• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Culture > Un téléfilm inspiré d’une oeuvre antisémite

Un téléfilm inspiré d’une oeuvre antisémite

Qui connaît Gyp ? Peu de gens en-dehors peut-être de quelques lettrés nationalistes et des historiens de la IIIème république. Pourtant, France 2 programmait en prime time le 31 mars une adaptation d’une de ses oeuvres teintées d’antisémitisme « Le mariage de Chiffon ». Déjà démodée à son époque, Gyp n’est plus lue par personne aujourd’hui. Ses oeuvres ridicules peuvent-elles constituer un aussi bon filon pour France 2 que les célèbres contes de Maupassant ?

 
Gyp a consacré sa vie à la haine des Juifs. Selon Léon Blum et Maurras, elle joua un rôle primordial dans l’affaire Dreyfus. 
 
La dernière des Mirabeau ternit l’image du glorieux ancêtre
 
Amie de Barrès, antisémite, bonapartiste, boulangiste, misogyne (mais oui !), il y a peu de défauts que n’a pas notre romancière dont le talent est d’ailleurs médiocre, ses romans manquant cruellement d’action et d’intrigue et sa haine aveugle des Juifs les gâtant quelque peu. 
 
Car Gyp ("Sybille-Gabrielle Marie-Antoinette de Riquetti de Mirabeau, comtesse de Jamille" : on comprend pourquoi elle a raccourci son nom !) n’écrit que pour se faire de l’argent pour régler ses dépenses somptueuses à Neuilly où elle vit. Elle se force à écrire des histoires faciles pleines de personnages aux doigts crochus et au nez busqué, des Juifs tels que se les représentait l’auteur.
 
Née Gabrielle de Mirabeau en 1849, en Bretagne, Gyp était la dernière descendante du célèbre révolutionnaire. Sitôt disparue en 1932, elle est sitôt oubliée du monde de la littérature. A juste titre. Mais sa vie fut bruyante en luttes antisémites, dans l’affaire Dreyfus notamment où son rôle de propagandiste fut grand.
 
Ses actions furent donc bien en contradiction avec l’oeuvre de son courageux ancêtre dont le frère cependant avait lui aussi pris le contrepied de ses idées. Un précédent dans la famille !
 
Fort heureusement pour l’honneur de la lignée, le fils de Gyp, le célèbre neurochirurgien Thierry de Martel se donnera la mort à l’entrée des Allemands dans Paris le 14 juin 1940 !
 
Une femme misogyne
 
 
Son enfance fut marquée par les reproches incessants de son père de n’être pas née garçon pour perpétuer la lignée des Mirabeau. Gyp devint un garçon manqué qui choisit un pseudonyme asexué. Elle détestait le genre féminin et se maria dans le but d’avoir des fils : "Je préférerais pour ma part élever six garçons plutôt qu’une seule fille".
 
La détestation de sa propre condition féminine était aussi due à son désir irréalisable d’être soldat et au peu d’estime accordé à la littérature des femmes à son époque.
 
Cette misogynie donna naissance à des personnes originaux qui demeurent des archétypes féminins : l’enfant gâtée, la Napoléonnette, l’écolière précoce, la jeune épouse, etc. Car on ne peut lui retirer son sens aigu de la satire des gens de sa société qu’elle croque à merveille ni son sens de l’observation.
 
Le mariage de Chiffon
 
Le téléfilm de Jean-Daniel Verhaeghe diffusé sur France 2 dans la collection "Contes et nouvelles du XIXe siècle" est tirée de l’oeuvre de Gyp de 1894 : "Le mariage de Chiffon".
 
Corysande, alias Chiffon, est une jeune effrontée qui s’évertue à contrarier les ambitions maternelles. Mais l’actrice qui tient le rôle, Christa Théret, ne rend pas toute la dimension d’effrontée du personnage du livre.
 
Le Mariage de Chiffon avait été porté à l’écran en 1942, par Claude Autant-Lara avec Odette Joyeux. 
 
France 2 a pris soin de lisser toutes les aspérités de l’oeuvre littéraire qui a inspiré le téléfilm. La Chaîne ne pouvait pas décemment verser dans l’antisémitisme. Mais le résultat est un téléfilm sans saveur qui ne valait le détour que pour les amoureux des beaux costumes d’époque. Heureusement les deux téléfilms qui suivaient, l’un d’après Octave Mirbeau et l’autre d’après Maupassant faisaient oublier ce mauvais épisode.
 
Quelques liens :
 
 

Moyenne des avis sur cet article :  1.84/5   (19 votes)




Réagissez à l'article

20 réactions à cet article    


  • joelim joelim 2 avril 2010 12:08

    Pourquoi parler de quelqu’un qui ne mérite pas d’être connu ?...


    • Voris 2 avril 2010 12:15

      Mais aussi pourquoi employer l’argent de notre redevance à financer un téléfilm qui rend hommage à cet auteur ? Surtout pour un résultat si médiocre. La réponse ne m’appartient pas évidemment, je pose juste la question.


    • joelim joelim 2 avril 2010 13:09

      Certes, Voris.


    • non666 non666 2 avril 2010 12:08

      Voris , je ne connaissais pas gyp.

      Néanmoins je doute beaucoup du fait que France télévision choisisse des oeuvres aussi teintées politiquement que vous le sous-entendez , si en plus elles sont de piètres qualités.

      Car , ne vous en déplaise, on avait du gout sous la III ème république.
      Au vu des « fermes célébrités » , « Loft story » et autres « 66 minutes inside » , cela devrait être évident pour tous.
      Peut on tomber plus bas que ce que nous livre la TV des amis de l’Occupant aujourd’hui ?

      Vous la décrivait , cette auteur, par ses amis (Infrequentables) , par ses idées politiques (de droite nationaliste ! ou bas, pas beau !) , par son histoire familiale et vous en tirer la conclusion que l’oeuvre n’est pas à voir.

      Ouah.
      Merde, je ne peux pas lire du Brecht parce qu’il est allemand et très a gauche, je ne peux pas lire Celine parce qu’il est trop a droite....
      Connaissez vous de bons auteurs du modem ?
      Car voyez vous, J’aimerais lire du conforme, du politiquement correct , de l’acceptable ....

      Nous avons eu la censure de l’Église et des ligues de bienséance contre les Libertins.
      Nous avons connu la vague post-soixante huitarde des auteurs « engagés »
      Nous avons désormais l’ultra-politiquement correct par affinité.

      A priori , je ne regarde pas ce genre de truc, mais la, je vais peut être faire un effort.





      • Voris 2 avril 2010 12:18

        Non, je ne conclus pas que l’oeuvre n’est pas à voir pour les raisons d’antisémitisme. Je laisse chaque lecteur libre de conclure. Simplement, je déconseille de regarder ce téléfilm très médiocre quand il sera rediffusé.


      • non667 2 avril 2010 14:53

        à ton père
        mein kampf est pratiquement « interdit »  : la psychologie des fous est disséquée analysée objet de thèses et de rapports , pourquoi chape de plomb sur hitler  ? 


      • Arno 2 avril 2010 12:18

        antisémite : qui ne plait pas au lobby sioniste

        sioniste : fanatique pro-israelien

        • Voris 2 avril 2010 12:50

          Non. A l’époque de l’auteur, l’Etat d’Israël n’existait pas et il n’existait donc pas de « fanatique pro-israélien ». Non, c’était juste la haine du Juif.


        • Arno 2 avril 2010 17:21

          Je parlais de l’utilisation qui est faite aujourd’hui de l’antisémitisme.. qui n’est jamais qu’une forme de racisme pas plus grave que les autres..


          Pour info, d’apres Attali, l’antisémitisme vient du fait que le monde doive 2 choses aux juifs : l’argent et dieu et que c’est donc une forme de jalousie (lui parle d’ingratitude)



        • Arno 2 avril 2010 17:40

          Confondre juif et sioniste, c’est comme confondre russe et communiste..

          Qu’est ce qu’il faut faire pour prouver qu’on est pas antisémite, adopter un petit juif, quitter sa nana et épouser une juive ??

        • Senatus populusque (Courouve) Senatus populusque 2 avril 2010 23:37

          On a rangé sous la catégorie d’antisémitisme des choses fort différentes :

          - un préjugé de type racial pouvant aller jusqu’à des discriminations et des persécutions

          - un anti-judaïsme qui n’est pas forcément chrétien (cf Arthur Schopenhauer et Frédéric Nietzsche)

          - une hostilité à la politique, voire à l’existence, de l’État d’Israël

          - une hostilité au communautarisme incarné en France par le CRIF, qui est contraire au principe d’indivisibilité de la République française.

          - une tentative de réexamen des méthodes et de l’ampleur des persécutions antijuives par les nazis (révisionnisme)

           - une lassitude grandissante face au ressassement médiatique des souffrances juives de la seconde guerre mondiale, comme si la première guerre mondiale n’a pas, elle aussi, créé de nombreux orphelins ; lassitude, voire exaspération devant cette perpétuelle promotion des rejetons du peuple élu, en plein mépris du reste de l’histoire de France.


        • 65beve 65beve 2 avril 2010 12:36

          Bonjour Voris,

          Question Gyp, j’ai connu ça :
          Hey Gyp.
          If you just give me some of your love, gal,
          If you just give me some of your love,
          If you just give me some of your love, gal,
          Just give me some of your love.
          I don’t want your Cadillac car
          ’Cause you’re all shiny black
          I don’t want your Cadillac.

          Hey Gyp.
          1965
          Donovan

          Ensuite, pour revenir à votre sujet, on regardera quand même le téléfilm en faisant bien attention de séparer l’oeuvre et son auteur.

          Idem pour l’abominable Céline rappelé plus haut par non666 et son fabueux « mort à credit ».

          Beaucoup d’anticommunistes primaires et primates ont versé une larme sur la mort de Ferrat en écoutant « que c’est beau la vie ».

          Bon appétit
          cdlt
          bv


          • LE CHAT LE CHAT 2 avril 2010 13:00

            respire ,Voris , ils t’ont pas programmé le juif Süss , quand même !

            quand à l’antisémitisme , chacun est libre de se faire une opinion !
            faut il interdire Tarzan au Congo ou les vieux films de Tarzan avec Johnny Wessmüller
            profondément plus racistes ? C’est un vieux débat il me semble , ces oeuvres sont les reflets de leur époque ! Tu ne peux pas faire un film tiré des romans de Gyp avec des quotas ethniques actuels pour les acteurs et la bienpensance actuelle boboisante sans dénaturer complétement l’ambiance des bouquins !


            • Voris 2 avril 2010 13:35

              Mon rôle ici se limite à éclairer une oeuvre et l’esprit du téléspectateur. Oui je me souviens aussi de Tarzan et d’une scène en particulier où deux porteurs noirs tombent dans un précipice et le colon blanc de commenter « Ouf, on a sauvé les bagages ! » Mais cela ne sert pas à disculper France 2 qui choisit un auteur sulfureux et très médiocre pour financer un téléfilm tout pourri. Cela le valait-il ? A-t-on le droit de critiquer l’usage de notre argent de contribuable ? Oui, paraît-il (c’est dans la Déclaration de des Droits de l’Homme et du Citoyen).


            • LE CHAT LE CHAT 2 avril 2010 13:42

              je préfère encore cela au financement de jeux télévisés débiles ou à des émissions de téléréalité encore plus crétins ! ou alors préfères tu regarder Pujadas cirer les pompes de notre bien aimé monarque talonetté ?  smiley


            • Georges Yang 2 avril 2010 14:06

              Les dépenses de l’auteur étaient elles somptueuses ou somptuaiires ?


              • COVADONGA722 COVADONGA722 2 avril 2010 14:26

                hé hé le retour des directeurs de consciences , si nous devions : la pénitence ?
                ben le tribunal de « sainte eglise de la bienpensance » yep


                • Voris 2 avril 2010 15:59

                  Non. Mais savez-vous qu’il n’y a pas que Zenmour à la télé ? Pour Zenmour, je vous laisse l’embarras du choix entre les articles qui pullulent chaque jour sur la toile et sur Agoravox. Mais pour Gyp...


                • Diva Diva 2 avril 2010 15:47

                  Gyp n’aimait donc ni les juifs ni les arabes ?

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès



Partenaires