• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Culture > « Ton silence est un baiser » de Denis Labayle : « un hymne à (...)

« Ton silence est un baiser » de Denis Labayle : « un hymne à l’amour » par temps de chien

Une double vie est-elle possible ? D’accord ! La question prête à sourire. N’est-ce pas l’ordinaire des princes qui nous gouvernent ? Et les comédies de boulevards n’ont-elles pas fait depuis longtemps du ménage à trois ou à quatre le ressort de leur rire mécanique et complaisant à coups d’équivoques et de quiproquos ?

On se doute que ce n’est pas ce dont il s’agit dans le dernier roman de Denis Labayle, paru chez Julliard, Ton silence est un baiser. Peut-être faut-il d’ailleurs formuler la question autrement : une double vie est-elle évitable quand deux êtres, épris l’un de l’autre, gardent pour leur premier conjoint une estime et même une affection dont ils ne peuvent en même temps se passer ?

Au péril de l’amour

Les amants ont beau avoir mis toute la distance de l’océan Atlantique entre eux pendant une année pleine, et avoir pris aussi de bonnes résolutions en tentant de se persuader que, si elle dure secrètement depuis plusieurs années, au prix de beaucoup de prudences et d’inventions, leur liaison n’a pas d’avenir. Rien n’y fait. Le visage de l’être aimé ne quitte pas leur pensée. Leur désir même s’exaspère aux souvenirs obsédants de leurs étreintes passées. Qu’attendre alors quand les événements précipitent à nouveau une rencontre à la fois redoutée et désirée ?

Franck dirige à Paris un laboratoire de recherches en virologie dont Maud a été longtemps la collaboratrice avant de rejoindre son mari à Boston où elle n’en poursuit pas moins son travail de concert avec Franck par internet. Ils sont sur la voie d’un vaccin que le monde entier attend, depuis que l’épidémie du virus NKV2 progresse de pays en pays, semant panique et désolation partout où elle s’étend ; une sorte d’état de guerre sanitaire s’instaure ; tout le monde se méfie de tout le monde et, la pénurie aidant, on acquiesce sans résister à un régime de plus en plus policier qu’elle appelle. Mais ça n’empêche pas que « pendant les travaux, les affaires continuent » ; une épidémie est une aubaine pour des affairistes qui préparent déjà le jour d’après : d’immenses profits à venir sont espérés. Un colloque convoque justement les chercheurs concernés aux Etats-Unis dans la ville de Boston pour faire le point des recherches en cours. Le temps presse. La communication de Maud y est très attendue.

Mais cela signifie que Franck, appelé à participer aussi au colloque, va devoir revoir Maud après un an de séparation. À vrai dire, pour lui, il n’y a que ces "tendres retrouvailles" qui comptent. En revanche, Maud qui s’est rapprochée de Pierre, son mari, mesure, l’épreuve qui l’attend... autant qu’elle l’attend. Car enfin c’est tout de même de la faute de Franck s’ils en sont là ! Il n’a pas voulu choisir entre elle et Alice, sa femme, toute entière dévouée à leur enfant autiste, alors qu’à un moment donné ni ses deux filles ni personne ne l’auraient retenue : elle était prête à vivre avec lui.

L’amour en péril

La relation des événements comme des souvenirs est faite alternativement tantôt par Franck tantôt par Maud. La conséquence n’est pas de faire du lecteur le témoin privilégié de deux vérités secrètes qui divergeraient. On a compris au contraire que la relation des deux amants est la seule à ne pas tolérer de double langage. Ils se comprennent à demi-mots. Même « (leur) silence... est un baiser ». Ce récit à deux voix permet au contraire de pénétrer plus profondément dans les pensées intimes de chacun, non pour y découvrir des dissonances, mais pour mesurer combien leur harmonie peut être entière. Quel amant ne brûlerait pas de la connaître ?

Seulement, si ce n’était déjà pas simple pour deux amants de dissimuler leur passion en temps normal, l’épidémie menaçante avec la concurrence des laboratoires à la recherche d’un vaccin qui fera leur richesse, ouvre une période peu réceptive aux idées altruistes que Maud nourrit pour la recherche, au moins en temps de crise, sans se soucier des intérêts qu’elles heurtent. Elles lui viennent de son histoire personnelle dont Franck pendant longtemps n’a eu qu’une vague idée. En attendant, malgré une inclination naturelle à la prudence, Franck ne peut lui en vouloir. C’est comme ça qu’il l’aime ! Car Maud pour Franck «  représente ce que le sexe féminin peut atteindre de plus admirable : une harmonie rare entre la beauté visible et invisible  », tout en gardant « une part de mystère ».

Ce roman, on l’a deviné, est "un hymne éperdu à l’amour" dont on se demande si la société où il est né et a vécu par effraction, peut continuer plus longtemps à le tolérer, et si les amants eux-mêmes auront non pas la force - ils en débordent - mais les moyens de continuer à le faire vivre. On entend volontiers Piaf en sourdine avec ses harmoniques tragiques sorties de ses entrailles : « Le ciel bleu sur nous peut s’effondrer / Et la terre peut bien s’écrouler / Peu m’importe si tu m’aimes / Je me fous du monde entier...  » Non ! Qu’on n’y voit pas d’emphase ! C’est le langage même sans phrase de la fusion amoureuse.

En tout cas, signant sans doute un de ses plus beaux romans, Denis Labayle use, lui, d’une langue limpide, incisive, parfois clinique, apprise du métier de médecin qu’il a longtemps exercé. Surtout, la phrase est courte comme une respiration : c’est celle de l’inquiétude de l’amour menacé qui court tout au long du roman, avec par instant l’éclosion lumineuse d’images quand il s’empourpre d’un érotisme aussi discret qu’intense. Paul Villach


Moyenne des avis sur cet article :  4/5   (8 votes)




Réagissez à l'article

1 réactions à cet article    


  • docdory docdory 12 octobre 2007 18:51

    @ Paul Villach

    Voilà qui donne envie d’aller chez le libraire ! Il va falloir que je trouve le temps ...

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès