• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Culture > « Un peu parti, un peu naze... »

« Un peu parti, un peu naze... »

« La boîte de jazz » de Michel Jonasz est non seulement une bonne chanson, c’est aussi une chanson intéressante à étudier et qui nous en apprend beaucoup sur son auteur et sur le jazz.

Le site "pedagogie.ac-toulouse" me facilite la tâche pour la présentation de ce succès de Jonasz. Il résume ainsi : "La boîte de jazz" meilleure chanson aux Victoires de la Musique en 1985) est un hommage aux musiciens de jazz, à la fois par l’écriture musicale qui utilise des procédés caractéristiques (dialogue soliste / choeur, walking bass, riffs de cuivres, improvisation, scat) et par les jeux de mots sur les noms de jazzman célèbres.

"Un peu parti un peu naze
J’descends dans la boîte de Jazz
Histoire d’oublier un peu
Le cours de ma vie..
."

Les chansons de Michel Jonasz baignent dans un univers marqué par le jazz des big bands et par le rythm’n blues de Ray Charles. Né en 1947 de parents immigrés hongrois, Michel Jonasz quitte l’école dès l’âge de 15 ans et intègre en tant que musicien son premier groupe. C’est grâce au rythm’ n blues de Ray Charles qu’il s’est mis au piano. Sa carrière solo débute lentement, fin 1968, par un 45 tours édité sous le nom de Michel Kingset, le suivant sous son propre nom en 1970.

"Hé fils tu joues comme Jimmy Smith / Merci c’est sympa merci"

Jimmy Smith (1925 - 2005) à Scottsdale (Arizona), était un musicien de jazz américain, dont l’instrument de prédilection était l’Hammond B-3. En 1948, il fut engagé dans un big band de Philadelphie, où il découvrit l’orgue Hammond B3 qui allait lui apporter la célébrité. Au cours des années 1960 et 1970, il a contribué à créer le style de jazz appelé funk ou soul jazz. Il commença à travailler régulièrement avec le guitariste Wes Montgomery. Parmi ses très nombreux enregistrements de collaboration, on peut citer ceux avec Stuff Smith, Dizzy Gillespie et Oscar Peterson. Son dernier album, Dot Com Blues, est décrit par l’un de ses amateurs comme « une fête de tous les styles qu’il maîtrise et apprécie : du rock au jazz en passant par la country, du blues au be-bop en passant par le rhythm n’blues ». il est décédé subitement d’une rupture d’anévrisme, alors même qu’était prévue sa participation au 44e festival de jazz d’Antibes.

"J’aime tous les succès de Duke Ellington / Tous les standards d’Oscar Peterson, de Lionel Hampton, de Scott Hamilton, de Duke Ellington, d’Mahalia Jackson, de Charles Thomson, de Mac Pherson, dOscar Peterson. ok ok ok ok ok ok  !"

Nous n’aborderons que les moins connus (ceux qui sont soulignés) et Scott Hamilton (coup de coeur de l’auteur) :

en 54, le saxophoniste Scott Hamilton se fait connaître au milieu des années 70 en jouant principalement du swing et du bop, dans la veine de Coleman Hawkins, Ben Webster, Lester Young ou Ike Quebec, ses glorieux prédécesseurs, revenant ainsi aux racines de ce style datant des années 30 et 40 et rejetant l’avant-garde et la fusion. Il a débuté la musique par la clarinette et le piano à l’âge de 16 ans. Il apprit à jouer du saxophone ténor tout seul, chez lui, en écoutant les disques de son père. En 1976, il part pour New York où il est tout de suite repéré. Une de ses plus belles réussites reste son album de 1989 Scott Hamilton Plays Ballads, qui met en avant son côté romantique.

Scott Hamilton était au Festival jazz Equinoxe de Bastia d’avril 2009 .

Vidéos

Mahalia Jackson (1911- 1972), disciple de Bessie Smith, est une chanteuse américaine de negro spiritual et de gospel qui a surtout chanté dans les églises baptistes. Elle anime une émission de télévision avant d’enregistrer une version de Black, Brown and Beige (dans laquelle elle interprète un sublime Come Sunday) avec l’orchestre de Duke Ellington.

Grande vedette, Mahalia Jackson participe, malgré des problèmes cardiaques, aux rendez-vous européens tels que le festival d’Antibes-Juan-les-Pins en 1968 où elle se produit pendant plus de trois heures, trois heures inoubliables.

vidéo : un des titres qui l’ont rendue célèbre : la chanson baptiste "Amazing Grace"

Elle possédait un registre vocal exceptionnellement étendu pour une artiste qui n’a pas de formation classique. Mais, ce sont surtout les inflexions profondément émouvantes et le swing ample de cette chanteuse qui assurèrent son rayonnement populaire.

(Sir) Charles Thomson (1918-...) pianiste et organiste, il fut appelé "sir" par Lester Young et débuta sa carrière de professionnel à l’âge de 10ans . Il apporta au début des années 50 un style personnel au croisement entre Count Basie et le be-bop (dont les compagnies de disques commençaient à se lasser).

John Fraser MacPherson. Saxophoniste ténor et alto, flûtiste, clarinettiste (1928 - 1993). Il a travaillé par intervalles avec Charles Mingus durant 12 ans. Il a participé à la bande originale du film "Bird" consacré à Charlie Parker. Parker, j’le connais par coeur ! Son compatriote, le chanteur Félix Leclerc lui consacra une chanson.

Vous trouverez sur ce site une biographie plus complète de John Faser MacPherson.

 "Un peu parti un peu naze
Je sors de la boîte de jazz

Histoire de reprendre un peu

Le cours de ma vie
"

 


Moyenne des avis sur cet article :  3/5   (18 votes)




Réagissez à l'article

19 réactions à cet article    


  • rocla (haddock) rocla (haddock) 25 août 2009 13:26

    Voilà qu’ il est bon l’ artique .

    Michel j’ le connais Parker , du swing en voilà en veux-tu ...

    Jamais dire cétacé de ce Jonas .


    • L'enfoiré L’enfoiré 25 août 2009 18:18

      ... ou je me cache à l’eau...
      N’est ce pas captain ?


    • norbert gabriel norbert gabriel 25 août 2009 15:27

      pour Amazing grace, malgré toute l’admiration que j’ai pour Mahalia, c’est la version de Judy Collins que je préfère, comme celle là dessous

      http://www.youtube.com/watch?v=PHpye0M34JQ&feature=related


      • norbert gabriel norbert gabriel 25 août 2009 15:31

        puisqu’il est question de jazz, je ne saurais trop vous inviter à aller voir du côté d’Elisabeth Caumont, qui sort un album officiellement dans les bacs très bientôt, mais il se murmure qu’on le trouve déjà dans les bonnes maisons de musique

        http://www.elisabethcaumont.fr


        • L'enfoiré L’enfoiré 25 août 2009 18:12

          Paul,
           C’est une des chansons que je retiens de Michel Jonaz.
           Nougaro avec sa bataille entre le jazz et la java. Encore une.
           Suis-je trop séléctif dans la note ?
           Attention au sujet de Nougaro, j’en ai bien d’autres en stock dans ma mémoire.


          • L'enfoiré L’enfoiré 25 août 2009 18:14

            Je n’ai pas vu, Michel a le même âge que moi. Quelques points de plus. Je réécoute et je reviens.


          • L'enfoiré L’enfoiré 25 août 2009 18:17

            Pour ce qui des autres noms cités du jazz, je suis très heureux qu’ils continue leur carière dans les mémoires de jeunes. J’ai aimé aussi. Je remonte même plus loin avec Armstrong.


          • Paul Cosquer 25 août 2009 19:03

            Quelle coïncidence que tu cites Nougaro. J’ai composé une chanson hier soir sur un des airs de jazz que j’ai composés (non mis en ligne) et qui évoque Jonasz et Nougaro dont justement « Le jazz et la java ». J’aime bien ces deux-là.

            Allez j ene résiste pas à divulguer le 1er couplet (sur 5) :

            "Le jazz et la javavanaise, (1)

            C’était pour bien la mettre à l’aise.

            Et puis, passant du jazz au rock,

            Je lui ai mis du Nougayork."


            (1) Pas de faute, c’est exprès. Bon évidemment avec la musique on sent mieux l’effet.


          • rocla (haddock) rocla (haddock) 25 août 2009 18:17

            Nougaro , un maître .


            • Gasty Gasty 25 août 2009 19:21

              Et qu’on ne me parle pas de Nougaro et ses Nougatines. Il n’a jamais eu une seule Nougatine avec lui sur scène. Même à Montbéliard .


            • Gasty Gasty 25 août 2009 19:32

              Montélimar.


            • Gasty Gasty 25 août 2009 19:35

              j’suis un peu naze....


            • L'enfoiré L’enfoiré 25 août 2009 19:59

              Nougaro revient avec la voix de Maurane.


              • norbert gabriel norbert gabriel 26 août 2009 11:07

                Maurane et Nougaro

                Faire un album de « reprises » est un exercice parfois trop marketing pour être honnête. Le mérite de Maurane est d’avoir fait un choix de véritable amateur de Nougaro depuis les débuts (Y avait une ville, c’est un chef d’oeuvre trop peu connu) et de se mettre au service des chansons sans s’écouter chanter. Respecter un auteur , c’est d’abord comprendre son univers, et ensuite le servir, pas s’en servir pour des curiosités musicales très discutables.
                Il est intéressant de ré-entendre les mots de Nougaro avec une diction moins typée, qui remet en valeur la beauté du texte, et avec une chanteuse qui n’abuse pas de ses qualités vocales exceptionnelles.


              • Swing 16 septembre 2009 10:28

                revient et la voix de Maurane distille un ennui certain sur des orchestrations très variétoches.


              • Paul Cosquer 25 août 2009 20:46

                Scott Hamilton : la preuve que des blancs peuvent faire aussi du bon jazz, contrairement à ce qu’aucuns rédacteurs affirment (mais si cherchez bien, cela commence par « Mo » et ça finit par « rice ») D’ailleurs je recommande au susdit rédacteur de reprendre le titre sous la forme « Un peu nazi un peu naze » afin de recoller à son thème favori et obsessionnel. Quoi ? Qui aime bien charrie bien

                 

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON








Les thématiques de l'article


Palmarès