• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Culture > Terrence Malick, The Tree of Life

Terrence Malick, The Tree of Life

"L’Éternel répondit à Job du milieu de la tempête et dit :
Où étais-tu quand je fondais la terre et que tous les fils de Dieu lançaient des acclamations ?..." 

אֵיפֹה הָיִיתָ בְּיָסְדִי־אָרֶץ הַגֵּד אִם־יָדַעְתָּ בִינָה׃

"Where were you when I laid the foundation of the earth ? Tell Me, if you have understanding.

Le film évoque une famille du Midwest dans les années 50, un père irascible et rigide qui aurait voulu être musicien, mais s'est endurci dans le "struggle for life" et l'obsession de la réussite sociale, maltraite sa femme et traite ses fils à la dure, une mère effacée et aimante, trois frères... un drame inattendu qui déclenche, comme chez Job, l'interrogation métaphysique : "Pourquoi ?"

Sur ce canevas suffisamment universel pour que chacun puisse s'y projeter, le film est une méditation sur la mort, la perte des êtres chers, le sens de la vie, la place de l'homme dans l'univers, la question du Bien et du Mal, celui que l'on subit et celui que l'on fait - "Je fais le mal que je ne voudrais pas faire et je ne fais pas le bien que je voudrais faire", murmure Jack, à l'instar de saint Augustin dans Les Confessions - l'amour, la compassion et le pardon.

Ayant vécu aux Etats-Unis dans ces années-là, vers l'âge de 10 ans, j'ai retrouvé l'atmosphère poétique, conformiste et vaguement inquiétante des banlieues résidentielles américaines, les grands espaces arborées, les rues ombragées, bordées de pavillons blancs, les bagarres, les bandes de garçons dangereusement désoeuvrés et livrés à eux-mêmes (phénomène magistralement analysé par Hannah Arendt dans La crise de l'Education), les vêtements de ces années-là : les jeans, les tee-shirt rayés et les converses, les automobiles et les vélos, le collège en briques rouges, le moralisme et la ségrégation raciale...

... Et à l'instar de Jack confronté à l'enfant grièvement brûlé à la tête dans l'incendie de sa maison, à l'homme menotté, au passant handicapé, aux noirs misérables, comme tous les enfants qui grandissent, et avec le même trouble, j'ai pris peu à peu conscience de l'existence d'un monde obscur, tapi comme un animal dangereux derrière la trame d'une tapisserie rassurante qu'il cherchait à lacérer.

Dans la première partie du film, des images à couper le souffle sur une bande-son sublime évoquent l'immensité de l'univers, les étoiles et les galaxies, la Terre vue du ciel, la puissance, la complexité et la somptuosité de la vie sous toutes ses formes, minérale, végétale et animale, de l'infiniment petit à l'infiniment grand et l'évolution de l'univers depuis le Big Bang, en passant par les dinosaures. L'homme y apparaît moins comme un aboutissement que comme un "passeur", créant dans la liberté qui lui a été laissée des impasses et des "involutions" (dans le mauvais usage de la liberté et de la parole, dans la destruction de la nature et l'asservissement du prochain) et des clairières.

Le père et la mère dans le film symbolisent deux attributs fondamentaux du divin : la Rigueur (Gevurah) et la Miséricorde (Chesed), figurés sur l'Arche d'Alliance par deux chérubins aux ailes déployées (Voir Emmanuel Lévinas, L'Au-delà du Verset) ; l'Arbre de Vie (The Tree of Life) de la Kabbale n'est pas seulement l'expression d'une conception cosmologique ou métaphysique, il est ausi une "psychagogie", une invitation à participer à l'oeuvre divine en réconciliant en nous et autour de nous les énergies dispersées et discordantes du monde crée et incrée : le divin, la sagesse, l'intelligence, l'amour, la rigueur, la grâce, la détermination, l'inspiration, la force vitale et le monde.

"Toute l'angoisse et le mal-être des humains se trouvent dans le manque d'harmonisation entre les désirs multiples (matériels et sexuels) et le désir essentiel, forme élargie prise par la poussée évolutive lorsqu'elle atteint le stade humain." (Paul Diel)

Jack ne sait pas comment participer à cette tâche d'harmonisation. Il erre comme une âme en peine dans un univers déshumanisé. Il a réussi socialement, au-delà des rêves de son père, mais sa vie affective est totalement vide et il sent que "quelque chose ne va pas". Mais "sentir que quelque chose ne va pas" n'est pas rien. "Sentir que quelque chose ne va pas" et en souffrir, c'est invoquer la Grâce.

Jack suit les traces de son père auquel il pense (ou veut) "ressembler" le plus, mais ne prend véritablement conscience de son "manque" qu'à partir de la mort de son jeune frère. En quittant l'inhumanité de la "Tour de Babel" pour le désert, il prend le chemin de la vie et franchit la "porte étroite" au-delà de laquelle l'attendent sa mère et son père réconciliés et son frère ressuscité (mais réconciliés et ressuscités aussi en lui-même).

C'est la dernière scène du film, sur une plage immense, près de la mer (le symbolisme de l'eau et le thème de la "deuxième naissance" sont omniprésents dans le film), des milliers d'hommes et de femmes de tous âges, de toutes races et de toutes conditions déambulent sereinement, se sourient, se tiennent par la main, une scène qui fait monter les larmes aux yeux et l'espérance au coeur.

Le film n'est pas pour autant une "Théodicée" ; sans relever de la catégorie de "l'absurde" qui ne mène qu'au désespoir, la souffrance et le mal demeurent un scandale et un mystère. "Il n'y a dans le monde tant de mal et de souffrance qu'en raison de la liberté. Mais dans la liberté reposent toute la dignité du monde et toute la dignité de l'homme (Nicolas Berdiaev, l'Esprit de Dostoïevski, Stock, 1974, pg. 102).

Je ne suis pas certain que cet "OVNI cinématographique" plaira à tout le monde : trop lent, trop long, trop peu de dialogues, trop "métaphysique", trop rempli d'allusions bibliques (mais qu'y a-t-il de plus "éternellement actuel" que le Livre de Job ?), une intrigue trop mince, un propos trop ambitieux et déséquibré peut-être et sans doute fera-t-il grincer des dents les partisans d'une évolution aveugle.

Mais c'est précisément le parti-pris de l'auteur-réalisateur, Terrence Malick, d'avoir voulu suggérer   que l'homme est autre chose qu'un "accident", qu'il vient de loin et que l'existence la plus humble est une histoire sainte.

MALICK.jpg

Genre : Drame, Science-Fiction

Réalisateur : Terrence Malick

Distribution : Brad Pitt, Sean Penn, Jessica Chastain

Scenariste : Terrence Malick

Sortie en salles : 27 mai 2011

Synopsis :

The Tree of life est l'histoire "impressioniste" d'une famille du Midwest dans les années 50. Le film suit l'aventure humaine du fils aîné, Jack, de l'innocence de l'enfance aux désillusions de l'âge adulte et évoque sa relation conflictuelle avec son père (Brad Pitt). Jack (interprété par Sean Penn à l'âge adulte) erre comme une âme en peine dans un avenir déshumanisé, cherchant des réponses aux questions sur l'origine de l'homme et le sens de la vie. Les images de Terrence Mallick suggèrent que la nature et la grâce façonnent à la fois nos vies individuelles et la création tout entière.

klimt-gustav-l-arbre-de-vie-copie-1.jpg

 Gustav Klimt, L'arbre de Vie

L’Arbre de Vie (Etz haHa'yim עץ החיים en hébreu) représente symboliquement, dans la Kabbale, les lois de l'Univers (certains auteurs le rapprochent de l'arbre de vie mentionné par la Genèse en 2:9). 

L'Arbre de Vie peut être vu comme la représentation du processus de création mettant en oeuvre, tant dans le macrocosme qu'est l'Univers que dans le microcosme qu'est l'Être humain, des énergies ou puissances créatrices émanant du Créateur. La mystique de la Kabbale utilise l'Arbre de Vie pour tenter de distinguer l'Essence Infinie (En Sof) d'un Dieu Unique et Créateur, de la matière dont il a créé à partir du vide (ex nihilo) ce monde fini (Sof) qui est le nôtre.


Moyenne des avis sur cet article :  1.8/5   (5 votes)




Réagissez à l'article

3 réactions à cet article    


  • Daniel Roux Daniel Roux 7 mai 2016 19:57

    Je n’ai pas vu le film. Le commentaire porte donc sur l’article qui le présente.

    Pour un athée, Dieu était une réponse universelle aux questions que l’homme se pose, aux mystères de la nature et de l’univers. Certainement indispensable lorsque l’obscurité de l’ignorance enveloppait les esprits de l’homme, il s’est effacé au fur et à mesure que la clarté de la connaissance s’est répandu sur l’humanité comme l’ont fait les dieux de l’Olympe sous les coups des philosophes classiques.

    L’homme est le fruit du hasard et de la nécessité comme tout ce qui est dans l’Univers.

    Dans le livre de Job, Dieu et Satan se conduisent comme les deux financiers fripouilles du film « un fauteuil pour 2 ». Les deux compères torturent Job jusqu’à ce qu’ils craquent puis, totalement inconséquent, Dieu l’accuse de faiblesse. Sa sacrée mauvaise foi allant jusqu’à lui reprocher de ne pas avoir participé à la création du monde.

    Contrairement au film « un fauteuil pour 2 », la fin est totalement immorale. C’est Job qui porte tout le poids des conséquences des caprices des parieurs divins.

    Pour un croyant, Job a manqué de foi dans son Seigneur. Il s’en repend et tout se termine bien pour lui. Tout est pardonné. On oublie la destruction de la famille et du troupeau, les ulcères des pieds à la tête.

    Dieu est à l’origine de tout et ses voies sont impénétrables, un point c’est tout. Circulez, y a rien à voir.


    • Pomme de Reinette 8 mai 2016 10:35

      Bonjour
      -
      « L’Éternel répondit à Job du milieu de la tempête et dit : Où étais-tu quand je fondais la terre et que tous les fils de Dieu lançaient des acclamations ?... »
      Le texte de Job ne ressemble pas exactement à ça (cette phrase est un montage ... cinématographique ?)
      La traduction du verset en hébreu (il s’agit de Job 38.4) est meilleure en anglais.
      Le verset dit simplement : « Où étais-tu lorsque je fondais la terre ? Dis le si tu en as quelques connaissances. »
      Si l’on prend le chapitre depuis le début : « L’Eternel répondit à Job au sein de la tempête et dit : Quel est celui qui dénigre les desseins de Dieu par des discours dépourvus de sens ? Ceins donc tes reins comme un homme et tu m’instruiras. Où étais-tu lorsque je fondais la terre ? Dis le si tu en as quelques connaissances. Qui a fixé ses dimensions, si tu le sais, ou qui a tendu sur elle le cordeau ? Sur quoi sont assis ses piliers ... etc ... »
      -
      Merci pour cette critique de film (que je ne connaissais pas) et qui donne envie de le voir.


      • Pomme de Reinette 8 mai 2016 11:04

        @ l’auteur, suite

        Pour lire tout le passage très beau du chapitre 38, du livre de Job, je conseille cette traduction : http://www.sefarim.fr/

        « Tu le sais sans doute ! car tu étais né alors, et grand est le nombre de tes jours » (Job, 38-21).

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès



Partenaires