• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Culture > « TV Lobotomie » : regard clinique sur le tube cathodique

« TV Lobotomie » : regard clinique sur le tube cathodique

Une évocation de l'ouvrage de Michel Desmurget.

Depuis les années 1950, dans un mouvement continu, la télévision s'est massivement implantée dans les foyers européens. D'aucuns lui prêtent aujourd'hui des vertus informatives, ludiques, sociales ou unificatrices. Elle contribuerait à faciliter la communication dans les familles, à éveiller, instruire et distraire les enfants, à dégager des plages horaires, durant les dessins animés ou les reportages animaliers, pour permettre aux parents de bricoler, cuisiner ou s'adonner aux tâches administratives et ménagères. Cette vision idyllique du petit écran, véhiculée de concert par les annonceurs et les dirigeants de chaîne, est largement battue en brèche par une vaste matrice d'études scientifiques, unanimes quant à ses effets pervers, à la fois sanitaires, cognitifs et comportementaux. Bien moins inoffensif qu'il n'y paraît, à mille lieues des discours lénifiants d'un Serge Tisseron ou d'un Michael Stora, le tube cathodique donnerait lieu à une inépuisable série de facteurs favorisant l'obésité, la consommation d'alcool et de tabac, l'acte sexuel précoce et les violences de toutes sortes, un inventaire inquiétant auquel viennent encore se greffer des risques liés aux maladies cardiovasculaires, respiratoires et artérielles, ainsi que des phénomènes d'altération du sommeil. Des effets indésirables, et souvent irréversibles, généralement tenus pour quantité négligeable par des parents mal informés, permissifs ou démissionnaires, qui encouragent parfois eux-mêmes la téléphagie de leur progéniture. Comme Michel Desmurget le rappelle très justement, l'enfant n'est initialement demandeur de rien ; c'est son entourage qui le soumet délibérément aux stimuli télévisuels.

 

De TF1 à l'acculturation et la désensibilisation

Chercheur spécialisé en neurosciences cognitives, l'auteur met à nu l'extrême hypocrisie de l'institution télévisuelle. Les enquêtes d'opinion ont beau jeu de couvrir Arte de lauriers, il n'empêche que la petite chaîne culturelle franco-allemande ne pèse pas bien lourd face au mastodonte qu'est TF1 en des termes strictement médiamétriques. De la même manière, les documentaires et magazines d'information, encensés par les sondages, apparaissent en rupture de ban quand il s'agit de mesurer leur audimat, se trouvant tristement relégués à l'arrière-plan par toute une cohorte de programmes abrutissants tels que les émissions de téléréalité. On ne s'étonnera pas, dès lors, du déclin alarmant du niveau scolaire, précisément concomitant à la colonisation cathodique des foyers. Plus inquiétant encore, quel que soit la nature du programme regardé, segmentant ou fédérateur, analytique ou divertissant, et même s'il se revendique clairement comme « pédagogique » ou « didactique », on observe chez le téléspectateur des processus perturbateurs : d'acculturation – l'immersion de la télévision dans l'appréhension du réel –, d'anxiété – la grande peur de 1994 liée à l'affaire O.J. Simpson –, d'asociabilité – comportements inadéquats et/ou extrêmes désinhibés –, de troubles alimentaires – anorexie comme boulimie –, de moindre habileté sensori-motrice ou encore de désensibilisation à la violence, induite par le phénomène d'habituation – une diminution graduelle de l'intensité d'une réponse cérébrale donnée à un stimulus quelconque. Même sur le plan morphologique, la petite lucarne agit en sous-main ; certaines zones du cerveau canalisatrices se trouveraient hypertrophiées en raison d'une exposition accrue à la télévision, et singulièrement aux spectacles violents.

 

Subvertir la pensée

Rien, dans la télévision, ne trouve grâce aux yeux de Michel Desmurget. Osez évoquer l'hypothétique effet cathartique des programmes violents, il objectera avec conviction au moyen d'une batterie d'études scientifiques, toutes concordantes. Tentez d'invoquer la bonne foi des chaînes, il vous renverra fissa à la célèbre déclaration de Patrick Le Lay, l'ancien dirigeant de TF1, admettant volontiers que son métier consiste avant tout à vendre à Coca-Cola du temps de cerveau disponible. Dans la grande foire à bestiaux télévisuelle, le spectateur n'est rien de plus qu'un « bovin amorphe et apathique » que l'on brade à des annonceurs devenus tout-puissants. Vous pensez prendre vos décisions en toute liberté et conscience ? N'oubliez pas que les marques dépensent chaque année des millions en études et neuromarketing pour mieux s'implanter dans votre esprit. Elles ne le font certainement pas en pure perte. De manière subliminale, elles s'impriment au fer rouge et parviennent à coloniser vos points cérébraux mnésiques et affectifs, allant jusqu'à marginaliser le goût et la raison dans leur volonté d'abattre toutes les digues. À coups d'archétypes idéalisés, de héros positifs et de stars immaculées, le tube cathodique se met tout entier au service des industries agroalimentaire, du tabac et de l'alcool, peuplant notre inconscient de stimuli à finalité commerciale. Succès garanti et favorisé par des émissions bidon(née)s, confectionnées à la sauvette, et un zapping intempestif causant un détriment considérable aux programmes se risquant à proposer ne serait-ce que le début d'une once de subtilité.

 

Une machine à abrutir ?

Les faits sont têtus. Les données scientifiques, tout autant. Non contente de rouler pour l'industrie et d'insulter régulièrement l'intelligence de son public, la petite lucarne se plaît à étioler votre niveau d'écriture, de lecture, de sociabilité et de structuration de la pensée. Chez les enfants, quel que soit le milieu social observé, on note une moindre appétence de l'écrit, pourtant éminemment formateur, un moindre temps dévolu aux devoirs et une résistance certaine à se projeter dans des schémas cognitifs complexes. Le champ lexical, déterminant quant à l'appréhension juste et détaillée du monde, tend à s'assécher sous l'effet conjugué de la télévision et du manque de communication interpersonnelle. Le phénomène s'observe même chez les bébés et les jeunes enfants soumis à des programmes soi-disant adaptés ; en les privant d'interactions parentales et en chargeant leur esprit de stimuli inutiles, le petit écran les dépossède du meilleur outil d'apprentissage et de développement qui soit.

Suspecté de partir en croisade contre le tube cathodique, Michel Desmurget a essuyé durant ses recherches une vaste gamme de réactions outrées et consternées. Hâtivement taxé de vieux dinosaure incapable de se fondre dans l'air du temps, ou de réactionnaire insensible aux charmes et bienfaits supposés de la télévision, il narre, tantôt avec amusement, tantôt avec stupéfaction, les réticences et incompréhensions auxquelles il dût faire face. Des centaines d'études abondent pourtant en son sens, corroborent ses dires et légitiment ses inquiétudes. Sera-ce suffisant pour décrocher les enfants du poste devant lequel on les a lâchement installés ? Quand on sait l'importance des expériences formatrices et initiatiques, on ne peut que déplorer ce temps galvaudé devant des programmes culturellement exsangues et, parfois, moralement douteux. Bien conscient de l'énorme chemin à parcourir, l'auteur s'attend à voir encore longtemps les enfants passer davantage d'heures face à un écran abêtissant que face à leur instituteur...

 

 

Lire aussi :

« Ripley Bogle » : odyssée irrésolue d’un sans-logis

« Eureka Street » : Belfast la corrompue, Belfast l’incandescente

« La Ferme des animaux » : à fleur de groin


Moyenne des avis sur cet article :  4.1/5   (10 votes)




Réagissez à l'article

18 réactions à cet article    


  • beo111 beo111 21 juin 2015 16:30

    Regarder la télé c’est comme faire les poubelles, on trouve souvent des choses intéressantes.


    • Baltha 21 juin 2015 17:46

      Je ne m’informe pas via la TV que je ne regarde jamais en direct. Donc celà fait des années que je n’ai vu aucune des publicités diffusées à la TV.

      Or j’ai subi récemment une plage publicitaire à mon cor défendant, et la première chose qui m’ait frappé, c’est la constance de l’usage de l’anglais dans chaque spot.

      Les linguistes s’accordent pour nous dire que la langue française orale actuelle est composéee de 15 % de termes ou de tournures de phrases importés de l’anglais durant ces 50 dernières années.

      La langue étant le support de la pensée, oui, la déculturation par la TV est déjà bien avancée.



      • sls0 sls0 21 juin 2015 20:59

        Que dire de la télé quand Bourdieu en parle si bien

        Depuis 1989 je n’ai plus de télé et je ne me porte pas plus mal. Personne n’oblige de la regarder.
        Avant c’était du pain et des jeux, maintenant coté bouffe ça va et il y a la télé qui remplace les jeux.

        J’ai aimé la télé étant mioche, la première télé du village c’était chez moi, pendant le tour de France, il était impossible de traverser la maison vu le nombre de personnes, la télé c’était un trait d’union. Maintenant elle sert de trait de désunion par le repli sur soi.
        Mon père regardait 5 colonnes à la une, malgré une censure officielle, il y avait moins de propagande cachée, il y avait peu de choix mais j’ai appris des choses.

        Je réside dans un pays pauvre, je suis assez axé sur l’éducation, je fournis aussi de l’électricité. Comme j’ai un profil dictateur, quand j’entends trop les télévisions, je coupe et je leur dit que je ne veut pas être responsable d’une baisse de QI de 10 et je leur donne cet exemple.

        Depuis le traitement de l’Ukraine par des radios je je croyais plus indépendantes, j’ai laissé tomber en grande partie ce média.

        Vu la distance, je n’ai pas les médias en français sous forme écrite.

        Sur google actualité, j’ai plus un regard sociologique qu’une demande d’informations.

        A priori je devrais faire partie des non informés, je ne crois pas que c’est le cas, éventuellement je dois faire partie des non désinformés.

        Il n’y a pas qu’agoravox où il y a intérêt à garder son esprit critique en éveil, j’aime bien les crises.fr, il y a des chiffres et j’aime les chiffres. Il y a aussi l’IRIS, maitre-eolas et bien d’autres.


        • Allexandre 21 juin 2015 22:31

          Bravo pour cet article. Tout cela n’est qu’une triste vérité. Certes, on peut trouver quelques programmes dignes d’intérêt, mais ils doivent représenter 5% des programmes et faire 3% d’audimat. Le reste est souvent débilitant, désinformant et formatant. Mais le pire, c’est que l’on pourrait se dire que l’école pourrait contrebalancer . Que nenni ! L’école suit le même chemin hélas !. Elle formate, elle désapprend et ne fournit que partiellement et superficiellement cette connaissance, indispensable pour qui veut être libre ..un peu.


          • Auxi 22 juin 2015 02:06

            Autrefois lieu de rencontres et de palabres, il n’y a plus moyen aujourd’hui d’aller au bistrot sans y subir BFM tournant en boucle. Les yeux rivés sur l’écran, les gens ne se parlent plus, ou si peu. S’il est vrai qu’on entend beaucoup de sottises au café, c’est sans commune mesure avec la télé, et au moins y avait-il communication entre humains. Merci pour cet article, parfois un peu trop technique pour les profanes en neurosciences, mais accessible tout de même et parfaitement pertinent.


            • Le p’tit Charles 22 juin 2015 07:48

              heu...

              heu...le tube catho« L »ique...c’est pas le machin dans lequel on met des piles et qui vibres pour le plaisir de ces dames.. ?

              • Piere CHALORY Piere Chalory 22 juin 2015 08:07

                Bonjour @ tous,


                L’auteur résume bien la situation cathodique infligée aux masses passives, enfin, cathodique, c’était avant ; un long tube de verre conique nous arrosait d’électrons noirs et blancs. Maintenant c’est plat, en plastique et beaucoup plus grand car les écrans ne coûtent pas grand chose à fabriquer, sont légers et coûtent encore moins cher à transporter.

                L’impact des écrans géants remplis de propagande, de têtes causantes énormes a bien sûr quelque chose d’effrayant.

                Sinon je pense qu’il faut relativiser l’impact téèfonesque sur la foule actuelle, surtout sur les jeunes qui sont le plus souvent scotchés sur internet et les jeux virtuels. L’installation d’un audimat censé refléter les indices d’écoute est fait uniquement chez des ’présondés à qui on demande quelles sont leurs émissions préférées et, si les candidats à l’espionnage télé-comportemental révèlent un quelconque intérêt culturel au sens large, ils n’ont aucune chance de faire partie du panel de ’décideurs privilégiés de l’Audimat.

                En quelque sorte, l’Audimat étant fonction de personnes sensibles uniquement à la niaiserie, le lourd et le cliquant, seuls le mainstream prédigéré, la sous culture, le ’sport et les variétés insipides arrivent systématiquement en ’tête. Mais ces chiffres sont bidons.

                Evidemment, Arte ne sera jamais regardé autant que Tf1, mais attention, c’est un peu comme certains présentateurs télé français qui possèdent plus ’d’abonnés sur Twitter que Madonna ou Bruce Springsteen ; simplement, les followers sont bidons, des têtes d’oeufs, des comptes imaginaires, des fakes.

                 

                • Piere CHALORY Piere Chalory 22 juin 2015 08:11

                  @Piere Chalory


                  le lourd et le clinquant...

                • chantecler chantecler 23 juin 2015 08:44

                  @Piere Chalory
                  Le « tube cathodique » a disparu remplacé par les écrans plats .
                  Les derniers fournissaient pourtant d’excellentes images .


                • Robert GIL Robert GIL 22 juin 2015 11:22

                  dans cet article, vous trouverez une comparaison très intéressante entre les dessins d’enfants qui regardent la TV moins d’une heure par jour et ceux qui la regardent plus de trois heures par jour ...


                  • ddacoudre ddacoudre 22 juin 2015 15:21

                    bonjour J.F

                    « Vous pensez prendre vos décisions en toute liberté et conscience ?  »

                    existerait-il un espace où le libre arbitre ne serait pas trouver le juste à propos des choses sur la base d l’ensemble du conditionnement que nous nous subissons de puis l’enfance et au quotidien dans le cadre des relations avec les perceptions qui nous viennent de l’Environnement. dans cet espace la TV produit les mêmes effets qu’un enseignement oral ou écrit pour se raconter notre existence. la plume qui servit a écrire ne présentait de danger que pour les animaux d’où nous la retirions. la TV c’est de même, exception faite de l’exposition au tube cathodique qui n’existe presque plus, tout le reste n’est que des agissements de comportements humains.
                    nous avons appris à nous servir de la plume mais elle n’a pas toujours été utilisé pour un meilleur usage, cela dépendait de qui écrivait et des fins qu’il visait par son utilisation. notre télévision est faite pour vider les cerveau. l’exemple le plus flagrant en est les abstentions électorales. les citoyen savent ce qu’ils ne veulent pas à tord où raison, mais l’absence de débats d’idées ou sa médiocrité (http://ddacoudre.over-blog.com/pages/Serions-nous-devant-le-polemisme-8246638.html) laissent les citoyens sans aucune capacité d’imaginations ou d’innovations, alors que ça fourmille, malgré une tendance à la pensée unique. sauf pour en tenir compte il faut y avoir accès. l’information est faite pour cela, Mais aujourd’hui elle ne sert qu’a vendre du storytelling.Mais les médias en vendent c’est aussi que les hommes aiment cela.Télévision : de l’info sans infos .
                    ddacoudre.over-blog.com .
                    cordialement.


                    • Aristide Aristide 22 juin 2015 16:06

                      L’originalité de l’article est à signaler, d’une lucidité sans limites et d’un jugement le plus définitif. Que demander donc de mieux que cette énumération fastidieuse de lieux communs, de jugements des plus contestables, des arguments d’autorité, ...


                      Allons, la Tv serait donc un instrument essentiel dans l’abrutissement des citoyens transformés en zombies, incapables de la moindre distance, de la moindre vision critique, ... il ne vient pas à l’idée de tous ici que l’esprit critique dont ils font preuve puissent être partagés par d’autres, ailleurs ... Je suis toujours étonné de cette facilité avec laquelle les penseurs et autres intellectuels jugent leurs semblables incapables de « distance ».

                      Tv, journaux, médias, internet, ... il existe d’innombrables moyens de se former, se divertir, s’informer, se détendre, .... Nos concitoyens sont des usagers de tout ces moyens. Croire que la vision d’un nanar, l’écoute d’un tube, la lecture d’un roman de gare, ... est le signe de débilité et d’une incapacité à la moindre réflexion est assez ... limité. Mais, bon si cela permet à ceux qui ont le privilège de ne voir que des chefs d’œuvre, entendre que des œuvres inoubliables, écouter des discours irremplaçables, de se sentir une sorte d’élite, cela ne fera de mal qu’à leur amour propre quand la lucidité leur viendra.

                      • Alain 22 juin 2015 17:47

                        3 « outils » rendent cons dans ce monde imparfait :
                        - La voiture
                        - La télé
                        - Le téléphone portable
                        Ils sont dans l’ordre d’apparition.

                        La télé n’est certainement pas un outil d’information ou vraiment très peu à côté de médias bien plus ouverts : la musique, le cinéma.
                        A la rigueur, la télévision a un quelconque intérêt dans la diffusion d’un film parce qu’elle ne peut pas le dénaturer (c’est le réalisateur qui donne son point de vue). Dans ce rôle, Arte a quelques qualités. son offre cinématographique tient à peu près la route. Les autres chaines c’est « culcul la praline » tous les soirs.
                        Mais Arte reste une télévision de masse, et à part dans la diffusion de films intéressants (grâce au travail du réalisateur, pas d’arte), le reste est bien souvent insipide : les programmes genre « 28 minutes » sont affligeants de mensonges et de contre-vérités, de nombreux reportages tiennent de la propagande honteuse, la publicité est insidieuse (on bouffe du liligo et de l’EDF en veux-tu pas, t’en as quand même !!!). Bref, Arte, c’est un télé, c’est de la merde abrutissante.
                        Certains diront que la télé fait découvrir des choses. Bof.. Les choses, on les avait déjà sans télé par les livres. Les romains, les grecs, les compositeurs de musique, les philosophes n’ont jamais eu de télés pour s’exprimer et culturellement, c’était un autre niveau.


                        • smilodon smilodon 23 juin 2015 21:37

                          @Alain : Désolé. ARTE est la meilleure « téloche » qui soit. OK avec vous pour « 28 minutes » !... Elisabeth Quin vote à « gauche », ça ne fait aucun doute, ses « sbires » aussi !.. Mais laissons cette émission. C’est la même que « plein » d’autres sur toutes les autres chaines !.... OK !.... Par contre, ARTE diffuse des documentaires passionnants (chiants diront certains). Je ne regarde pratiquement plus que cette chaine (souvent en « replay »), pour ses « docs » qui me passionnent et m’instruisent !...... Pour les infos c’est « bourdin direct’, à peu près le seul à sortir un orteil des sentiers battus, et pour les films c’est partout où il y en a de nouveaux (rares sans C+, chaine totalement aux »ordres« , sauf pour le ciné !), ou de »vieux bons«  !...... Mais la »téloche« , OK avec vous, c’est »fini«  !.... Elle se meurt tout doucement, sans même s’apercevoir qu’il y aura bientôt plus d’abrutis pour la faire que pour la regarder !... Donc, elle est déjà morte !... CQFD !... Une bonne soirée à vous, pas forcément »télévisuelle" !... Adishatz.


                        • Alain 24 juin 2015 13:24

                          @smilodon
                          Tu dis que Arte est la meilleure chaine de télévision. Mouais, moi, je dirais que c’est la moins pire mais que c’est du bourrage de crâne (ne serait-ce que par la lobomisation des esprits avec 28 mns et le traitement de certaines informations comme l’Ukraine par exemple).
                          Il y a plein de reportages.. Mouais.. Il y en a plein. Et alors ? Chaque sujet traité dans un des reportages vus, on en apprendrait 50 fois plus dans un livre parlant du sujet traité.
                          Et puis, bon, leur soirée reportage (le mercredi) appelée « THEMA » comportait avant un thème (2 ou 3 reportages se référant à un sujet directeur). Maintenant, c’est du gavage sans rapport : du sexe, de la drogue, le pape, je mélange tout çà dans 3 reportages et une soirée et j’appelle çà : la soirée THEMA.
                          Sans parler de comment c’est annoncé les jours d’avant. On se croirait sur une chaine classique.

                          En fait, on est sur une chaine classique juste un peu différente. Mais le principe reste le même : de la pub, de la merde et un peu de qualité pour faire croire. de la propagande, de la starisation des présentateurs et du blabla qui parle de tout mais surtout de rien.
                          Quand à la culture... Des documentaires sur l’Egypte ou Rome ou autres qui ne sont que des rediffusions déjà passées quelques mois plus tôt. Des mini-séries qu’on pourrait voir sur d’autres chaines.
                          D’ailleurs, les directeurs ou directrices d’ARTE, d’ou viennent-ils ou d’où viennent-t’elles. D’autres chaines plus pourries les unes que les autres, ou d’autres médias bien nullos. Tiens donc ? En arrivant sur Arte, ils passent de la merde à la qualité ? Quel gag...

                          3 exemples pris au hasard :
                          http://www.lepoint.fr/actualites-medias/2009-07-02/info-lepoint-fr-jerome-clement-je-quitterai-arte-les-pieds-devant/1253/0/357658
                          http://pro.arte.tv/2011/09/un-nouvel-organigramme-chez-arte-france/
                          http://www.arte.tv/fr/nos-dirigeants/2153580,CmC=3609794.html


                        • Philippe Stephan Christian Deschamps 23 juin 2015 06:14

                          Il y a un bouton stop sur le télécommande.
                          .


                          • smilodon smilodon 23 juin 2015 21:19

                            @ l’auteur : Je pense que le mec de 20 piges en 2015 qui voudrait se lancer en politique, ferait une grave erreur en ne comptant que sur la télé pour y parvenir. Il y a 30 ou 40 ans, la télé était un « propulseur » de « talents » !..... De nos jours elle « propulse » encore des « nabila », des « chtis » et des tas d’autres écervelés, qui remarquons-le, disparaissent aussi vite qu’ils étaient apparus !....... Les vrais talents en 2015, et à fortiori « demain », seront issus du « NET » !..... Le « NET » étant le pendant actuel de la « télé » des années « 60 » !.... C’est une évidence. Un seul exemple !... Tout le monde aura vu et entendu sur toutes les chaines de la « téloche » (pas « vaine » cette expression), le « président », le 1er ministre, tous les ministres, les artistes, les intellectuels, les journalistes et (ou) présentateurs, honnir et vomir le nommé « dieudonné », coupable de tous les maux, pire que « daesh », « al-quaïda » et « boko-haram » réunis !........ Et alors ????!!...... Et ALORS ???!!...... Il se passe quoi ???!!.. OK, personne n’ose plus en parler à la « téloche », OK !..... Mais pour ceux qui ne regarderaient QUE la « téloche » (m’étonnerait qu’il y en ait beaucoup sur ce site !), mais pour « ceux-là » .........Dieudo est VIVANT !..... Et comme disait la chanson, il B ....... encore !....... Sur le « NET », et dans les « salles » !...... Où se pressent des milliers de racistes et d’antisémites, forcément !.... Forcément ???... Ben NON !... Pas « FORCEMENT » !..... J’en ai vu 1 de ses spectacles, et pour tout vous dire, rien ne m’a choqué, et je me suis bien marré. J’étais pas le seul. Par contre, l’éclectisme de ses spectateurs m’a surpris !... Il y avait des jeunes, il y avait des vieux, il y avait des meufs, il y avait des mecs, il y avait des bruns, des blonds, des beurs, des blancs, des noirs, des chinois, des indiens, des grands, des petits, des maigres et des gros !........... Et la salle était pleine. Et pas un incident, que des rires !.........Avant, pendant et après. Le bus de CRS garé juste devant l’entrée. Avec des CRS très détendus. Et si la « téloche » ne nous racontait que des mensonges ???....... Pour « dieudonné » c’est bon, c’est sûr , j’ai constaté !.... Mais alors ???.... Et sur le « RESTE » ???.... C’est pareil que pour ce « zèbre » ????????...... Tout ne serait-il que « mensonges » ???... Calomnies ???.... On nous mentirait ainsi, pour tout ??... Sur tout ???...  !...........Quand je pense à tous ces menteurs qui vivent sur notre dos !...A ce « manu » qui m’encourage à aller aux corridas quand il m’interdit presque de voir un humoriste !.... Manu, quand j’ai envie d’un bon steack je vais dans ma petite boucherie !... Et le jour où mon boucher piquera des banderilles en criant ’tolo« , je deviendrai végétarien !..... Par contre, si tu l’as pas encore tué, j’irais revoir Dieudonné le 4 juin 2016 à la »patinoire" !... Et un an après (ou presque) je ferai de mon mieux pour que tu dégages !...... Adishatz.


                            • jeanpiètre jeanpiètre 25 juin 2015 00:10

                              @smilodon
                              il ne faut pas être naïf , pour la majorité des utilisateurs internet est bien pire que la téloche, puisqu’elle offre l’illusion du choix.

                              la télé à fait rentrer les familles , qui avaient l’habitude de mettre des chaises dehors après le turbin, pour les rassembler autour du poste, ils vibraient ensemble autour des programmes . Aujourd’hui, même s’ils sont dans la même pièce , tout le monde est rivé à son écran.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès



Partenaires