• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Culture > Stark Trek Into Darkness, bing bang boom, circuler il n’y a rien à (...)

Stark Trek Into Darkness, bing bang boom, circuler il n’y a rien à voir..

L'un des produits hollywoodiens qui devraient être poursuivis pour crime contre la créativité..

Hier, comme tous les mardis, c'était soirée cinéma.. Ma conjointe me demande ce que je voudrais que l'on aille regarder en me laissant l'entière responsabilité de la décision et donc du ratage programmé.. Il faut dire que s'il y a une chose pour laquelle nous sommes doués, c'est de toujours tomber sur des films pourris.. Pourtant nous avons tout essayé pour éviter cette sorte de malédiction salle obscure, visionner les trailers, checker les critiques médias et téléspectateurs... jumelés, les réalisateurs, les scénaristes, les producteurs, et toute la patante.. Et nous arrivons toujours à tomber sur des navets souvent encensés par la critique.. Au bout d'une dizaine de minutes, il nous vient l'envie de crisser notre camps.. Hier soir donc j'ai la lourde responsabilité de choisir LE film, et de me préparer à ce délicieux échange post-projection, "Chéri, c'était de la merde.." Et de répondre "Pour ne rien changer".. Éclats de rire.. Nous sommes maudits..

J'ai un vaste choix.. Fast&Furious sixième du nom - et sans doute pas le dernier, Iron Man - la troisième constipation d'une réalisation catastrophe, Bad Trip - le troisième et dit-on dernier d'une saga aussi grotesque que bête (tout court), Gatsby Le Magnifique qui a réussit à mettre d'accord toute la critique sur son vide cinématographique, et pourtant j'adore la charismatique belle gueule de Leo DiCaprio, son actor studio aussi.. Et finalement Star Trek Into Darkness, deuxième volet des aventures intergalactiques du capitaine Kirk et de son équipage..

J'aime la science-fiction, ma conjointe moins, c'est un euphémisme.. Naturellement mon choix s'arrête sur Star Trek, l'argument qui me fait verrouiller cette décision est surtout J.J Abrams, réalisateur surdoué et producteur genialisisme laisse t-on entendre.. J'ai tendance à trouver quelque peu exagéré le discours élégiaque sur J.J Abrams, il est brillant mais pas extraordinaire, c'est la maturité qui décidera de son génie ou non..

Je persuade ma conjointe, qui ne résiste pas, les films présentés à l'affiche ont une odeur de médiocrité, elle trouve qu'entre la peste et le choléra, il y a le suicide.. Alors pourquoi pas..

Nous embarquons pour Star Trek, on nous précise qu'il est en 3D, ma conjointe fait un peu la gueule.. Son opinion sur la 3D est tranchante, c'est de l'escroquerie, un plaisir au minima pour une dépense assez conséquente.. Je ne désapprouve pas.. Pas seulement parce que les femmes n'ont jamais tort..

Star Trek Into Darkness se résume assez brièvement.. Bing bang boom, rapide dialogue évacué aussitôt, puis bing bang boom, trois seconde d'émotion, bing bang boom, les méchants sont neutralisés et les gentils triomphent.. Un ou deux baisers filmés comme ça en passant, une blonde avec un doctorat en je-ne-sais-plus-trop-quoi presque nue, de quoi satisfaire les ardents défenseurs de la science nue - la moitié d'une seconde, un scénario dans les étoiles et une réalisation testostéronée en interminables explosions assourdissantes.. Une allocution du héros, plat, avec des élans beaux-sentiments parachève le cacophonique désastre.. Fin de la projection, on rallume les lumières, pas d'applaudissements, tout le monde s'empresse de gagner la sortie comme pour s'extirper de ce cauchemar d'ennui..

Ma conjointe me glisse en me prenant le bras, "c'était une merde".. J'allume une cigarette, et je lui réponds "pour ne rien changer".. Et elle et moi on se met à penser sans rien dire, "nous sommes maudits"..

Moyenne des avis sur cet article :  4.08/5   (13 votes)




Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON



Les thématiques de l'article


Palmarès



Partenaires