• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Culture > Une nouvelle façon de rémunérer l’écriture ?

Une nouvelle façon de rémunérer l’écriture ?

De plus en plus d'écrivains se détournent des maisons d'édition classiques pour chercher d'autres moyens de se faire rémunérer. Internet devient ainsi la plus grosse maison d'édition du monde. Mais est-ce viable ?

Ce n'est pas une nouveauté : les maisons d'éditions se font leur mal toutes seules en privilégiant les auteurs déjà connus ou ceux dont elles sont sûres qu'ils rapporteront de l'argent. Finalement : 

 

  • l'originalité et la nouveauté déclinent en littérature
  • on lasse le lecteur, le détournant de la lecture, 
  • on dégoûte les nouveaux auteurs et donc la relève

 

Voilà ce que j'appelle "se tirer une balle dans le pied". De cause à effet, de nombreux jeunes auteurs n'essayent même plus d'envoyer leurs manuscrits aux maisons d'édition. Certains passionnés cherchent à rémunérer leurs écrits par le biais d'internet qui devient pour eux la meilleure presse du monde. Deux moyens principaux existent pour parvenir à vivre de sa plume sur internet : 

 

1/ Faire du référencement

Le référencement est l'art et la manière de savoir positionner une site internet dans les premières positions des résultats Google. Auparavant, faire du référencement consistait à savoir bidouiller des fermes de liens de manière à avoir un maximum d'URLs pointant vers le site en question. Google s'est aperçu de cet abus et a mis le holà à cette automatisation des tâches avec ses algorythmes Panda et Pingouin. Désormais, une des meilleurs manières de faire du référencement est de publier du contenu sur internet : 

  1. - alimenter en contenu le site en question
  2. - rédiger des centaines d'articles et les publier sur d'autres sites, avec un lien propre pointant vers le site qu'on veut référencer. 

Cela devrait attirer nos jeunes écrivains. 

Source : Webmestres ? Avec le Panda de Google, convertissez-vous en simples rédacteurs

2/ Rémunérer ses écrits en ligne avec de la pub

D'autres écrivains, désireux de publier leurs romans, décident carrément de ne plus proposer aucune publication. Ils livrent gratuitement leurs chapitres aux internautes, par exemple sur un blog comme http://gregory-henique.fr/ où l'on trouve un roman d'Heroic-Fantasy par exemple. 

L'intérêt de l'auteur n'est plus de gagner de l'argent en fonction de la vente de son produit. L'intérêt est de placer de la publicité sur son blog, obtenant de l'argent par le nombre de clics sur les liens publicitaires. 

Autre manière d'envisager la chose : l'affiliation. Cela consiste à placer une bannière sur le blog. Lorsque l'internaute achète le produit, le blogueur touche une commission sur la vente. 

Conclusion 

L'écrivain ne reste plus passif, mais devient une véritable machine de web-marketing. Son activité principale reste la rédaction, mais il se rémunère tout seul en devenant son propre patron. Pensez-vous que ce modèle sera viable sur le long terme ? Y a-t-il une grande différence entre cette écriture et celle de Balzac au 19ème siècle qui était payé à la ligne. Dans les deux cas, on peut considérer que l'écriture n'est pas forcément naturelle mais bien dirigée dans un esprit mercantile. 


Moyenne des avis sur cet article :  4.11/5   (9 votes)




Réagissez à l'article

5 réactions à cet article    


  • citoyenrené citoyenrené 6 novembre 2012 12:06

    article intéressant

    tout comme l’imprimerie a crée le monde du livre, internet induira à terme une révolution du même acabit, et permettra de nouvelles solutions aux auteurs

    vous ne parlez pas de la possibilité d’édition comme le fait « my major company » pour la musique

    les deux, papier et numérique, ont tendances à se compléter, plus que le papier cannibalisé par le virtuel

    quoi qu’il en soit, le livre « papier » a une curieuse résistance à l’avènement du numérique, tout comme la lecture a une curieuse résistance aux « readSpeakers »

    bravo pour ce sujet


    • Des Geeks et des lettres Des Geeks et des lettres 7 novembre 2012 02:04

      Merci. En effet ce sujet n’est pas tabou, je trouve qu’on ne l’aborde pas assez facilement en France. Peut-être parce que, comme vous dîtes, nous restons attaché au livre version « papier ». 


    • fredleborgne fredleborgne 6 novembre 2012 12:38

      Référencement, pub, affiliation... L’auteur exploite sa plume pour gagner des miettes. Je suis d’accord avec vous : il y a de la place pour des « rédacteurs en ligne au service des sites qui ont besoin de contenus de qualité pour faire face aux affreux débordements de pub, d’images grotesques qui buzzent, de lol sur des murs etc tec.
      Mais se vendre pour des clopinettes...
      Il vaut mieux se faire salarié ou monter sa boite pour vendre ce service indispensable à un site de qualité, que compter sur des »clics« .
      Ensuite, si on est un auteur de roman, poésies nouvelles, on peut avoir un bon »auto-éditeur« qui fourni »à la commande" (pas de pilon) pour un prix très raisonnable (le mieux selon moi, www.atramenta.net)


      • Des Geeks et des lettres Des Geeks et des lettres 7 novembre 2012 02:02

        Merci pour le lien que je ne connaissais pas. Atramenta, ou d’autres, permettent en effet d’exploiter un autre filon pour se faire rémunérer autrement qu’en passant par le système éditorial classique. Je ne peux m’empêcher de penser qu’internet peut être très efficace pour vendre soi-même son produit. Merci, et en effet proposer son roman version « papier » en plus de la rémunération du site peut être envisageable. 


      • focalix focalix 6 novembre 2012 15:55

        Ah les algorythmes...
        Ca ne décoiffe pas, ça scalpe !

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON








Les thématiques de l'article


Palmarès