• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Culture > Sixties, la révolution du rock : So british !

Sixties, la révolution du rock : So british !

Si l’ébullition des années 60 a conduit aux mouvements populaires de la jeunesse, et à Mai-68 en France, elle fut aussi propice à des révolutions musicales, tant par les thèmes abordés dans les chansons (sexe, drogue, politique, guerre...) que par l’exploration de nouveaux sons, rythmes, harmonies. Cet article constitue la deuxième partie de l’histoire du rock’n’roll.

La décennie s’annonçait sans grande surprise après la mort annoncée du rock’n’roll en 1959 et une désaffection montante de la bonne société américaine pour cette forme de musique considérée comme l’expression du mal. Les charts faisaient désormais la part belle aux survivants de la première décennie de rock’n’roll. Exit les Eddy Cochran, Buddy Holly et Richie Valens, morts prématurément et place au King "institué" roi du genre pour une diffusion commerciale et formatée aux bons soins du colonel Parker. Le goût populaire dominant allait par ailleurs se tourner vers les mélodies sages voire mièvres.

Mais cet assagissement n’était qu’en surface. Car sous l’onde tranquille se préparait une révolution musicale qui allait déferler sur ces années-là et s’inscrire en profondeur. Ce qui allait rendre possible tout cela, c’est la naissance des groupes (Cliff Richard et les Shadows en pionniers), les festivals (Monterey en 1967, Woodstock en1969, île de Wight en 68, 69, 70), et la vigueur du rock en Grande-Bretagne, véritable vivier qui allait ressusciter le rock devenu moribond. Trois groupes s’inscrirent pour un succès mondial et durable : les Rolling Stones (1960) et les Beatles (1959) et peu après les Who (1964). Nous parlerons peu des deux premiers car l’article apporterait peu de choses que le lecteur ne sache déjà. Il sera abondamment question en revanche de tous ces noms du rock et de la pop qui ont marqué les Sixties et dont beaucoup ont sombré dans l’oubli. Certains titres gagnent à être écoutés pour leur fraîcheur créative, leur spontanéité, leur naïveté d’alors. Même s’ils ne sont pas tous des chefs-d’œuvre, ils sont témoins de leur époque et dégagent un charme nostalgique. D’autres sont devenus des classiques et passent encore à la radio, d’autres encore sont remarquables pour leur originalité ou ce qu’ils annoncent. Ici, pas de hiérarchie selon des critères de qualité ou de modernité (le pire a toutefois été écarté !), mais un survol en musique d’une époque riche en rebondissements et en explorations diverses.

On voit bien que la musique pop et rock britannique a dominé cette période. Les artistes et groupes suivants sont britanniques : The Beatles, Cliff Richard & The Shadows, The Rolling Stones, The Animals, The Who, The Kinks, David Bowie, Moody Blues, The Yardbirds, The Pink Floyd, Ten years after, The Yardbirds, “John Mayall & the Bluesbreakers”, Cream, Soft Machine, Rod Stewart, Fleetwood Mac, Procol Harum, Genesis, Deep Purple, Led Zeppelin, Yes, Joe Cocker, King Crimson, T.Rex. Voici leurs principaux titres par années :

1 - 1959 - 1962 : dans la continuité des Fifties :

Pas de bouleversement dans le style musical. Les charts anglais sont largement dominés par Elvis Presley, Cliff Richard and the Shadows. Mais des petits nouveaux se partagent les autres places : Del Shannon Runnaway (qui sera repris par Dave), The Tornados Telstar. The Animals (Eric Burdon) compose déjà des titres célèbres (The House of the Rising Sun sortira en 1964 et sera repris par Johnny sous le titre Le Pénitencier). En 1965, We Gotta get out of this Place (l’une des premières chansons écologiques). Mais aussi Don’ let me be Misunderstood, Hallelujah I Love you so. Ike & Tina Turner (1959, US). Chubby Checker Let’s Twist Again. Un groupe se démarque par son style innovant : The Beach Boys (1961, US, californien).

1963 : Gerry and The Pacemakers : You’ll Never Walk Alone, The Ronettes : Be my Baby. The Kingsmen : Louie louie.

2 - 1964, une année fertile en nouveaux groupes :

Tandis que les Beatles règnent dans les charts anglais déjà depuis l’année précédente, les Rolling Stones font une percée. Le duel durera plusieurs années. Dans le même temps, d’autres groupes et artistes britanniques font leurs débuts. Les Who se forment, rejoints par le batteur Keith Moon. 1964. Premier hit : I Can’t Explain. D’autres succès viennent aussitôt : Anyway, Anyhow, Anywhere. L’album mythique My Generation sort cette année-là tandis que le non moins emblématique Tommy paraîtra en 1969. Ce sont les débuts également des Kinks (You Really got me, Sunny Afternoon, All Day and all of the Night), de David Bowie (d’abord folk), des Moody Blues (rhytm‘n’blues), des Yardbirds (Eric Clapton puis Jeff Beck, guitaristes) :I ain’ got you, A Certain Girl, Got to Hurry... Pour couronner cette profusion, Pink Floyd se constitue autour de Syd Barrett, qui sera très vite remplacé à la guitare par son ami d’enfance, David Gilmour.

Pink + Floyd : Le nom du groupe ne signifie pas « flamant rose », (« flamant » se traduisant en anglais par « flamingo »). C’est en réalité un nom adopté en référence à deux musiciens de blues, Pink Anderson et Floyd Council. Quelques titres :Lucifer Samet Astronomy Domine, en 1967. L’album A Saucerful of Secrets en 1968 dont le titre Set the Control for the Heart of the Sun. Les pierres qui roulent : Les Rolling Stones ont puisé leur nom chez Muddy Waters, joueur de blues qu’ils admirent et dont un morceau s’intitule Rollin Stone.

D’autres artistes à succès en 1964 : Roy Orbison et son célèbre Oh Pretty Woman, Them  : Gloria, puis It’s all over now Baby Blue. Dionne Warwick : Walk on by. The Zombies sortent leur premier tube She’s not there. The Supremes  : Baby Love.

3 - Milieu des années 60 : L’acid rock ou rock psychédélique :

Le mouvement psychédélique, né sur la côte ouest des Etats-Unis, est représenté par :

The Byrds (US, folk-rock, californien) : Mr Tambourine Man, Turn Turn Turn. Grateful Dead : (appréciés surtout en concert). Jefferson Airplane (US) : It’s no Secret, Somebody to Love. The Doors : album Doors (1967) dont les titres Light my Fire et The End. Les albums Strange Days (1967) et Waiting for the Sun (1968). Creedence Clearwater Revival : le fameuxProud Mary, Travelin’ Band.

Autres styles :

1965 : The Temptations (US, ormé en 1960) : My Girl, The Four Tops It’s the Same Old Song (qui sera adapté par Claude François), The Righteous Brothers : You’ve Lost That Lovin’ Feelin’.

1966 : Tom Jones : Greeen Green Grass of Home. The Velvet Underground (Lou Reed) : I’m Waitin for the Man, Sunday Morning. Cream (dont Clapton) se forme. Album Good Bye. Leur titre Sunshine of your Love annoncera le Cocaïne de Clapton (écouter les premières mesures). Buffalo Springfield (US), composé de Neil Young, de Stephen Stills et de Richie Furray, se forme et sort l’année 67 le tube : For what it’s Worth. The Lovin’ Spoonful (US formé en 65) : Daydream, Summer in the City. Herman’s Hermits : No Milk Today, Percy Sledge When a Man Loves a Woman, The Troggs Wild Thing.

4 - 1967 à 1969 : Essor du rock progressif et naissance du hard rock :

Le rock progressif, initié essentiellement par les Beatles et les Pink Floyd, connaît un développement (il connaîtra son apogée dans les anées 70) :

King Crimson : l’étrange et superbe The Court of the Crimson King. Genesis  : Le groupe se forme (avec Peter Gabriel) et sortira son premier album en 1969, From Genesis to Revelation qui sera réédité en 1974 sous le nom In the Beginning qui est aussi le nom d’un des titres. Phil Colins rejoint le groupe en 1970. Yes  : Leur album Yes, sorti en 1969, est peu représentatif de la musique qu’ils joueront la décennie suivante. Gong

Le hard rock , dont les prémices existaient chez les Kinks et surtout chez les Who et les Rolling Stones, fait son entrée tonitruante et remarquée avec : Deep Purple : Love Help me, Mandrake Root, Playground, Lalena (slow), Led Zeppelin : en 1969 : Heartbreaker, Whole Lotta Love.

Autres styles :

1967  : The Monkees I’m a Believer. Fleetwood Mac, formation de Peter Green, joue du rock-blues : Albatross, Black Magic Woman qui sera repris plus tard par Santana. Le groupe change après 1974 : il fera du rock californien. Procol Harum dont le tube A Whiter Shade of Pale fait un succès mondial. Janis Joplin (US), Jimi Hendricks (US), Scott Mc Kenzie (US) : San Francisco. The Box Tops : The letter.

1968  : Chicago, Stooges (Iggy Pop), Alice Cooper, Joe Cocker  : son premier tube est une reprise des Beatles, With a Little Help from my Friends.

1969  : The Archies Sugar Sugar, Jethro Tull album Stand up (Bourée), The Seekers (premier groupe australien de musique populaire à être bien classé au hit-parade et au classement des ventes au Royaume-Uni et aux Etats-Unis). Sly & The family stone : Stand  !

Bonne écoute !




Moyenne des avis sur cet article :  3/5   (12 votes)




Réagissez à l'article

37 réactions à cet article    


  • Bernard Dugué Bernard Dugué 28 mai 2008 10:39

    bonjour, article qui fleure bon la nostalgie d’une époque radieuse

    dommage la confusion des dates, tu ne démarque pas bien les purs sixties des seventies, où on trouve Led Zep, Crimson, Purple

    confusion des genres, CCR n’a riend du psyché, ni les Byrds, ni les Doors, ni même Airplaine. Les références en psyché sont américaines et britannique, 13 rd Flood Elevator, Electric Prunes, Moby Grape

    Et quelques oublis majeurs, comme le Tomorrow, pur psyché, et les Pretty Things, emblématique des années 1966, cette jeunesse rebelle, les Pretty aussi sulfureux que les Stones et Man, groupe charnière de 1968

    mais c’est un plaisir que de lire tous ces noms en formes de souvenirs


    • La Taverne des Poètes 28 mai 2008 10:53

      à Bernard Dugué :

      J’ai voulu justement montrer que les Seventies avaient commencé entre 1967 et 1969. Donc avant la date de 1970 qui n’est pas ici une limite nette. Lez Zep et Deep Purple avaient affirmé leur style et produit des tubes avant cette date.

      Pour le psychédélisme, je me suis fié à un petit ouvrage qui m’a l’air sérieux. Wikipedia confirme :

      - Pour les Byrds : "La musique prend des reflets psychédéliques et la maîtrise des covers de Dylan rivalise avec les originaux.Les Byrds, après deux albums en 1965, fondent le folk-rock et créent un son spécifique dû à la Rickenbacker 12 cordes de Roger McGuinn : le « Jingle Jangle ». Les Byrds sont parmi les premiers à graver sur un 33 tours une version de Hey Joe (popularisée plus tard par Jimi Hendrix). Ils portent une nouvelle révolution en janvier 1966 : le simple Eight Miles High ... Futur hymne du psychédélisme."

      - Pour Jefferson Airplane : Wikipedia confirme aussi "Jefferson Airplane est un groupe de rock américain issu de San Francisco, et l’un des précurseurs du mouvement rock psychédélique.Il est rattaché au mouvement "San Francisco Sound"

      - pour les Doors, c’est moins flagrant par contre, même si le batteur John Densmore venait des Psychedelic Rangers. Et même si Jim morrisson était très porté sur le LSD. C’est pour les Doors que l’étiquette me paraît la plus réductrice.

      Mais il est difficile de mettre d’accord les sources qui traitent de l’histoire du rock ! Donc j’ai fait au mieux.

       


    • Bernard Dugué Bernard Dugué 28 mai 2008 10:55

      Maintenant, c’est neoprog et métal prog, plus quelques figures décalée, Porcupine, Therion, Opeth, sans oublier Heldon

      c’est une question de goût, l’essentiel est d’apprécier la qualité

      je n’irai pas décorer Céline Dion comme l’a fait ce grand mélomane à l’Elysée qui aime Sardou et croit que Barbelivien est le Debussy de notre époque


    • La Taverne des Poètes 28 mai 2008 10:56

      Je n’ai pas été exhaustif et je ne suis pas un expert (je n’ai pas vécu cette période). Mais je suis sûr que beaucoup de lecteurs découvriront des groupes et des titres qu’ils ne connaissaient pas. Et qu’ils pourront se faire une super compil’ comme n’en trouve nulle part !

      N’hésitez pas à compléter la discographie !

       

       


    • La Taverne des Poètes 28 mai 2008 11:02

      Vraiment ? Quelqu’un a osé comparé Barbelivien à Debussy !!!

      On notera que je n’ai pas parlé de Bod Dylan non plus...Au début, je voulais me limiter au rock au sens strict, puis j’ai un peu étendu (mais peu) à la soul, à la variété internationale, au rythm ’n’ blues, ceci en raison des frontières qui me paraissent souvent minces. J’aurais donc pu étendre à la folk song mais alors cela aurait été une trop grande ouverture et beaucoup de travail encore !

      J’ai exclu aussi les Yéyés, la chanson française plus ou moins rock des années 60.

      Ce sont des choix faits pour cadrer le propos et rester lisible. Donner des repères et des références sans sombrer dans la confusion.


    • Bernard Dugué Bernard Dugué 28 mai 2008 11:02

      Pardon de me citer,

      voici deux billets sur la rupture de 1968

      www.agoravox.fr/article.php3

      www.agoravox.fr/article.php3


    • La Taverne des Poètes 28 mai 2008 11:10

      Bernard, on n’est jamais si bien cité que par soi-même. Je précise que je n’ai pas voulu retenir la date de 1970 non plus que celle de 1968 à cause de la signification qu’on donne à cette dernière date en France. Aussi ai-je fait débuter les Seventies en 1967 ! Mais non sans raison si l’on considère le développement du Hard rock cette année-là.


    • Bernard Dugué Bernard Dugué 28 mai 2008 11:25

      en 1967, c’est pratiquement le punk qui démarre avec les Stooges

      le heavy metal a démarré bien après 1967, avec Black Sabbath


    • La Taverne des Poètes 28 mai 2008 12:03

      Au risque de vous choquer, pour moi le Heavy Metal ce n’est plus du rock. Le Punk non plus. Pour cela, je ne pense pas que je me risquerai à rédiger un papier sur les Seventies.

      Il y a sans doute une part d’arbitraire dans ce jugement tout comme dans le fait que je situe les 50’s entre 1947 (naissance du rock) et 1959 (sa mort déclarée) (voir mon article sur le rock des Fifties), et les 60’s entre 1962 et environ 1967.

       


    • cpt.kirk cpt.kirk 28 mai 2008 12:30

      Je ne suis pas d’accords sur ce point .

       

      Pour moi le rock commence effectivement dans les années 50. mais les Heavy metal est né du hard rock lui même issue du rock 60’s dont vous parler. Le punk qui puise ses racines chez les Stooges et le MC5 des années 60 mais cherchais aussi à revenir à la simplicité du rock des débuts (référence a Gene Vincent et Eddie Cochran).

       

      Le Hip hop est le cri des classe défavorisées (les blousons noirs et les punk venaient d’où ?). Et pour avoir fréquenter le milieu Tekno Free du milieux des années 90, j’y ait retrouvé la même fraîcheur et la même attitude qui m’avait ouvert au rock par le punk dans les années 80.

       

      Je pense que le Rock est un Mouvement qui est bien plus étendue que la musique. Il couvre la mode la littérature, le cinéma, la société bref il est , pour moi, une forme de culture qui ne meurt mais ne cesse d’évoluer.


    • La Taverne des Poètes 28 mai 2008 12:45

      Comme la poésie qui serait partout ? D’accord mais il faut bien définir des séparations quand même. Le punk s’est certes inspiré de certains pionniers du rock des 50’s ou plutôt de certains de leurs morceaux mais personnellement je préfère le mettre à part compte tenu des évolutions qu’il a imposées qui en font un style sui generis. Cela dit, je comprends et respecte votre point de vue. A propos, les Sex Pistols vont se produire en Bretagne prochainement dans un festival.

       


    • tvargentine.com lerma 28 mai 2008 11:01

      Décidement vous ne connaissez rien en musique

      VOUS AVEZ OUBLIE LE GRAND GROUPE DE ROCK DE MUSIC PROGRESSIVE : CARAVAN

      Pour ceux qui connaissent


      • La Taverne des Poètes 28 mai 2008 11:05

        Ah bon ? En tout cas avec vous on ne progresse pas beaucoup...Les chiens aboient, et Caravan passe. Je préfère "Caravan" de Duke Ellington.


      • roOl roOl 28 mai 2008 11:22

        le pire des oubli, c’est celui de la fermer, Lerma...

        surtout dans ton cas.


      • Zalka Zalka 28 mai 2008 11:25

        Ca doit être fatiguant une discussion réelle avec Lerma. On discute normalement (enfin, si vous trouvez normal de dire à votre interlocuteur qu’il n’y connait rien à rien, comme ça, pour le fun...). Et soudain, le type vous hurle dans l’oreille : "VOUS AVEZ OUBLIE LE GRAND GROUPE DE ROCK DE MUSIC PROGRESSIVE : CARAVAN ".



      • SANDRO FERRETTI SANDRO 28 mai 2008 11:33

        En ces temps de flambée pétrolifère matinée de pécheurs mécontents, on n’écoutera jamais assez "Peaches and Diesel", de ce vieux Eric.

        Je vous souhaite à tous un "wonderfull tonight".


        • La Taverne des Poètes 28 mai 2008 11:57

          Ce bon "vieux Eric", j’en parlerai peut-être un jour si je fais un article sur le Blues. Car j’aime beaucoup le blues.

           


        • La Taverne des Poètes 28 mai 2008 12:34

          Léon : Spencer Davis Group, je n’ai pas pu le localiser dans une année précise faute d’infos suffisantes sur ce groupe. Mon article étant structuré, il y a eu qq dégâts collatéraux !

          Rory Gallagher, je le classe plus dans le Blues (même s’il est aussi rock) et je rêve de faire un papier sur le Blues où il aurait une meilleure place. De même pour Clapton que j ’ai néanmoins asez évoqué.

           


        • Alexis Brunet Alexis Brunet 28 mai 2008 12:11

          Article incomplet (c’est le propre d’une liste, j’en convient) et confus. De quoi parle l’article ? De pop ? Alors où sont Hendrix et Zappa, véritables précurseurs et théoriciens de ce que sera la musique avant gardiste d’aujourd’hui.

          Non vraiment, il faut un peu plus que quelques noms pour savoir parler de cette période (entre nous, parler de rock des 70’s est peu pertinant).


          • La Taverne des Poètes 28 mai 2008 12:37

            Hendrix et Zappa et qq autres, j’en aurais parlé dans un papier sur les Seventies. Mais ferai-je ce papier ? Pas sûr car l’entreprise est aussi laborieuse et périlleuse que celle qui a mené à cet article qui est certes imparfait pour les puristes ou les fans de tel ou tel groupe, mais qui sera une bonne référence pour beaucoup d’autres. Avec liens pour écouter en prime !

             


          • Yohan Yohan 28 mai 2008 12:25

            A noter qu’en 70 à l’Isle de Wight se produisait en première partie Supertramp, nouveau venu de l’époque.

            (j’y étais)

             



              • tvargentine.com lerma 28 mai 2008 12:38

                http://fr.wikipedia.org/wiki/Roy_Buchanan

                L’un des meilleurs guitaristes au Monde

                 


              • La Taverne des Poètes 28 mai 2008 12:39

                C’est un lien vers un article intéressant.


              • La Taverne des Poètes 28 mai 2008 12:53

                "L’un des meilleurs guitaristes au Monde" : oui mais de Blues. Même remarque que plus haut. Je prévois de traiter le blues à part. Non pas que je sois obsédé par les petites cases mais parce que sinon le champ d’investigation est trop vaste pour un simple article.


              • tvargentine.com lerma 28 mai 2008 13:49

                Je connais ce guitariste depuis 1978 avec un super album de rock qu’il avait

                Il a fait du rock et du blue et n’a pas fait comme Jeff Beck ni rock electronico-techno,ni jazz-rock,ni hard-rock

                Ecoutez aussi CARAVAN car ce groupe était vraiment magique à l’époque et il comportait (comme c’était souvent le cas ) un violoniste

                 

                 

                 

                 


                • La Taverne des Poètes 28 mai 2008 15:06

                  Dans le paragraphe qui suit, s’il manque liens pour 4 hits : Gloria, It’s all over now Baby Blue, Walk on by, Baby Love, c’est parce que je n’ai pas pu trouver les liens permanents ("permaliens") sur Deezer.com. Il ne s’agit donc pas d’un oubli mais d’un problème technique. Ce sont de bons titres et je vous conseille de les écouter en faisant des copier-coller dans la zone de recherche de Deezer.

                  Paragraphe concerné : "D’autres artistes à succès en 1964 : Roy Orbison et son célèbre Oh Pretty Woman, Them  : Gloria, puis It’s all over now Baby Blue. Dionne Warwick : Walk on by. The Zombies sortent leur premier tube She’s not there. The Supremes  : Baby Love."
                   

                   


                  • caramico 28 mai 2008 15:11

                    En France, il n’y avait pas que des Yé-Yé : Je pense à Magma, par exemple, de Christian Vander.

                    Pour King Crimson, le tire cité a été leur plus gros succès populaire, il vous faut connaître aussi Island, Lizard, le fabuleux direct Earthbound...


                    • tvargentine.com lerma 28 mai 2008 17:22

                      "En France, il n’y avait pas que des Yé-Yé : " dit notre ami @caramico

                      Oui mais ne sait-il pas que Janick Top bassiste de Magma a été aussi bassiste pour France Gall

                      C’était juste une infos en passant

                       

                       

                       


                      • La Taverne des Poètes 28 mai 2008 20:00

                        BONUS ! Petit retour dans les années 50 pour écouter la chanson comique des Coasters que notre ami Henri Salvador adapta sous le titre "Zorro est arrivé". C’est sur le site jiwa.fr : titre original "Along came Jones".

                        Les Coasters ont aussi fait "Three cool cats" qui a été repris par Richard Antony sous le nom "Nouvelle vague". A écouter aussi sur Jiwa.fr

                        Et le rock "Riot in cell block number 9" vaut aussi le détour. Il a été repris par Dr Feelgood si ma mémoire est bonne.

                         

                         


                        • La Taverne des Poètes 28 mai 2008 20:22

                          BONUS 2 :

                          Retour aux Sixties mais toujours sur Jiwa : les super tubes de The mamas & papas :

                          - California dream (1965)

                          - Dream a little dream of me (1968)

                          - Monday monday (1966)

                          - Dancing in the street : qui sera repris par Bowie bien plus tard.

                          Autres groupes : sur deezer.com

                          - The Crystals :"Da Doo Ron Ron" (63)

                          - The Bobby Fuller Four : I fought the law (64)

                          - The Easybeats : "Friday on my mind" (66)

                          - The Turtles : Happy together (67)

                          - The association : Never my love "67)

                          - The Marcels : "blue moon" (61)

                           

                           

                           


                          • La Taverne des Poètes 28 mai 2008 20:43

                            Dernier bonus : 3 incontournables : (sur Deezer)

                            - Chuck Berry : "You never can tell" (64)

                            - The Spencer Davis Group : "Keep on running" (65)

                             "I’m a man (67)"

                             

                             


                          • morice morice 29 mai 2008 01:33

                             Joyeux méli mélo là, la Taverne... avec quelques oublis : le rôle du skiffle dans l’arrivée des USA dans la musique anglaise... avec Lonnie Donegan... mais le plus criant manquement c’est le manque de place laissé à Van Morrisson des Them. C’est l’un des rares a toujours faire de bons albums. Dernier en date  : Keep it simple. Fleetwod mac c’était du "Blues anglais", issu de ce qu’avaient fait Alexis Koerner ou John Mayall toujour aussi excellent (le double live de 2003 pour ses...70 balais est à citer en exemple. En Blues anglais, à citer aussi le label Blue Horizon avec Chicken Shack et un double album dont un live avec une version à tomber de "Thrill is gone " de BB King. En hard, c’est Black Sabbath qui n’est pas cité. Aux USA, il y a aussi Hot Tuna avec un Jorma Kaukonen auteur de superbes solos dont des récents. Rien que d’après la tronche on achète... Blue country herat est une merveille comme Stars in my crown. Le premier album de Jethro Tull n’est pas Bourée (stand up) c’est This Was, et le titre 45 t qui le fait connaître car il devient indicatif de radio c’est Living in the past... le méga titre étant Locomotive Breath assez prémonitoire.. sur Aqualung pour Peter green faut voir ça... ou ça... le plus beau sans doute.. il a pris du LSD en 69 et ne s’en est jamais remis, dommage.. la tronche actuelle pour comparer.. merci à ....LERMA de citer Caravan !!!  finaud Caravan !!  admirez dans le fond un ampli Orange, c’était aussi celui de Peter Green.. 

                            et pour résumer tout ça, on REGARDE THIS IS SIPNAL TAP !!! ça résume toute la période !!! les amplis sur 11 !!!  ELEVEN !!!!

                            trop drôle les faux gothiques.. et le tour complet avec Gilmour comme invité de "gros cul" !!  ELEVEN !!!


                            • morice morice 29 mai 2008 01:43

                               Cadeau pour la taverne : la version de Tirty Days de Chuck Berry par ... Gary Moore. A donf, c’est mieux !! et un solo pour s’être donné tant de mal..  un autre bel hommage à Albert...King. Albert, le seul à fumer la pipe en jouant de l’énorme Flying V... le même avec un jeunot à côté.. son meilleur titre.. derrière c’est du Stax comme son, un jour on parlera ici de Steve Cropper, tiens... allez, tous à la Taverne !


                            • La Taverne des Poètes 29 mai 2008 08:11

                              Ben Momo, tu n’as pas suivi. Zyeute mes réponses à Bernard Dugué à propos du blues, style que n’ai pas inclus dans cet article. il est fort possible que je consacre un artcile entier au blues.

                              Merci quand même, notamment pour ce Caravan, que Lerma a bien fait de signaler. Je note juste que le titre "golf girl" est de 71. Mais on doit pouvoir trouver de bons titres d’avant 70. Quel plaisir de les voir jouer en video en déguisements de l’époque !

                               


                            • isa 29 mai 2008 20:19

                               Et les MODS !!!

                              The Jam et Paul Weller !!!

                               

                               

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès



Partenaires