• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Culture > Une BD impossible à ignorer

Une BD impossible à ignorer

L’été est un moment propice pour ne pas bronzer idiot, ce que l’on pourrait faire en découvrant une bd étonnante, originale et passionnante, celle d’Etienne Davodeau, « les Ignorants ».

Originale car, dans sa dernière production Davodeau a réalisé un petit bijou insolite, en racontant sa rencontre avec un vigneron de ses amis.

Dit comme ça, on ne comprend pas d’entrée l’originalité de la démarche, mais au fil des pages, on s’enthousiasme devant ce concept.

Le dessinateur avait proposé un étrange marché à son ami vigneron, un certain Richard Leroy : une initiation croisée, réelle, sur le terrain, par laquelle les deux créateurs découvraient l’un pour l’autre, les arcanes de leurs métiers respectifs. lien

Pendant plus d’un an, les deux compères ne vont pas se quitter, Richard emmenant Etienne dans ses vignes, son « Montbenault » et son vin le « Chenin », appelé aussi pinot de la Loire (le plus grand cépage du monde d’après Richard) de la taille dans un froid glacial, à la dégustation, et la vente, en passant par toutes les phases de la fabrication du vin, allant jusqu’à découvrir la fabrication des barriques que Richard choisit avec soin.

Ce grand cépage blanc peut participer aussi bien à l’élaboration de vins blancs secs, qu’à des vins liquoreux, voire effervescents et il est présent sur environ 10 000 hectares dans notre pays, mais aussi sur 26 000 hectares en Afrique du Sud. lien

Richard Leroy a une coutume originale : au printemps il rase sa barbe, et taille ses cheveux, qu’il va laisser pousser ensuite jusqu’au printemps prochain…

Ensemble ils vont écumer les salons de vins, et les salons de BD, avec au programme des rencontres hautes en couleur.

Celles de grands dessinateurs de BD, et de beaux producteurs de vin : fanfan Ganevat, dans son Jura, un géant débonnaire fier du sol moelleux de son vignoble, (lien) Antoine-Marie et jean-Baptiste Arena, (lien) amoureux de leurs vignes de Patrimonio, en Corse,plantées de Muscat, Nielluciu, Vermentinu et Bianco Gentile, devenus vignerons après des études de droit, d’histoire et d’économie, Robert Saléon-Terras, et Régis Lansade, (lien) passés du statut de médecins sans frontières à celui de vignerons du coté de Bergerac, et leur fameux domaine des « chemins d’orient », permettant de faire rejoindre la BD et le Vin, puisqu’ils ont été les vedettes du livre « le photographe ».

Richard Leroy, ce n’est pas n’importe qui, et il se refuse à demander le label « bio », label qu’il obtiendrait les doigts dans le nez, expliquant : «  je refuse que le bio soit un critère commercial pour mes vins…je veux que les gens viennent à mes vins uniquement parce qu’ils les aiment  ».

Le ton est donné.

Se refusant au désherbage chimique, après le décavaillonnage, son outil, c’est l’humble pioche qu’il va manier avec Etienne, autour des milliers de ceps des 6 hectares de son vignoble, et s’il s’autorise la bouillie bordelaise, il ne met plus de soufre dans ses barriques ; Quand à la mise en bouteille il en est à 34 mg par litre, alors que le bio en autorise 120.

Le 30 juin 2010, à 5 h du matin, il faut assister à cette quasi mystique aspersion en dynamisation que le dessinateur de BD va partager avec le vigneron. Il s’agit de « dynamiser le feuillage » en projetant sur celui-ci un mélange subtil de silice, de bouse de vache et d’eau : 3 gr de silice dispersés sur un hectare de vigne.

Son nom c’est la « 500 P »

La bouse de vache à passé l’hiver enterrée dans des cornes et pour un hectare, il a mélangé 100 de bouse séchée et 30 litres d’eau : c’est la fameuse « biodynamie » chère à Rudolf Steiner, ce philosophe autrichien, pratique décrite dans ses célèbres « conférences aux agriculteurs » en 1924. lien

Etrange parcours pour cet homme passionné dont l’aventure a commencé lors d’un salon de l’agriculture, en 1991, duquel il était reparti avec une bouteille d’un « Coteau du Layon », celui de Jean Louis Robin. lien

De fil en aiguille, l’employé de banque qu’il était alors, découvre « le domaine des sablonnettes  » d’un certain Joël Ménard, à Rablay. lien

Celui-ci va lui trouver son futur domaine, « Montbennault  », lui prêtera son matériel et l’aidera pendant 3 ans, avant que Richard ne vole de ses propres ailes.

Aujourd’hui, il est comblé.

Il n’a pas besoin de campagne de pub, le bouche a oreille fonctionnant bien, son vin part dans tous les coins du monde : du Danemark à l’Allemagne, en passant par le Brésil, les USA, le Québec, l’Angleterre, la Suisse, mais aussi le Calvados, ou Montpellier.

Son seul problème, c’est qu’il n’a pas assez de bouteilles pour tout le monde, et qu’il n’est pas rare qu’il appelle un client pour lui demander « s’il pourrait se contenter de 60 bouteilles au lieu de 80 »…

Etienne Davodeau réalise là une bd de grande qualité, drôle, pédagogique, méticuleuse, passionnante, malgré l’exigence du thème, la précision des explications données, et le lecteur lira d’un seul jet les 267 pages de ce magnifique livre intelligent, honnête, plein d’humanité, d’amour et d’humour.

Dans cette courte vidéo les deux racontent brièvement l’aventure qui a permis la réalisation de cette BD, et sur ce lien, on peut découvrir une éclairante interview de l’auteur de l’ouvrage.

Etienne aura passé plus d’une année en compagnie du vigneron, et aura gagné son pari prouvant qu’il existe autant de façons de réaliser un livre qu’il en existe de produire du vin.

Sauf que Richard et lui ont choisi la bonne voie : celle de la recherche du meilleur, de la qualité, de la précision.

Le livre se déguste comme un grand cru, et procure l’ivresse qui mènera le lecteur au paradis du 9ème art, celui de la bande dessinée.

Les dernières planches de l’album en donnent la clef : c’est l’histoire d’un homme dont la vie a basculé et qui a décidé de vivre la vie qui l’intéressait, même si le challenge ne semblait pas gagné d’avance.

J’ai connu aussi cette expérience, quittant un jour l’architecture pour la chanson, et je me souviens même avoir contribué à faire changer le destin d’un copain, un certain Gabor Kristof.

Celui-ci était à la tête d’une entreprise, et, suite à une discussion que nous avions eu, quelques temps après, il mettait la clef sous la porte, et empruntait le chemin de la musique, devenant quelques années après un guitariste réputé, (lien) jouant même avec l’un des plus grands, John Mac Laughlin. lien

On peut écouter Gabor jouer un thème de Coltrane sur ce lien, et il fut l’un de mes accompagnateurs sur scène tout comme dans mon premier 33 t.

Mais revenons à Richard et Etienne.

On ne sait pas si un jour, après avoir rencontré tous ces dessinateurs, ces éditeurs, ces producteurs, ces salons de BD, et même l’imprimerie ou se fabriquent les BD, Richard Leroy se mettra un jour à dessiner, mais ce qui est certain, c’est que l’amitié qui existait entre ces deux créateurs sera pérenne.

En effet, le vignoble de Leroy est dans le pays de Davodeau et ces deux là étaient déjà en pays de connaissance.

Quand à Etienne Davodeau, s‘il a maintenant en main toutes les cartes pour devenir un jour vigneron, il vient de confirmer que dans le monde de la BD, il avait plus d'une corde à son arc, celles de l’authenticité et de la sincérité.

Car comme dit mon vieil ami africain : « un seul doigt ne peut prendre un caillou ».

L’image illustrant l’article provient de « les dégustateurs.fr »

Olivier Cabanel

Le lecteur peut suivre l’actualité de cette bd sur ce lien et partager sur la page FB de l’auteur.

A la fin de la BD, Davodeau fait la liste des BD qu’il avait proposées à la curiosité de son ami vigneron.


Moyenne des avis sur cet article :  4/5   (16 votes)




Réagissez à l'article

77 réactions à cet article    


  • Marco07 9 août 2012 09:48

    Est-ce que le premier commentateur a le droit à une bouteille de pinard ?


    • olivier cabanel olivier cabanel 9 août 2012 12:55

      marco

      je pense que ça aurait été possible,
      mais l’utilisation du mot « pinard » à plombé pour un temps cette possibilité.
       smiley

    • Ni naïf Ni Crédule dede 9 août 2012 13:41

      ...de la piquette alors, à défaut de pinard ! lol


    • Marco07 9 août 2012 13:42

      Vous avez mal lu, j’avais écrit « doux nectar crée grâce a la sueur et au savoir faire de ces artistes-vignerons, issu d’un savoir ancestral qui frise la divinité, (et des bienfaits de not’ belle ampoule nucléaire au milieu du système solaire, de l’avancée de la thermodynamique et de la mécanique qui permet techniquement d’accomplir des miracles avec un peu de pétrole et un bon tracteur), délie les langues et permet de longs débats autour d’une bonne tablée »...



    • Marco07 9 août 2012 13:47

      Quand même, quand on y pense, le nucléaire a permis la vie sur terre et les écolos luttent contre... C’est assez paradoxal.


    • olivier cabanel olivier cabanel 9 août 2012 16:15

      marco sancho 7

      « a permis la vie sur terre » ?
      vous pourriez développer...
      je trouve votre raccourci saisissant.
       smiley

    • Marco07 9 août 2012 16:28

      Vous savez, le truc qui vous refile des insolations à chaque manifestation écologique ?

      Y parait que ça contribue à faire pousser les plantes par exemple, ou nous permet de ne pas avoir trop froid.... (entre autre)


      Les scientifiques essayent juste de se calquer sur mère nature... D’ailleurs on vous entends souvent gueuler contre Iter, mais jamais contre le soleil... C’est un comble !

    • olivier cabanel olivier cabanel 9 août 2012 16:30

      marco

      sauf qu’il est à quelques millions de km de nous, et qu’un bouclier un peu abimé tente de nous protéger des radiations de celui ci...
       smiley

    • Marco07 9 août 2012 16:42

      Il n’empêche que le nucléaire a permis le développement de la vie sur not belle planète...


      (c’est assez embêtant pour un écolo de votre trempe de l’admettre, mais c’est le cas)

       smiley



    • olivier cabanel olivier cabanel 9 août 2012 16:54

      marco sancho sept

      il n’empêche que l’homme a du patienter quelques millions d’années que la radioactivité (plutonium etc) baisse, voire disparaisse, pour envisager d’habiter la planète...
       smiley

    • Leo Le Sage 9 août 2012 17:27

      Salutations à tous,

      @Par Marco07 (xxx.xxx.xxx.243) 9 août 16:42

      Vous dites : « Il n’empêche que le nucléaire a permis le développement de la vie sur not belle planète.. »
      Je dirais même plus...

      @AUTEUR/Par olivier cabanel (xxx.xxx.xxx.186) 9 août 16:54
      Vous dites : "il n’empêche que l’homme a du patienter quelques millions d’années que la radioactivité (plutonium etc) baisse, voire disparaisse, pour envisager d’habiter la planète..."
      Avec un tel raisonement je comprends parfaitement le but de cet article :
      Ne pas aborder le sujet du nucléaire de peur de s’enliser...
      Ou de peur d’être victime d’une ionisation de notre part...

      Vous dites : "sauf qu’il est à quelques millions de km de nous, et qu’un bouclier un peu abimé tente de nous protéger des radiations de celui ci.."
      Affirmation grotesque sans fondement... smiley

      Vous n’avez pas compris la phrase de Marco : « le nucléaire a permis la vie sur terre »
      Sérieux ? smiley

       
      Cordialement

      Leo Le Sage
      (Personne respectueuse de la différence et de la pluralité des idées)


    • olivier cabanel olivier cabanel 9 août 2012 17:38

      marco sancho 7

      le mythomane illuminé qui se prend pour un sage, une élite, et un pic de la mirandole, est de retour.
      vous qui connaissez des lieux de plage ou l’on peut faire de jolis chateaux, vous devriez avoir la gentillesse de lui donner quelques tuyaux.
       smiley

    • Ni naïf Ni Crédule dede 9 août 2012 17:45

      " il n’empêche que l’homme a du patienter quelques millions d’années... « 


      J’utiliserai plutôt le verbe »adapter« que »patienter"...rendons à césar ce qui a fait de lui un homme !

    • Marco07 9 août 2012 18:30

      @dédé

      J’utiliserai plutôt le verbe « adapter » que « patienter »...rendons à césar ce qui a fait de lui un homme !
      Tout à fait, la nature s’adapte, pour l’Homme il faut beaucoup de générations mais on change peu à peu.

      le mythomane illuminé qui se prend pour un sage, une élite, et un pic de la mirandole, est de retour.
      vous qui connaissez des lieux de plage ou l’on peut faire de jolis chateaux, vous devriez avoir la gentillesse de lui donner quelques tuyaux.
      ça y est, il suffit qu’une conversation vous démange pour que vous vous mettiez à parler de châteaux de sable....
       

    • Marco07 9 août 2012 18:37
      il n’empêche que l’homme a du patienter quelques millions d’années que la radioactivité (plutonium etc) baisse, voire disparaisse, pour envisager d’habiter la planète...
      Le rapport avec not’ bonne vieille ampoule radioactive qui continue de briller au beau milieu de notre système solaire ?

      C’est marrant de se dire que le photovoltaïque se sert indirectement du nucléaire pour fonctionner.... Avec des rendements catastrophique, alors qu’on pourrait peut-être dans le futur, exploiter la fusion contrôlée sur terre plutôt que de dépendre de l’absence ou non de soleil.
      J’imagine même pas le carnage d’une civilisation qui baserait une grosse partie de ses énergie sur le solaire dans le cas d’un hiver volcanique...

    • olivier cabanel olivier cabanel 9 août 2012 18:39

      marco sancho 7

      « me démange » ?
      non, elle ne me démange pas, elle ne me dérange pas non plus...
      simplement que je n’ai pas l’intention de perdre mon temps avec un gamin mytho qui s’invente des amis « physiciens », qui déclare être sage, modeste, faisant partie d’une élite, et dont la réflexion est du niveau zéro.
      rien de plus.
      mais si vous voulez perdre votre temps avec lui, ne vous génez surtout pas.
       smiley

    • olivier cabanel olivier cabanel 9 août 2012 18:56

      marco sancho sept

      ne me faites pas rigoler, j’ai les lèvres gercées.
      vous évoquez des « rendements catastrophiques » du photovoltaïque !
      tout d’abord, je pense que l’adjectif « catastrophique » sera plus à l’aise en compagnie de l’énergie nucléaire...
      ensuite, vous parlez de rendement ?
      celui du nucléaire, comment le jugez vous ?
      l’epr, ce soi-disant fleuron de notre pays est à genoux.
      il devait couter 3 milliards.
      il a dépassé les 7.
      il devait etre fini en 2010...nous sommes en 2012.
      les défauts de fabrication s’accumulent.
      ça me rappelle un certain « super » phénix.
       smiley
      ensuite, question rendement, rejeter de l’eau chaude dans un fleuve, sans l’utiliser ne me parait pas tellement intelligent, ni propre à évoquer un « rendement »
      ensuite, la transporter sur des centaines de kilomètres, occasionnant une perte considérable d’énergie, ne me parait pas non plus très rentable.
      et si on ajoute par dessus le marché le fait qu’il faudra démanteler un jour ou l’autre ces cochonneries, avec un prix du démantèlement largement sous estimé (facteur 10), lorsqu’on nous présentera la facture, viendrez vous parler de « rendement » ?
      et lorsque vous, ou un autre auront chopé un cancer, continuerez vous à évoquer le « rendement » ?
       smiley
      les lèvres gercées... je vous dit !

    • Marco07 9 août 2012 19:05
      et lorsque vous, ou un autre auront chopé un cancer, continuerez vous à évoquer le « rendement » ?
      Dans la mesure ou vous vivrez vieux, vous aurez nettement plus de chances d’attraper un cancer..
      ....

      Pour le reste, vous ne répondez pas au commentaire précédent !

    • olivier cabanel olivier cabanel 9 août 2012 19:25

      marco

      vous zêtes gonflé !
      j’ai parfaitement répondu à votre commentaire.
      vous pourriez au moins me remercier.
       smiley

    • Marco07 9 août 2012 19:33
      marco

      vous zêtes gonflé !
      j’ai parfaitement répondu à votre commentaire.
      vous pourriez au moins me remercier.

      Je vous remercie, non pas pour vos demi-réponses évasives mais pour me faire sourire à chaque commentaire... Pour le reste, faudra peut-être prendre contact avec optic 2000 ou un concurrent, il parait qu’avec l’âge, c’est tout à fait normal.

       smiley

    • olivier cabanel olivier cabanel 9 août 2012 19:53

      marco

      encore une erreur,
      s’il est vrai que lorsque j’avais la trentaine j’étais légèrement myope, je ne porte plus de lunettes depuis longtemps, et je vois très bien.
      pour cette raison, lorsque nous sommes aux champignons, mes amis comptent sur moi pour voir les premiers bolets.
       smiley

    • Marco07 9 août 2012 20:48

      Z’êtes peut-être fort pour détecter les bolets, mais pas pour répondre aux commentaires en entier... Faudrait peut-être poser l’écran par terre. (finalement c’est peut-être plus un problème de recroquevillement que de lunettes !)


    • olivier cabanel olivier cabanel 9 août 2012 22:07

      marco sans chaussettes

      c’était de l’humour ?
       smiley

    • Marco07 9 août 2012 22:31

      Non, juste une idée !


    • alinea Alinea 9 août 2012 23:42

      Olivier ! et vous êtes moinssé : Dans quel monde vit-on !


    • Leo Le Sage 9 août 2012 23:45

      @Par Marco07 (xxx.xxx.xxx.243) 9 août 22:31
      Vous dites à Olivier : « Non, juste une idée ! » smiley
      Il est trop lent pour comprendre ce qu’est une idée.
      Son niveau d’abstraction est trop faible... smiley
      Il faut lui faire un dessin... smiley

      Les lunettes ne servent à rien, il faut « déboucher » ses synapses...
      Il faut lui payer un scanner...

      Oh et puis zut, il est contre le nucléaire donc le scanner çà ne la fait pas... smiley
      Une soluce Marco ?

       
      Cordialement

      Leo Le Sage
      (Personne respectueuse de la différence et de la pluralité des idées)


    • olivier cabanel olivier cabanel 10 août 2012 00:00

      alinea

      ce sont de grands enfants, 
      ils pensent qu’il y a de bonnes et de mauvaises notes.
      ils pensent pouvoir juger.
      mais ils ne pensent jamais a se poser la question essentielle :
      que valent-ils ?
      la vie méritent mieux que les cons qui viennent polluer les fils de réflexion.
      mais ils sont là.
      ils existent.
      et nous ne pourront pas les changer.
      eux seuls le pourraient.
      encore faudrait-il qu’ils le comprennent.
      merci de ton commentaire, et bienvenue aux femmes et hommes encore vivants.
       smiley

    • Soi même Soi même 9 août 2012 10:08

      Bonjour Olivier, le temps de la grande soif arrive.

      On va bientôt manquer de pinard….

      http://lesmoutonsenrages.fr/2012/08/08/on-va-bientot-manquer-de-pinard/


      • Marco07 9 août 2012 10:25

        Bonjour, 

        personnellement il y a plusieurs trucs que je ne comprends pas...

        1/on les voit avec des tracteurs et outils neufs (moins de 2 ans à quelques 10aines de milliers d’€... avec clim, autoradio, insonorisé & cie), assez marrant pour des gens qui se disent « dans la mouise » tous les ans.

        2/Faudrait peut-être qu’ils adaptent la qualité à la demande, aujourd’hui une grande partie de la consommation ne se fait plus comme avant à cause de la répression, du coup les occasions de boire se font rare... J’achète tellement peu de vin que je peux me permettre un budget de 5 à 15€ par bouteilles (voir plus) alors que je ne sème pas les billets. 

      • amipb amipb 9 août 2012 11:27

        @Marco : votre critique me rappelle celle d’un article récent sur les humanitaires.

        Ma réponse sera donc la même : pour un fruit pourri, combien de personnes travaillant jour et nuit avec peu de moyens pour produire un vin de qualité ?

        La généralisation n’a jamais été l’amie du débat.


      • Marco07 9 août 2012 12:40

        Fruit pourri ? Non, simple constat.


        J’habite dans une région viticole, le moindre petit village possède une coopérative... Et c’est pas des petites coopératives délabrées au bord du gouffre. Les vieux tracteurs se font rare.

        Donc merci à vous de ne pas faire de généralité (à votre tour). Que quelques entreprises (viticulteurs) soient en difficultés, probablement, dans tous les secteurs des entreprises ferment pendant que d’autres ouvrent.

      • olivier cabanel olivier cabanel 9 août 2012 12:58

        soi même

        puisque le beaujolais est en question, je pense que ce qui a fait beaucoup de mal à ce vin, c’est la promotion du « nouveau »
        le beaujolais nouveau est une connerie (pardon pour le mot)
        empecher la deuxième fermentation en mettant dans le vin du souffre est non seulement dangereux, mais relève d’une forme d’irresponsabilité.
        les amateurs de beaujolais nouveau doivent se méfier de ce qu’ils boivent.
        enfin, chacun voit midi à sa porte.
        du coup, c’est pas étonnant que le secteur connaisse quelques problèmes.
         smiley

      • olivier cabanel olivier cabanel 9 août 2012 13:00

        marco sancho sept

        je crois que la réponse qui vous a été faite par le commentateur suivant est parfaite.
        rien donc de plus à ajouter.
         smiley

      • alinea Alinea 10 août 2012 02:04

        Marco ? Ardèche ? Ici, pas loin de chez vous, en Languedoc Roussillon, il y a d’excellents vins beaucoup moins chers que ça !!
        je ne fais pas de pub ! Je n’ai aucune part nulle part !


      • Marco07 10 août 2012 11:33
        Marco ? Ardèche ? Ici, pas loin de chez vous, en Languedoc Roussillon, il y a d’excellents vins beaucoup moins chers que ça !!
        je ne fais pas de pub ! Je n’ai aucune part nulle part !
        Non, pas l’Ardèche. J’ai internet, l’eau courante et l’électricité (en plus du soleil) !

        Pour le prix, on peut en trouver à 3-5€ (j’en achète de temps à autre pour cuisiner en prélevant un ou 2 verres au passage) qui sont loin d’être mauvais, mais si c’est uniquement pour boire ou pour ne pas arriver les mains vides chez quelqu’un qui invite, le prix n’est généralement pas mon critère (qu’elle coûte 5 ou 20€ n’est pas le problème). C’est plus le feeling, la mémoire, un mélange de pifométrie, lecture d’étiquette, éventuellement médailles et de chauvinisme régional...

      • Soi même Soi même 9 août 2012 10:11

        Une autre nouvelle de Belgique, moins anecdotique !

        Nos centrales pourraient-elles tenir jusqu’en 2025 ? Pas sûr !!

        http://lesmoutonsenrages.fr/2012/08/08/nos-centrales-pourraient-elles-tenir-jusquen-2025-pas-sur/

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès