• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Culture > « Une fleur de Tlemcen »

« Une fleur de Tlemcen »

« Une fleur de Tlemcen »

Version 2014

Roman-récit

D’Hervé Racine

Editions Edilivre

Juin 2014

 

 Au-delà des préjugés

 

C’est l’histoire d’une rencontre entre deux personnes que tout séparait : l’origine sociale, la nationalité, la culture et même la religion…. Du moins du côté des parents.

Cyril vit en Sicile avec ses parents dans un milieu protégé, son père est policier et tout se passe bien jusqu’au jour où un attentat faillit coûter la vie à ce fonctionnaire qui s’en réchappe avec en « prime » : des séquelles physiques et l’impossibilité de travailler…..

C’est alors un déménagement en France, puis plusieurs et des petites ressources.

Cyril grandit et travaille tout en poursuivant ses études afin d’aider à faire bouillir la marmite, d’autant plus que la police italienne tarde à verser une pension au fonctionnaire, blessé en service.

L’auteur qui parle à la première personne nous fait découvrir, alternativement la vie de ce jeune homme et celle de Shahinez et ceci jusqu’à la rencontre et la naissance de l’amour entre ces deux personnes.

Le lecteur est invité à découvrir le mode de vie, les coutumes et les croyances d’une famille musulmane qui a réussi grâce à la force du poignet du père de famille à se faire une place en Algérie.

Tous ceux qui ont une image déformée de la pratique de l’islam seront étonnés : il s’agit là d’une famille tranquille, d’une pratique religieuse et d’un refus de l’intégrisme….

JPEG - 53.5 ko

Rien n’est facile car si Cyril et Shahinez s’aiment, il faut qu’ils réussissent à lever les obstacles et notamment à abattre ce mur construit par les parents du jeune homme, chrétiens pratiquants et peu tolérants.

Le roman est « sympa », l’auteur y introduit une note très personnelle avec des références musicales et culturelles et réussit à accrocher des personnes comme moi-même, athée jusqu’au bout des doigts.

J’ai quand même eu du mal à comprendre cette prégnance du religieux et ce blocage qui peut empêcher des êtres qui s’aiment à vivre ensemble.

Comment des parents peuvent-ils s’opposer à un mariage en ce début du troisième millénaire alors que leurs enfants sont des majeurs consentants ?

Bon là, l’histoire se termine bien, ce n’était pas malheureusement toujours le cas dans la vie.

Jean-François Chalot


Moyenne des avis sur cet article :  3.12/5   (17 votes)




Réagissez à l'article

7 réactions à cet article    


  • Jean J. MOUROT Jean J. MOUROT 21 février 2015 15:56

    Dans ce cas, ce sont les chrétiens les intolérants. Dans ma famille, deux enseignants, une jeune fille, catholique de tradition, vivant avec un garçon de couleur d’origine sénégalaise, a eu bien du mal à se faire accepter par la famille musulmane rigoriste (je ne dis pas intégriste) de son compagnon, par le père surtout (qui lui a un jour mis le Coran dans les mains). Les parents de la jeune fille n’avait eu aucune réticence vis à vis du garçon ; ils ont accepté de ne pas lui servir de cochon mais craignent que leur petite fille, en vacances au Sénégal, ne se fasse un jour exciser contre le gré de la maman (cela s’est vu).

    Dans mon village, un couple d’origine marocaine, musulmans pratiquants sans être intégristes, apparemment bien intégrés, a longtemps boudé l’une de ses filles, née en France, mariée avec un Français de souche (jusqu’à la séparation) et n’acceptent de voir une autre fille, vivant depuis des années dans la même situation, que sans le compagnon, qu’ils ignorent délibérément.

    Il est sans doute plus facile de se faire une place en Algérie à un musulman qu’à une Française d’origine non convertie !


    • Alex Alex 21 février 2015 18:00

      Chalot,


      Vous êtes décidément une caricature !
      Je veux bien croire, à la limite, que certaines familles catholiques traditionnelles (combien de divisions ?) s’opposent à ce genre d’union, surtout dans cette ancienne colonie musulmane qu’est la Sicile. Mais c’est comme affirmer que les Françaises sont rousses.
      Je ne doute pas que vous côtoyez régulièrement des musulmans, mais je peux affirmer que vous ne les connaissez pas : vous n’en voyez que ce qu’ils veulent bien vous montrer.
      Allez donc vous ballader à Tlemcen avec une Arabe non voilée à vos côtés, et venez nous raconter smiley

      Alex, athée... et musulman (de papier), vivant en immersion depuis trente ans dans un milieu maghrébin à forte densité musulmane.


      • CHALOT CHALOT 21 février 2015 18:12

        Alex !
        Parlons de caricature et je vous renvoie le mot
        Je n’ai pas fait de généralité, j parle d’un livre précis, d’une histoire
        Dans la vie, le nombre de parents musulmans qui ne veulent pas que leur fille vivent avec un non musulman est très important....
        Ici la famille musulmane ne fait pas obstacle, peut être parce que le jeune homme s’est converti-d’ailleurs avant la rencontre avec sa dulcinée- à la religion musulmane.
        L’imbécilité, le sectarisme et la bêtise sont le lot commun de musulmans, de chrétiens et même d’athées.....


        • Alex Alex 22 février 2015 13:31

          @CHALOT

          « le nombre de parents musulmans qui ne veulent pas que leur fille vivent avec un non musulman est très important »

          Ce nombre n’est pas « très important », c’est l’immense majorité : aucun musulman (i.e. croyant) ne l’accepte. C’est d’ailleurs interdit par la loi dans les pays musulmans, et je suis bien placé pour le savoir.
          C’est en cela que votre obsession de bouffeur de curé vous rend caricatural : trouver une histoire « prouvant » vos convictions.

          Il n’en demeure pas moins que je vous apprécie pour votre travail sur le terrain qui fait de vous un humaniste plus crédible que les « humanistes de clavier » que l’on peut lire sur AVox, et que je suis d’accord avec vous pour déplorer le séparatisme produit par les religions. Mais à la nuance près que la religion chrétienne, dans son état actuel, ne me semble pas la plus condamnable.



        • Danièle Dugelay Danièle Dugelay 22 février 2015 03:08

           Je connais aussi un cas dans une famille juive où le fils a épousé une jeune athée, mais je me souviens d’autres rejets de mariage par des familles, pour d’autres différences considérées comme des mésalliances : une union d’une jeune fille pauvre avec un fils d’une famille de vieille noblesse, celle d’une fille de petit entrepreneur qui venait de faire faillite avec un trop beau parti pour elle, trop riche et qui a préféré l’héritage et la fiancée d’un mariage arrangé entre gens de même rang. L’amour ne triomphe pas toujours de ces préjugés imbéciles.


          • Tillia Tillia 22 février 2015 06:56

            « ... notamment à abattre ce mur construit par les parents du jeune homme, chrétiens pratiquants et peu tolérants. »


            Les braves gens ! 

            • Garance 23 février 2015 12:20

              Moi je connais un jeune maghrébin qui a épousé une céfran pour devenir céfran à son tour ; Il est passé à la télé sur FR3 (1) : ça le méritait bien pour encourager la chose


              A la question du « journaliste » si il avait eut des problèmes avec sa belle-famille : il est partit dans un grand éclat de rire : 

              « La famille de ma femme est communiste..... »

              Aux dernières nouvelles ils auraient divorcés (normal)

              Manquent d’humour les cocos ?

              (1) : « Ici FR3 ; les cocos parlent aux cocos »

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès