• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Culture > « The Lady », un bon Besson !

« The Lady », un bon Besson !

The Lady est inspiré de l’histoire vraie d’Aung San Suu Kyi, prix Nobel de la paix en 1991. Cette Dame, militante démocrate, a sacrifié sa vie de famille pour soutenir son peuple, phagocyté par la dictature militaire en Birmanie. A travers son histoire d’amour avec Michael Aris (David Thewlis), professeur à Oxford, on assiste au parcours d’une combattante qui déclarait dans son fameux discours Libérez-nous de la peur : « Ce n’est pas le pouvoir qui corrompt, mais la peur : la peur de perdre le pouvoir pour ceux qui l’exercent, et la peur des matraques pour ceux que le pouvoir opprime…  ».

La dimension politique n’est pas le fort du réalisateur du Grand Bleu et du 5e élément. Avec sa Lady, on sent bien qu’il a un peu de mal à se dépatouiller entre le pédagogisme documentaire volontariste et l’impulsion cinématographique qu’il veut donner à son récit. Sans douter de la cruauté infinie des acteurs sanguinaires de la junte militaire birmane, il force quelque peu, me semble-t-il, le trait des militaires, tous suintant, pour en faire à tout prix des « méchants » et ainsi montrer, par contraste, la geste héroïque de son ambassadrice de la paix, Aung San Suu Kyi. Avec ces militaires, décorés ici comme des sapins de Noël, on frôle la soupe à la grimace. Mais, heureusement, la lourdeur du didactisme politique de The Lady, pas loin de lorgner par moments vers les bons sentiments estampillés United Colors Of Besson, est compensée par une mise en scène plutôt élégante, jouant à fond la carte du mélo symbolique. A signaler que ce n’est pas la 1ère fois que Suu Kyi sert d’inspiration à une fiction ; on se souvient par exemple du réussi Rangoon (1995) de John Boorman, qui racontait le périple mouvementé d’une jeune médecin américaine, Laura Bowman, en Birmanie. A la fin du film, on pouvait lire : « Ce film est dédié à Aung San Suu Kyi, militante non violente prix Nobel de la paix en 1991, qui est toujours en détention surveillée à Rangoon ». 

Sans bénéficier des obus mammaires inoubliables, en tout cas pour le public masculin !, de Patricia Arquette dans Rangoon, on y croit tout de même, au film humaniste signé Besson, parce que The Lady bénéficie d’un atout de taille : l’actrice asiatique Michelle Yeoh, qui incarne à la perfection Suu Kyi, l’opposante au régime dictatorial de Birmanie. On sent que la star chinoise de Tigre et Dragon (2000) s’est complètement identifiée à cette pacifiste emprisonnée à son domicile depuis 1989 ; à tel point qu’on raconte que lorsque l’équipe du film a tourné le discours que Suu Kyi a prononcé en 1988, un figurant a fondu en larmes parce qu’il avait l’impression de revivre cet événement historique, auquel il avait assisté vingt-deux ans plus tôt. A dire vrai, on suit ce film de 2h07 parce qu’on prend plaisir à la suivre elle - Yeoh/Suu Kyi -, humaine et élégante avec son orchidée blanche plantée dans les cheveux. C’est l’une des forces du cinéma de Besson, expert en balistique : fabriquer un récit linéaire, lancé telle une balle et porté par un personnage féminin haut en couleur, animé par une idée qui le transporte voire le dépasse. On se souvient de sa Jeanne d’Arc, limite punk hystérique !, de sa tueuse junkie Nikita se cherchant une identité entre Jean-Hugues Anglade et Tcheky Karyo, de l’obstinée Mathilda (Portman) de Léon, son chef-d’œuvre, ou encore de la sauveuse Milla Jovovich aux côtés de Bruce Willis dans Le 5e élément. Besson, via des récits en général marqués par l’empreinte d’hommes méchants, fait évoluer une jeune femme qui apparaît bientôt tel un îlot de tendresse et d’espoir dans un monde de brutes. C’est le cas ici, avec « La Dame ». Et le cas de conscience de cette femme de tête, déchirée entre sa vie personnelle (ses enfants éloignés, son mari victime d’un cancer de la prostate) et son destin politique à accomplir (fille du général Aung San, héros de l’indépendance assassiné, elle se doit de guider son peuple), est bien décrit. On souffre pour elle. On souffre avec elle. C’est poignant de voir son époux à ses côtés, la soutenant jusqu’au bout dans son combat malgré le crabe qui le ronge. Sur le terrain de l’émotion, The Lady remplit haut la main son cahier des charges. C’est du 3,5 sur 5 pour moi. Aussi, on lui pardonnera quelques scories : la caricature BD de militaires violents se cachant sous le nom « les autorités birmanes » ; une réalisation où la Besson Touch ne transparaît pas suffisamment ; le surplace d’un récit qui a du mal à évoluer entre Rangoon et Oxford ; puis un survol quelque peu touristique des événements politiques survenus en Birmanie entre 1988 (année au cours de laquelle Suu Kyi débarque à Rangoon pour y soigner sa mère mourante) et 2010 (le 13 novembre, Suu Kyi est libérée, après de longues années dans sa résidence sous surveillance permanente).

L’image-symbole, ayant valeur de synecdoque pour The Lady (la douceur féminine face à la barbarie virile), est certainement celle, très forte, où l’on voit une Suu Kyi à l’orchidée blanche, apôtre d’une révolte pacifique, en train de faire face à une rangée de militaires mutiques la tenant en joue. Pour les (jeunes) spectateurs qui découvrent cette image pour la 1ère fois, on imagine qu’elle leur apparaîtra certainement, symboliquement et cinématographiquement, très forte. Pour les autres, habitués à baigner dans la culture des images (et rendons à César ce qui appartient à César), elle rappellera immédiatement un cliché très connu dans l’histoire de la photographie : La Jeune fille à la fleur (1967, cf. photo ci-jointe) de Marc Riboud : photo prise le 21 octobre 1967. Ce jour-là, à Washington, devant le Pentagone, des pacifistes se font entendre pour contester la présence des Etats-Unis au Viêt-Nam. On y voit une jeune fille, Jane Rose Kasmir, qui tient une fleur face à une horde de baïonnettes. Cette photographie symbolise le flower power face à l’archaïsme conservateur et, plus universellement, l’humain face à la machine de guerre, l’individu libre face au groupe armé, le courage face à la force, l’amour face à la guerre. Et bien sûr David contre Goliath. C’est ça l’histoire de The Lady. A savoir le parcours chaotique d’une Dame admirable, inspirée par Martin Luther King et Gandhi, véritable « source d’inspiration » pour Obama. La femme qui sauve le monde et l’homme du naufrage existentiel, c’est la Leeloo prophétique du 5e élément ou la jeune Mathilda qui redonne goût à la vie à Léon. Et c’est maintenant cette Lady, espionnée par la République de l’Union du Myanmar (autre nom de la Birmanie).

La femme tenace qui tient tête aux hommes : Besson est à l’aise pour développer cette idée-force récurrente dans ses films ; aussi, on est curieux de voir ce qu’il va faire avec son prochain film. D’après le site Deadline Hollywood, il est en train de préparer un film à gros budget – un thriller sur fond d’éléments scientifiques – avec la star américaine Angelina Jolie. Tiens, on se surprend à attendre le nouveau Besson. Voilà qui ne nous était pas arrivé depuis longtemps. Il faut dire que Besson, ce n’est pas comme le cochon, tout n’est pas bon dedans. Après des débuts enthousiasmants (Le Dernier combat, Subway) et quelques fulgurances (dont son stylé Léon), le réalisateur, visiblement plus animé par le dieu Argent que par l’artistique, a enchaîné des films fadasses (Angel-A, Adèle Blanc-Sec, Arthur et les Minimoys et j’en passe) et, le producteur, des panouilles filmiques fort dispensables (Taxi, Wasabi, Banlieue 13, Yamakasi, etc.). Mais il y a un Besson percutant, postmoderne, ayant le sens du cadre, du rythme, de l’efficacité visuelle et des grands espaces, qui est loin d’être inintéressant. Aussi, on s’éloignera de l’orthodoxie cinéphilique ayant pignon sur rue (Les Cahiers, Positif) pour laquelle, en général, il n’est pas bon de saluer un film labellisé Luc Besson, qu’il soit bon ou mauvais. Ses opus sont pris avec des pincettes, on fait la fine bouche dessus, en les accusant d’être trop publicitaires pour être authentiques. C’est encore le cas avec The Lady, une nouvelle fois guère ménagé par ces revues critiques institutionnelles. Mais nous, évitons l’esprit de chapelle. Sa Lady, sans être un chef-d’œuvre, vaut le détour. La Birmanie (ou plutôt la Thaïlande ; la plus grande partie des prises a été faite au Pays du sourire) fait du bien au cinéma de « Louc Bessonne », ce nouvel horizon lui redonne du souffle, voire de la sagesse. Tant mieux. 

Documents joints à cet article

« The Lady », un bon Besson ! « The Lady », un bon Besson !

Moyenne des avis sur cet article :  2.6/5   (10 votes)




Réagissez à l'article

4 réactions à cet article    


  • ung do 10 décembre 2011 22:50

    Encore un personnage manichéen , incarnation du bien face au mal ,les généraux birmans .Aung San est une création médiatique du complexe militaro industriel anglosaxon comme le Dalaï lama. Au départ , c’était la fille d’un général héros de l’indépendance birmane contre les Anglais . Dans sa jeunesse , on l’a envoyé en Angleterre pour faire des études . Elle est devenue une banane , c’est à dire une personne assimilée malgré une apparence asiatique . Elle a rencontré ou on lui a présenté un professeur anglais qu’elle a épousé ; on ne sait pas si ce mariage a été arrangé par les services secrets anglais . En tout cas , elle apparait sur l’écran médiatique et politique depuis 20 à 30 ans que les Anglosaxons cherchent à exploiter la Birmanie et damer le pion aux Chinois ; depuis ,selon les variations tactiques , on la fait mousser en cas de nécessité comme pour le prix Nobel en 1991 On se rappelle , ces dernières années , le pays a subi un typhon dévastateur , la France ( à ce moment il y avait Kouchner aux Quai d’Orsay )et les Usa ont envoyé près des côtes birmanes des navires de guerre « humanitaires » prêts à envahir la Birmanie , ils ont été repoussés par les chinois ; il y a eu comme dans les pays est européens des tentatives de révolutions colorées , cette année là , c’était la révolution robe safran , habit des bonzes . Actuellement , on ne sait pas pourquoi ,la Chine en perte de vitesse a lâché du lest , elle a poussé les généraux à jeter quelques os aux anglosaxons ce qui donne cet air d’ouverture en cours . La dame comme le dalaï lama sont des torpilles sous marines de l’impérialisme anglo saxon , ce qui n’enlève rien aux critiques méritées contre les généraux birmans , vrais suceurs de sang ni, contre les chinois , bourreaux du peuple tibétain ; mais de grâce , arrêtons d’avaler sans réflexions les bobards anglosaxons


    • franck2012* 11 décembre 2011 12:16

      « La dame comme le dalaï lama sont des torpilles sous marines de l’impérialisme anglo saxon »

      ..enfin, quand on voit la gueule de la dame , lorsqu’elle est à côté d’Hillary Clinton, on sent bien qu’elle ne se fait aucune illusion sur la salope et criminelle de guerre qui lui tend une main soi-disant amicale .


    • Gabriel Gabriel 12 décembre 2011 09:07

      @ung do,

      Vous avez oublié de dire que Gandhi, mère Térésa, Martin Luther King et l’abbé Pierre étaient soit des transfuges du KGB soit des espions de la CIA. Fatiguant ces bêtises dont le seul but est de salir le peu de bien qui reste dans ce foutu monde !

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès



Partenaires