• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Culture > Théâtre : 97 nominations aux 20e Molières pour la saison 2005-06

Théâtre : 97 nominations aux 20e Molières pour la saison 2005-06

Avec 9 pièces emportant 49 nominations des 17 Molières qui sont en compétition, l’autre moitié des 97 nominations de cette 20e édition des Molières 2006 se répartit entre quelque 43 pièces.

Ces neuf pièces privilégiées forment donc nécessairement un bataillon de choc ! Aussi, qu’en définitive celles-ci soient primées ou non au "second tour", elles constitueront l’image représentative de la saison théâtrale en cours, d’où émerge, étrangement obsolète avec quatre nominations, La symphonie du hanneton qui fut à l’affiche du Théâtre du Rond Point du 17 mai au 18 juin 2005, au lendemain de la 19e cérémonie des Molières.

Sans aucune corrélation autre que le prénom, La sainte Catherine (8 nominations) et Moi aussi je suis Catherine Deneuve (3 nominations) mettent en valeur le talent de leurs auteurs respectifs, Stéphan Wojtowicz et Pierre Notte.

Concernant Le Roi Lear (8 nominations), c’est un véritable plébiscite de Shakespeare au profit d’André Engel et de Michel Piccoli que l’Odéon-Berthier a dû gérer, au point de devoir les reprogrammer pour la prochaine saison 2006-07.

Quant au Pygmalion (8 nominations) de George-Bernard Shaw, c’est sans aucun doute le bijou de la sélection, car il rassemble tous les talents, toutes les compétences que le public est en droit d’attendre d’un spectacle de très haute qualité signé Nicolas Briançon, avec en star Barbara Shulz.

Le Caïman, avec 5 nominations et Moins 2 avec une de moins (c’est tentant, n’est-ce pas ?) aurait pu intervertir leurs scores si Claude Rich voulait s’effacer devant Jean-Louis Trintignant au bénéfice de l’hommage ; mais qu’à ceux-là ne tiennent les sirènes de la louange, c’est leur présence concomitante sur scène qui se devrait d’être fêtée.

Moins sensible à la mise en scène et à la direction d’acteurs liées au Miroir (5 nominations) et aux Créanciers (3 nominations) que le collège des votants dont, comme vous, nous souhaiterions faire partie, il en demeure que concélébrer Arthur Miller et August Strindberg resterait un atout indéniable pour ce Palmarès 2006.

De mêm avec 2 nominations, nous nous féliciterons d’y trouver récompensé Viol avec l’incomparable Gérard Desarthe et la sensuelle Christine Boisson et Sur un air de tango engendrant la filiation d’Etienne Bierry à Olivier Marchal.

Enfin pour une unique nomination, Oscar et la dame Rose, comme si Anny Duperey était devenue à Oscar ce que Danièle Darrieux fut à la Dame Rose, Histoires d’hommes laissant le beau rôle à Judith Magre, Oh les beaux jours marquant l’apothéose de la carrière de Catherine Samie, Richard III s’incarnant en Philippe Torreton, Pieds nus dans le parc révélant Sarah Basiani, fille de Romy Schneider, La veuve joyeuse couronnant le premier salut final de Jérôme Savary, Mon alter Hugo en triomphe de l’autre lui-même n’appartenant qu’à Gérard Berliner, etc.

 Cependant la palme devrait revenir au couple fabuleux qui a fait craquer tous les spectateurs dans Le jazz et la diva, à savoir Caroline Casadesus et Didier Lockwood.

Par ailleurs, en l’absence regrettable parmi les spectacles nominés de La Cerise sur le gâteau où Sylvie Joly fut meilleure que jamais, récompenser Le bourgeois gentilhomme avec Jean-Marie Bigard et Numéro complémentaire avec Francis Perrin nous paraîtrait de bon ton.

Reste que 52 pièces nominées ne peuvent rendre compte en un simple panel annuel à l’échelle de la France de l’immense créativité des professionnels du spectacle vivant et c’est donc tout naturellement que nous allons déplorer la non citation à ce tableau d’honneur de : Père de Strindberg avec Nada Strancar et Johan Leysen à la Colline, Mademoiselle Julie de Strindberg avec Emilie Dequenne et Bruno Wolkowitch au Petit Marigny, Grain de sable avec Isabelle Janier au Petit Hébertot, Une heure et demie de retard avec Patrick Chesnais et Evelyne Buyle aux Mathurins, La main passe de Feydeau par la Compagnie Anthéa Sogno au Théâtre Mouffetard, Le roi nu mis en scène par Laurent Pelly au Théâtre de l’Athénée, La place du singe avec Mathilde Monnier et Christine Angot à la Colline, Le meilleur professeur mis en scène par Stéphane Hillel avec Philippe Magnan qui cumule ainsi cette saison deux prestations irrésistibles au Petit théâtre de Paris, délaissées par les suffrages !

En outre comment ne pas s’étonner que le couple mythique Anouk Aimée / Philippe Noire à l’affiche du début à la fin de saison au Théâtre de La Madeleine avec leur Love letters à succès ait été superbement ignoré par l’assemblée des Molières qui escompte peut-être de nouvelles prolongations en 2006-07 ?

En tout cas faire ainsi rejoindre dans l’exclusion, le plébiscite du public à l’égard de ces deux monstres sacrés, en compagnie de L’emmerdeur (Richard Berry / Patrick Timsitt), Si c’était à refaire (Pierre Palmade / Isabelle Mergault) et Dernier rappel de et avec Josiane Balasko, les trois "cartons" toutes catégories des jauges du moment, pourrait effectivement accréditer la thèse que l’objectif de l’Association professionnelle et artistique du théâtre serait d’inciter le public à découvrir à juste titre Caroline Maillard et Didier Brice, révélations de La sainte Catherine, plutôt que de consacrer les valeurs déjà établies, dussent-elles le faire rire alors que depuis l’édition 2005 n’existe plus de Molière apparenté "divertissement".

Visuel : Marie-Noëlle Dumaz

LES MOLIERES avec Theothea.com

- La Liste des Nominations 2006

- Le Score de chaque pièce nominée

- Point de vue a priori

- Point de vue a posteriori


Moyenne des avis sur cet article :  3.4/5   (20 votes)




Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON








Les thématiques de l'article


Palmarès