• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Culture > Voyage au 16ème siècle (1) : Le Caravage, quel carnage !

Voyage au 16ème siècle (1) : Le Caravage, quel carnage !

Il pleut des cordes, et pour longtemps nous dit la météo ? Vous n'avez pas les moyens de partir en vacances dans un pays chaud ? Rien de bon à la télé ? Alors, n'hésitez pas, montez dans la machine à voyager dans le temps et partons, tiens pour le XVIème siècle, l'âge d'or de la Renaissance française ! Dans ce premier volet, je vous invite au carnage avec le sulfureux peintre Le Caravage. Peintre et assassin...

Assassin ? Homosexuel ? Pédophile ? Autant de questions qui dérangent. Assassin sans aucun doute. Quant à la sexualité du Caravage, elle était tournée vers les femmes, même si son goût crapuleux et de la provocation le conduisirent à quelques écarts...

Le Caravage a peint de jeunes garçons de façon érotisante. C'était tout d'abord pour son hôte, le cardinal Del Monte, en échange de son hébergement. En effet, le cardinal, son commanditaire, était un grand collectionneur d’art et il organisait des réceptions brillantes au cours desquelles de jeunes éphèbes jouaient de la musique. Voir par exemple "Le joueur de luth".

Ainsi l'érotisme trouble transparaît nettement dans les oeuvres du peintre, à la fois par goût de la transgression qu'en raison de la nécessité de peindre à ses débuts pour un cardinal pédophile.

La violence est également une tendance dominante de l'oeuvre. La décapitation, en particulier, est un thème récurrent, comme on peut le voir la vidéo ci-dessous que je vous ai concontée. Toute en musique de l'époque. En 1599, sa fameuse "Tête de Méduse", peinte pour le cardinal Del Monte est son premier travail sur le thème de la décapitation. Le Caravage a le goût du spectacle à sensation et aurait pu faire carrière dans le cinéma à notre époque. Avec "La Décollation de Saint Jean-Baptiste" (1608), Le Caravage signe son œuvre en lettres de sang qui s’écoulent du cou tranché de la victime. Salomé s’apprête à recueillir la tête de Jean-Baptiste. Le gardien emprunte les traits de Wignacourt, le frère du commanditaire du tableau.

LE CARAVAGE EN VIDEO MUSICALE :

La violence mythogique est traitée bien sûr (Goliath décapité par David ou Holpherne par Judith) ou biblique (la tête de Jean Baptiste recueillie par Salomé). Mais aussi la violence du quotidien avec "L'Arracheur de dent", "L'enfant mordu par un lézard", et même dans "Bacchus malade" qui serait un autoportrait (la pose du modèle dénoterait l'usage d'un miroir).

La technique du clair-obscur largement employée par Le Caravage acccentue ces traits violents réels ou fantasmés. Pour ce qui est de l'inspiration, la fréquentation habituelle des bas-fonds et des tavernes par le maître y pouvoyait facilement.

L'oeuvre et la fin brutales du peintre annoncent Pasolini. Le Caravage est retrouvé mort – mystérieusement - sur une plage de Naples.

Toute sa vie, Le Caravage a fréquenté des voleurs, des prostitué(es). Il inclut ces éléments dans sa peinture.

La tricherie, le vol inspirent aussi l'oeuvre du Caravage

"La Diseuse de bonne aventure" (vers 1596) : La bohémienne séduit le jeune noble et lui ôte sa bague.

"Les Tricheurs" : La disposition des personnages est soulignée par l’éclairage latéral. Le jeu de dés posé en avant-scène définit les lignes de fuite. Deux compères entourent leur victime qui est concentrée sur son jeu.

La prostitution y a aussi sa place

Dans la "Sainte Catherine d’Alexandrie", la sainte représentée est en réalité une prostituée. L’œuvre est réalisée en souvenir de la condamnation à mort pour parricide et adultère de Béatrice Cenci en 1599. Dans la "Conversion de Madeleine", le modèle est le même que celui de « Sainte Catherine d’Alexandrie ». La scène représente l’instant où, sous l’influence de Marthe, Madeleine reçoit la lumière du Christ dans son cœur (sous la forme de la fleur).

Pour incarner la madone, le maître préféère opter pour la belle Lena, sa maîtresse, qui pose comme modèle pour « La Madone de Lorette » (ou « Madone des pèlerins) et « La Madone de palefreniers » (ou « Madone au serpent »). Dans ce second tableau, c’est une vierge à décolleté qui écrase le serpent du pied. « La Mort de la vierge », commandé par la Scala in Trastevere fut refusé par l’église en raison de son caractère choquant (ventre et pieds gonflés, jambes nues de la vierge). C’est Rubens qui l’acheta pour le compte du duc de Mantoue.

La religion est traitée de façon très personnelle, notamment dans le cycle des Saint Matthieu

Trois fresques peintes pour la chapelle Contarelli (Cointrel) : Avec l’appui décisif du cardinal Del Monte, Le Caravage obtient un contrat pour ces trois fresques : « La vocation de Saint Matthieu », « Saint Matthieu et l’ange », « Le Martyre de Saint Matthieu ». Il prouva qu’il était possible de peindre de fresque à l’huile. De surcroît, les qualités physiques de l’huile rendirent plus saisissant l’effet de clair-obscur que la tempera.

Dans "Saint Matthieu et l’ange" : La scène se déroule dans le bureau des douanes, à Rome vers 1600. Des hommes, en costume de ville, comptent la recette. Le personnage qui appelle l’un d’eux n’est pas un commerçant venu payer ses impôts mais le christ en personne. La représentation sous forme profane et contemporaine d’épisodes bibliques ou évangéliques constituait une rupture profonde avec les usages de la Renaissance.

En jouant avec la lumièe et l'obscurité, avec la mythologie et le réel, Le Caravage a marqué son oeuvre qui ne sera reconnue qu'au XXème siècle. Preuve sans doute de sa modernité.

 


Moyenne des avis sur cet article :  4.08/5   (26 votes)




Réagissez à l'article

20 réactions à cet article    


  • Taverne Taverne 7 juin 2012 16:23

    « Caravagesque ! » pour certains, « cas ravagé » pour d’autres, Le Caravage ne laisse personne indifférent. Le XVIème siècle est très riche en tout...


  • mbdx33 mbdx33 8 juin 2012 10:57

    Oui la peinture du Caravage est exceptionnelle dans l’histoire des courants picturaux.
    J’ai beaucoup aimé votre prose sur le sujet Taverne. J’attends les suites avec impatience.


  • asterix asterix 7 juin 2012 16:56

    Si Taverne avait écrit son article du vivant du Caravage, ce dernier aurait fini sur le bûcher.
    Une vraie partie de plaisir, musique en sus...


    • Georges Yang 7 juin 2012 19:29

      Ce génie a aussi lancé un plat d’artichauts à un serveur de Taverne !


      • Taverne Taverne 7 juin 2012 20:49

        J’aime bien Artie Shaw !


      • rocla (haddock) rocla (haddock) 7 juin 2012 19:34

        Le Caravage passe , maintenant c ’est les camping-cars .


        • Aita Pea Pea Aita Pea Pea 7 juin 2012 19:56

          Le Caravage passe , Le Titien aboie !


        • Taverne Taverne 7 juin 2012 20:47

          Ah ! Un concours de calembours ? J’arrive (on me connaît...)

          Mais quel teinte aurait la peinture du Tintoret sans la palette du Titien à sa mémère ?
          Et hop ! J’envoie...


        • rocla (haddock) rocla (haddock) 7 juin 2012 20:04

          Oui d’ accord mais les Titiens aboient pas fort ...


          • Aita Pea Pea Aita Pea Pea 7 juin 2012 20:19

            Haddock ,si j’avais dit que Le Titien japait ,on aurais pu croire qu’il ne faisait que des esquisses !


            • rocla (haddock) rocla (haddock) 7 juin 2012 20:29

              Aïta , 


              On ne peut pas dire ça car au Japon ceux qui font des esquisses descendent les pistes enneigées et il n’ y a pas d’ optitiens dans les pentes raides .

              T’ as vu , j’ en ai dans le Dubuffet .

              • Fergus Fergus 7 juin 2012 23:22

                Bonsoir, Paul.

                Le Caravage a été un immense artiste qui a durablement marqué son époque au point d’être suivi par de multiples disciples pour le réalisme souvent cru des sujets traités. Que cet homme ait été par ailleurs un véritable gibier de potence rend sa biographie certes passionnante, mais a surtout contribué à débarrasser Le Caravage des préventions que d’autres peintres pouvaient avoir. Merci pour cet hommage.


                • Taverne Taverne 8 juin 2012 16:53

                  Parce que la perfection n’existe pas...


                • L'enfoiré L’enfoiré 8 juin 2012 12:00

                  Bravo Paul,
                   Je savais que l’article était en prépa.
                   La provoc, j’adore. Un de ces tableaux, je le verrai bien quelque part au dessus de ma cheminée (si j’en avais une smiley )en pièce maitresse.
                   Le Caravage a parfaitement sa place dans notre époque.
                   smiley


                  • Peachy Carnehan Peachy Carnehan 8 juin 2012 12:03

                    Salut Taverne.

                    Merci pour cet article.


                    • Jason Jason 8 juin 2012 12:33


                      Vous dites : le XVIème siècle, l’âge d’or de la Renaissance française !

                      « Michelangelo Merisi da Caravaggio, dit Le Caravage, est un peintre italien né le 29 septembre 1571 à Milan et mort le 18 juillet 1610 à Porto Ercole ». Dixit Wiipedia.

                      Il a exprimé, bien avant Baudelaire que le crime, la laideur morale, pouvaient inspirer la beauté.

                      Bon article qui nous laisse sur notre faim. Un autre article sur les liens de ce très grand peintre avec la renaissance française (tardive comparée à l’italienne) ?


                      • Taverne Taverne 8 juin 2012 16:52

                        Il y aura d’autres articles, mais sur les autres peintres de l’époque et sur les penseurs. Il y a des peintures fascinantes au XVIème siècle. J’en parlerai, au rythme tranquille d’un papier par semaine...



                        • L'enfoiré L’enfoiré 8 juin 2012 14:56

                          Le violent Michelangelo Merisi da Caravaggio a connu quelques problèmes avec la justice, l’église et el pouvoir. Un mort sur la conscience...
                          En 2010, ses restes ont été retrouvés et identifiés grâce à des analyses au carbone 14 avec une probabilité de 85 % dans l’ossuaire d’une église de Porto Ercole. Atteint d’une intoxication chronique au plomb, le peintre serait mort d’un état de faiblesse général et d’un coup de chaleur.
                          L’épidémie de peste tue son père et sa mère, alors qu’il a 13 ans.
                          Ceci explique peut-être cela.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON








Les thématiques de l'article


Palmarès