• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Culture > Si c’était à refaire, au Théâtre des Variétés

Si c’était à refaire, au Théâtre des Variétés

Si La presse est unanime était un coup de maître pour Laurent Ruquier, Si c’était à refaire serait plutôt à classer dans la catégorie "coup d’essai" ; en effet, cette pièce sympathique paraît quelque peu bâclée aux entournures, et manque notamment de rebondissements dramaturgiques ; en outre, si le "harem" qui entoure Pierre Palmade permet aux figures féminines de se décliner dans leur originalité et leur différenciation, une seconde présence masculine aurait été la bienvenue pour susciter l’émulation de tous.

Cela dit, chacune des comédiennes va offrir au public une part de cette image inversée que la frustration de l’âge et celle de l’imperfection physique élèvent en dictature de la société contemporaine ayant acquis, pour la bonne ou la mauvaise cause, selon les cas, le droit et les moyens de rectifier le corps humain.

Au Théâtre des Variétés, les rires fusent sans vergogne, des loges d’orchestre aux balcons supérieurs, car les mimiques des uns, les bons mots des autres cherchent le commun dénominateur du plaisir à se moquer gentiment du narcissisme excessif régnant en souverain de la reconnaissance de soi-même.

L’objectif de Laurent Ruquier étant de proposer une cure de jouvence pour le prix d’une place de théâtre, il est indéniable que la bonne humeur ambiante contribue largement à ce succédané des familles.

Claire Nadeau, Alexia Namani, Isabelle Mergault, Laurence Dabadie et Noémie de Lattre composent allègrement un quintette de salves humoristiques face auxquelles le scalpel malicieux de Pierre Palmade s’apparenterait volontiers à la baguette magique du meneur de revue.

Dénuée du néo-cynisme de Grosse chaleur ou de Landru, cette pièce ni faite, ni à refaire, pourrait fort bien se substituer au nez rouge du clown qui cache tant bien que mal, dans l’éclat de rire général, les failles communes à tout un chacun, afin de les transformer en rides rédemptrices.

SI C’ÉTAIT À REFAIRE - ** Theothea.com - de Laurent Ruquier - mise en scène : Jean-Luc Moreau - avec Pierre Palmade, Claire Nadeau, Aléxia Namani, Isabelle Mergault, Laurence Dabadie et Noémie de Lattre - Théâtre des Variétés -


Moyenne des avis sur cet article :  2.33/5   (6 votes)




Réagissez à l'article

1 réactions à cet article    


  • courdemanche (---.---.99.143) 5 mars 2006 00:06

    ...on s’abstiendrait.

    Même en théatre amateur, on n’oserait pas jouer une telle pièce. Il est où le texte ? Quid de la mise en scène ? Piere Palmade on t’adore, mais tu te discrédites en jouant un tel navet. Quand à Isabelle, à ton niveau, tu devrais savoir utiliser tes mains et ts pieds. Cela étant, en tant que chroniqueuse tu es sublime. Laurent tu es un vrai talent à la télé, mais pas au théatre. Heureusement que le théatre des Variétés est très beau à regarder ;)

    Une mère et son fils amateurs de théatre.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON








Les thématiques de l'article


Palmarès