Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Star Wars...

La sortie du nouveau Star Wars (que je n'ai pas apprécié) m’a donné l’envie d’écrire un autre article sur Star Wars et sur les influences réelles ou probables de Lucas, du moins telles que je les perçois. Pour certains Star Wars est juste un film de science-fiction mais en fait comme d’autres œuvres, cette série de films sert d’après Lucas lui-même à promouvoir quelque chose de « spirituel » entre autres. Star Wars sert notamment à promouvoir le concept de « force » qui est l’équivalent de dieu dans Star Wars, mais un dieu « vivant », présent et agissant. Un dieu avec lequel il faut apprendre à communiquer comme essaient de le faire sans cesse les jedis. Et le personnage principal des deux premières trilogies à savoir Anakyn Skywalker est une sorte de « christ » qui a mal tourné et qui s’est racheté. 

Star Wars est en gros l’histoire d’Anakyn Skywalker (et de sa famille) dont le nom est intéressant. Anakin fait penser au terme Anakim qui est présent dans la bible et qui parle de géants (1). Skywalker (marcheur du ciel) serait le surnom du dieu Loki qui lui-même est le fils d’un géant à savoir Farbauti. Je ne crois pas que ces noms aient été choisis au hasard pas plus que des noms comme Darth Vader ou Dark Plagéis. Pas plus que le fait qu’Anakin soit né sans père ! Difficile de ne pas voir l’allusion au christ. Donc je pense que Lucas a fait un mélange improbable pour donner une œuvre plus riche qui me donne envie de creuser. Anakin a des pouvoirs spéciaux et est donc repéré puis récupéré par des moines-soldats appelés les jedis. Les jedis qui par bien des aspects ressemblent à des bouddhistes (2). Ils sont par 2 (maître et disciple), ils méditent, ne meurent pas vraiment et repèrent les futurs jedis quasiment au berceau. Et comme les moines ils doivent s’élever au-dessus des choses de « ce monde », ce qu’Anakin n’a jamais pu faire d’où sa chute. Son attachement égoïste à sa mère et à la femme de son cœur ont entraîné non seulement son avilissement mais aussi la destruction quasi-complète de l’ordre des jedis. Voulant tout gagner il a tout perdu notamment la femme qu’il aimait, ses enfants, son « corps » et le pouvoir qu’il convoitait. Il est devenu une ombre terrifiante (amusant que l’un des surnoms de Loki soit « l’ombre changeante ») mais esclave dans tous les sens du terme. D’autres voient plutôt les jedis comme des samuraïs (3). Je trouve que les deux influences sont très présentes dans Star Wars pour ceux qui s’y connaissent.

De toute façon l’influence asiatique était manifeste depuis le début. Lucas même voulait prendre des acteurs asiatiques pour certains rôles (4) et il s’est inspiré d’un film japonais intitulé la forteresse cachée (http://cine-partout-toutletemps.over-blog.com/article-11458603.html). Le combat d’Anakin est de mon point de vue l’élément central de la trilogie Star Wars. Mais selon Lucas Anakin n’était pas un traître quand il a sombré dans le « côté obscur » et n’a fait finalement qu’accomplir sa destinée qui était de ramener l’équilibre dans la force (5). En passant du côté obscur il s’est mis en position de détruire les puissants siths qui restaient à savoir lui et son maître. Finalement le jedi a été sauvé par l’amour qui le liait à son fils, ce qu’il dit lui-même à la fin de l’épisode III quand son fils lui dit qu’il veut le sauver, il répond : « Mais Luke tu l’as déjà fait ». Certains n’ont pas compris pourtant quand on voit le spectre d’Anakin apparaître aux côtés de ceux des jedis Yoda et d’Obiwan, tout devient clair. Après certains peuvent penser que Lucas a surtout conçu une œuvre extrêmement lucrative, mais est-ce que l’un empêche l’autre ? Ne peut-on pas distiller des messages subtils dans une œuvre pourtant apparemment purement commerciale ? Et qui dit que cette histoire était destinée à marcher de toute façon ? A ce que je sache au départ les producteurs n’étaient pas chauds pour financer ce film et Lucas a dû batailler ferme. Je pense que Lucas est très intelligent et comme beaucoup d’artistes il a dit ce qu’il avait à dire et qu’il a réussi son pari en créant un univers riche et une œuvre extrêmement populaire.

Mon regret est que Lucas ne soit pas de mon point de vue un bon metteur en scène et n’a pas su magnifier son œuvre. J’aurais aimé qu’il laisse la mise en scène de la nouvelle trilogie à quelqu’un d’autre. Mais bon ce qui est fait, est fait et j’estime quand même que les deux trilogies sont une œuvre assez intéressante même si d’un point de vue cinématographique je trouve Star Wars moyen. A part ça, j’ai entendu de tout sur Star Wars même que c’était une œuvre satanique. D’autres disent que c’est une œuvre minable sans aucune profondeur… Je pense qu’il y a de la profondeur dedans même si certains par inculture ou par manque de volonté de creuser ne la voit pas. Certains chrétiens en ont fait une analyse intéressante (6) qui parle beaucoup des noms. D’ailleurs le nom Luke (du fils d’Anakin) fait penser à Lucas (mais aussi à Loki Skywalker). Et la guerre entre les « rebelles » et l’empire, peut faire penser à lutte entre « le rebelle » Lucas et les gros studios. Je pense que Lucas à l’instar d’un autre rebelle à savoir James Cameron (dont pour moi des œuvres comme « Avatar », « Abyss » sont de la propagande new age) a certaines croyances qu’il essaie de faire partager. Que ce soit « bon » ou « mauvais » c’est à chacun de voir. Pour moi il s’agit d’une œuvre intéressante qui a eu une grande influence sur ma vie et ça s’arrête « là ».

  1. http://www.topchretien.com/topbible/dictionnaire/anak-anakites-anakim/
  2. http://metreya.blog.lemonde.fr/2010/05/26/il-y-a-du-bouddhisme-partout/
  3. http://tpestarwarsllm.blog.lemonde.fr/2012/02/18/jedi-et-samourai/
  4. http://www.slate.fr/lien/67205/dark-vador-japonais-toshiro-mifune
  5. Documentaire L’Élu (The Chosen One) de Tippy Bushkin, 2005
  6. http://french.ccg.org/s/p181.html

 

Autres liens :

http://www.lexpress.fr/culture/cinema/les-100-secrets-de-la-saga-star-wars_1732627.html

http://www.starwars-holonet.com/encyclopedie/

http://www.starwars-universe.com/encyclopedie/


Moyenne des avis sur cet article :  3.14/5   (7 votes)




Réagissez à l'article

18 réactions à cet article    


  • Jeussey de Sourcesûre M de Sourcessure 7 janvier 17:03

    Autrement dit, si j’ai bien suivi, la mythologie de « Star Wars », c’est un mix entre le rêve sino-américain de Jean-Claude Van Damme et les chevaliers de la table ronde (Arthur, Lancelot, etc...) ?


    • sls0 sls0 7 janvier 17:43

      @M de Sourcessure
      A priori pas bien suivi, il n’est fait référence ni à l’un ni à l’autre.

      Il y a un peu d’éléments bouddhistes en filigramme, peut être pour éviter d’inventer une philosophie exotique ou extraterrestre, on a pris une partie d’une philosophie exotique pour la plupart des spectateurs comme ça eut être une tout autre raison.

      La prochaine fois que je rencontrerai Georges Lucas au bistrot du coin je lui demanderai ce qui évitera toutes suppositions, interprétations et extrapolations. C’est quand même lui le plus à même de répondre. Une chance, il est vivant, c’est plus facile à faire parler que les morts.
      Déjà les morts qu’est-ce qu’on peut leur faire dire, pour les vivants c’est plus facile d’avoir une confirmation ou un démenti.


    • sls0 sls0 7 janvier 17:49

      @sls0
      comme ça peut être une tout autre raison.
      Je nettoie mon clavier, le P et le U ça coince. Pays tropical oblige, les fourmis sont parfois envahissantes.
      Veuillez m’excuser.


    • Etbendidon 7 janvier 17:25

      A moine du coté obscur de la force dire revenir coté lumineux
      Maitre Yoda dire
       smiley


      • lsga lsga 7 janvier 18:07

        Pour noel, on a regarder tous les star wars à la suite en une seule journée.
         
        Constat : le scénario est complètement bancal, les films sont plutôt mauvais (90% de scènes d’action pour les premiers, et l’impression d’avoir raté le début du film pour la prélogie), et l’Histoire est à peu prêt impossible à comprendre.
         
        Je pense que cela explique le succès de la série : un peu comme avec les grands textes mythologiques (qui ont les mêmes défauts), cela permet des débats à l’infini, des interprétations à tout va, et chacun se fait sa propre idée de l’Histoire dans sa tête.


        • Duke77 Duke77 8 janvier 09:35

          @lsga L’histoire est impossible à comprendre ? On aura tout entendu des détracteurs de mauvaise foi... Vous n’avez rien dû capter à Matrix alors j’imagine. Parce que je ne vois pas bien ce qui est dure à comprendre dans l’évolution d’un personnage et son fils dotés d’un pouvoir et tiraillés entre le bien (plus spirituel) et le mal donnant une puissance plus facile... Dans une civilisation où un système politique représentatif est noyauté par des méchants. Et les gendarmes à St Tropez, vous avez réussi à suivre ?


        • Olivier Perriet Olivier Perriet 8 janvier 10:25

          @Duke77

          Pour une fois je suis bien de l’avis de notre révolutionnaire extrême basque :
          il faut vraiment avoir les codes pour comprendre au premier jet Matrix (private joke : des amis peuvent - encore ! - en témoigner pour mon cas...).
          Mais c’est là le principe du film : le monde physique et sensoriel n’est qu’illusion pour un homme imparfait et seul face à l’infini (manichéisme)

          Star wars est entièrement fondé sur des ellipses, donc pas étonnant de perdre assez vite le fil de l’histoire. Dans le dernier opus, le contexte politique est esquissé d’une phrase au début, s’ensuivent 2 heures de combats qui font tout oublier. Mais qui sont ces gens qui s’entretuent ???


        • le moine du côté obscur le moine du côté obscur 8 janvier 10:52

          @Olivier Perriet

          Matrix comme Star Wars ont un fort parfum asiatique entre autres. Matrix est teinté d’hindouisme avec cette notion que le monde réel est une illusion et le vrai monde est ailleurs ! Les noms dans les deux sagas ont un sens ! Dans Matrix Néo est l’anagramme de one qui est élu qui doit d’ailleurs à la fin de la trilogie se sacrifier pour sauver l’humanité (tiens tiens). Trinity c’est la Trinité et on remarque que c’est elle qui « ramène Néo à la vie » dans le premier Matrix. Morpheus c’est le dieu du sommeil et c’est celui qui « réveille » Néo etc... Matrix est une oeuvre assez riche je pense quand on a le temps de creuser. 

          Star Wars a peut-être un aspect confus mais moi je trouve l’histoire très claire. L’histoire de mon point de vue résume le chemin de croix d’un élu qui au final accomplit ce pourquoi il est venu à savoir ramener l’équilibre dans la force. Partant de là je ne vois aucunement l’utilité d’une troisième trilogie. Je pense et c’est une idée qui me traverse l’esprit que la force peut aussi symboliser « le monde du cinéma » et que Lucas peut-être voit son héros comme « le fils du cinéma » (Anakin n’est-il pas fils de la force) et celui qui doit ramener le monde du cinéma sur de bons rails. Après tout comme « la force », le cinéma peut faire des choses extraordinaires pour ne pas dire des merveilles ? Lucas se perçoit peut-être comme le jedi qui par amour pour le cinéma fera tout ce qu’il faut ramener celui à son « équilibre ». Pure spéculation, je sais...

        • lsga lsga 8 janvier 17:31

          @le moine du côté obscur
          je vous conseille d’acheter le numéro de Philosophie magazine du mois de décembre sur StarWars, la question des liens avec la pensée taoïste y est bien traitée.


        • le moine du côté obscur le moine du côté obscur 7 janvier 19:44

          J’ai donné une interprétation courte de comment je perçois l’univers Star Wars. J’ai un article beaucoup plus long qui parle notamment de la deuxième trilogie mais je le garderai pour mon blog et ce entre autres parce que j’en ai marre de certaines remarques que je trouve chiantes. Je le réserve pour des fans de la saga avec qui j’ai des discussions passionnantes.

          Je pense que Lucas est quelqu’un d’intelligent même si mégalo. Cependant je respecte la manière dont il a mené sa barque et le fait qu’il soit à l’origine de la création d’ILM à qui l’on doit certains des effets spéciaux les plus révolutionnaires. Concernant Star Wars je pense qu’il aurait dû passer la main à des gens plus créatifs et incisifs pour la deuxième trilogie. Mais j’aime bien certains thèmes qu’il a abordés même s’il l’a fait de manière gauche.

          • antisimpliste antisimpliste 8 janvier 04:05


            « J’aurais aimé qu’il laisse la mise en scène de la nouvelle trilogie à quelqu’un d’autre »...
            Il ne l’a pas mis en scène,
            Il n’a pas aimé le film, (Lien1)
            Lucasfilm & Disney n’ont pas gardé son histoire pour le film,
            Et perso, je ne vois ce qu’on pouvait attendre de l’association JJ Abrams + Disney
            (Il faut admettre que JJ Abrams est quand même particulièrement mauvais)

            (Lien 1) : http://www.actucine.com/stars/george-lucas-na-pas-aime-star-wars-7-et-critique-disney-209251.html


            • le moine du côté obscur le moine du côté obscur 8 janvier 10:22

              @antisimpliste

              Quand je parle de nouvelle trilogie de parle de celle qui concerne le épisode I à III. Parce que pas mal de fans que je connais ne considèrent pas l’épisode 7 comme faisant partie de la saga. Je parle des trilogies sur lesquelles Lucas a eu un contrôle clair. Maintenant je verrai avec l’épisode 8 si la troisième trilogie est digne d’intérêt. Mais Lucas ne peut pas se plaindre puisqu’il a vendu son bébé pour une somme rondelette. Donc que je considère la troisième trilogie comme « inspirée » de Star Wars. 

            • Olivier Perriet Olivier Perriet 8 janvier 10:10

              ça reprend, je trouve, beaucoup de thèmes classiques de la culture protestante américaine tels que décrits par Max Weber dans « L’Esprit du capitalisme » :
              prédestination du surhomme (suis-je « l’Elu » ?), manichéisme et angoisse de l’homme seul face à l’infini (le Mal tout puissant...jusqu’au sursaut final), comme le croyant est mal à l’aise seul face à Dieu, sans église ni saints intercesseurs.

              En gros les amerloque ils sont sympas de nous transmettre leurs névroses via leur cinoche smiley


              • le moine du côté obscur le moine du côté obscur 8 janvier 10:34

                @Olivier Perriet

                Beaucoup d’artistes ou supposés tels le font (exposer leurs névroses dans leur art). Moi-même qui écrivais des « textes à rimes » (certains parlent de poèmes mais je n’ai pas ce « talent là ») ceux-ci en sont « infestés ». 
                En tout cas il est clair que dans Star Wars il y a un « feu d’artifices ». Lucas parlait aussi de comment la démocratie pouvait être dévoyée et transformée en dictature. Il parlait de l’exemple de l’Allemagne nazie par exemple et a présenté ce dévoiement avec l’ascension fulgurante de Dark Sidious, l’empereur, qui a séduit le jeune « élu », trompé tout le monde, abattu la république et ses gardiens (les jedis) puis imposé un pouvoir quasi-absolu. D’ailleurs cette ascension est je le pense l’un des éléments intéressants de la deuxième trilogie. 
                Quant à l’homme seul face à l’infini, je pense que ça tient sans aucun doute aux croyances religieuses de Lucas qui a dit dans une interview qu’il voulait promouvoir quelque chose de spirituel aussi. Donc je pense que ça tourne autour de la « force » qui pour moi est un concept qui un parfum new age. Mais il y a aussi des thèmes comme l’amitié, la rédemption (notamment d’Anakin grâce à son fils Luke), l’amour, le sens du sacrifice et la croyance que « tout est possible à condition d’y croire » (pure pensée positive) etc.... Par contre concernant le manichéisme je ne suis pas tout à fait d’accord et je pense que le personnage d’Anakin Skywalker/Dark Vador montre cette « ambiguïté ». Même Han Solo aussi ! Qui pouvait imaginer qu’à la fin de l’épisode IV le mercenaire Han Solo viendrait aider son ami Luke alors que celui-ci était en danger. 

              • Olivier Perriet Olivier Perriet 8 janvier 13:32

                @le moine du côté obscur

                j’ai bien aimé l’épisode IV justement à cause de l’arrière plan politique, le chancelier machiavélique qui manipule une rebellion pour exercer sa dictature.
                Ça faisait très histoire romaine...sauf que dans l’histoire de Rome, l’histoire n’est pas écrite par une poignée de surhommes exceptionnels !


              • le moine du côté obscur le moine du côté obscur 8 janvier 15:58

                @Olivier Perriet

                Il faut comprendre que Lucas parle aussi de ce en quoi il croit. Il est influencé par des concepts asiatiques. Il croit sans doute à des hommes transcendants qui sont un mélange de samourais, moines-bouddhistes etc... Des humains qui après la mort peuvent atteindre un autre niveau d’existence et être « partout ». Il a dit dans une interview qu’il a créé star wars aussi pour parler de cela, de cette transcendance. Star Wars je le pense est aussi un enseignement spirituel très new age (qui rappelons le était en vogue à l’époque où on parlait notamment d’âge du verseau etc...). Et je pense que le nouveau Star Wars va se concentrer sur cet aspect new age. Je pense toute proportion gardée que c’est le même genre d’enseignement qui est promu par Harry Potter avec les sorciers etc... Je pense que cette « philosophie » est très présente à Hollywood et affiliés. 

                Maintenant moi je pense qu’il faut peut-être prendre ce qu’il y a d’intéressant dans Star Wars et occulter le reste. Moi je vois Star Wars comme l’histoire d’un jeune très doué qui a été manipulé par un politicien pervers fasciné par le potentiel du jeune homme et qui l’a fait chuté et corrompu. Ce jeune après a pu obtenir la rédemption grâce à l’amour de son fils dont la résistance face aux séductions du politicien pervers l’a « réveillé ». Je pense donc que le vrai héros de Star Wars est Luke Skywalker qui envers et contre tout a cru en son père et était prêt à perdre la vie pour le sauver. Cet amour si fort a fini par toucher son père et a sauvé celui-ci. Donc je vois aussi dans Star Wars la victoire finale de l’amour symbolisé par l’abnégation et le courage de Luke Skywalker. 

              • Gilles Mérivac Gilles Mérivac 8 janvier 11:57

                Lucas a basé la seconde trilogie de Stars Wars sur le passage de la République au totalitarisme (toute ressemblance avec la situation actuelle ne serait que fortuite). Mais cette ligne directrice s’intègre mal à un film de divertissement avec des effets qui n’ont pas grand chose à voir avec le sujet et sont mal intégrés à la trame. Le manque d’unité en fait un spectacle relativement décevant.
                L’évolution psychologique d’Annakin redonne quand même du relief et de l’intérêt à cette suite.


                • le moine du côté obscur le moine du côté obscur 8 janvier 13:22

                  @Gilles Mérivac

                  Je pense qu’il y avait au moins deux démarches dans la seconde trilogie. Une démarche commerciale visant les enfants (petits et grands) pour vendre entre autres des produits dérivés (n’oublions pas que c’est avec ça que Lucas a fait fortune) d’où des personnages agaçants comme Jar Jar machin. Une démarche « plus sérieuse et sombre » qui montrait en effet la chute de la république et de ses gardiens (les jedis) et l’ascension de Dark Sidious. Inutile de dire que les personnages qui m’ont le plus intéressés sont Dark Sidious, Dooku (j’aurais bien voulu qu’on le développe plus) et Anakin. J’ai assez apprécié l’histoire politique et les intrigues de Palpatine. Mais Lucas apparemment n’a pas su ou pu trouver le juste milieu. C’est dommage d’ailleurs parce que je pense que cette oeuvre aurait pu prendre une toute autre ampleur. Ceci étant dit je pense qu’il a quand même pu exprimer ce qu’il voulait exprimer et c’est déjà pas si mal. 

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès