• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Culture > The Afterbeat, a Beatles Tribute Band en concert 2007

The Afterbeat, a Beatles Tribute Band en concert 2007

Dans les années soixante, Sonny and Cher chantaient à l’unisson la superbe mélodie "The beat goes on" qui déjà aurait pu faire écho à une interrogation lancinante : "What after the beat ?".

Quarante années plus tard et sans se poser d’autre question superfétatoire, des frenchies reprennent à leur compte ce slogan sur mesure en proclamant à qui veut les entendre "After the beat".

D’emblée le ton est donné, à ceci près qu’en contribuant aux lettres de noblesse des sixties, c’est plus précisément le rythme des quatre garçons dans le vent, celui soufflant directement de Liverpool, que leur groupe veut célébrer en ces temps d’après Beatles.

Aussi en un raccourci sémantique d’une abréviation ludique, leur "after beat" est en effet la cible bien choisie d’une époque à jamais révolue mais ô combien présente dans toutes les têtes de bois à défaut d’âge tendre.

"The Afterbeat" est loin d’être la seule formation à surfer sur cet engouement venu d’Outre-Manche mais, en France, ils constituent avec "Les Rabeats" le recto et le verso d’une même médaille déjà honorée en pleine émulation artistique dans le célèbre temple parisien du music-hall, l’Olympia.

A chacun donc son style, ces quatre-là du Afterbeat démarrent en trombe dans le costume strict de légende pour faire revivre le mythe pur et dur avec des personnalités tranchées s’approchant de leurs modèles au plus près des instruments d’antan et de leurs leitmotivs.

En seconde partie, c’est le psychédélisme du "Lonely Hearts Club Band" signé "Sergent Pepper" qui, en contraste, viendra conforter les tenues hippies revisitées à la mode d’aujourd’hui, en laissant davantage le quant à soi des musiciens s’exprimer au mieux d’une révélation de leurs inclinations musicales.

D’ailleurs l’un d’entre eux, au plus près de la coupe Beatles, assure la partition de John Lennon sans se départir d’une voix très bien placée pendant qu’un Paul Mac Cartney fringant et grisonnant anime le show, tout comme le vrai en 2007 en quelque sorte, et alors qu’un frétillant Georges Harisson à moues sensuelles s’emploie à réduire le retrait d’avec les deux leaders par des envolées cinglantes de guitare en solo.

Là-bas au fond de scène trône un Ringo Starr qui brille dans la transparence de sa batterie, tel un masque de savoir-faire aux percussions déterminées, label garanti.

Un clavieriste viendra les supporter en cinquième mousquetaire d’une équipe rodée par un manager s’inscrivant dans la lignée des "Epstein" à la vigilance prometteuse.

Assurément Forty years after, rien n’est encore vraiment joué dans une compétition "Tribute to the Beatles" déferlante mais tout va se jouer dans l’hymne universel fêtant une mythologie en pleine éclosion, celle du "Flower Power" back from "Hard day’s night".

The Afterbeat aura donc beau jeu d’y faire fleurir sa botte secrète : "All you need is Love".

Photo © Productions Freddy Hanouna

THE AFTERBEAT - par Theothea.com - d’après le concert du 17 février 2007 au théâtre de Poissy - avec Cyril Montreau, Pascal Hayetine, Julien Deguines et Denis Desbrières -


Moyenne des avis sur cet article :  4.27/5   (22 votes)




Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès