• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Culture > Une Tibétaine à Paris : la sainte alliance du bobo et du Bouddha

Une Tibétaine à Paris : la sainte alliance du bobo et du Bouddha

Il y avait du beau monde ce lundi soir dans la mythique salle du Vieux-Colombier - annexe, précisons-le, du Théâtre Français. Universitaires, journalistes, artistes en tous genres, hommes politiques...et même Gérard Klein, l’instituteur officiel de feu la France chiraquienne !

Pour qui ? pour quoi cette cohorte impressionnante ? Trois indices : Saint Germain des Prés, public sophistiqué, ambiance plutôt sérieuse...Lacan serait-il de retour d’outre-tombe pour apaiser l’angoisse de ses disciples et de leurs épigones ? Ou Althusser ? ou Simone de Beauvoir ? Quand même pas Barbara ?!

Non. A l’aube du XXI° siècle, un lundi soir, ce qui met en branle la grande confédération rassemblant l’intelligentsia germanopratine, la gauche caviar, les bobos bling-bling, les sarkozyistes de gauche et les bayrouistes dissidents, ce n’est plus la psychanalyse ni le matérialisme dialectique. C’est une bonne sœur. Ou plus exactement une nonne. Mais attention : une nonne qui répond aux critères du politico-people actuellement en vigueur. Bref : une nonne...tibétaine.

Que le tout-Paris se presse au concert privé d’Ani Chöying Drolma, bonzesse bouddhiste dotée d’une voix exceptionnelle, à l’occasion de la sortie en France de son autobiographie, Ma voix pour la liberté[1], voilà qui suscite quelques réflexions...

D’abord il faut de bons abdominaux pour assister à pareil événement sans éclater de rire : entre autres morceaux d’anthologie, quand la nonnette invite son assistance à répéter après elle le mantra qu’elle psalmodie en sanscrit, tous ces clones de Sonia Rykiel et de Jack Lang se mettent à brailler comme un ravi de la crèche opiomane. Que dit-elle, Ani ? Peu importe, le nirvana échappe à la conceptualisation. On pense à l’exploit de Thierry Le Luron chez Michel Drucker, dans les années 80, qui parvient à entraîner toute une section du parti socialiste à entonner, sourires béats : « L’emmerdant, c’est la rose, l’emmerdant... » Qui sait, si ça se trouve, sœur Ani leur a fait chanter Maréchal, nous voilà !

Ensuite, un tel spectacle suscite à la fois affliction et optimisme. Affliction, d’abord. On brûle en effet de brandir à la face des ces cultureux déracinés les trésors de la pensée et de la spiritualité occidentales, celles qui nous viennent de Rome, Athènes et Jérusalem. Sophocle, Sénèque, Maître Eckhart, Moïse Maïmonide, Thérèse d’Avila, Montaigne sont des nôtres : pourquoi aller chercher ailleurs les maîtres de paix intérieure qui prennent la poussière dans nos bibliothèques ? Optimisme ensuite : comment ne pas se réjouir que les préoccupations spirituelles soient de retour, que le matérialisme athée du siècle précédent soit ainsi battu en brèche, que l’on essaye de réguler, quelle que soit la manière, les passions de l’irascible et du concupiscible ?

Cela dit, et pour finir, certains signes conduisent à se demander s’il est dans notre intérêt, à nous judéo-chrétiens has been, de devenir des sectateurs du Grand Véhicule. A la fin de sa prestation, Ani délivre à son auditoire benoît une sorte de parabole qui, selon elle, résume l’état d’esprit bouddhique : « Un jour, une femme, pour enseigner la sagesse à son fils, lui donne un sac de toile contenant un cadavre d’homme et lui dit : "Dans ce sac, il y a un cadavre de mouton. Cette nuit, tu dois dormir avec, comme si c’était ton oreiller." Le lendemain, au réveil de son fils, elle lui demande : "Alors, as-tu bien dormi ?" "Oh oui, mère, très bien" répond le fils. Quelques jours plus tard, la mère donne à son fils un sac de toile contenant un cadavre de mouton et lui dit : "Dans ce sac, il y a un cadavre d’homme. Cette nuit, tu dois dormir avec, comme si c’était ton oreiller." Le lendemain, au réveil de son fils, elle lui demande : "Alors, as-tu bien dormi ?" "Oh non, mère, je n’ai pas arrêté de me tourner et me retourner sur ma couche, et j’ai fait d’horribles cauchemars !" » Et Ani de conclure : « Voyez-vous, c’est notre manière de percevoir la réalité qui rend la réalité difficile ou plaisante. En changeant notre regard, nous changeons la réalité. » Quant à moi, pauvre calotin Occidental que ne laisse indifférent, consciemment ou non, aucun destin individuel - tout homme est une histoire sacrée, dit Jean Vanier - la seule question qui agitait mon esprit à ce moment-là me ferait presque honte, tant elle paraît obsolète : « Qu’est-il donc arrivé à ce pauvre bougre pour se retrouver à l’état de macchabée dans un sac en toile ?... »

Matthieu Grimpret

Professeur d’histoire et essayiste,

Dernier ouvrage paru : Traité à l’usage de mes potes de droite qui ont du mal à kiffer la France de Diam’s (Anne Carrière, avril 2008)



[1] Oh !Editions, avril 2008


Moyenne des avis sur cet article :  3.4/5   (45 votes)




Réagissez à l'article

51 réactions à cet article    


  • mi2nmi 26 avril 2008 13:57
    De nombreux articles très intéressant sur la chine et le tibet ici :
     
     
     
     

    • Libr'Op Libr’Op 27 avril 2008 09:01

      @ mi2nmi

      Le témoignage exceptionnel d’une nonne bouddhiste qui consacre sa vie aux petites filles menacées par la violence des hommes.

      Ani est l’une de ces centaines de petites filles qui, au Népal et au Tibet, se réfugient au monastère pour ne pas être mariées de force à un homme qui les battra et les exploitera. Recueillie par un maître bouddhiste, Ani n’a jamais oublié la peur et la rage de son enfance blessée.

      Devenue nonne, elle veut aider toutes les petites filles promises au même enfer.

      Source France culture


    • Tarouilan Tarouilan 27 avril 2008 09:22

      Derrière cette none hélas, il y a tout ce que j’indique ci-dessous....., que Libr’Ob, en relation avec D.L. et Ménard connaît bien.... il est UN PETIT MOUCHERON COMPUSIF ....à la solde de cette problématique :

      Depuis l’invasion de 2001 et l’occupation de l’Afghanistan, les États-Unis sont présents militairement sur la frontière occidentale de Chine, en Afghanistan et au Pakistan. Les États-Unis ont l’intention d’établir des bases militaires permanentes en Afghanistan, une place stratégique limitrophes aux anciennes républiques soviétiques, à la Chine et à l’Iran.

      ​​​​De plus, depuis 1996, les États-Unis et l’OTAN ont aussi formé une union militaire, le
      GUUAM, avec plusieurs anciennes républiques soviétiques (Géorgie, Ukraine, Ouzbékistan, Azerbaïdjan et Moldavie). Dans l’ère de l’après 11 septembre, Washington s’est servi du prétexte de la « guerre mondiale contre le terrorisme » pour développer davantage sa présence militaire dans les pays du GUUAM. L’Ouzbékistan s’étant retiré du GUUAM en 2002, l’organisation est désormais connue sous le nom de GUAM. 

      ​​​​Les intérêts pétroliers de la Chine en Eurasie, ainsi qu’en Afrique sub-saharienne, empiètent sur ceux des anglo-étatsuniens.

      ​​​​Ce qui est en jeu, c’est la maîtrise géopolitique du corridor eurasien.

      ​​​​En mars 1999, le Congrès étatsunien a adopté la Silk Road Strategy Act (SRS, loi sur la stratégie de la Route de la Soie), qui définit les grands intérêts économiques et stratégiques des États-Unis dans une région s’étendant de l’Est Méditerranéen à l’Asie Centrale. La SRS définit le cadre de développement du business de l’empire étatsunien le long d’un vaste corridor géographique.

      ​​​​La mise en œuvre réussie du SRS exige la « militarisation » concomitante de l’ensemble du corridor eurasien pour sécuriser la maîtrise des immenses réserves pétrolières et gazières, de même que pour « protéger » le couloir de pipelines et commercial. Cette militarisation est dirigée en grande part contre la Chine, la Russie et l’Iran.

      ​​​​La militarisation du Sud de la Mer de Chine et du Détroit de Taiwan fait partie intégrante de cette stratégie, qui, dans l’ère de l’après 11/9, consiste en déploiements « sur plusieurs fronts. »

      ​​​​De plus, la Chine demeure dans l’après-guerre froide la cible d’une attaque étatsunienne avec première frappe nucléaire.

      ​​​​Dans la Nuclear Posture Review (NPR, analyse de l’attitude concernant le nucléaire) de 2002, la Chine et la Russie sont assimilées dans la liste des « États voyous » à des cibles possibles d’attaques nucléaires préventives des États-Unis. La Chine est citée dans la NPR comme « un pays pouvant être impliqué dans une urgence immédiate ou potentielle. » Plus précisément, la NPR note l’affrontement militaire sur le statut de Taïwan comme l’un des scénarios pouvant mener Washington à se servir d’armes nucléaires contre la Chine.

      ​​​​La Chine est encerclée : L’armée étatsunienne est présente dans le Sud de la Mer de Chine et dans le Détroit de Taïwan, dans la Péninsule Coréenne et en Mer du Japon, ainsi qu’au cœur de l’Asie Centrale et sur la frontière ouest du Xinjiang, la région autonome Ouïgour de Chine. En outre, dans le cadre de l’encerclement de la Chine, « le Japon s’est peu à peu amalgamé en harmonisant sa politique militaire avec celle des États-Unis et de l’OTAN. » (Voir Mahdi Darius Nazemroaya, 
      Alliance militaire mondiale : Encerclement de la Russie et de la Chine, publié en anglais le 10 mai 2007)

      ​​​​En harmonie avec sa politique d’affaiblissement et, en fin de compte, de morcellement de la République Populaire de Chine, Washington soutient les mouvements sécessionnistes, tant au Tibet que dans la région autonome Ouïgour du Xinjiang, qui borde le Nord-Est du Pakistan et de l’Afghanistan.

      ​​​​Dans le Xinjiang Ouïgour, le renseignement pakistanais (ISI), agissant en liaison avec la CIA, soutient plusieurs organisations islamistes. Parmi ces dernières figurent le Parti Réformateur Islamiques, l’Alliance pour l’Unité Nationale du Turkestan Oriental, l’Organisation de Libération Ouïgour et le Parti du Djihad Ouïgour d’Asie Centrale. Plusieurs de ces organisations islamiques sont soutenues et entraînées par Al-Qaida, un atout du renseignement étatsunien sponsorisé par lui. L’objectif déclaré des Chinois appartenant aux organisations islamiques est la « création d’un califat islamique dans la région. » (Pour plus de détails, voir le livre
      America’s « war on terrorism », chapitre 2, Global Research, Montréal, Michel Chossudovsky, 2005 ; en français Guerre et mondialisation, La vérité derrière le 11 septembre (http://www.ecosociete.org/t065.php) :

       

      Miner la Chine de l’intérieur : Soutien secret aux mouvements sécessionnistes
       

       

      ​​​​Le califat regrouperait dans une seule entité politique l’Ouzbékistan, le Tadjikistan, le Kirghizistan (Turkestan Occidental) et la région autonome Ouïgour de Chine (Turkestan Oriental).

      ​​​​Ce « projet califat » empiète sur la souveraineté territoriale chinoise. Soutenu par diverses « institutions » wahhabites des États du Golfe, le mouvement sécessionniste aux frontières occidentales de Chine, est, une fois encore, conforme aux intérêts stratégiquesétatsuniens en Asie Centrale. Pendant ce temps, un puissant lobby étatsunien achemine son soutien vers les forces séparatistes du Tibet.

      ​​​​En encourageant tacitement la sécession de la région Ouïgour du Xinjiang (avec l’ISI du Pakistan comme « intermédiaire »), Washington essaye de déclencher un processus de déstabilisation politique et de démembrement de la République Populaire de Chine plus large. En plus de ses différentes opérations clandestines, les États-Unis ont installé des bases militaires en Afghanistan ainsi que plusieurs anciennes Républiques soviétiques, directement sur la frontière occidentale de Chine.

      ​​​​La militarisation du Sud de la Mer de Chine et du Détroit de Taiwan fait partie intégrante de cette stratégie. (
      Ibid)
       
      Les émeutes de Lhassa
      ​​​​Les violentes émeutes dans la capitale du Tibet à la mi-mars étaient un événement soigneusement orchestré. Dans leur sillage immédiat, une campagne de désinformation médiatique a été lancée, appuyée par des déclarations politiques de dirigeants occidentaux contre la Chine.

      ​​​​Selon certaines indications, les services de renseignement étatsuniens ont joué un rôle en coulisse, dans ce que plusieurs observateurs ont décrit comme une opération soigneusement préméditée. (Voir notre analyse ci-dessous).

      ​​​​Les événement de Lhassa à la mi-mars ne sont pas un mouvement protestataire « pacifique » spontané, comme l’ont décrit les médias occidentaux. Ces émeutes, impliquant une bande de gangsters, ont été préméditées. Elles ont été soigneusement organisées. En Inde, des activistes tibétains associées au gouvernement du Dalaï Lama en exil ont laissé entendre qu’ils s’attendaient en effet à les troubles. Mais ils refusent de préciser comment ils le savaient ni qui étaient leurs collaborateurs. » (
      Guerilla News)

      ​​​​Les images ne suggèrent pas un rassemblement de manifestation de masse mais plutôt un déchaînement de violence mené par quelques centaines d’individus. Des moines bouddhistes ont été impliqués dans ce déchaînement de violence. Selon China Daily (31 mars 2008), le Congrès de la Jeunesse Tibétaine (TYC), basé en Inde, considérée par la Chine comme une « organisation intransigeante » affiliée au Dalaï-Lama, est aussi derrière la violence. Les camps d’entraînement de la TYC sont financés par la National Endowment for Democracy (NED, fondation nationale pour la démocratie). (Voir
      le document de l’audition du Congrès concernant le soutien de la NED à la TYC.)

    • Libr'Op Libr’Op 27 avril 2008 09:51

      @ Tarouilan

      Pour l’essentiel, c’est bien sûr intéressant d’avoir remis en mémoire le contexte général ! Maintenant le Tibetan Youth Congress n’est en rien "affilié" au dalaï-lama. C’est une grossière erreur ! Le dalaï-lama est totalement dissocié du Tibetan Youth Congress qui, lui, c’est vrai, prône (et à juste droit) l’indépendance du Tibet. La commentateur a bien raison de montrer l’écheveau stratégique mis en place pour contrer les visées expansionnistes et hégémonistes de la plus grande dictature du monde. Le Tibet est pour Pékin une vaste base militaire géostratégique et c’est pour cela, qu’en violation de tous les principes du droit, l’Armée rouge de Mao a agressé, envahi, annexé et colonisé le Tibet (ainsi que le Xinjiang). Nul doute que comme face à l’URSS totalitaire, le camp de la liberté (grâce notamment à des citoyens conscients et dévoués comme Robert Ménard, qui mérite notre admiration) saura faire front jusqu’à l’heure triomphante de la démocratie tant au Tibet qu’en Chine.

       

      Vive le Tibet libre et indépendant ! Vive la Chine libérée du joug communiste !

       

      Ci-dessous, Que Pékin invite le dalaï-lama aux J.O.

       


    • Tarouilan Tarouilan 27 avril 2008 10:34

      Tiens, j’ai trouvé ou en appuyant ça fait mal......... je continue : http://fr.youtube.com/watch?v=D6emgY9J1-0


    • Odal GOLD Odal GOLD 20 juin 2008 23:51

      oui,
      seule religion tolérante boudhisme ?

      Il est devenu politiquement correct de parler d’islamophobie dès qu’on touche à l’islam et qu’on le suspecte d’intolérance. Il est même devenu interdit de parler de la lapidation des femmes à l’ONU
      >>> http://www.fairelejour.org/article.php3 ?...

      Mais les religions monothéistes, dont l’islam semble aujourd’hui le fer de lance, ne sont-elles pas - dans leur essence - particulièrement intolérantes ?
      >>> http://odalgold.blog4ever.com/blog/lirar...
      Il y a 21 heures - Il reste 3 jours pour répondre.

      Ci-dessous quelques liens concernant ces religions monothéistes......

      Flandre et intégrisme chrétien
       > http://www.fairelejour.org/article.php3?id_article=1711

      L’Europe veut le délit de blasphème
      > http://www.fairelejour.org/article.php3?id_article=1721

      Injures et menaces dans le Coran
      > http://www.fairelejour.org/article.php3?id_article=1073

      "Pourquoi je ne suis pas musulman" - de Ibn Waraq
      > http://odalgold.blog4ever.com/blog/lirarticle-106908-769819.html

      La Charia et les droits de l’homme
      > http://www.fairelejour.org/breve.php3?id_breve=1725

      L’ONU contre la laïcité
      > http://www.fairelejour.org/article.php3?id_article=1722

      Pour ceux qui voudraient se livrer à une éxègèse (l’exégèse est une étude approfondie et critique de n’importe quel document) un peu plus approfondie avant de livrer leur pensée, il y a aussi ces sources d’information...

      La troublante ascension de l’Opus Dei
      > http://www.monde-diplomatique.fr/1995/09/NORMAND/1804

      LETTRE OUVERTE A CEUX QUI N’ONT PAS LU LE CORAN
      > http://www.fairelejour.org/article.php3?id_article=451

      Menaces de mort : Robert Redeker déçu par le jugement rendu
      >http://www.fairelejour.org/breve.php3?id_breve=1729

      Lisez la bible, vous êtes peut-être parmi les condamnés à mort
      >http://www.fairelejour.org/article.php3?id_article=1412

      oui,
      seule religion tolérante boudhisme


    • judel.66 26 avril 2008 15:09

       ""alliance du bobo et du boudda""....

      c’est le terme exact....alliance des pseudo intellectuels , de la gauche caviar , et du boudda .....aurait aussi été tres juste

      ...finalement  : alliance d’irresponsables qui n’ont rien a perdre.......


      • Libr'Op Libr’Op 27 avril 2008 09:03

        @ Judel66

        Ani a un don extraordinaire : sa voix. Alors elle chante. Et sa musique traverse les frontières. Tracy Chapman, Céline Dion et Tina Turner la soutiennent, elle devient une star en Allemagne, au Japon, aux États-Unis... En quelques mois, Ani recueille dans son école plus de 50 petites filles de la rue.
         

        Source France Culture

         


      • Tarouilan Tarouilan 27 avril 2008 09:39

        Elle ne chante pas trop bien et en plus, un genre de "Soeur Sourire" à la sauce tibétaine et à la solde de la C.I.A....., c’est pathétique et ridicule..... Libr’Ob..... se devait de venir nous en vanter les mérites..... c’était prévisible...


      • Libr'Op Libr’Op 27 avril 2008 10:11

        @ Tarouilan

        Je lis dans la présentation en ligne : "Ani recueille dans son école plus de 50 petites filles de la rue." Je pense que c’est pour cela qu’on l’applaudit, notamment à Paris. En France, on est très sensibilisé au sort des enfants de la rue dans le tiers-monde. Par exemple, le père François Lefort des Ylouzes et l’homme de science Yves Marguerat, tous deux condamnés, à, respectivement, 8 ans et 12 ans de réclusion criminelle, pour agressions sexuelles et viols sur mineurs de 15 ans en Afrique. Et dire que ce bon père Lefort avait créé un réseau mondial d’organisations venant en aide aux enfants des rues tout autour de la planète ! Et le coopérant de l’INSERM, Yves Marguerat, la main sur le coeur, avait accueilli chez lui au Togo une bonne trentaine de ces petits déshérités. D’ailleurs, au Népal, en 1999, un Français, directeur d’une maison d’enfants des rues de Katmandou, fut arrêté au chef d’agressions sexuelles et viols sur mineurs de 15 ans confiés à sa charge. Extradé en France, le généreux humaniste, en 2002, a été mis en examen pour agressions sexuelles et viols sur 19 de ses pensionnaires. Donc, Ani, notre valeureuse nonne tibétaine, doit être félicitée et encouragée pour son engagement à sauver des fillettes de la rue.

        Maintenant chacun est libre de ses choix ; et l’on peut préférer l’écrivain français Gabriel Matzneff, qui dans ses ouvrages décrit, en toute impunité, les exactions sexuelles auxquelles il se livre sur des mineur(e)s tant en France qu’en Afrique du Nord ou en Asie-, à notre chère petite Ani tibétaine qui se porte au secours de l’enfance en danger.


      • Tarouilan Tarouilan 27 avril 2008 10:27

        Mais ne la connaissant pas, je ne peux que me permettre de signaler, hélas, qu’elle est manipulée, elle y crois très certainement, la pauvre, à tout ce qu’elle fait, mais sans se rendre compte, qu’elle n’est qu’un petit rouage d’une grande désinformation géostratégique.....


      • nounoue david samadhi 26 avril 2008 15:16

        14/02/2007 : " Zentao "

        zentao, spirit for gaia unity

        1)maori- whirimako black
        2)bluetech- worthy numb
        3)trisomi21- dolphin bay
        4)deva premal - gayatri mantra
        5)jairamji - heal
        6)karen- indian illusion
        7)carlinhos brown- argila
        8)earth wind and fire- zanzibar 1973
        10)nona hendryx canispeak to you
        11)hudson river-sirens call
        12)portal of perceptions - opera
        13)mari boine-song for the unborn
        14) shiatsu - shina electro
        15)sacred spirit indian- shaman spirit
        16)umkulu- didjeridoo djembe somogo
        17)project divinity- ethereal awakening
        18) asher sammasati - shaman drums
        19)orobai- song of the mwataan
        20)oliver shanti- ghost dance
        21)baka beyond - creation
        22)aural planet- synapse

         


        • nounoue david samadhi 26 avril 2008 15:21

          moi je trouves que les plus bobos comme vous dites sont ceux qui specules en bourse et habitent les paradis fiscaux ... vous vous tromper de cible

          ...


          • Serpico Serpico 26 avril 2008 15:31

            L’occident, aujourd’hui, c’est la Star Ac non-stop...


            • Libr'Op Libr’Op 27 avril 2008 09:07

              @ Serpico

              Réputée pour avoir adopté 60 filles, et s’être battue pour leur droit à l’éducation. Elle-même réfugiée dans un monastère pour éviter le mariage forcé, elle mène depuis ce temps une véritable lutte pour sauver les filles, du Népal et du Tibet, qui pourraient être tragiquement promises à un tel destin.

              Source : Acutalitté


            • Tarouilan Tarouilan 27 avril 2008 09:48

              Au fait, lutte-elle contre la pédophilie des moines "Bonnet Jaunes" (la secte du Dalaï-Lama)....... pour protéger des garçonnets de 9 ans..... souvent kidnappés dans les zones rurales, au fins de devenir apprentis moines, ces pauvres enfants sont très habituellement abusés sexuellement, par les vieux moines lubriques des Bonnets Jaunes.


            • Emile Red Emile Red 26 avril 2008 16:02

              Au dela de la clownerie boudhique, il est complètement imbécile de lier la gauche à toute smala bling-bling et sans parti autre que porte-feuille et estomac.

              Dans le genre bobo, la droite décomplexée a depuis longtemps ratrappé son retard, les nazillons du GUD ou d’occident dinent au Fouquet’s et dansent sur NTM, lisent Titeuf et tentent de comprendre Nietzsche.

              Que la nonette fasse un strip même Boutin applaudira des deux pieds et Bachelot en restera estatique comme ses costumes rouge soviet. Au moins on reste sûr que la Morano aura des choses d’une totale inconséquence à raconter et des mensongères jacasseries à débiter.

              Quant à la gauche caviar gageons qu’elle ne soit qu’une pacotille fasse à la droite stock-optionnelle qui en mange à la louche sous les toits Bouygues en lisant Lagardère dans un musée new-style de Venise.

              Article qui aurait pu être bien sympa si l’auteur avait su mettre sa morve réactionnaire dans son tire-jus, la gauche n’a rien à envier à cette droite banquière, Ménard vous aime et vous soutiens ce n’est que dire...


              • dalat-1945 26 avril 2008 16:07

                @ RED

                Toujours aussi drôle et Con, Emile ! Qu’est ce que vous êtes bon !


              • Libr'Op Libr’Op 27 avril 2008 09:09

                @ emile red

                Ani a le bon goût de chanter, et d’avoir trouvé un soutien auprès de Tracy Chapman, Céline Dion ou Tina Turner et profite de ce don pour servir sa cause. La Dalaï-Lama aussi lui prodigue ses encouragements. Dans un livre où elle montre comment l’on peut basculer de la haine à la compassion, une faculté universellement d’actualité, Ani Choying Drolma mérite probablement qu’on fasse attention à ce qu’elle dit.
                 

                Source : Actualitté

                 


              • JL JL 27 avril 2008 09:15

                 

                @ Red , on ne demande pas à ceux qui lisent Titeuf, dînent au Fouquet’s et dansent sur NTM de comprendre Nietzsche : si seulement ils pouvaient comprendre André Comte-Sponville.


              • JL JL 27 avril 2008 09:38

                 

                Matthieu Grimpet écrit : ""Et Ani de conclure : " Voyez-vous, c’est notre manière de percevoir la réalité qui rend la réalité difficile ou plaisante"".

                Je remarque que , pour regarder le show de Sarkozy, deux tiers des téléspectateurs avaient choisi TF1, l’autre tiers Antenne2. Je dois dire qu’ils ont eu raison : TF1 était dans son rôle, et Antenne2 vendait son âme au diable. Voyez-vous, la manière de penser des fidèles de TF1, ceux dont on dit qu’ils ont pendant les coupures publicitaires du temps de cerveau disponible, ceux-là seront n’en doutons pas, touchés par ce que vous dites parce que c’est "conformé TF1".

                Vous dites encore : "" On pense à l’exploit de Thierry Le Luron chez Michel Drucker, dans les années 80, qui parvient à entraîner toute une section du parti socialiste à entonner, sourires béats : " L’emmerdant, c’est la rose, l’emmerdant... " ""

                Chez Drucker ? Sur TF1 ? Une section du PS ? Vous êtes sûr ? Dois-je vous rappeler que Le Luron était le Bigard de l’époque ? Non, ne criez pas : Beaucoup plus fin, mais le téléspectateur de base d’aujourd’hui est beaucoup plus stupide que ses parents, des décennies de soupe médiatique ont fait les ravages qu’il fallait.

                Vous amalgamez dans une ’grande confédération’ : ""l’intelligentsia germanopratine, la gauche caviar, les bobos bling-bling, les sarkozyistes de gauche et les bayrouistes"".

                Je suppose que seuls les sarkozystes de droite trouvent grâce à vos yeux, sans parler des militants d’extrême droite bien entendu. Quant au peuple, celui pour à qui vous vous adressez , il n’a pas les moyens d’assister à un tel spectacle, il regarde TF1.

                Pour fini, je relève votre : ""Qui sait, si ça se trouve, sœur Ani leur a fait chanter Maréchal, nous voilà !"" Avec ce coup de pied de l’âne vous gagnez un point Godwin !


              • JL JL 27 avril 2008 10:04

                post venu ici prématurément et mal placé, réécrit et mieux placé plus loin.


              • morice morice 26 avril 2008 17:19

                 Un prof d’histoire qui promeut le moyen-âge, ça se fait rare : l’histoire c’est pour apprendre à avancer, pas pour reculer. Mais vous avez déjà tout dit en écrivant pour vos " potes de droite" : quand on est réac, on fait la pub pour les réacs.


                • Indy08 26 avril 2008 18:51

                  @ l’auteur :

                  - vous y étiez donc à ce concert ? Qu’est-ce qui vous y a attiré  ?

                  - je ne vois pas en quoi assister à cet événement nous force à renier notre spiritualité occidentale... je ne crois pas qu’aucun bouddhiste ne nous le demanderait d’ailleurs. Pas plus que de devenir un "sectateur" (quel mot barbare) .

                  bref, je ne vois pas vraiment pas d’inconvénient à ce que des bobos s’éclatent chez Bouddha


                  • Libr'Op Libr’Op 27 avril 2008 09:12

                    @Indy08

                    Réputée pour avoir adopté 60 filles, et s’être battue pour leur droit à l’éducation. Elle-même réfugiée dans un monastère pour éviter le mariage forcé, elle mène depuis ce temps une véritable lutte pour sauver les filles, du Népal et du Tibet, qui pourraient être tragiquement promises à un tel destin. « À dix ans, j’ai décidé que je ne me marierais jamais et que plus personne ne lèverait la main sur moi. À commencer par mon père. »

                    Par ailleurs, Ani a le bon goût de chanter, et d’avoir trouvé un soutien auprès de Tracy Chapman, Céline Dion ou Tina Turner et profite de ce don pour servir sa cause. La Dalaï-Lama aussi lui prodigue ses encouragements. Dans un livre où elle montre comment l’on peut basculer de la haine à la compassion, une faculté universellement d’actualité, Ani Choying Drolma mérite probablement qu’on fasse attention à ce qu’elle dit.
                     

                    Source : Actualitté

                     


                  • Tarouilan Tarouilan 26 avril 2008 19:57

                    Bon article, sauf que l’erreur, c’est de ramener cela à la petite politique française hexagonale, car c’est un problème qui relève de géopolitique mondiale, animé par des entités comme la C.I.A ..... cette none n’est qu’un élément manipulé parmi d’autres, dans ce grand cirque.


                    • Libr'Op Libr’Op 27 avril 2008 09:14

                      @ Tarouilan

                      Ani a le bon goût de chanter, et d’avoir trouvé un soutien auprès de Tracy Chapman, Céline Dion ou Tina Turner et profite de ce don pour servir sa cause. La Dalaï-Lama aussi lui prodigue ses encouragements. Dans un livre où elle montre comment l’on peut basculer de la haine à la compassion, une faculté universellement d’actualité, Ani Choying Drolma mérite probablement qu’on fasse attention à ce qu’elle dit.

                      Réputée pour avoir adopté 60 filles, et s’être battue pour leur droit à l’éducation. Elle-même réfugiée dans un monastère pour éviter le mariage forcé, elle mène depuis ce temps une véritable lutte pour sauver les filles, du Népal et du Tibet, qui pourraient être tragiquement promises à un tel destin. « À dix ans, j’ai décidé que je ne me marierais jamais et que plus personne ne lèverait la main sur moi. À commencer par mon père. »

                      Source : Actualitté
                       

                       


                    • armand armand 26 avril 2008 21:07

                      Je préfère les bobos droits-de-l’hommistes à ceux qui se prennent pour des Céline de zones pavillonnaires, dont le crachat systématique à l’encontre de tout ce qu’ils trouvent trop politiquement corrects tient lieu de réflexion.

                      L’un des travers de la société française c’est que la dérision et le persiflage tiennent lieu de toute pensée constructive.

                      Et pendant ce temps Carlyle rachète les usines et les bâtiments publics, et les hedge funds affament la planète. Mais eux ’est du cool, du concret, ’greed is good’ comme déclarait Michael Douglas dans ’Wall Street’ !


                      • Emile Red Emile Red 28 avril 2008 08:42

                        Et oui Armand, on crève du politiquement correct qui est plus destructeur que toute idéologie, c’est le paroxisme du totalitarisme intellectuel.


                      • Patience Patience 27 avril 2008 04:28

                        Tenez donc !

                        Vous les voyez exiger l’inverse ?

                        Quand des religieux parlent d’autonomie, c’est pour obtenir le pouvoir d’interdire toutes les libertés et pas seulement celles que vous énumérez au titre de leurs revendications.

                        Vous n’êtes quand-même pas naïf à ce point ?


                      • JL JL 27 avril 2008 09:10

                        Patience, vous aurez remarqué quela bêtise de certains ici, à ce point c’est de la provocation. 


                      • Libr'Op Libr’Op 27 avril 2008 09:18

                        @ Thierry Jacob

                        Mot de l’éditeur sur "Ma voix pour la liberté" de Ani Choying

                        « À dix ans, j’ai décidé que je ne me marierais jamais et que plus personne ne lèverait la main sur moi. A commencer par mon père. »
                        Le témoignage exceptionnel d’une nonne bouddhiste qui consacre sa vie aux petites filles menacées par la violence des hommes.

                        Ani est l’une de ces centaines de petites filles qui, au Népal et au Tibet, se réfugient au monastère pour ne pas être mariées de force à un homme qui les battra et les exploitera. Recueillie par un maître bouddhiste, Ani n’a jamais oublié la peur et la rage de son enfance blessée.
                        Devenue nonne, elle veut aider toutes les petites filles promises au même enfer. Ouvrir une école. Mais où trouver les fonds ?
                        Ani a un don extraordinaire : sa voix. Alors elle chante. Et sa musique traverse les frontières. Tracy Chapman, Céline Dion et Tina Turner la soutiennent, elle devient une star en Allemagne, au Japon, aux Etats-Unis… En quelques mois, Ani recueille dans son école plus de 50 petites filles de la rue.
                        Aujourd’hui encouragée par le dalaï-lama, Ani Chöying raconte ici son enfance bouleversante et le destin unique qu’elle s’est forgé. La pauvreté et l’ignorance ont failli la tuer, mais elle a décidé de les combattre de toute la force de son exceptionnelle volonté, pour l’avenir des petites filles en danger.

                        « Dans ce récit puissant et émouvant, Ani Chöying Drolma nous montre comment passer de la haine à la compassion, de la souffrance à la paix intérieure et de l’asservissement à la liberté. Une belle source d’inspiration et une leçon de vie au service des autres. »

                        Matthieu Ricard

                        Source : Fnac.com

                         


                      • Libr'Op Libr’Op 27 avril 2008 09:24

                        @ Patience

                        Femme engagée, elle veut enseigner la liberté aux petites filles népalaises.

                        « Je ne chante pas pour devenir célèbre ou riche. Je chante uniquement pour servir la cause des femmes et celle de leur éducation ».

                        Ani Chöying Drolma : Sa vie est un combat et elle se bat d’abord pour les nonnes tibétaines qui, souvent, demeurent analphabètes et vivent dans des conditions misérables, alors que les jeunes moines peuvent accéder à l’enseignement supérieur bouddhiste. « Les nonnes doivent entrer, elles aussi, dans le XXIe siècle », martèle Ani Chöying.

                        Source : ELLE .

                         


                      • Libr'Op Libr’Op 27 avril 2008 09:35

                        @ JL

                        Ani Chöying Drolma est un grand exemple. La nonne tibétaine se bat pour la protection et l’émancipation des jeunes filles ainsi que leur éducation. Selon ELLE, magasine féminin bien connu : "C’est une jeune nonne tibétaine… mais aussi une star internationale de la musique. Femme engagée, elle veut enseigner la liberté aux petites filles népalaises."

                        Le Tibet n’a plus rien à voir avec une théocratie, et, d’ailleurs, n’a jamais été une théocratie en l’absence de dieu dans le système bouddhiste. L’historien, rédacteur de cet article sur la nonne tibétaine, prompt à la caricature, passe sous silence l’objet premier du concert auquel il a assisté ; autrement dit, le combat citoyen et humanitaire que mène la nonne tibétaine au profit des plus faibles et des plus vulnérables.

                        Bien entendu, on peut ne pas être d’accord avec sa démarche et préférer les parties fines entre hommes de bonne compagnie chez tel ou tel huile de TF1 avec cocaïne et drogue du violeur à gogo. Chacun est libre.

                         


                      • Tarouilan Tarouilan 27 avril 2008 09:54

                        J’espère au moins que vous recevez une rémunération, pour toute cette propagande nauséabonde.... cher Libr’Ob...... Le régime du Dalaï-Lama était le régime le plus Théocratique au monde, l’essentiel de la population était en esclavage et maintenue ainsi par cette épouvantable religion.......


                      • Libr'Op Libr’Op 27 avril 2008 11:01

                        @ Tarouilan

                        Vous confondez le Tibet avec l’Arabie saoudite, le Sultanat d’Oman ou le Vatican voire la République Islamique d’Iran qui sont les 4 théocraties encore en activité parmi nous. Le Tibet du passé n’est pas non plus le gouvernement de l’Utah dirigé au XIXe siècle par le président de l’Église de Jésus-Christ des Saints des Derniers Jours. Soyons sérieux. Regardez le Népal a été des siècles durant dirigé par un Roi présenté comme l’incarnation du dieu Vishnou. Le Népal est royaume hindouiste pas une théocratie ! De même, le dalaï-lama est une incarnation de Tchenrezig, le bouddha de la compassion, sans même être un roi. Vouloir faire du Pays des Neiges une sorte de Théocratie de Florence est bien entendu risible.

                        Heureusement que le bouddha nous envoie des êtres de lumière comme notre bien-aimée Ani. C’est autre chose que vos tortionnaires communistes dont voici la description de quelques plaisirs raffinés :

                        "La coupe de bambou" : des pointes de bambou insérées sous les ongles. "Passer un poil de cheval dans l’oeil" : le poil de la crinière d’un cheval est inséré dans le méat du pénis. "Traverser une femme" : un jet d’eau à haute pression introduit dans le vagin d’une femme. "Donner à boire à l’invité" : faire avaler une grande quantité de vinaigre. "La poulie radieuse" : la victime est suspendue et fouettée avec de grandes lanières de cuir. « Presser l’encens » : brûler le dessous des bras avec des bâtons d’encens. « Taller la route » : attacher un prisonnier à la queue d’un cheval et le lancer au galop jusqu’à que mort s’en suive. « Assister la production » : faire creuser sa tombe au prisonnier pour l’enterrer vivant. (in John Byron, Robert Pack, « The Claws of the Dragon » & Roger Faligot "Les Services Secrets chinois de Mao aux J.O.")

                        Petite liste indicative des tortures de la société traditionnelle chinoise que la Chine de Mao s’est empressée de reprendre à son compte sans vergogne.

                        Voilà donc les supplices, les horreurs, que vous défendez et dont vous encensez les hauteurs. Honte à vous, complice de ces tortionnaires du plus vil acabit ! (En espérant que vous êtes bien payé pour répandre votre peu ragoûtante logorrhée).

                         


                      • Tarouilan Tarouilan 27 avril 2008 11:21

                        Mise à niveau nécessaire de Libr’Ob :

                        Quelque documents qu’il ferait bien de regarder attentivement :

                        http://fr.youtube.com/watch?v=CdVeodXcpPE&NR=1

                        ..........

                        http://fr.youtube.com/watch?v=hcymyPBzzyA&feature=related

                         

                         

                         


                      • Tarouilan Tarouilan 27 avril 2008 11:27

                        Et la cause des femmes brûlées par ses coreligionnaires les moines : http://fr.youtube.com/watch?v=hWYuVmZi0Zc&feature=related


                      • Libr'Op Libr’Op 27 avril 2008 11:28

                        @ JL

                        Je crois que le principal reproche que l’on puisse adresser à Matthieu Grimpet, c’est d’avoir passé sous silence l’essentiel, soit ce dont il s’agissait en fait :

                        "Le témoignage exceptionnel d’une nonne bouddhiste qui consacre sa vie aux petites filles menacées par la violence des hommes." comme on peut le lire sur le site de France Culture.

                        Pourquoi censurer ces faits essentiels qui donnent un tout autre éclairage à la prestation de notre moniale tibétaine ?

                        Et aussi, lit-on encore : "Ani est l’une de ces centaines de petites filles qui, au Népal et au Tibet, se réfugient au monastère pour ne pas être mariées de force à un homme qui les battra et les exploitera. Recueillie par un maître bouddhiste, Ani n’a jamais oublié la peur et la rage de son enfance blessée."

                        Ah, mais voilà qui est édifiant. Pourquoi l’historien Matthieu Grimpet de fait-il pas état de ces détails ô combien éloquents ?

                        Encore sur France Culture : "Devenue nonne, elle veut aider toutes les petites filles promises au même enfer." Là, on comprend mieux l’engouement du public et tout l’intérêt d’Ani.

                        Pourtant, Matthieu Grimpet passe tout cela sous silence. Dès lors, les laborieux dénigrements de l’historien, apparemment thuriféraire de Diam’s, se révèlent comme une grossière tentative de désinformation, de manipulation des faits, par omission volontaire.

                        Et l’auteur, apôtre de la vulgarité à la sauce Diam’s, d’aller jusqu’à comparer un mantra bouddhiste avec le chant pétainiste "Maréchal, nous voilà !". Grotesque et odieux.

                        C’est honteux, alors que notre historien se garde bien de préciser à ses lecteurs que la moniale tibétaine est devenue une star mondiale en raison de sa voix, et que, là, c’est effectivement autre chose que Diam’s dont tout le talent consiste principalement à se vautrer dans le caniveau fangeux des banlieues !

                        Matthieu Grimpet est libre de préférer Diam’s à Ani, mais, vu l’ampleur de la désinformation, il est tout simplement scandaleux qu’AgoraVox puisse publier un écrit d’une telle malhonnêteté.

                         


                      • Libr'Op Libr’Op 27 avril 2008 11:36

                        @ Tarouilan

                        Bravo ! La Chine communiste a censuré You Tube en Chine pour priver son propre peuple de toute information objective puis fait mettre en ligne toute une propagande anti-dalaï-lama pour intoxiquer le monde extérieur. Ces méthodes staliniennes sont bien dignes de la plus grande dictature du monde. Personne ne croit de tels délires, sauf des débiles ou arrières mentaux. Par malheur, les débiles mentaux et autres arriérés intellectuels, ce n’est pas ce qui manque. Et on en trouve même sur AgoraVox au plus grand détriment de ce bien sympathique média citoyen.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès