• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Start me up

Ils ont traversé quatre décennies de la scène rock internationale. Retour sur l’expérience Rolling Stones.

J’ai eu cette chance de voir les Stones en concert à Paris, alors qu’ils n’étaient que de jeunes trentenaires. La presse musicale rock s’étonnait déjà de la longévité du groupe. Les Beatles avait raccroché depuis longtemps, Mark David Chapman venait de buter John Lennon au pied du Dakota Building et un cancer de la peau avait eu raison de la puissance physique de Bob Marley. Nous nous sentions orphelins d’une expérience à laquelle nous n’avions pas participé directement, mais angoissés de réaliser déjà que ces stars remplissaient les cimetières. Il ne nous restait que quelques survivants d’une époque qui allait être considérée comme l’âge d’or du rock and roll, mais pour laquelle, parce que trop jeunes, nous n’avions pu être conviés véritablement.

Nous n’avions pas voulu écouter nos aînés qui nous disaient que les Stones étaient finis, qu’ils se fourvoyaient dans une musique commerciale de bas étage qui déshonorait le rock. Désobéissants et en quête de mythes glorieux rockanroliens, nous nous étions retrouvés, sur la pelouse de Reuilly, attendant avec curiosité, sous un soleil de plomb, nos nouvelles idoles qui, rejetés par ceux qui naguère les avaient adulés, étaient à nouveau disponibles.

Qui n’a jamais fait l’expérience d’un concert rock dans sa vie a manqué sûrement quelque chose de l’ordre de l’initiation : l’attente qui dure des heures, l’ennui qui fait vagabonder les esprits et qui laisse le temps à la réflexion. La question qui trotte dans notre cervelle : comment se fait-il qu’on se retrouve tous là, agglutinés comme des huîtres dans leur bourriche, au bord du malaise, dans des conditions presque inhumaines au regard du montant du ticket qu’on a dû débourser pour venir (si ce n’est pas du masochisme, ça !) ? La rumeur d’un solo de batterie qui déclenche des mouvements de foule incontrôlés vers le devant de la scène. Et puis tout à coup, ils sont là, ils arrivent en hélico, tels des dieux de l’Olympe. On les accueille d’un regard désespéré, humiliés, sales et fatigués. On s’est fait piétiner, on a perdu nos sacs, nos clés de scooter et d’autres choses essentielles. On se laisse dévorer par le son et la lumière comme des proies dociles, mi-mortes, mi en transe.

Mick Jagger et ses mimiques, le grand Jagger, qui avait fait dire à l’un de mes copains de classe sans que je ne comprenne le sens profond, alors que nous débattions sur sa beauté et que les avis étaient plus que partagés sur elle, mais dont la seule question déclenchait des passions assez grandes, "eh bien moi, c’est quand il veut !!" ; phrase que je repris pour moi-même sans en deviner trop le sens, mais que je validais plus tard en toute connaissance de cause. Le grand Jagger donc, dans toute son ambiguïté qui allait développer en ce début des années 80 les fondations d’un autre mythe à sa musique : sa gestuelle.

Dans les mois qui suivirent, je découvris les fondamentaux du groupe (Under my thumb, Sticky fingers, It’s only rock and roll, Brown Sugar, Wild horses, etc.). Mais Start me up resta le morceau emblématique grâce auquel je découvris les Stones. Et le beau Mick, en furieuse forme, qui détestait qu’on l’allume !

Milieu de la première décennie des années 2000, je suis quadra, je m’en suis éloigné, mais le mythe est toujours vivant.

Lire, regarder et écouter également http://www.agoravox.tv/article.php3?id_article=18361


Moyenne des avis sur cet article :  3.67/5   (3 votes)




Réagissez à l'article

7 réactions à cet article    


  • LE CHAT LE CHAT 18 juin 2007 10:51

    salut Philéas , bel article très rock’n’roll .Je suis fan des Stones depuis la nuit des temps .un de mes morceaux préférés est « paint it black »

    bien à toi


    • La mouche du coche La mouche du coche 18 juin 2007 11:17

      Les Rollings Stones sont des gueulards. smiley

      Vivement que les téléchargements fassent disparaitre ces produits de maisons de disques smiley


    • Phileas Phileas 18 juin 2007 21:01

      Salut le joli chat

      Et oui même si ce n’est pas l’avis de tout le monde

      Take care


    • Cris Wilkinson Cris Wilkinson 18 juin 2007 15:49

      Cela fait 30 ans que les RS n’ont pas sortit un tube.

      Ils se content de nous faire du réchauffer à chaque tournée, qu’ils font payer une fortune aux spectateurs, comme si leur poche bourrer de dollars n’étaient pas asser lourde.

      Mais bon, tant qu’ils trouveront des gogos pour se faire piéger au fond d’un stade pour voir un point gesticuler au loin et entendre grincement de guitare, ils ont bien raison d’en profiter.


      • adam0509 adam0509 19 juin 2007 10:53

        Moi attendre des heures debout ça me gâche tout de suite le concert.

        Expérience vécue samedi dernier à la maroquinerie, ou ça c’est mal passé dans l’ensemble et où j’ai pas pu vraiment profiter du concert... :/


        • floruf floruf 21 juin 2007 17:27

          Mouais ! en analysant le pourquoi du comment ,j’en ai déduis que les Stones arrivent à remplir les stades seulement à cause des Beatles et de leur longévité ! Les beatles parce que les médias des années 60 se sont empressés de leur inventer une rivalité avec les « fab 4 » qui pourtant ne jouaient pas dans la même cour et cela a créé une émulsion qui tient encore aujourd’hui. Et leur longévité car voir les Stones tient plus du pélerinage initiatique de tout amateur de Rock que de la réelle passion pour leur musique ou de leur jeu (plutôt approximatif )sur scène. Car sans déconner, on ne peut pas dire que leurs productions musicales des 30 dernières années ont laissé un grand souvenir chez les amateurs de Rock.

          Aller voir les Stones c’est un peu comme passer Noël chez mémé, la bûche est toujours trop écoeurante et la dinde aux marrons est bourrative mais on y retourne tous les ans parceque c’est peut être la dernière fois !


          • NPM 25 juillet 2007 17:14

            Qui c’est ces types ???? Des roqueurs ??

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON








Les thématiques de l'article


Palmarès