• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Culture > « World War Z » : un baril de poudre qui sonne creux ?

« World War Z » : un baril de poudre qui sonne creux ?

Le nouveau film de Marc Forster (Neverland, Quantum of Solace) ressemble peu ou prou à une offre soumise à conditions. World War Z avait tout pour être le premier blockbuster mettant en scène des zombies, le point de jonction entre Kathryn Bigelow et Roland Emmerich, la réinvention d’un genre depuis trop longtemps en panne d’inspiration. 

Mais les contrariétés se cachent dans les petits caractères du contrat : pour pleinement adhérer à ce long métrage horrifique post-apocalyptique, il vous faudra faire abstraction de ses multiples incongruités, de ses rebondissements tirés par les cheveux et de son scénar poussé à l’anorexie par des « auteurs » rasant les murs. Car si, techniquement, le cinéaste suisse parvient à faire mouche, menant son film tambour battant, il abat vite toutes ses cartes et finit englué dans les facilités.

Pis, l’intrigue s’avère usée jusqu’à la moelle : Brad Pitt, que l’on n’attendait pas forcément dans un tel projet, incarne (avec conviction) un enquêteur de l’ONU chargé d’étudier un virus qui se propage dans le monde entier comme une traînée de poudre, contaminant les hommes et les transformant immédiatement en morts-vivants. Le pitch se veut périlleux et World War Z contient tous les vices de forme de la métaphore inachevée : quand Marc Forster entend braquer sa caméra sur nos sociétés contemporaines, accusant ainsi la fragilité des institutions et de l’ordre social, il ne parvient jamais à se montrer à la hauteur de ses ambitions, peinant ne serait-ce qu’à tenir tête au pire épisode de The Walking Dead. C’est dire si son film a plus de corps que d’esprit.

Car si le script a de toute évidence été gribouillé sur un coin de table, la réalisation peut en revanche se prévaloir d’un rythme effréné et d’effets visuels convaincants. Qui pourrait d’ailleurs légitimement faire la fine bouche devant cette contamination au pas de charge d’un avion ou, mieux encore, d’une ville entière ? 

Au final, ce World War Z s’apparente volontiers à un uppercut mal adressé. 


Moyenne des avis sur cet article :  3.22/5   (9 votes)




Réagissez à l'article

1 réactions à cet article    


  • lecritiquedepub 15 juillet 2013 11:09

    Pour lire la critique de l’affiche de World War Z, c’est par ici http://www.lecritiquedepub.com/worldwarz/

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès


Derniers commentaires