• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Culture > « Swinging Life » à l’Alhambra de Paris

« Swinging Life » à l’Alhambra de Paris

Si l’engouement pour les comédies musicales pouvait avoir la vertu de faire surgir une véritable appétence culturelle à l’égard de la musique qui swingue, voilà un bénéfice artistique qui, loin d’être secondaire, pourrait constituer un authentique manifeste de la part du public et en conséquence des créateurs portés par cette ambition.

De toutes évidences, Valéry Rodriguez fait partie de ces visionnaires dont l’intuition porte à miser les talents réunis par une intention créatrice au service d’un patrimoine prêt à enflammer toutes les générations.

En effet, si « Le roi Lion » a tenu l’affiche aussi longtemps, comment ne pas imaginer l’un des prolongements possibles à cet immense succès, en faisant collaborer quelques-uns de ses ex-artistes dans la perspective de célébrer la musique noire ?

Tout autant celle du Blues & du Gospel que celle de la Soul et de la Motown se complétant pour fêter le Jazz à travers les comédies musicales ayant enchanté Broadway depuis le siècle dernier :

Aussi, de « Shuffle along » (1921) jusqu’à « Sister act » (2009) en passant par « Porgy and Bess », « The Magicien d'Oz », « Ain’t misbehavin », « Sophisticated ladies »,, « Dreamgirls » ou « La Couleur pourpre », les dix comédiens, tout à la fois chanteurs et danseurs accompagnés sur scène par une formation de six musiciens ( guitares basse & solo, piano et orgue, batterie et cuivre) donneront corps et âme au chant, à la danse ainsi qu’au spectacle vivant, constitutifs en quelque sorte du « rhythm and blues ».

Ainsi, le fil conducteur en serait l’histoire de la musique noire exaltée dans ses heureuses rencontres avec les célèbres shows de l’Amérique de toujours, ayant par la suite conquis le monde entier alors qu’ici, l’intrigue se déclinerait en jeux de rôles interprétant et mimant les paroles, les sentiments et les révoltes évoqués dans ces chansons devenues souvent tubes planétaires.

Alors, si le casting a évolué depuis la création au Trianon en 2009, en fonction des disponibilités et des ajustements artistiques, l’aspiration à la synthèse perfectible ne cesse de présider aux multiples reprises et autres prolongations de ce spectacle, toujours en devenir…. et actuellement donc à l’Alhambra.

Si donc Valéry Rodriguez en est le concepteur initial ainsi que l’excellent maître d’œuvre doublé de son interprétation parodique de la seule présence « blanche » sur scène, à l’exception des musiciens, il nous semblerait néanmoins que ses interventions en « Monsieur Loyal » gagneraient à être recadrées par un regard extérieur.

Sans doute, aussi, serait-il bienvenue qu’une traduction simultanée en sous-titre français puisse s’intégrer à la scénographie…. car celle-ci permettrait une meilleure compréhension de l’enjeu drolatique des sketchs.

A ces bémols près, « Swinging life » est une formidable réjouissance, pleine de feeling et débordant de talents polyvalents… dont le buzz s’évalue en progression exponentielle.

photo © Marie-Béatrice Seillant

SWINGING LIFE - ***. Theothea.com - de & mise en scène : Valéry Rodriguez - avec Nelly Célérine, Astou Malva Gueye, Aurélie Lamalle, Mélina Mariale, Anandha Seethanen, Amalya, Marc Beaujour, Kevon, Thierry Picaut, William Saint-Val, Valéry Rodriguez & Bryan Gomba et les musiciens Clément Blumen, Jan Stumke, Christophe Jambois, Pascal Vaucel, Jean-François Fierling & Alex Poyet - Théâtre de l'Alhambra

 


Moyenne des avis sur cet article :  3/5   (4 votes)




Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON








Les thématiques de l'article


Palmarès