• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Culture > Tous en scène[s] ! à l’Aquarium

Tous en scène[s] ! à l’Aquarium

Un spectacle festif de théâtre / danse / musique en 2 volets
Au Théâtre de l'Aquarium à La Cartoucherie de Vincennes
24 et 25 mai 2014.
"Cette année, le Théâtre de l'Aquarium a proposé à six conservatoires de Paris et à des amateurs de relever un pari fou : s'accaparer les quatre spectacles de sa saison 2013/14 pour aboutir ensemble à une grande pièce chorale en 2 volets. Conçu par François Rancillac (metteur en scène et directeur du Théâtre de l'Aquarium) et Assane Timbo (metteur en scène et comédien) à partir des projets des participants et de leurs professeurs, ce bouquet final rassemblera sur scène plus de 150 amateurs et apprentis comédiens."
 
Quelle bonne idée a eu le Théâtre de l'Aquarium d'ouvrir ses portes à de jeunes apprentis comédiens et à des amateurs, nous permettant ainsi d'approcher un théâtre, certes moins léché, mais riche de très nombreuses émotions !
 
Je n'ai pour ma part assisté qu'au premier volet, celui des amateurs, dans lequel joue mon ami Orélien Péréol.
Sur le plateau évolue un grand nombre de comédiens, très actifs et très mobiles, organisant souvent l'espace à l'aide de chaises, portées, traînées, renversées, tantôt sièges, tantôt estrades ou bien encore cocons protecteurs sous lesquels s'abriter. Avec un beau dynamisme, ils réinterprètent les thématiques des spectacles présentés cette saison au Théâtre de L'Aquarium. On retrouve ainsi le meurtre sacrilège d'Œdipe roi, la famille étrange du Mardi où Morty est mort et le vol d'identité de Vaterland.
Entre culpabilité, mémoire et temps qui passe, le pari des amateurs est très réussi et on rit beaucoup. On est ému aussi parfois par ces évocations du passé perdu, par cet homme cocasse qui feuillette l'album photos de sa vie.

"Là, un matin, là, un soir..."

L'histoire de Vaterland m'a en particulier beaucoup touchée et intéressée, le périple de ce soldat allemand qui en pleine occupation tue un civil français pour prendre sa place.

"Ich schaue ihn an. Ich schaue mich an.
Sein Gesicht, mein Gesicht."

Les parties dansées, où les chaises sont à nouveau éléments constitutifs de la chorégraphie, sont très belles et s’intègrent parfaitement à l'ensemble. Seul bémol, la fin, peut-être un peu trop longue, et la lecture de très courts textes sans intérêt, qui sentent vraiment beaucoup l'atelier d'écriture. Le spectacle aurait sans doute gagné à s'achever un peu plus tôt, mais n'en reste pas moins une impression très agréable de travail et d'inspiration. Félicitations !
 

 

 


Moyenne des avis sur cet article :  3/5   (4 votes)




Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès