• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Culture > Sourires de la ligne 2

Sourires de la ligne 2

Elle est assise, jeune, fragile, occupe quatre places avec ses affaires étalées... Qu'elle range, quand deux voyageurs veulent s’asseoir, avec un petit sourire d’excuse, timide. Et libère le dernier siège quand son ami arrive. Je ne le vois que de dos. Mais le sourire de la jeune fille a changé. Totalement. Son regard se concentre. Ses yeux chantent. Son sourire devient accueil, ouverture, offre, don, confiance... Le monde a disparu.

Ils échangent quelques mots. Elle ouvre son sac, en sort un en-cas, le partage en deux. Chacun croque dans sa part. Comme dans une vie partagée. Et ses yeux ne voient qu'un seul regard, ne sourient plus mais éclatent d'un rire silencieux et généreux. Qui abolit le temps inépuisable. Le métro semble immobile et silencieux. Le temps s'est arrêté.

Le sait-elle ?

Cet instant restera-t-il en elle comme un moment parfait ? Lumineux ? Hors monde ?
Ou n'est-il que l'instant imaginaire d'un voyeur sénile ?

 

***

 

Toutes les places sont occupées. Une femme âgée, aux traits marqués, les cheveux enveloppés par un foulard traditionnel, monte avec deux sacs. Au bout des bras. C'est mardi, jour de marché. Un homme d'un certain âge se lève sans rien dire et lui cède sa place. Elle ne semble pas comprendre. Elle hésite, refuse, finit pas s'asseoir, lasse.

Quand une autre place se libère. Elle se précipite. Pour rendre la place – usurpée, pense-t-elle ? - à la personne qui la lui avait cédée.

Quand, trois arrêts plus loin, le passager descend, elle remercie à plusieurs reprises, se confond en sourires. Elle a fait si souvent ce trajet debout, avec ses sacs...

 

***

 

Elle a la soixantaine, entre deux beautés, confortablement habillée. Le sac sur les genoux. Il est plus âgé, à mi-wagon, feuilletant distraitement un magazine. Leurs regards se croisent. Ils se sourient. Des passagers montent, descendent. De mon journal, je peux les voir tous le deux. A quelques mètres l'un de l'autre. Quand il lève les yeux du magazine dont il tourne une page. Leurs regards se croisent à nouveau, leurs sourires s'échangent. De connivence. A plusieurs reprises. Les pages du magazine sont vite parcourues. Peut-être pour revenir au regard. Au sourire. Ils sont trop loin pour pouvoir se parler. Le désirent-ils ?
Un téléphone sonne. Ils lèvent la tête. Un passager se met à parler, à voix forte, mais dans une langue étrangère. Comme moi, ils ne doivent rien comprendre, à cette voix énervée. Les sourires reprennent, avec une autre force, une autre signification entre personnes du même monde qui savent utiliser, discrètement, leur portable. A chaque nouvel éclat de voix au téléphone, la complicité se renforce.

A la station suivante, le «  téléphone  » s'en va. Toujours «  téléphonant  ». La dame aussi descend après un dernier sourire et disparaît dans l'anonymat, sur le quai. Sans un regard. Sans un sourire.

 

***

 

Trois jeunes montent, un peu bruyants, discutent de tout, de rien... Un monsieur, probablement d'origine maghrébine, s’assied à coté d'eux. La conversation des jeunes continue, toujours aussi animée, Indifférente à l'entourage.
Un des jeunes sort un paquet de chewing-gum en offre à ses copains et au «  quatrième  » passager tout surpris qui refuse, poliment, avec un sourire.

Deux stations plus loin, la conversation semble un peu s'apaiser. Le monsieur se lève, salue chaleureusement les jeunes et les remercie. Un sourire heureux sur le visage.

C'est probablement la première fois que des jeunes lui offrent un chewing-gum dans le métro.

 

***

 

Toutes les places assises sont occupées. Il y a même des personnes debout. Appuyé à la porte, un homme, la quarantaine, brun, aux cheveux noirs, la barbe naissante. Le regard vif. Fixe. Semble fixer, sans broncher, derrière moi un groupe qui parle une langue étrangère que je ne comprends pas.
Je n'ose pas me retourner pour voir ce groupe. Est-il avec eux ? Je ne sais. Je l'observe. Il ne me voit pas. Il est tout entier dans son regard. De temps en temps, un sourire s'ébauche sur son visage et anime son œil qui ne bouge pas, devient plus vif. Tranchant. Sur de lui. Dominateur. Ce regard, se sourire s'adressent-ils à quelqu'un ? Communique-t-il ? S'affirme-t-il sur quelqu'un ? Ou seulement sur lui-même ?
Quelques stations plus loin quand je descends, l'homme n'a pas changé de place. Ni de regard. Ni de sourire. Intérieur ? A quelqu'un ?

 

***

 

Belle femme, blanche, la cinquantaine, élégante, bien droite sur son siège, elle est souriante. Femme épanouie. Discrètement, je suis son regard. Au bout de son regard, un homme, noir, plus jeune, beau, fort, dont je ne peux voir le visage et les yeux.

Je ne sais pas s'il y a échange et depuis quand. Le beau noir se prépare à descendre, une discrète invite de la main. Le regard de la femme s'éclaire d'un sourire ravi. Qu'exprime-t-elle ? Seulement la satisfaction d'avoir été vue ? D'avoir retenu l'attention ? Du fugace désir partagé mais irréalisable ? Remerciement heureux pour l'instant donné. Mais enfin, pas ici, pas comme cela ? Dans d'autres circonstances peut-être ? Mais enfin, vous n'y croyez-pas ?

Y penseront-ils encore dans quelques minutes ? Rêveront-ils des hasards de la vie ? Des folies impossibles ? Des sourires qui se frôlent ? De mondes si proches, si lointains ? De tout ce qui sépare ?


Moyenne des avis sur cet article :  4.27/5   (11 votes)




Réagissez à l'article

4 réactions à cet article    


  • JL JL 10 février 2015 13:40

    Merci Paul ORIOL, pour ce joli moment de lecture.


    • marmor 10 février 2015 18:28

      Finement observé, comme dans tout bon texte, l’imagination s’envole... j’y étais dans cette rame..


      • rocla+ rocla+ 10 février 2015 18:44

        On saura jamais si c’ était dans le Tombouctou-Singapour de 17h45 .


        IL y avait de la vie dans ce train .

        • files_walQer files_walQer 11 février 2015 09:45

          Merci pour ce très agréable moment de lecture. Je prends très rarement le train, mais là j’y étais.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON









Palmarès