• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Culture > Vive « Hélas » de & avec Stéphanie Tesson

Vive « Hélas » de & avec Stéphanie Tesson

Récemment en prélude à « La traversée de Paris », Francis Huster expliquait qu’il est capable de se reconcentrer dans l’instant d’après quelconque incident au cours d’une représentation qu’il pourra, ensuite, poursuivre de l’endroit même où il a été interrompu, comme si de rien était.

Non seulement, Stéphanie Tesson est en mesure d’appliquer ce réflexe professionnel, en temps réel, mais elle peut s’y impliquer de manière encore plus radicale.

L’autre soir, jonglant d’une main avec le masque de la mort avec lequel, sur la scène du Théâtre Artistic Athévains, elle dialogue par personnages interposés, soudain la comédienne se figeait, telle une silhouette du Musée Grévin, alors qu’au fond des gradins une spectatrice s’étouffait avec un bonbon, sans que, pendant de longues minutes, il n’ y eut d’autre espoir à formuler, pour sa survie, que le rejet du corps étranger.

Impressionnante dans sa posture momifiée, Stéphanie Tesson tenait la pause muette qui pouvait ressembler à l’éternité avec laquelle elle flirtait l’instant d’avant le suspens et dont elle prolongerait la dialectique, à l’issue de l’évacuation de la spectatrice, lorsque celle-ci aurait, enfin, réussi à expulser l’intrus.

Ce dédoublement d’une perception de la vie en question, le temps de l’incertitude du destin, pourrait, fort bien, s’apparenter à l’illustration surréaliste d’ « Hélas », ce petit chose candide tiraillé, entre autres, par « Not to be » et un « Zizi d’époque ».

Ecartelé entre le nihilisme et l’immortalité, entre le désir de rien et l’accroissement infini, l’initiation à l’Amour pourrait jouer des tours pendables à celui qui n’ y prendrait garde, en faisant par exemple un enfant dans le dos de la grande faucheuse.

Assise derrière une table d’opération à entendement ouvert, Stéphanie s’y révèle à la fois illusionniste, marionnettiste, mime, conteuse et contorsionniste de la pensée métaphysique.

S’y ajoute une propension à l’octosyllabe structuré en cheval de bataille que la nourrice, le commissaire priseur, l’écrivaillon, le tenancier, les deux docteurs Es Toupidos, le bébé squelette et monsieur Touchela vont magnifier au regard de l’ingénu se questionnant dans le tourment : « to be or not to be ? »

Cette petite épopée apocalyptique réglée à la gestuelle près par Anne Bourgeois projette Stéphanie Tesson au royaume des très grandes, telle une Zouc de composition qui aurait l’avantage de pouvoir quitter l’orbite sidérale.

photo © Marion Duhamel 

HELAS - *** Theothea.com - de Stéphanie Tesson - mise en scène : Anne Bourgeois - avec Stéphanie Tesson - Théâtre Artistic Athévains

 


Moyenne des avis sur cet article :  5/5   (3 votes)




Réagissez à l'article

5 réactions à cet article    


  • Bardamu 25 février 2010 14:50

    Monologue du vagin !... Mise en scène du zizi !

    Pas à dire !... la nursery s’étend, l’humanité se plonge en une nuit utérine !

    « Ouin ! ouin ! »... pleure le cadre sur sa patinette, défilant en costume-cravate sur le parvis de la Défense et s’apercevant, un brin morveux... qu’il a fait dans ses couches !!!


    • zelectron zelectron 25 février 2010 16:15

      ils ne savent rien faire avec les oreilles ?


      • Bardamu 25 février 2010 16:29

        Si en bons communicants qu’ils sont forcément ces gens du spectacle, avec leurs oreilles !... ils sont tout à notre écoute.

        Mais si seulement avec leurs bouches, ils pouvaient ?... se taire !


      • Alois Frankenberger Alois Frankenberger 25 février 2010 22:36

        La dame qui s’étouffe c’est une complice pour faire un happening ou c’est vrailment une personne qui a eu un pépin ?


        • Theothea.com Theothea.com 26 février 2010 00:14

          Il s’agissait d’un véritable étouffement qui durant deux à trois minutes a laissé tous les spectateurs désemparés, alors que deux personnes s’évertuaient à faire régurgiter le bonbon et que sur scène la comédienne s’était figée muette avec son masque de la mort dans la main. Situation totalement surréaliste, s’il en fût !.... 

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON








Les thématiques de l'article


Palmarès