et tous ses avatars ont pris le relais, libérés du fil à la patte et du facteur. La folie caracole en tête, les échanges se multiplient, devenant si faciles, qu'il s'y dit n'importe quoi dans une langue aussi réduite que la pensée qui l'accompagne.

Alors on ne cesse de transmettre fariboles et coquecigrues Le futile ayant pris le pas sur l'essentiel, la baliverne se contentant d'éclairer nos lanternes et la babiole étant notre seule monnaie d'échange. Nous sombrons dans la vacuité, nageons dans l'insignifiance et je m'attache à ne pas déroger à la règle commune. Qu'importe, puisque la prochaine vague effacera le propos du jour !

Notre pauvre Tohu-Bohu de l'heure rentrera dans les oubliettes de l'informe et du vide. Le Brouhaha se fait tintamarre sous la baguette des ambianceurs incertains. Nous naviguons sur un océan de platitudes qui n'ont d'autre fonction que de créer le désordre, de disperser la réflexion et de rendre nos cerveaux disponibles aux marchands de soupe et autres produits mercantiles. C'est un bruit de fond sans fond, une vague si vague que nous y perdons notre âme …

Unknown-1.jpeg

C'est le règne de l'Hurluberlu. Il a détrôné le pauvre père Ubu. Rabelais en avait fait un saint, d'une fantaisie ébouriffante à vous donner la berlue. À notre époque, pour complaire aux publicitaires, il sera écervelé, loufoque et foutraque. Il rira sur des bandes enregistrées de tout et surtout de n'importe quoi. Il se tapera fort sur le ventre sans jamais se poser les questions essentielles. Il est le prince des soirées, le roi de la fête et son extravagance en fait le bouffon idéal :celui qui n'a d'autre projet que la bonne grosse rigolade.

Notre comique de service vend du vent. Il va à hue et à dia, se fiche d'avoir une ligne directrice. Il erre à tire-larigot, se rappelant alors que ce fut autrefois une petite flûte et aussi un jeu d'orgue. Il lève son verre, il chante en chœur avec ses amis une petite rengaine qui se fait pauvre fredaine. Il finit par vous courir sur « l'harigot » ...

Toute cette pensée avance en zigzag, fait des épingles à cheveu sans qu'il soit besoin de s'arracher lesdits cheveux. On ne pense pas, monsieur, on ne pense pas : on s'agite en tous sens, simplement. Voilà des lacets qui ne vous attachent pas, des détours qui ne portent pas à conséquence. C'est l'art de l'esquive, de la volte-face ou du revirement. L'essentiel étant de s'agiter sans avoir la moindre idée de sa destination.

Le pire est pourtant à venir. Enlivrer sort du chapeau et se permet même la forme pronominale. Ce néologisme affreux vient honorer le livre et la passion qui l'accompagne comme si les vrais lecteurs avaient besoin de se charger d'un tel boulet. C'est vilain et ça sent l'assuétude, comme si le fait de lire était pour les créateurs de ce mot, une perte de temps absurde. Tous les autres mots s'inscrivent dans la dispersion de la pensée, celui-ci vient lui donner le coup de grâce

Ouf, nous en avons terminé avec ces termes creux et si modernes. Belle semaine de la langue française qui semble vouloir lui porter un coup fatal en sortant de beaux termes désuets, de belles expressions imagées pour les assembler dans un parc d'attraction. C'est à pleurer de rage, nous n'avons plus ce respect des mots qui portent haut et loin l'intelligence et la pensée. Il ne s'agit que d'assurer l'ambiance, de peupler le vide tout en jouant les conservateurs du rare et de l'obsolète. Je n'aime pas l'esprit de cette sélection : cette juxtaposition porteuse de dénigrement et de dérision !

Lexiquement leur.

JPEG

http://www.dismoidixmots.culture.fr/?cat=132

 


Moyenne des avis sur cet article :  4.33/5   (6 votes)




Réagissez à l'article

24 réactions à cet article    


  • oncle archibald 17 mars 2014 09:25

    Adepte du lape pré avec Bobby Lapointe, j’ajouterai « quine dix mots con sent » ... Oui c’est douteux, je sais, mais entre le lape pré et le broutage de gazon maudit, finalement il n’y a qu’un poil. Absurdement votre.


    • C'est Nabum C’est Nabum 17 mars 2014 10:41

      Mon Oncle


      Bobby, ce grand Hurluberlu génial qui héals de son vivant ne connu jamais le grand Tohu-Bohu autour de ses spectacles ...

    • Za Legras Za Legras 17 mars 2014 11:35

      Oui mais en même temps, le terme mail que vous employez se dit courriel chez nos amis québécois et mél pour l’académie de la langue française.

      Ceci dit, je comprends votre propos, plutôt bien tourné, signe que la langue, si elle prête à débat, est aussi polymorphe et évolutive et donc quelque part insaisissable.


      • C'est Nabum C’est Nabum 17 mars 2014 11:54

        Za Legras


        Il y a de si belles rxpressions chez vous ! 

      • Prudence Gayant Prudence Gayant 17 mars 2014 13:46

        Nabum

        Vous n’avez jamais lu une missive écrite par un Africain francophone. 

        • C'est Nabum C’est Nabum 17 mars 2014 16:35

          Prudence


          Hélas non 

          J’espère que vous m’en fournirez un exemplaire

        • Prudence Gayant Prudence Gayant 17 mars 2014 20:25

          Nabum

          Je vais chercher et trouver, 

        • C'est Nabum C’est Nabum 17 mars 2014 20:59

          Prudence


          Je compte sur vous ...

        • Prudence Gayant Prudence Gayant 19 mars 2014 21:04

          Nabum

          Cela me rassure que vous n’ayez pas trop de temps à perdre, je ne suis pas donc tenu par le temps pour retrouver ce que je dois retrouver. C’est comme déterrer un vieil os égaré dans le temps.

        • C'est Nabum C’est Nabum 20 mars 2014 05:56

          Prudence


          Vous ne me passez rien ! 

        • Prudence Gayant Prudence Gayant 21 mars 2014 13:57

          Nabum


          Je lis je tire des conclusions et parfois je m’en sers.
          Cela n’empêchera pas la Loire de couler dans le même sens toute l’année.
           

        • claude-michel claude-michel 17 mars 2014 13:59

          oupsssssss....

          Le jeu des Dix Mots de la langue française....ambiancer, à tire-larigot, charivari, faribole, hurluberlu, 
          ouf, timbré, tohu-bohu, zigzag, s’enlivrer
          ...

          Voici les définitions proposées par la Délégation Générale à la Langue Française et aux Langues de France :

          AMBIANCER v.intr. Région. (Afrique noire) Rendre l’ambiance joyeuse et festive. Trans. Ambiancer une soirée.

          À TIRE-LARIGOT fam. Beaucoup, en quantité. À gogo. Boire à tire-larigot.

          CHARIVARI n.m. Grand bruit, agitation. chahut, tapage.

          ENLIVRER (S’) v. pron. Néologisme créé par Constant Chardon, élève de CM2 à Neuilly-sur-Seine (92), dans le cadre du Camion des mots. Être ivre de lectures.

          FARIBOLE n.f. Propos vain et frivole. Baliverne, bêtise. Dire des fariboles.

          HURLUBERLU, UE n.m. ou n.f. Personne extravagante. Une bande d’hurluberlus. original.

          OUF onomatopée. 1 interj. exprimant le soulagement. 2 loc. Il n’a pas eu le temps de dire ouf, de prononcer un seul mot. 3 ouf adj. et n. (verlan de fou). fam. Fou, folle ; très bizarre.

          TIMBRÉ, ÉE adj. 1 Qui a du timbre, un beau timbre. 2 Marqué d’un timbre. Papier timbré, émis par le Gouvernement et destiné à la rédaction de certains actes. 3 Qui porte un timbre-poste. 4 (de timbre « cloche » et « tête ») Un peu fou. cinglé.

          TOHU-BOHU n.m. inv. Bruit confus, tumulte.

          ZIGZAG n.m. Ligne qui forme des angles aigus. La route fait des zigzags. Lacet...d’origine Germanique du XVII siècle (ziczac)...en fait une machine...


          • C'est Nabum C’est Nabum 17 mars 2014 16:36

            claude-michel


            Je prends la route des mots suivant mes humeurs et me passe fort bien des délgations et autres groupuscules had hoc

          • claude-michel claude-michel 17 mars 2014 17:20

            Par C’est Nabum ...c’est possible mais c’est étrange de trouver sur le net plein de sites avec les mêmes mots..que les vôtres..sans doute « l’échos-hein-si-danse »... ?


          • C'est Nabum C’est Nabum 17 mars 2014 19:37

            claude-michel


            L’écho-côtier Anormal sur la Loire !

          • L'enfoiré L’enfoiré 17 mars 2014 17:36

            Je suppose que vous espérez entendre cela à la mode belge.

            Et un dico, ça vous dit ?


            • C'est Nabum C’est Nabum 17 mars 2014 19:39

              L’enfoiré


              Je serais assez curieux de vos expressions vernaculaires 

            • baldis30 17 mars 2014 18:41

              Un verbe nouveau devrait sous peu, faire son entrée en politique

              BéHacheLiser

               smiley


              • L'enfoiré L’enfoiré 17 mars 2014 19:26
                L’antidote du mot français « compatir » n’existe pas.
                Si on essayait « conjouir » comme le proposait, récemment, Maxime Le Forestier ? 
                Peut-être pensait-il aux phoques en Alaska... smiley

              • JL JL 17 mars 2014 19:31

                antidote ?

                Compatir : pâtir avec
                conjouir : jouir avec.


              • psynom 18 mars 2014 00:00

                Ah ! le préfixe « con » signifie : avec, ensemble.

                Il est donc possible de dire qu’un chef d’escadrille peut convoler, sans se marier... et ce n’est pas faire de dialogue à la Audiard.

                Au passage, je propose le néologisme « condîner » = dîner avec, dîner ensemble.
                « Cher Pignon, je vous invite à condîner entre amis demain soir »


              • C'est Nabum C’est Nabum 18 mars 2014 06:27

                 psynom 


                Cette invitation me place derechef dans la cohorte des constructeurs de chateaux en allumettes. Qu’importe, pourvu qu’ils soient en bord de Loire ...

              • L'enfoiré L’enfoiré 17 mars 2014 19:30

                Je me souviens d’une autre fois. C’était le 40ème anniversaire et le 13ème Sommet de la Francophonie à Montreux en 2010.

                J’avais découvert que le Canada, n’était pas aussi dry, que cela.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès



Partenaires