• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Culture > William Turner ou l’éclat insolite de la lumière

William Turner ou l’éclat insolite de la lumière

 William TURNER 1775 - 1851 *

L’exposition au Grand Palais, consacrée à " Turner et ses maîtres ", est sans nul doute l’événement culturel et artistique le plus important de ce début d’année 2010 et a, pour mérite, de nous familiariser avec le cheminement du peintre avant que ce dernier ne trouve son propre style. Celui qui, selon Delacroix, avait l’air d’un fermier anglais, assez grossier et à la mine dure et froide, n’a jamais cessé d’intriguer, non seulement ses contemporains, mais le monde de la peinture en général et, ce, jusqu’à ces tous derniers temps. En somme, Turner était descendu au tombeau avec son mystère comme une sorte d’artiste sauvage au génie involontaire. On disait même, à son propos, que ses oeuvres étaient celles d’un grand esprit qui a sombré. Et puis il restait le fils d’un barbier de Londres, un rustre, formé sur le tas, et ne payant pas de mine.La critique l’accusera de tout ou de presque tout, entre autre de vouloir noyer la tradition dans les remous sanguinaires et solaires de sa palette ; un siècle plus tard, en plein XXe siècle, le balancier s’inversera, sans nuance excessive. Aussi cette magnifique exposition, qui a nécessité une somme de recherche et de travail considérable, réhabilite-t-elle le petit homme dont les formes indéterminées, les ciels tempétueux, les lueurs magiques avaient eu, pour conséquence, de désorienter le public, et nous le fait-elle apparaître enfin comme l’un des plus grands génies de l’art. Car le souci premier des organisateurs ne fut pas le simple plaisir de rapprocher Turner de ses maîtres, mais de le situer dans le temps et, par la même occasion, de l’associer à l’ immense héritage du passé.

Autour de 1800, alors qu’il rejoint les rangs de la Royal Academy, William Turner ne cache pas encore ses dettes à l’égard de ses aînés, bien au contraire. Une part de sa clientèle retrouve à travers ses tableaux, et à bon compte, le charme, devenu inaccessible financièrement, de la peinture d’antan. Et très vite, quelques amateurs éclairés vont commencer à croire en lui et le libérer de la nécessité d’imiter les modèles chers à ses prédécesseurs. Le premier de ses mécènes sera William Beckford, qui jouit d’une immense fortune, et rédige des contes fantastiques dans son château néogothique. Il va payer le prix fort quelques oeuvres de toute première importance, dont " La cinquième plaie d’Egypte", où l’artiste ne craint pas de rompre l’échelle des perspectives et d’user des contrastes de lumière. Il s’applique à traduire son romantisme en déséquilibrant volontairement la représentation des choses, agitant ses toiles d’un délire extatique et organisant ainsi la mise en scène d’un monde soumis à la violence la plus extrême. Désormais plus rien ne l’arrêtera. A trente-cinq ans, il est devenu le peintre du vertige, du terrible, d’un chaos somptueusement orchestré. Deux séjours prolongés à Venise, la cité crépusculaire des doges, en 1833 et 1840, vont lui permettre de rompre les ultimes amarres et nourrir son imagination. Autant qu’à ses exigences personnelles, il entend coller aux attentes des nouveaux touristes, lecteurs de Shakespeare et de Byron. Progressivement, il substitue au motif lui-même son rayonnement solaire ou sa lente désagrégation. Ruskin, qui sera son plus fervent avocat, écrira : " Pour qu’une oeuvre complètement terminée atteigne à la grandeur parfaite, il y faut quelque chose d’indistinct ".

Avec Turner l’indistinct a pris définitivement la pas sur le distinct, alors même que le réel s’abime davantage dans une aura hallucinée ou les eaux glauques d’océans fantômes, limites devenues mobiles d’un génie qui présuppose le futur après avoir démodé le présent. Sa lumière insolite a fini par dévorer celle de ses maîtres, les Poussin, Lorrain, Piranèse, Van de Velde et sa nature déchaînée d’anéantir leurs frais bocages.

* Exposition " Turner et ses maîtres " au Grand Palais du 24 février au 24 mai 2010

Documents joints à cet article

William Turner ou l'éclat insolite de la lumière William Turner ou l'éclat insolite de la lumière

Moyenne des avis sur cet article :  5/5   (5 votes)




Réagissez à l'article

3 réactions à cet article    


  • COVADONGA722 COVADONGA722 20 mars 2010 11:52

    conceptualiser , intellectualiser , histographier l art n est pas une technique pour
    en exclure le plus grande nombre et se l approprier de maniere élitiste ?
    La premiere fois que j ai vu l un de ses tableaux nul discour n est parvenu à mon cerveau ,
    nulle information raisonnée n ’a provoqué de reminiscence culturelle que je n ai d ailleurs pas, non sans cesse mon regard revenait a cet incendie toute l agitation autour avait perdue
    tout attrait , juste ce carré de couleur m hyponitisait , bouche bée je regardais et tout me hurlait c est beau ! rien d autre : CAR C EST POUR CELA QUE TURNER EST GRAND !


    • King Al Batar King Al Batar 20 mars 2010 12:03

      J’y vais demain, je pensais en faire un article, amintenant que vous en avez fait un, j’hesite.

      Je vous conseile Munch aussi, elle est bien.

      Je suis allé voir Kitano (bon je sais ca n’a strictement rien à voir) l’expo est courte mais sympa.


      • Armelle Barguillet Hauteloire Armelle Barguillet Hauteloire 20 mars 2010 12:15

        à Covadonga722

        Il est naturel d’exprimer, par écrit ou oral, son admiration, lorsqu’on en éprouve, et de tenter de la faire partager. Le propre de l’homme n’est-il pas de communiquer ? 
        Quant au silence de l’immédiate admiration, je le partage entièrement. L’émotion précède la réflexion. Mais l’analyse, qui suit, est tout aussi justifiable.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès