• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Culture > « Théâtre sans animaux » retour gagnant au Rond-Point

« Théâtre sans animaux » retour gagnant au Rond-Point

Au théâtre du Rond-Point, dont il est le Directeur, devenu un lieu mythique dédié à l’écriture contemporaine et à la Culture, Jean-Michel Ribes reprend un succès créé par lui-même en 2001 « Théâtre sans animaux » au Tristan Bernard, couronné par trois Molières dont celui de la meilleure pièce comique et un attribué à la pétulante Annie Gregorio, qu’on retrouve aujourd’hui sur scène avec Philippe Magnan et Christian Pereira.

JPEG - 52 ko
Théâtre sans animaux
photo © Theothea.com

Deux nouveaux interprètes, Caroline Arrouas et l’irrésistible Marcel Philippot les accompagnent, en 2013, dans les chemins de traverse de l’absurde et du surréalisme.

Dans un cadre familier empreint d'une confondante banalité, huit sketchs vont faire succéder une suite de portraits de gens qui semblent raisonnables mais qu’une incartade, un mot de trop font disjoncter et dériver dans un imaginaire loufoque.

Alors, le langage se disloque et jongle avec le non sens. Le grain de sable qui vient enrayer la machine provoque le dérapage, l’incohérence ou la rupture d’une logique absurde ou fantaisiste et la joute verbale se transforme en combat extravagant.

Prenons le sketch de la « Tragédie » : Tout part d’un petit mot « bravo » qui va entraîner un cataclysme conjugal.

Jean-Claude refuse d’adresser ce simple « bravo » à sa belle-sœur qui vient de jouer Phèdre de Racine :

« Je te demande de lui dire juste un petit bravo…/ Je ne peux pas »

« C’est le mot qui te gêne ? / Non, c’est ce qu’il veut dire »

L’insistance de Louise pour qu’il prononce ce mot entraîne d’abord un refus puis le rejet, l’exaspération et finalement la rupture du couple. Rien qu’un mot de cinq lettres, martelé de façon obsédante.

Dans un autre sketch, des hommes ordinaires poussant des caddies de golf, ont l’air de deux potes amicaux et vont délirer à partir du prénom Bob, trois lettres. L’insistance de l’un à appeler l’autre Bob alors que celui-ci ne le supporte pas envenime une situation au départ banale.

Les circonstances sont parfois burlesques et surréalistes. Quand un stylo à bille de trois mètres cinquante atterrit dans le salon d’une maison, la mère de Séverine, nationaliste creusoise tendance grenouille de bénitier, va y voir la manifestation du divin, un signe du destin et exhorter son mari et sa fille à prendre conscience de ce présage.

Jean-Michel Ribes, créateur des fameux « Palace », « Merci Bernard », « Brèves de comptoir », « Musée haut, Musée bas », « René l’énervé » s’y entend pour réunir une équipe de comédiens qui rendent parfaitement cocasse un univers décalé.

Il faut voir Marcel Philippot dans le rôle d’un benêt découvrant qu’il est plus intelligent que son frère aîné écrivain, ou le voir dans son salon, en coiffeur « normal » qui va se laisser berner par un irascible client, Christian Péreira, qui lui fera admettre qu’il peut devenir goéland.

Et miracle, déployant les bras telles des ailes, le coiffeur, à la fin de la séance, ramassera une plume avec les cheveux qu’il balaie. Illusion et croyance quand tu nous tiens...

L’impassible Philippe Magnan a oublié le prénom de sa fille âgée de dix-huit ans, excellente Caroline Arrouas : « Je peux savoir pourquoi tu me réponds quand je t' appelle Monique ? » lui demande-t-il, ne comprenant pas pourquoi il l’aurait affublé d’un pareil prénom.

Il faut voir ensemble les cinq comédiens délirer au musée autour d’une question cruciale, pourquoi ne peint-on plus de carpes ? Et finir le sketch en imitant les nageoires des poissons avec leurs bras. Adéquation physique entre l’homme et le merlan ?

Les gags se perdent peut-être un peu sur cette grande scène et n’ont pas tous le même piment. Mais la succulence des comédiens réussit pleinement à nous délecter de cette planète rocambolesque.

Cet humour corrosif est sain comme le rire qu’il provoque.

JPEG - 46.5 ko
Théâtre sans animaux
photo © Giovanni Cittadini Cesi
JPEG - 73.2 ko
Théâtre sans animaux
photo © Giovanni Cittadini Cesi
photo haut © Theothea.com
photos bas © Giovanni Cittadini Cesi
    

THEATRE SANS ANIMAUX - **.. Cat's / Theothea.com - de & mise en scène : Jean-Michel Ribes - avec Caroline Arrouas, Annie Gregorio, Philippe Magnan, Christian Pereira et Marcel Philippot - Théâtre du Rond-Point

  


Moyenne des avis sur cet article :  4.33/5   (6 votes)




Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès



Partenaires