• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Culture > X files la série qui à tout changé

X files la série qui à tout changé

Les années 2000 furent les années où toute une nouvelle génération de séries télévisées vit le jour. Retour sur les innovations de la série x files qui ont conduit aujourd’hui au succès massif des séries télévisées des années 2000.

Avant x files, les séries télévisées se divisaient en deux catégories, si l’on peut dire. La première, que l’on peut qualifier de série d’action campait des personnages principaux immuables qui étaient confrontés chaque semaine à des aventures différentes (starsky et hutch par exemple). Chaque épisode pouvait être vu indépendamment des autres, la seconde catégorie s’attachait davantage à décrire l’évolution des relations entre un groupe de personnages (dallas par exemple), dans cette seconde catégorie l’histoire des personnages au fil des épisodes évoluait. D’un point de vue technique, les efforts attachés à la mise en scène, la bande son, la photographie, les effets spéciaux, etc…. étaient relativement sommaires.

Puis, au début des années 90 débarque x files, aux frontières du réel pour les amateurs de la première heure. Je me souviens encore avec précision le jour où j’ai découvert cette série télévisée un dimanche en fin de journée du haut de mes 13 années. L’épisode était « l’incendiaire », l’histoire de mulder et scully qui enquêtent sur un pyromane capable de contrôler le feu à distance. Immédiatement ce fut un grand choc pour moi, depuis lors je n’ai plus raté un épisode. Suivant la seconde saison le vendredi soir en seconde partie de soirée puis les suivantes dans la fameuse trilogie du samedi. Je dois avouer que la programmation d’M6 le vendredi à 22H30 était sans doute pour un adolescent la meilleure puisqu’elle se situait en fin de soirée, dans l’obscurité, renforçant ainsi le côté angoissant de la série. Bref cette série fait date pour moi dans l’histoire de la télévision.

Tout d’abord, c’était la première fois qu’une série télévisée égalait techniquement les meilleurs standards cinématographiques, pour un genre science fiction/fantastique qui fait particulièrement appel à la technique. La bande son de marc snow, le générique très travaillé immergeant immédiatement le spectateur dans l’étrange, la photographie sombre et contrastée donnant de la texture et une ambiance envoutante et angoissante, la réalisation ample avec des mouvements de camera parfois extrêmement complexes, et les effets spéciaux de qualité(loin du tout numérique). Tout ça était totalement nouveau pour une série télévisée. En outre, les acteurs étaient généralement de qualité et le souci du détail était constant. Ce perfectionnisme est la première révolution qu’à introduit x files à la télévision. La seconde révolution consista dans la façon dont les épisodes s’enchainaient en offrant une structuration et une continuité totalement originale. Cette série est plutôt une série d’action, pourtant les relations entre les personnages vont évoluer au cours des saisons, prenants de plus en plus d’importance dans la série avec de multiples personnages secondaires possédant leurs propres motivations et histoire. En ce sens x files est une série d’action qui propose un épisode nouveau chaque semaine centré autour d’une enquête policière portant sur un phénomène paranormal spécifique, mais dans la trame générale de la série, le comportement des différents personnages, qu’ils soient principaux ou secondaires, prend en compte les expériences qu’ils ont vécus au cours des épisodes précédent. L’attention marquée à l’histoire de chaque personnage pour une série d’action était novatrice. Mais surtout, l’originalité et le caractère spécifique de cette série, fut de développer ce qui fut nommé une mythologie. Les découvertes que faisaient mulder et scully sur le paranormal au fil des épisodes, bien qu’indépendantes les unes des autres, s’incluaient périodiquement dans la mise à jour progressive d’une trame générale et cohérente. Grosso modo la mise à jour d’un complot gouvernemental destiné à masquer la réalité du phénomène ovni. Les motivations des comploteurs, qui de prime abord apparaissent comme des hommes mauvais, se révélant progressivement comme étant destinées à retarder la colonisation de la planète par les aliens en collaborant avec eux dans le but d’avoir les moyens de développer des défenses.

Enfin, x files a évolué au cours des saisons, au départ la série était plus centrée sur les phénomènes paranormaux, cherchant à cultiver le mystère et l’effroi et la musique était alors à la fois plus brute, épurée et électronique renforçant le sentiment étrange. Progressivement et à mon grand regret, l’histoire des personnages à pris le pas sur les phénomènes étranges traversés et le caractère angoissant s’est progressivement dilué. Si à l’origine mulder et scully étaient principalement là pour accompagner le spectateur dans la découverte d’événements mystérieux, ils ont progressivement évolué, s’habituant en quelque sorte à leur métier, et la série s’est concentrée sur la description de la manière dont ils allaient appréhender leurs enquêtes. La musique devenant alors organique, instrumentale et moins brute.

Dans les années 2000, la plupart des série à succès telles 24, prison break, lost, heroes, ou encore dexter, descendent toutes d’x files en ce sens que ce sont des séries d’action qui dévoilent progressivement une mythologie spécifique. La différence étant qu’x files, en tant que précurseur répartissait sur quelque épisodes chaque saison la progression mythologique tout en prenant garde que chaque épisode soit indépendant des autres. Aujourd’hui chaque épisode d’une série fait progresser sa mythologie et peut difficilement être regardé indépendamment des autres épisodes.

Quoi qu’il en soit, encore aujourd’hui, techniquement très peu de série arrivent à rivaliser selon moi avec ce que fut le niveau d’exigence d’x files.


Moyenne des avis sur cet article :  4.25/5   (16 votes)




Réagissez à l'article

11 réactions à cet article    


  • pruliere pruliere 14 janvier 2010 12:06

    X-files, série passionnante qui méritait bien un article sur AVox
    Merci


    • yoananda 14 janvier 2010 12:38

      Très bon article, un regret seulement, le peu d’attention porté a la « théorie du complot ». En dehors des aspects divertissants de la série, c’est bien ça son apport majeur : avoir popularisé la théorie du complot, qui était avant réservé a la culture underground.
      A l’heure des climategate, des vacinogate, des 1109gate et autres scandales à répétition, cette série est plus que jamais d’actualité. Y compris dans le mini complot qui a visé a retirer les demandes de divulgations sur les OVNIs dans les rapports citoyens d Citizen Briefing Book :http://www.whitehouse.gov/assets/documents/Citizens_Briefing_Book_Final.pdf

      la boucle est bouclée !


      • ploubi 14 janvier 2010 16:11

        En même temps comme le dit l’auteur, le glissement fantastique/angoisse vers théorie complot s’est fait « à son grand regret », pas trop étonnant qu’il s’étale plus sur le côté technique.

        J’ai jamais trop accroché aux X-Files même si je trouvais la série sympa et bien foutue.


      • worf worf 14 janvier 2010 15:54

        article intéressant mais prétendre que cette série est le précurseur de plusieurs éléments comme les moyens mis en œuvre dans la réalisation, le mélange série-feuilleton et le retour en avant des séries dans l’organigramme des chaînes de télé est pour moi très présomptueux.

        Pour rappel, une série, à l’origine, est une histoire à part entière, elle n’a pas besoin de lien avec les autres pour être vue. C’était le cas de la plupart des séries des années 50-60-70-80 voir 90 à de rare exception.
        Le feuilleton est au contraire, une histoire, une fresque divisée en plusieurs parties, et rater un épisode rend la lecture du dit feuilleton nettement plus difficile.
        Pourtant, à côté de ces 2 « classiques », certains ont mélangé les 2 genres et un des meilleurs exemples parmi d’autres est la série « le prisonnier » qui date, je le rappelle, des années 60 !
        Que voit on : N°6, le personnage principal qui se retrouve dans « le village » est qui essaye de savoir où il est, comment il est arrivé là bas, comment en sortir, qui se cache derrière les autres numéros et dirige « le village ». Ces éléments forme la trame de l’histoire principale comme pour un feuilleton mais à côté de ça, chaque épisode a une histoire propre et pourrait être vu séparément bien que des épisodes font bien suite à un autre, référence à des éléments qui se sont passés précédemment (les fameux n°2 qui changent souvent). C’est pour moi une des 1°séries qui commence à intégrer l’aspect feuilleton dans une série.
        Je me demande même si Zorro ne serait pas le 1°mélange de série feuilleton.
        Par après d’autres, comme les Star Trek, Babylon 5, Homicide, X-files & consorts vont mêles ces 2 aspects de façon plus intégrées pour donner les Dr House, Lost, 4400, etc.
        Malgré tout, ils restent des séries qui développent très peu l’aspect « mythologique » et qui connaissent un grand succès : law & order, CSI...ou au contraire intègre un nouvel aspect, comme 24H chrono pour le concept temps réel dans une série qui est une histoire découpée en 24 épisodes comme un feuilleton.

        Second aspect, les moyens mis en oeuvres. Ben là aussi, avant les x-files, Star Trek Next generation, dès 1987 a bénéficié de moyens considérables, d’effets spéciaux pour une série télé et qui plus est, intégrait un aspect « mythologique » où on découvrait le passé de certains membres d’équipages, leur intégration progressives dans l’équipe, leur relations particulières, des seconds rôles revenants (Q) régulièrement, etc.

        Dernier aspect, le succès. Je ne dénigre pas la série X-files, mais je ne sait pas si elle est responsable de toute la vague des séries produites depuis pour la télé. Star Trek, pour la reprendre a généré non seulement d’autres séries (4 au total) et des films au ciné (11) et a probablement facilité la création d’autres séries S-F (Babylon 5, Star gate...).
        La série Law & order (New-York District) créée en 1990 et toujours en activité avec la 20° saison, un record, et des séries parallèles doit y être pour quelque chose aussi.
        Senfield (1989) et Friends, 1994, pour les péripéties mélo humoristiques de 6 jeunes gens qui sont, je pense, responsables de toutes ces séries du même genre (sex & the city, Joey, Spin city...).
        Et pour finir Dallas et son succès a relancé l’attrait pour les soap.

        En définitive, X-files est le précurseur de la série policière fantastique avec des thématiques bien particulières (l’étrange, les ovnis, le complot...) qui a donné naissance à d’autres séries particulières : Millenium du même créateur, Fringe, etc.


        • RebelBird RebelBird 15 janvier 2010 11:38

          Je pense qu’X-files n’est même pas le précurseur de la série policière fantastique. 3 ans avant le début de X-files, il y avait déjà Twin Peaks.




        • Halman Halman 15 janvier 2010 10:33

          Ca y est, on va y remettre une couche de Freud, de crise d’ado, et tout le charlatanisme ambiant de psy de salons.


        • fredleborgne fredleborgne 14 janvier 2010 19:26

          Il faut reconnaitre à X-Files nombre des qualités énumérées dans cet article. Je m’en suis d’ailleurs inspiré pour écrire une fresque pamphlet en 2006, avec un héros récurrent : l’homme à la sucette, et cette façon si bien décrite d’avoir des épisodes indépendants qui font progresser l’histoire.
          Précurseur, ou aboutissement par sa qualité ? Il est vrai qu’aujourd’hui, nous avons des séries qui sont passionnantes sur ce modèle, avec malheureusement des durées de plus en plus courtes, et des ficelles à rallonge.
          Il faut quand même dire que XFile ratisse large, comme à pu le faire ensuite la série Buffy, entre vampires et bestiaire fantastique de toute sorte, et datant de la même époque. La Trilogie était aussi une très bonne trouvaille de M6, alors qu’aujourd’hui nous subissons 3 ou 4 périodes alternant inédit et rediffusions ce qui est assez agaçant.
          J’apprécie donc cet article, même si la qualité de X-File n’était pas toujours au top. Le jeu des acteurs en tout cas était sérieux et appliqué et m’a souvent tenu en haleine.


          • orage mécanique orage mécanique 15 janvier 2010 10:13

            X files n’a pas révolutionné la série télé mais relancé celle-ci et lui a redonné ses lettres de noblesse aprés être tombé très bas avec la génération des séries télé cheap et sitcom à décor unique.

            Mais a regardé cette série aujourd’hui, elle a quand même méga vieillie et le truc du suspens dans la pénombre omniprésent devient carrément lassant au bout de quelques épisodes.

            Elle a eu son rôle à cette époque mais ne vieillie vraiment pas bien.


            • Halman Halman 15 janvier 2010 10:38

              Comme dans toutes les séries il y a du bon et du mauvais.

              Certains épisodes sont créatifs et font des tas d’allusions plus ou moins grossières par exemple à l’histoire de l’informatique.

              D’autres sont à l’évidence des écritures automatiques commerciales sans le moindre interet.

              Les dernières saisons sont soporifiques, centrées sur les états d’âmes de Scully et Mulder. On s’y emmerde à mort.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON


Auteur de l'article

Blackeagle


Voir ses articles







Palmarès