• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Culture > Tsarskoïe Selo ou la splendeur impériale

Tsarskoïe Selo ou la splendeur impériale

La grandeur de Saint-Pétersbourg, sa beauté éternelle, sauvée miraculeusement des guerres du XXe siècle, sont inséparables du luxe des résidences des empereurs de Russie, dont Tsarskoïe Selo et Peterhof (dont je vous parlerai ultérieurement ) qui forment autour d’elle comme un diadème éblouissant. Ces ensembles constitués par de splendides demeures et de magnifiques parcs sont de véritables chroniques historiques et artistiques de la vie et de l’art russes. En même temps, chacun d’entre eux personnalise l’activité, les goûts, les prédilections et les antipathies des monarques qui l’avaient choisi l’une ou l’autre comme lieu de séjour : à Elisabeth Ier et Catherine II Tsarskoïe Selo, à Pierre le Grand Peterhof.
Tsarskoïe Selo reflète à la perfection la grâce paysagère, l’architecture, l’éclat de la poésie russe et le faste des cérémonies à la Cour impériale. C’est Catherine Ier, la femme de Pierre le Grand qui fit l’acquisition de ces terres, appartenant autrefois à la Suède, et commença d’y construire un palais. Après sa mort, la fille de Pierre, Elisabeth, devenue impératrice en 1741, avec l’envergure qui lui était propre, ne ménagea pas l’argent pour transformer les vieux bâtiments en une demeure luxueuse, autour de laquelle elle fit construire des pavillons et aménager des jardins. Les travaux furent bientôt confiés à l’architecte Bartolomeo Rastrelli qui avait déjà été en charge du Palais d’hiver ( l’actuel Ermitage ), d’où les ressemblances évidentes entre ces deux résidences, celle d’hiver et celle d’été. Pendant le règne de Catherine II, Tsarskoïe Selo va s’enrichir d’oeuvres dues à Antonio Rinaldi et Charles Cameron pour ne citer que les plus connus. Les puissantes formes décoratives déterminent l’expressivité plastique du palais, lui attribuant une majesté véritablement impériale. Cette impression est soulignée par les intérieurs dont le décor reflète les goûts ayant dominé aux diverses époques. Les préférences des empereurs et impératrices se traduisent dans l’aménagement des salles, où le luxe baroque voisine avec l’élégance du néo-classicisme.
Arrivés de bonne heure ce matin-là sous un ciel uniformément bleu, alors que les lilas embaument et que les tulipes déploient leurs colorations vives, nous recevons comme un choc l’immensité de cette façade grandiose dominée sur l’un des côtés par les bulbes d’or de sa chapelle. L’harmonie est évidente que l’on se tourne vers les bâtiments d’une somptuosité sans pareille ou vers le parc d’une grâce captivante. On commencera par la visite du parc où nous sommes presque seuls à déambuler dans les allées autour du Grand Etang qui est, en quelque sorte, le coeur du jardin. Ce dernier est décoré d’une multitude de pavillons parmi lesquels se distinguent les Bains Turcs, sorte de mosquée en miniature, le Grand et le Petit Caprice inspiré l’un et l’autre de l’art chinois très en vogue à l’époque. Souvent placés au bord du lac ou des étangs, ces pavillons se reflètent dans les eaux paisibles et peuvent être admirés de différents points de vue.

L’impératrice Catherine prit une part active à l’embellissement de ces lieux et y dévoila son génie et l’élégance de son goût. Tsarskoïe Selo devint sa résidence préférée. Chaque jour, elle effectuait une promenade dans le parc accompagnée de gentilshommes et de dames d’honneur. A partir de 1763, elle y vécut une partie du printemps et tout l’été, ne rentrant à Saint-Pétersbourg qu’à l’automne, avant les premiers froids. C’est elle qui transforma le parc en une sorte de " panthéon de la gloire russe", un complexe unique d’ouvrages comprenant les colonnes de Tchesmé et Morée, l’obélisque de Kagoul qui étaient chargées de rappeler les victoires et les conquêtes de l’armée russe. Le plus intéressant reste la Galerie de Caméron avec ses murs de pierres aux coloris rares et précieux. Ces coloris rendent particulièrement originale l’architecture des cabinets de jaspe et d’agate, ainsi que celle de la Grande Salle, témoins des aspirations raffinées de l’architecte, des sculpteurs et des maîtres ciseleurs, à laquelle s’ajoutent le jardin suspendu et sa pente douce qui composent un ensemble homogène " une rhapsodie gréco-romaine"- comme le disait l’impératrice dans l’une de ses lettres. Décoré de bustes de philosophes, de grands capitaines, de dieux et de héros antiques, il forme un belvédère d’où l’on jouit d’un superbe panorama sur les paysages environnants.

Mais à l’intérieur du palais d’autres émerveillements nous attendent. Et tout d’abord la salle de danse ou Grande Salle que l’on doit au génie de Rastrelli et dont le volume gigantesque est encore augmenté par la multitude des fenêtres et des miroirs. C’est en 2003 que fut achevée la reconstitution de ce que l’on considérait jadis comme la huitième merveille du monde : le salon d’ambre. En 1717, le roi de Prusse avait offert à Pierre Ier des plaques de cette pierre jaune que les gens de la Baltique nommaient " les larmes des oiseaux de mer". Translucide, cette pierre, selon la lumière, se charge de reflets de miel ou de brun rougeâtre et séduit par son éclat. Tous ceux qui eurent l’occasion de voir le salon d’Ambre furent émerveillés. Voici ce qu’en disait Théophile Gautier : " Cette chambre de dimensions relativement grandes est, de trois côtés, du sol aux frises, entièrement revêtue d’une mosaïque d’ambre. L’oeil qui n’est pas habitué à voir une telle quantité d’ambre est comme ébloui par la richesse de tons chauds qui traversent toute la gamme des jaunes, du topaze étincelant au citron clair...

Dans les autres pièces plus somptueuses les unes que les autres, on oscille entre le caractère intime de certaines inspirées souvent de l’art pompéien ou par l’abondance, parfois surchargée, des pièces de réception qui avait pour mission d’impressionner le visiteur. Je me souviens particulièrement des merveilleux poêles en faïence de Delft ou de la chambre de Maria Feodorovna, créée par Charles Cameron, avec les fines colonnettes de l’alcôve richement ornementées, rehaussées de cannelures qui leur confèrent une grâce aérienne. Et comment oublier le parquet en bois précieux du salon bleu avec son dessin géométrique d’une richesse stupéfiante.
Tsarskoïe Selo est non seulement lié au souvenir de Catherine II dont la personnalité et le caractère firent une vive impression sur ses contemporains, femme hors du commun douée d’une grande intelligence, d’un don naturel pour l’administration et le commandement, d’un sens pratique remarquable et d’une énergie inlassable, mais également à celui du poète, si cher au coeur des Russes, Alexandre Pouchkine. A propos de Catherine, il faut rendre à la vérité historique ce qu’on lui doit. Si cette femme a marqué son temps d’un prestige flamboyant, elle a eu aussi des faiblesses, inextricablement mêlées à ses qualités. La résolution pouvait facilement devenir cruauté, l’ambition nourrissait l’orgueil, voire la vanité, la propagandiste habile n’hésitait pas à affirmer des mensonges, quant à son égoïsme, il était sans limite, cette femme ne voyait rien en-dehors d’elle.Si son règne fut l’un des plus glorieux de l’histoire russe, marqué par un profond bouillonnement culturel, cette souveraine si séduisante et volontaire, qui sut oublier son origine allemande en devenant l’incarnation même de la Russie, a sacrifié à une noblesse soucieuse de conserver ses privilèges les idées généreuses que son intelligence éclairée et son intimité avec les philosophes français Voltaire, Diderot et Montesquieu lui avaient permis d’acquérir. C’est ainsi que le gouvernement de Catherine, en renforçant les privilèges de la noblesse, a contribué à la légalisation du servage en Ukraine et, pour ainsi dire, à l’uniformisation de ce fléau dans tout l’empire. Mais nous devons aussi à la vérité que les milliardaires d’aujourd’hui, nouvelle aristocratie de l’argent, seront tout aussi avides pour sauvegarder leurs acquis. L’homme n’a pas changé, c’est seulement l’argent qui a changé de poche.
Il n’en reste pas moins que son siècle fut marqué par l’influence française, d’autant mieux que l’impératrice entretenait une abondante correspondance avec Voltaire. Leurs éloges réciproques ne peuvent manquer d’amuser de nos jours par leur emphase. Voici quelques qualificatifs que Voltaire destinait à Catherine, plus flagorneur à son égard que cette dernière lui versait une pension royale. Ainsi la nommait-il : L’incomparable, l’Etoile du nord, Le paradis terrestre - ou lui adressait-il, dans son courrier, des expressions admiratives comme celles-ci : Heureux qui voit vos augustes merveilles ! - Oh Catherine ! heureux qui vous entend ! - Plaire et régner, c’est votre talent ; mais le premier me touche davantage ; par votre esprit vous étonnez le sage, qui cesserait de l’être en vous voyant ! - De tels excès courtisans ne manquent pas de piquant de la part d’un philosophe qui entendait favoriser la suprématie de la Raison.

L’autre personnage est, comme je l’écrivais plus haut, le plus grand poète de la langue russe, Alexandre Pouchkine, créateur d’une esthétique moderne de la prose et considéré comme le symbole même de Saint-Pétersbourg. Son oeuvre - écrit Fédorovski - marque le couronnement d’un siècle de maturation de la langue littéraire russe. Homme des Lumières, il scella l’union de l’esprit entre deux siècles, le XVIIIe qui l’inspira et le XIXe où il vécut. A cette fusion s’ajoute une autre dimension : le plus grand poète russe fut aussi le plus français. Il parlait notre langue à la perfection ainsi que quelques autres dont l’espagnol et l’allemand. Il avait pour aïeul maternel un noir abyssin adopté par Pierre le Grand qui le fit général avant de le marier à une dame de la cour. De cet ancêtre, Alexandre Pouchkine tenait ses lèvres épaisses, son teint olivâtre et ses cheveux crépus. La goutte de sang tombée d’Afrique dans la neige russe - écrira à son propos Melchior de Voguë. A cela s’ajoutait le don d’écrire, de plaire et d’éblouir. Admis au lycée de Tsarskoïe Selo fondé par Alexandre Ier, il y fit ses études de 1811 à 1817 et vécut dans le parc du palais ses premiers émois amoureux, s’y attardant les nuits de pleine lune auprès de la belle Marie Charon-Laroze, jeune veuve qui traînait dans son sillage une mélancolie distinguée. Ses études terminées, le poète s’éloigna de Tsarskoïe Selo, mais y revint avec sa jeune femme Nathalie Nikolaïvna, de quatorze ans sa cadette, considérée comme la plus belle femme de Saint-Pétersbourg et qui avait fait forte impression sur la cour et sur l’empereur Nicolas Ier lui-même. Ensemble ils aimaient marcher le long de la façade du palais rehaussée par les célèbres dômes dorés de la chapelle et assister aux bals qui s’y déroulaient fréquemment. Si bien que Tsarskoïe Selo devint pour les générations futures la Terre Sainte de la poésie russe. Pouchkine n’avait-il pas consacré de nombreux vers à ce lieu exceptionnel qu’il avait profondément aimé ? En souvenir de ses années de jeunesse, lors des fêtes du centenaire de sa naissance le 26 mai 1899, dans le jardin attenant au lycée, on posa la première pierre d’un monument à sa mémoire d’après le modèle de Robert Bach. Ce dernier fut érigé aux frais des habitants, afin de perpétuer leur amour pour le génie de la poésie russe. C’est ainsi que Tsarskoïe Selo unit tous les arts à leur degré le plus élevé.

Pour prendre connaissance des précédents articles consacrés à la Russie, cliquer sur leurs titres :

Retour de Russie : de la Volga à la Neva La Russie au fil de l’eau 


Saint-Pétersbourg ou le songe de Pierre Pavlosk ou le sourire d’une nuit d’été

 

Documents joints à cet article

Tsarskoïe Selo ou la splendeur impériale Tsarskoïe Selo ou la splendeur impériale

Moyenne des avis sur cet article :  4.2/5   (15 votes)




Réagissez à l'article

9 réactions à cet article    


  • Annie 21 septembre 2009 16:15

    Tweedle Dee et Tweedle Dum.


    • Annie 21 septembre 2009 16:16

      Pardon j’avais oublié le Cheshire Cat.


    • kitamissa kitamissa 21 septembre 2009 17:38

      j’avais entendu dans un reportage télé sur ST Petersbourg ,que la chambre d’ambre avait totalement été pillée de son ambre ( par les Allemands je crois ) et que des mécènes se sont réunis pour reconstituer ce qui était à l’origine cette splendeur ...

      est ce que c’est une histoire rapportée ou la vérité ?

      si c’est fondé ...

      ,bravo aux artisans qui ont réussi ce travail extraordinaire de reconstituer ce fabuleux décor !


      • Armelle Barguillet Hauteloire Armelle Barguillet Hauteloire 21 septembre 2009 18:25

        à Kitamissa

        Cette histoire est absolument vraie. La plupart des palais autour de St Pétersbourg ont été pillés, certains détruits en partie comme Pavlovsk par les Allemands, lors de la dernière guerre. Le travail de rénovation, de restauration fidèle aux plans d’origine est digne de quelques adjectifs et de toute notre admiration. 


        • Untel22 21 septembre 2009 21:46

          pouvez vous me dire s’il s’agit du même architecte que pour le palais de Rundale en Lettonie ? (parfois surnommé le « Versailles Letton »)


          • cathy30 cathy30 22 septembre 2009 07:03

            bonjour
            Avec quel voyagiste, êtes vous partie ? merci


            • Armelle Barguillet Hauteloire Armelle Barguillet Hauteloire 22 septembre 2009 09:44

              Réponse à Untel22

              C’est bien le même architecte Francesco Bartolomeo Rastrelli qui a conçu et réalisé le palais de Rundale en Lettonie dans les années 1736 - 1740, pour le duc Ernst Johann Biron, duc de Courlande. Mais les travaux intérieurs ont été différés pour cause d’exil du duc et repris seulement à son retour dans les années 1765. Après l’annexion du duché par l’empire Russe, le palais devint successivement la propriété des familles Zubov, puis Shuvolov jusqu’à sa nationalisation en 1920 par la république de Lettonie.

              Réponse à Cathy30

              Deux bonnes agences pour les croisières fluviales en Russie : Marsans et Croisieurope.


              • Lizotchka Lizotchka 29 septembre 2009 22:38

                Les parcs et palais des environs de Pétersbourg sont une merveille ! Les restaurations continuent partout. Espérons que dans quelques années, les touristes iront aussi à Gatchina et Oranienbaum, comme ils vont aujourd’hui à Peterhof, Pavlovsk ou Tsarskoïé Sélo. En tout cas, chapeau bas aux restaurateurs...


                • Amélie 14 mars 2014 12:48

                  Bonjour,

                  je souhaite faire un travail de diplôme sur la chambre, mais je peine à trouver des livres sur le sujet. Pourriez-vous m’en indiquer ?

                  Merci d’avance

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON









Palmarès