• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Culture > Théâtre à Paris : Le Paquebot Tenacity

Théâtre à Paris : Le Paquebot Tenacity

Qu’on se le dise au fond des ports ! Le Paquebot Tenacity a jeté l’ancre à Paris et il écume le passage Lamier depuis le mois de mai. Un nouvel équipage a été composé par Pierre Boucard.

« Il faut bien le dire entre nous, je travaille en amateur. » déclare d’emblée un personnage assez rabelaisien. Il a pour nom Hidoux et Charles Vidrac qui a écrit la pièce a d’ailleurs fait précéder ses dialogues d’une citation de Rabelais :

« Les destinées mènent celui qui consent, tirent celui qui refuse »

Et le personnage qui semble le plus tenace souligne, lui : «  Un paquebot qui a un nom fait pour nous, un nom de circonstance, que nous pouvons prendre comme devise. (…) Il s’appelle Tenacity. »

Consentir à son destin ou s’y refuser, c’est le thème principal de cette pièce créée en 1924 par le Vieux Colombier de Jacques Copeaux.

Le spectateur ne verra pas le paquebot. Il ne verra que la salle de la pension Cordier. Un comptoir, quelques tables, quelques chaises. Un petit rade comme on en trouve (parfois encore) dans tous les ports. Un havre de paix (mais Vildrac ne précise pas qu’il s’agit du Havre). Cinq personnages vont donc « habiter ce havre » : au comptoir où l’on compte des histoires, Hidoux, déjà nommé, et Madame Cordier ; sous leurs regards bienveillants, une paire de tourteraux qui vont se disputer la petite Thérèse, une serveuse de 22 ans. On verra comment la dispute n’aura pas vraiment lieu.

Bastien (qui semble le plus tenace) et Alfred, qu'on nomme Segard (s'égare) semblent préfigurer Frédérick Lemaître et Baptiste dans Les Enfants du Paradis. Hidoux serait un Jéricho bienveillant...

La pièce est en trois actes et le deuxième comprend deux tableaux. L’action se déroule au sortir de la première Guerre Mondiale. Bastien l’expose en quelques mots à Madame Cordier :

« Notre métier, Madame ! Est-ce qu’on nous a laissé le temps d’avoir- un métier ? C’est-à-dire que celui que nous avions nous l’avons à peu près oublié ! Nous sortons de faire la guerre. On travaillait depuis six ans dans les casernes ou sur la Meuse, ou sur la Marne ou sur la Somme, dans les jolis chantiers du gouvernement. C’est chez ce patron-là que nous sommes restés le plus longtemps depuis notre sortie d’apprentissage. »

Aujourd’hui, on raconte que des pigeons prennent leur envol pour échapper à l’enfer fiscal. Ils s’exilent à Londres où un maire ébouriffé aurait promis de dérouler pour eux un tapis rouge. Là, les tourtereaux viennent d’échapper à l’enfer des tranchées . Ils n’ont pas été envoyés « dans un autre monde » et veulent aller « coloniser le nouveau monde ».

Et à Hidoux qui lui fait remarquer que l’Amérique, « c’est un tantinet trop couru ; déjà avant la guerre », Bastien répond sans se démonter :

« Trop couru ? Ça dépend quel pays d’Amérique ! Bien sûr je ne vous parle pas des Etats-Unis ; je ne vous parle pas de New-York ! Il ne faut pas confondre : c’est au Canada que nous allons ! »

On voit par là que dans ce monde-là, la mondialisation n’est pas encore achevée. Le « vieux monde » vient de sombrer dans la guerre et la révolution à l’est. Et à l’ouest, quoi de nouveau ? L’Amérique est encore le « nouveau monde ».

On notera aussi que le décor de la pièce est celui de son époque : les femmes sont au second plan ; le blanc et le cognac servis de bon matin.

Les plus bavards sont les hommes. A eux trois, Bastien, Hidoux et Alfred (qu’on appelle Ségard), totalisent 63 % des répliques et 75% du texte. Bastien semble le plus résolu, qui se vante d’avoir entraîné Alfred dans l’aventure. Hidoux n’est pas seulement le pilier du bar. C’est aussi le pivot de l’histoire, celui qui philosophe entre deux vins (jamais de champagne), volontiers anarchiste et lucide néamoins sur ce qu’il appelle sa liberté :

« Tu peux changer la forme du gouvernement, ça ne sert à rien du tout, si les hommes sont toujours les mêmes, comprends-tu ? C’est comme si moi, Hidoux, je voulais changer de quartier parce que ma chambre est dégueulasse. Mais la chambre que j’occuperai, dans n’importe quel quartier, sera toujours dégueulasse ! Pourquoi ? C’est une chambre d’ivrogne : il y aura toujours à ma fenêtre des rideaux déchirés, car je m’accroche après eux pour ne pas tomber quand je veux me donner de l’air.

Moi j’ai toujours eu envie d’une petite plante verte chez moi, sur la table de nuit, avec un bouquin à côté. Mais je pourrai changer de table de nuit, il y aura toujours un litre dessus, ou plusieurs litres. Vois-tu, Bastien, mon cas est sans doute désespéré ; mais crois-moi, ce n’est pas un homme saoul qui te parle aujourd’hui : applique-toi à devenir meilleur et ne crois pas aux gouvernements. »

« Tiens : moi, je suis libre ! Quand j’étais jeune, on m’appelait l’anguille. Personne n’a jamais pu me tenir dans sa main. Je ne vends qu’un tout petit morceau de ma liberté à la fois pour vivre. Je choisis mon travail selon mes goûts, selon l’état de mon porte-monnaie et da ma santé. Je rends des services, on pourra te le dire, et je suis bien avec tout le monde. Mais pour ce qui est d’engager l’avenir, je ne peux pas, comprends-tu, et je n’ai jamais pu. D’y penser, cela me donne une malaise ... »

La pièce a été portée à l’écran par Julien Duvivier en 1934, avec quelques modifications dans l’intrigue. C’est dans ce film, je crois, qu’il est fait mention du Havre. Mais pour le vérifier, il faudrait en retrouver une copie.

http://www.cinema-francais.fr/les_films/films_d/films_duvivier_julien/le_paquebot_tenacity.htm

http://fr.wikipedia.org/wiki/Le_Paquebot_Tenacity

Elle est reprise aujourd’hui sans fioriture dans un petit théâtre parisien. La mise en scène est ingénieuse (tendez l'oreille avant le lever de rideau). Les décors sont sobres mais efficaces. La réalisation des costumes témoigne d'un sens de l'histoire

Au troisième acte, certains personnages se défilent, d’autres se retrouvent seuls. Lesquels se perdent ? Lesquels se trouvent ? Lesquels s’égarent « comme des bouchons sur un fleuve »  ? Quels sont les plus tenaces ?


Moyenne des avis sur cet article :  5/5   (3 votes)




Réagissez à l'article

4 réactions à cet article    


  • Nuccia Nuccia 25 mai 2013 12:40

         Bientôt 100 ans ...1914 et l’immense boucherie qui ravagea le monde . Vildrac , l’auteur , y survécut et c’est sa première pièce . 

    Les spectateurs qui se pressèrent au Vieux Colombier à sa création et pendant trois ans ont pu partager ainsi toute la révolte et l’espoir contenus dans ce texte sobre et réaliste qui parle « vrai » après la cacophonie de la propagande militariste ;
    Aujourd’hui le propos reste aussi pertinent , entre passion et réflexion : cette pulsion de mort qui traverse toujours l’humanité et l’entrave peut -elle trouver « remède » dans une liberté à conquérir ? Celle de l’individu qui s’affranchit de ses aliénations ; non sans souffrance mais avec l’espoir , chevillé au corps , d’une Renaissance , d’un « Nouveau Monde » à accomplir .


    • Kindred Kindred 25 mai 2013 20:40

      Vous devriez relire vos notes, mon vieux, la pièce a été montée en 1920 et Copeau ne prend pas d’X comme Astérix.


      • IDRef 10 juin 2013 12:23

        La « comédie romantique » d’une autre époque, et celle-ci me semble bien plus émouvante que ce que l’on peut voir de nos jours :)

        Je ne connais ni la pièce ni le film mais cela m’a donné envie de découvrir cette histoire qui même un siècle plus tard est toujours d’actualité. Vu que je prends des cours de théâtre amateur d’ailleurs, je vais essayer de voir s’il est possible de travailler sur les textes de la pièce !

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON








Les thématiques de l'article


Palmarès