• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Culture > « Un Tramway nommé désir » de schizophrénie à la Comédie Française

« Un Tramway nommé désir » de schizophrénie à la Comédie Française

Voici bel et bien un tramway qui divise les critiques en les incitant à prendre leur désir de Tennessee pour réalité tangible même si tous sont d’accord pour admettre qu’en accédant au répertoire de la Comédie Française, le chef d’œuvre de T. Williams y fait une entrée fracassante en tant que première œuvre extra-européenne.

En l’accompagnant d’un esthétisme japonisant, en lieu et place des chaleurs moites traditionnelles de La Louisiane, Lee Breuer impose une rupture davantage cérébrale qu’exclusivement formelle, contraignant tout un chacun à faire abstraction de la référence cinématographique écrit par Elia Kazan sur les tablettes de la mémoire collective avec Vivian Leigh et Marlon Brando, en étendard.

Bien entendu, l’histoire de Blanche Dubois venue en villégiature à la Nouvelle-Orléans chez sa sœur Stella et son beau frère Stanley reste, plus que jamais, égale à elle-même et son issue psychique n’aura pas d’autre échappatoire que celle, traditionnellement attendue.

Cependant, avec cette mise en scène culturellement distanciée, jamais le Tramway n’aura-t-il eu pareille opportunité de s’extraire du contexte romancé pour atteindre à l’épure des consciences en pleine lutte vitale.

En effet, le conflit d’emblée instinctif entre Blanche et Stanley va prendre, au sein du formalisme gestuel, sa véritable dimension de rupture schizophrénique entre soi et soi, libérant ainsi les forces de l’oralité dans leur pulsion de mort symbolique.

En faisant appel au point de vue subjectif de Blanche, la mise en scène permet à l’ensemble de ses partenaires d’échapper à toute autocensure et de se solidariser peu à peu en une seule et même entité, hostile et destructrice à l’égard de la victime devenue consentante.

Etrangement tout ce décorum oriental, placé comme en antithèse charnelle et torride, transforme le spectacle théâtral en une suite de tableaux qui, dans leur succession de plus en plus rapide, influe sur la persistance rétinienne, synchrone à celle d’une éthique d’un certain savoir-vivre nippon.

De cet imaginaire artistique se transcende un hyper-réalisme de la conscience en proie à tous les démons contradictoires.

Anne Kessler règne en souveraine charmeuse et vulnérable sur son interprétation éthérée, blanche comme neige mais quasi habitée par le fantôme d’Arielle Dombasle.

Françoise Gillard, Eric Ruf et tous les autres se relaient, tour à tour pour exciter et apaiser ce bel animal pris au piège, tels des toréadors, en quête de reconnaissance sociale.

Un spectacle de toutes beautés qu’il est nécessaire d’appréhender selon les règles de l’art abstrait, avant que de pouvoir l’apprécier selon les codes esthétiques de l’imagerie japonaise.

photo ci-dessus © Cosimo Mirco Magliocca

photo ci-dessous © Theothea.com

UN TRAMWAY NOMME DESIR - ***. Theothea.com - de Tennessee Williams - mise en scène : Lee Breuer - avec Anne Kessler, Eric Ruf, Françoise Gillard, Christian Gonon, Léonie Simaga, Bakary Sangaré, Grégory Gadebois & Stéphane Varupenne - Comédie Française

Documents joints à cet article

« Un Tramway nommé désir » de schizophrénie à la Comédie Française

Moyenne des avis sur cet article :  3.67/5   (6 votes)




Réagissez à l'article

3 réactions à cet article    


  • 2102kcnarF 15 février 2011 21:35

    Si on parle du tramway angevin, je rappelle qu’il sera inauguré en juin ...


    .....effectivement il se sera fait désiré, à défaut d’être nécessaire.


    • Sachant Sachant 16 février 2011 01:32

      J’ai pas bien compris...

      « schizophrénie » dans le titre, c’était une accroche commerciale ?

      • Theothea.com Theothea.com 16 février 2011 04:07

        Désir de schizophrénie....
        C’est effectivement une accroche !....
        Vient ensuite, un article pour exposer cette perspective critique.....

        en revanche, « commerciale »..... .A mon tour de pas bien comprendre !....

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON








Les thématiques de l'article


Palmarès