• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Culture > Un homme pressé

Un homme pressé

Le temps perdu ne se rattrape plus …

Ceci est une lettre à un ami qui se reconnaîtra sans doute s'il prend la peine de me lire. Dans le cas contraire, il est évident que ces quelques mots se perdront à leur tour dans l'immensité des regrets, dans le cimetière des illusions perdues, dans les abysses des rendez-vous manqués. Qu'importe ce risque, il me faut écrire et soulager ainsi ce poids qui m'enserre !

Une récente fâcherie a obstrué mon espace intime. Un mot de trop après une maladresse de ma part et j'ai claqué la porte, une fois encore. Comment faire comprendre à ceux que je blesse ainsi, à tour de rôle, avec une incroyable et insupportable régularité que tout ceci n'est pas que le fait d'un caractère épouvantable ?

Je suis un homme pressé, un gars qui vit avec la certitude que le temps lui est compté, que le sablier se vide bien plus vite qu'on ne peut le supposer. J'ai toujours pensé ma fin à l'échéance qui se profile à l'horizon de mon décompte personnel. Je peux me tromper, je peux me fourvoyer mais ce sentiment fonde immanquablement mes actes et surtout mes empressements.

Je veux que tout aille vite, que ce qui commence à devenir une trace écrite devance ce départ que je pressens ou que je redoute. C'est sans doute pourquoi je brûle les étapes, que je vais trop vite dans mes empressements, que je cherche à multiplier les connexions et les relations autour de mes contes, mes textes et mes chansons.

Comment faire comprendre à celui qui a roulé sa bosse depuis si longtemps, qu'un petit nouveau ne sait pas attendre, ne veut pas attendre ? Comment lui faire admettre que le temps perdu ne se rattrape plus. A toujours différer ce disque que j'espère, à toujours retarder l'enregistrement de ces chansons qui sont sans doute ma plus grande fierté, je piétine et j'enrage, je m'angoisse et je finis par chercher d'autres voies.

Quand nos temps ne sont pas identiques, quand les envies ne sont pas en harmonie, il est inévitable qu'il y ait quelques infidélités à une amitié qui n'est pas une fusion. Rien n'est pour moi plus important que la survie de mes textes ; c'est absurde sans doute, d'une incroyable vanité, ne cesseront d'affirmer ceux qui me pourfendent, d'un misérable orgueil, diront tous les autres. Mais qu'y puis-je ?

Jouer ainsi avec mes nerfs, m'imposer l'attente ou l'indifférence quand j'envoie un texte c'est, à coup sûr, me briser le cœur. Je veux les entendre chanter, je veux qu'ils vivent loin de moi, qu'ils aient leur vitalité propre et je me moque de m'éparpiller ainsi ou de manquer à une exclusivité qui ne me semble pas avoir sa place au si modeste niveau qui est le nôtre.

Je crois en la liberté des textes, à leur capacité à vivre loin de leur auteur. Je ne cherche pas la fortune puisqu'ils demeurent libres de circuler loin de moi. Je n'ai aucun sentiment de propriété sur des écrits que je laisse aller au vent. Vouloir me contraindre à la rétention, à la prudence, au silence, c'est vouloir me couper les ailes, briser ma folie productrice, bâillonner le clavardeur impénitent.

Pourra-t-il comprendre ce discours ? Acceptera-t-il de continuer à côtoyer un furieux et un infidèle, un délirant et un prétentieux ? La réponse lui revient et il fera bien ce qu'il voudra. Moi, je continuerai d'écrire et de laisser filer au vent mes mots, mes chansons, mes fables et mes histoires. Ils appartiennent, l'espace d'une lecture, à ceux qui se donnent la peine de les parcourir, parfois de les aimer et, plus rarement, de les mettre en musique ou de se les approprier à leur manière.

Franchement sien.


Moyenne des avis sur cet article :  3/5   (6 votes)




Réagissez à l'article

10 réactions à cet article    


  • L'enfoiré L’enfoiré 6 mai 2015 13:42

    En fait, cher Nabum, faudra attendre encore quelques années pour que cela se tasse.

    Quand on commence à presser le frein.
    Cela a commencé il y a déjà 10 ans. La preuve.

    • C'est Nabum C’est Nabum 6 mai 2015 13:48

      @L’enfoiré

      C’est parce que je veux sortir de ma coquille !


    • L'enfoiré L’enfoiré 6 mai 2015 13:56

      Je comprends. Çà se fait mais au moment opportun.

      Il ne faut pas casser la coquille avant d’avoir pris une certaine force.
      Il faut regarder le poussin, il ne brûle pas les étapes, lui 
       smiley

    • C'est Nabum C’est Nabum 6 mai 2015 15:22

      @L’enfoiré

      Je pratique la politique de la terre brûlée c’est pourquoi je me brûle les ailes


    • sls0 sls0 6 mai 2015 18:34

      Le passé, le regarder ça sert à éviter de refaire les mêmes erreurs, avoir des regrets ne sert à rien car on ne modifie pas le passé.

      Le futur c’est du présent à venir, normalement si on vit pleinement et avec plaisir le présent le futur ne peut être que plaisant.

      Penser au futur ou le préparer oui mais pas au point de maltraiter ou perturber le présent.
      C’est quand même idiot de foutre en l’air son futur qui sera fait de présents avec un futur qui n’existe pas encore.

      C’est incroyable comme la vie est belle quand on vie au présent, on gagne en efficacité de vie quand le futur ne perturbe pas le présent ce qui garantie un futur plus optimal.

      Ca me rappelle une phase de Serge ou Dalaï Lama : L’occidental est tellement obsédé par son avenir qu’il se fout la santé en l’air pour amasser. L’argent qu’il aura mis de coté pour son avenir lui servira pour soigner sa santé foutu en l’air. C’est plus proche du système de santé américain mais on peut faire un parallèle.

      Je réside dans un pays à risques sismiques, visité assez souvent par des cyclones.
      23 fois plus d’homicides qu’en France.
      Ne pas se savoir immortel ça aide franchement à être heureux, on vit au présent et c’est le pied.


      • C'est Nabum C’est Nabum 6 mai 2015 22:14

        @sls0

        Je redoute les gens sans passé et encore plus ceux qui ne vivent qu’au présent

        C’est en passant son passé, en examinant son présent qu’on prépare un futur


      • sls0 sls0 7 mai 2015 01:37

        @C’est Nabum
        Mais il ne faut pas que le passé ou le futur foute le présent en l’air, on vit bien ou mal au présent.


      • C'est Nabum C’est Nabum 7 mai 2015 12:32

        @sls0

        Le présent ne peut se vivre bien dans l’ignorance des repères et le mépris des perspectives ...

        C’est du moins ce que je crois


      • sls0 sls0 7 mai 2015 16:48

        @C’est Nabum
        Ayant assez tôt déjà un aptitude à vivre assez bien au présent, la rencontre de pas mal de personnes qu’en Asie on considère comme sages m’a conforté dans la vie au présent.
        Malgré que je réside en République Dominicaine qui est assez à l’opposé de l’esprit zen, les gens recherche mon contact, le bien-être psychique attire. Tout ce que les gens recherchent et qu’ils ne trouvent pas, on le trouve sans le chercher, il y a quelques avantages (non recherchés) à vivre au présent.

        Un ordinateur quand il est neuf a très peu de programmes, il est très rapide.
        Comme on rajoute pas mal de programme il ralenti. Trop de pensées du passé ou du futur sont comme des programmes supplémentaires, elles polluent et ralentissent l’esprit.

        Est-ce compatible avec la vie actuelle,oui, au boulot on appréciait cette vivacité à résoudre des problème rapidement , avec l’esprit vide, c’est comme un ordinateur vierge c’est très rapide, on va à l’essentiel.
        On va quand même dans le passé pour trouver des éléments et surtout des erreurs à ne pas reproduire et on fait une analyse pour voir l’influence sur le futur.
        J’ai fait pas mal de sûreté nucléaire, c’est tout sauf incompatible, si l’homme n’a pas la main en cas de gros problème pendant 1h et que c’est des automatismes étudié à froid qui décident c’est parce que l’homme pollué par ses pensées fera majoritairement le geste néfaste.

        Je ne suis qu’un poussière d’étoile comme dirait Hubert Reeves avec une vie programmée de 70-80 ans, je fais en sorte d’être le moins néfaste pour ce qui m’entoure. C’est pas énorme comme programme mais il me suffit amplement. Si je n’ai pas toutes les réponses à mes question c’est normal je suis un être fini.
        J’apprécie l’astrophysique, la physique quantique, la physique statistique, j’ai peut être un peu plus de réponses que d’autre, mais c’est plus un curiosité qu’une recherche de réponse.


      • C'est Nabum C’est Nabum 7 mai 2015 17:21

        @sls0

        Que répondre ?

        Acceptez ceci :

        Poussières d’étoiles



        J’allais le long de ce chemin

        À la poursuite du destin

        C’est alors qu’il m’est apparu

        Moi qui ne l’espérais plus


        Une étoile brula dans le ciel

        Annonçant que c’était elle

        Ma douce fée de la dune

        Surgit d’un rayon de Lune


        Elle m’invita à danser

        Me voulant pour fiancé

        D’où me venait cet honneur

        Qui bouleversa mon cœur ?


        Sans chercher à comprendre

        Il me fallait la prendre

        Et la serrer dans mes bras

        Pour une tendre java


        Tout au long de cette nuit

        Nos âmes furent unies

        Quant arriva ce matin

        Qui me plongea en chagrin


        Ma fée s’était évanouie

        Alors qu’elle m’avait promis

        Ce si tendre partage

        Bien plus qu’un mariage


        Mes larmes coulaient à flot

        Quand au milieu du halo

        De ses poussières d’étoiles

        Elle me tendit une voile


        Je quittais cette terre

        Pour aller vers l’éther

        Ce merveilleux domaine

        De celle qui sera ma reine


        Nous dansons main dans la main

        Sans nous soucier de demain

        Nous nous aimons dans le ciel

        Loin de l’artificiel



Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON








Les thématiques de l'article


Palmarès