• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Culture > Un César d’honneur pour Harrison Ford ?

Un César d’honneur pour Harrison Ford ?

C’est le Parisien qui l’annonce aujourd’hui : Harrison Ford pourrait recevoir un César d’honneur à l’occasion de la prochaine cérémonie des César, le 27 février prochain. L’acteur avait déjà reçu les honneurs du dernier Festival du Cinéma Américain de Deauville à l’occasion duquel un hommage lui avait été rendu. Retrouvez, ci-dessous, mon résumé et mes photos de sa conférence de presse ainsi que les vidéos (de qualité médiocre , j’en conviens) de son hommage lors duquel l’acteur était particulièrement ému...

2009_0914clôture0012.JPG

 D’Harrison Ford, je gardais le souvenir déçu de sa précédente venue au festival : il était monté sur la scène du CID, s’était contenté d’un salut de la main alors que des spectateurs avaient attendu parfois pendant plusieurs heures pour accéder à la projection. J’étais donc impatiente de le découvrir autrement lors de sa conférence de presse, la seule de cette 35ème édition pour laquelle des journalistes ont été refoulés (avec paraît-il celle de Luc Besson à laquelle je n’ai pas assisté). Et puis je l’avoue, il symbolise davantage pour moi des personnages emblématiques de films mythiques que de grandes interprétations contrairement par exemple à Al Pacino (qui lui aussi avait été submergé par l’émotion, sans doute celui qui m’a le plus impressionnée en 16 années de Festival du Cinéma Américain). Après la rituelle demi-heure de retard (à l’exception de Meryl Streep, d’une ponctualité notable) Harrison Ford est donc arrivé visiblement fatigué (eh oui, la conférence avait exceptionnellement lieu à 10H du matin) et à contrecœur n’esquissant que l’ombre d’un sourire à l’issue de la conférence. J’avoue que certaines de ses réponses (toujours très courtes) m’ont laissée perplexe par leur manque de diplomatie pour ne pas dire de subtilité sans compter qu’il martelait le terme de « business », ce à quoi semble se réduire le cinéma selon lui, ou du moins est-ce l’impression que m’a laissée cette conférence de presse (elle aussi très courte). On pourra au moins reconnaître à sa décharge qu’il n’a pas essayé d’émettre des théories philosophiques ou existentielles sur des sujets qu’il ne maîtrise pas... Je vous en laisse juges...

Il est d’abord revenu sur les deux derniers films qu’il a tournés : un sur lequel il a travaillé à développer pendant cinq ans, « l’histoire d’un père qui a deux enfants avec des problèmes génétiques" et « Morning Glory » avec Diane Keaton, une comédie intelligente et chaleureuse qu’il dit avoir eu beaucoup de plaisir à faire.

Revenant sur sa filmographie, il dit ne pas avoir d’affinité particulière avec la science-fiction mais rechercher une bonne histoire, et à rencontrer un réalisateur qui a une vision. Il s’implique d’ailleurs la plupart du temps dans la production.

A propos d’une question sur les films qu’il aime voir, Harrison Ford a répondu ne pas voir de films très souvent et il a jugé cette question « embarrassante ». « Je ne vois pas de films au cinéma. J’ai un enfant de 8 ans. Je suis embarrassé par cette question car je devrais en savoir davantage sur l’industrie du film. »

Il est aussi revenu sur son engagement pour la protection de la forêt et l’importance que cela revêt pour lui.

Suite à une question sur l’évolution du cinéma : « Quand je regarde ma carrière, je me dis que j’ai été très chanceux, que j’ai eu de belles opportunités. Pour ce qui est d’analyser le « business » du cinéma, je ne suis pas la bonne personne. Je n’ai pas de réponse courte ou de réponse appropriée à cette question. Je ne réfléchis pas en termes philosophiques ou abstraits sur le cinéma ».

« Quand je refuse un film c’est que je n’adhère pas émotionnellement au sujet ou que je pense que ce ne sera pas un bon film. »

« Je m’amuse bien au travail mais je n’ai pas de moment, de film préféré. Ce que je préfère, c’est l’instant. Je m’amuse beaucoup lors de toutes les phases du film. J’aime aussi beaucoup ce qui se fait en amont du film. »

Pour répondre à une question sur ses liens avec le festival, Harrison Ford a répondu que « c’était un bon moyen de présenter un film. » « J’ai toujours passé un bon moment ici. C’est un environnement agréable mais il n’y a pas de relation particulière avec quiconque ici mais c’est un moyen. Il semblerait que les festivals soient un bon moyen de présenter les films. Il me semble que c’est un évènement qui reste toujours très important et un moyen de présenter le cinéma américain en Europe. »

 
 

Moyenne des avis sur cet article :  4.2/5   (5 votes)




Réagissez à l'article

1 réactions à cet article    


  • Bardamu 9 janvier 2010 16:07

    Nul parallèle à établir entre l’acteur et le rôle qu’il interprètre !

    Quand on a affaire à un artiste hollywoodien, le fossé séparant l’être de sa fonction se fait alors abîme.

    -Tom Cruise ?
    Un dangereux bourrin !
    -Geere ?
    Un simplet bouddhiste !
    -Harrison ?
    Harrison !... et rien de plus.

    Hollywood n’est rien moins qu’une fabrique de crétins.
    Pour aimer le cinéma, il faut avant tout oublier l’acteur, le people qui interpréte, pour ne contempler qu’un film avec des personnages, signifiants ou non.

    Si vous cessez de voir Depardieu le fanfaron, le mégalomane ridicule derrière Cyrano, alors Cyrano prend de sa saveur, devient personnage romanesque, existe à part entière et n’est plus la somme de grimaces, de faux-semblants.

    L’auteur de l’article nous dit avoir été déçue.
    Je le comprends !... car elle confond l’art et sa représentation.

    La Société du Spectacle a tué le spectacle, et c’est bien dommage !

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON








Les thématiques de l'article


Palmarès