• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Culture > « Strictement amical »... en raison des affinités

« Strictement amical »... en raison des affinités

Pour débuter la rentrée théâtrale, rien de tel qu’une pièce subtile dont, pour sûr, la complexité contradictoire des sentiments va nous poursuivre tout le long de la saison, sans que personne et donc sans qu’aucun critique n’en trouve la clef définitive…. car il ne saurait y en avoir une.

En effet, imaginons que Sophie et Gilles soient frère et sœur, que les hasards de la vie les aient entraînés à vivre sous le même toit, qu’ils aient beaucoup d’égards l’un envers l’autre.

Ainsi brossée, une telle relation pourrait être proche de l’inceste familial, sans que pour autant, aucun lien charnel ne soit manifeste dans leurs propos attentionnés.

D’ailleurs, dès que l’un et l’autre auraient l’opportunité d’une rencontre à l’extérieur, leur intérêt affectif redoublerait en perspective d’une potentielle aventure, voire d’un véritable amour.

Mais rien de plus légitime, puisque ici dans cette pièce, Sophie (Sylvie Blotnikas) et Gilles (Julien Rochefort) ne sont pas frère et sœur, mais bel et bien des ex. que la vie amoureuse a délibérément séparés mais qu’elle a aussi rapprochés de nouveau, à la suite d’un deuil, celui d’un ami intime de Gilles, devenu époux de Sophie, avec laquelle il eut deux enfants.

Donc, voici nos ex. accompagnés d’un douloureux secret, vivant désormais en amitié, parce qu’incapables de transgresser la fidélité à la mémoire et surtout ne le souhaitant pas.

Julia (Guilaine Londez) et Gaspard (Frédéric Rose) auront beau jeu de les divertir de cette paralysie libidinale, cependant leurs approches, puis leurs retraits respectifs ne seront pas en mesure de rivaliser avec l’abîme qui réunit tout en séparant Sophie à Gilles.

Pour ce couple, puisqu’à tout le moins, ceux-ci donnent l’apparence d’en être un au regard d’autrui, s’incarne en eux l’élégance du respect et de la prévenance à l’autre ; ce qui pourrait se révéler être la vertu essentielle de toute union conjugale !... à moins qu’une clef alternative puisse se superposer à cette interprétation trop prosaïque, celle d’un indicible second degré par exemple, visant juste au cœur de l’écriture de Sylvie Blotnikas.

photo © Lot 

STRICTEMENT AMICAL - *** Theothea.com - de Sylvie Blotnikas - mise en scène : Julien Rochefort - avec Sylvie Blotnikas, Guilaine Londez, Julien rochefort & Frédéric Rose - Théâtre de Poche Montparnasse

 


Moyenne des avis sur cet article :  3.86/5   (7 votes)




Réagissez à l'article

2 réactions à cet article    


  • CDPlanches 23 septembre 2010 11:06

    Pathétique !!!

    Je n’aurais qu’un mot pour qualifier le temps perdu d’hier soir, bloqués que nous fumes au deuxième rang de « Strictement Amical » !!!!

    Tout ! ou plutôt rien ne fut digne d’intérêt pour ne pas dire franchement insupportable de nullité.

    Le texte tout d’abord : pathétique vous dis-je ! d’un creux, d’un vide cosmique, d’une totale absence de substance !
    Il y avait pourtant matière à une certaine richesse déclinant la palette de sentiments qu’une telle situation pourrait générer.

    Mais non ! L’auteur (un bien grand mot !) est passé complètement à coté et s’est consciencieusement appliqué à assembler très scolairement une suite d’évènements sans aucune progression d’intensité, ni aucune évolution dramatique.
    Du coup la chute comme toute la pièce est un vrai bide !

    La mise en scène : pauvre, sans la moindre surprise ni esthétique remarquable, aucun rythme, sans éclat comme plaquée au dernier moment sur le texte.
    Le jeu des acteurs:Alors là, c’est le pompon ! On en vient à trouver les seconds rôles confinant au génie tellement les deux premiers rôles sont au théâtre ce que la mère Denis fut à Carla Bruni (et j’assume mes références !).

    Mais le best off est quand même le rôle de Gilles tenue par le fils de Rochefort (! !!) qui devrait conseiller à son fils de laisser tomber la scène pour le plus grand bienfait du théâtre Français. Tout est faux en lui ! La vacuité de son jeu, sa voix (une vraie crécelle) et le personnage plus qu’improbable qu’il n’arrive pas à incarner passant tout le temps à coté de ce qui aurait pu (avec beaucoup de talent certes) donner corps à cette mascarade qui devrait bientôt prendre fin vu l’assemblée très, très clairsemée et le filet ténu des applaudissements.

    Une véritable arnaque théâtrale, dont les complices sont les critiques dont on ne peut imaginer qu’il aient décemment vu ce cauchemar et dont la complaisance atteint, ici, des sommets !!

    Le Théâtre de Poche nous avait pourtant habitué à infiniment mieux : cf « La Ronde » et « Journal à quatre mains » pour ne citer que les deux dernières pièces auxquelles notre club de théâtre a pu assister en ces glorieux murs.

    CDPlanches


    • Theothea.com Theothea.com 24 septembre 2010 16:35

      A l’intention de CDPlanches

      De toutes évidences, vous n’avez pas aimé «  Strictement amical  »… ni pour le texte, ni pour la mise en scène, ni pour l’interprétation et encore moins en raison de son écho critique favorable.

      Utilisant le copier-coller, vous publiez votre commentaire acerbe à la suite de notre chronique sur «  Agoravox  », ainsi qu’à la suite des critiques publiées sur les sites web de «  Télérama  » et «  Le Figaro  ».

      Votre point de vue est argumenté, mais il semblerait que vous n’ayez pas perçu la subtilité du non-dit, constamment en arrière-plan d’une relation amoureuse… devenue quelque peu tabou, voire quasi incestueuse.

      Comprenez qu’à votre spontanéité acrimonieuse peut répondre l’appréciation sincère et enthousiaste d’autres observateurs des planches.

      Cordialement

      JM pour Theothea.com

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès