• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Culture > SoulenginE, tout en progressive finesse

SoulenginE, tout en progressive finesse

Encore une formation progressive nouvelle en provenance d’Italie. Les musiciens de SoulenginE sont apparus sur les radars de la scène symphoniste avec un CD signé chez Ma.Ra.Cash, label spécialisé dans le prog italien qui a su nous faire découvrir quelques perles comme ce Mind Colors joué et composé par quatre virtuoses de la musique progressive parmi lesquels figure Ettore Salati, l’un des membres fondateur de The Watch, formation très réputée chez les fans de prog et connue pour interpréter sur scène des reprises du Genesis de la belle époque. Salati a depuis quitté le groupe et se retrouve au sein de ce groupe en très bonne compagnie pour jouer cette musique si raffinée dont les Italiens sont devenus les leaders incontestés depuis quelques décennies.

SoulenginE s’est constitué en 2007 autour de Ettore Salati et Fabio Mancini qui se connaissaient de longue date puisque Mancini jouait avec The Watch. Le bassiste Nando de Luca et le batteur Giacomo Pacini se sont joints aux premiers pour signer un titre paru sur une compilation italienne. On aurait pu penser que cette collaboration n’était que transitoire or ces quatre musiciens en ont décidé autrement, assumant un destin commun, signant un nouveau titre sur une compilation, repris sur Mind colours paru en 2012 et premier opus de cette formation dont la virtuosité s’entend dès l’écoute du premier morceau. C’est en fait du pur prog, expérimental et pour l’essentiel instrumental. Aucune facilité mélodique et une recherche permanente dans la composition qui progresse en différentes figures, prenant un aspect assez baroque, avec des ruptures inattendues, des breaks, des fioritures subtiles, mi symphoniques mi jazzy, exécutées brillamment par Mancini, claviériste sachant donner une notes classiques ou jazz en maniant le piano, laissant entrevoir une solide formation classique, bref rien de commun avec des musicos de spectacle utilisant deux doigts pour pianoter sur un synthé et donner l’impression qu’un groupe se produit sur scène (suivez mon regard). SoulenginE sonne comme un quatuor de musique de chambre rock.

Sur scène, le quatuor devrait déchirer comme on dit. Comme signe distinctif de ce CD on retiendra la virtuosité du guitariste dont le jeu aérien et fluide s’inscrit parfaitement dans un esprit prog. Le claviériste n’est pas en reste. Quant à la rythmique, elle fait plus qu’assurer, avec notamment une batterie qui, comme dans les meilleures formations progressives, constitue un quatrième instrument et non pas un simple métronome comme dans les groupes de pop rock. Cette musique complexe diffuse souvent un style à la Canterbury. Autrement dit un esprit classique et symphonique mâtiné de passages un peu jazzy mais progressifs. Ce n’est pas du jazz rock. On trouvera quelques similitudes avec National Health ou même Spheroe, formation française ayant sévi à la fin des seventies et quelque peu mésestimée. Troisième remarque, la structure complexe des morceaux avec des passages envolés joués avec dextérité et célérité, entrecoupés par des séquences calmes, intimistes, qu’on croirait composées pour écouter dans un piano bar à trois heures du matin, grisé par la nuit et les boissons qui l’accompagnent.

Que dire de plus sinon que ce CD s’inscrit dans le meilleur du prog de 2012 et qu’il est magnifiquement joué par des instrumentistes à la technique parfaite mais sans démonstration technique. Rien que de l’inspiration et de la composition dont on ne se lasse pas et qu’on peut sans hésitation écouter en boucle. Cette musique est étrangement belle et jamais ennuyeuse. La production laisse à chaque instrument sa place et que demander de plus.

 

Ettore Salati / Electric, acoustic, 12-strings and double-neck guitars, bass pedals & dulcimer

Fabio Mancini / Hammond organ, piano, mellotron, wurlitzer, Rhodes, Moog

Nando de Luca / Electric, acoustic, fretless bass & acoustic guitars

Giacomo Pacini / Drums & percussion

 


Moyenne des avis sur cet article :  5/5   (3 votes)




Réagissez à l'article

2 réactions à cet article    


  • rouge sang 4 janvier 2013 11:49

    bernard, si vous ne répondez pas au posts qu’au met suite a vos messages, je ne fais plus d’effort. La discution sur votre propre sujet vous interesse pas ?


    • rouge sang 4 janvier 2013 11:51

      y a pourtant pas grand monde qui peut diserté sur National health, hatfield et sphéroe ou chutte libre ...

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès



Partenaires