• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Un bon garçon

« Un bon garçon »

Roman écrit par Paul McVeight

Editions Philippe Rey

Mars 2016

249 pages

 

 Un enfant différent

Les enfants différents souffrent souvent, que ce soit à l’école ou dans la rue, les autres sont implacables d’autant plus que si dans leur propre famille l’enfant ne trouve pas le soutien nécessaire.

Mickey, petit irlandais de Belfast aimerait tant aller dans une « grammar school » afin de sortir de cet environnement où, le fait d’être bon élève ne l’aide pas du tout.

Il apprend malheureusement qu’il ne pourra pas voir son rêve se réaliser : son père, alcoolique notoire a dépensé, encore une fois tout l’argent.

La vie reprend dans cette ville de l’Irlande du Nord qui est secouée par le conflit entre les catholiques et les protestants.

Les enfants ne sont pas épargnés….Ils doivent partager la haine de leur environnement pour ceux d’en face et vivre dans un climat de violences.

Mickey ,narrateur dans ce livre est à la fois un rêveur, ce qui lui permet d’échapper à la réalité et à la fois un enfant dévoué et débrouillard qui veut aider sa mère et ceux de sa fratrie et surtout sa petite sœur.

C’est un jeune pré-adolescent qui comme ceux de son âge est en recherche et en questionnement.

Il est gentil, sensible, c’est un bon garçon mais peut être trop bon et comme il joue avec les filles il a droit aux quolibets ….Ses compagnons et la rue n’hésitent pas de l’appeler « pédé »

L’insécurité est le lot quotidien de ces enfants notamment pendant cette période de vacances où ils traînent un peu n’importe où malgré les conseils donnés par leurs parents.

« Le bas de la rue est bloqué par de nouvelles barricades construites pour empêcher les émeutes »

Mickey veut passer, il contourne ce qu’il peut contourner car il veut protéger sa famille et apporter quelques « sous » par la débrouille, honnête mais qui lui donne droit à la raillerie.

Ah si son père n’était plus là avec son attitude, ses violences en direction de la mère qui n’en peut plus !

Il y a peu de descriptions dans ce livre où tout ou presque n’est que dialogue…..

Il y a dans ce livre de l’humour, un rythme plus que soutenu …..

C’est comme dans un film et en plus c’est passionnant.

L’auteur qui écrit ici son premier roman nous offre là une histoire émouvante et plein de tendresse.

Jean-François Chalot


Moyenne des avis sur cet article :  3/5   (5 votes)




Réagissez à l'article

2 réactions à cet article    


  • Phoébée 14 mai 2016 14:22

    En même temps Chalot, si son père est irlandais et alcoolique, cela ne le rend pas si différent..

    ’Alcoolique notoire ’ n’est pas chez eux comme chez nous un signe de déchéance, mais plutôt un signe de ’ notabilité ’ .

    ( Chez nous les notables préfèrent être pédophiles. )

    Chacun sa vie, chacun son destin. Merci d’exister Chalot, quand vous disparaitrez , ce que j’espère le plus tard possible, on aura cassé le moule * 


    • rimka 15 mai 2016 18:53

      Partout dans le monde, les enfants héritent la haine de l’autre, des adultes. Quand est-ce qu’on penserait à y mettre fin à cet héritage empoisonné pour nos enfants ?

      De même, interdire les quolibets dans toutes les productions littéraires et cinématographiques. Combien d’enfants souffrent terriblement de ces plaisanteries railleuses et malveillantes.


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON








Les thématiques de l'article


Palmarès