• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Culture > X-Men 3 : Jean Grey, Christ post-moderne

X-Men 3 : Jean Grey, Christ post-moderne

Il y a fort à parier que, parmi les millions de spectateurs attirés par le dernier film de la trilogie X-Men (Brett Ratner, 2006), peu sauront que le personnage de Jean Grey - mutante morte dans X-Men 2 et ressuscitée dans X-Men 3 - a été créé il y a plus de quarante ans, et que, depuis lors, la jeune femme avait déjà été tuée et ressuscitée au moins deux fois auparavant !

Pour ceux qui, comme moi, connaissent Jean Grey depuis plus de vingt ans, le sort qui lui est réservé dans les films de Bryan Singer et Brett Ratner ne peut manquer de créer un choc équivalent à celui que provoqua, chez certains chrétiens, la sortie du Da Vinci Code. Pour tous les fidèles de la Marvel - ceux, par exemple, qui, en 2001, élirent le numéro 137 des ’Uncanny X-Men’ 3e meilleure histoire Marvel de tous les temps - le dogme veut que Jean Grey fût créée par Stan Lee en 1963, puis détruite par Chris Claremont en 1980. Point final. Toutes les renaissances successives proposées par des scénaristes hérétiques n’ont fait qu’altérer la pureté originelle du destin tragique de la belle rousse. La ènième version de la mort et résurrection de Jean Grey, telle que proposée cette semaine par Hollywood, ne fait pas, hélas, exception. Pour autant, cette version aura eu, au moins, le mérite de révéler à nouveau l’axiome de Marshall McLuhan selon lequel le médium est le message, et de faire de Jean Grey la figure christique de la postmodernité.

Pourquoi comparer une super-héroïne du XXIe siècle au fondateur du christianisme ? Il n’est guère original de comparer à Jésus la plupart des héros fictionnels ou réels qui ont connu à la fois une vie d’exploits et une mort sacrificielle. On peut citer le héros grec Héracles, devenu dieu après sa mort, l’esclave révolté puis crucifié Spartacus, la pucelle brûlée vive Jeanne d’Arc ou le révolutionnaire communiste Che Guevara. Pourtant, personne, dans le monde de la fiction, n’a connu de destin si remarquablement tragique et mythique que Jean Grey, et ceci sur une période aussi longue, dix-sept années (sans vieillir !).

Mais quelle est donc la légende dorée de Jean Grey ?

En résumé : Jean Grey est d’abord connue comme Strange Girl (Marvel Girl en VO), jeune élève mutante de la première école pour surdoués du professeur Charles Xavier. Ses pouvoirs n’ont rien d’exceptionnel dans un premier temps (télépathie et télékinésie), et elle garde ces caractéristiques pendant treize années, de l’épisode 1 des Uncanny X-Men jusqu’à l’épisode 101 en octobre 1976. C’est alors que le scénariste Chris Claremont inventa la première mort de Jean Grey, et sa résurrection. En effet, dans l’épisode 100, Jean Grey se sacrifia pour sauver ses coéquipiers d’une mort certaine, en affrontant avec ses faibles pouvoirs la plus effroyable des tempêtes solaires. Aux commandes d’un vaisseau spatial en perdition, elle parvint à ramener ses camarades sur Terre en faisant amerrir le vaisseau dans la baie de New York, exploit qui, apparemment, lui a coûté la vie. C’était compter sans l’imagination de Chris Claremont qui fit renaître Strange Girl sous la forme de Phenix, une Jean Grey dont les pouvoirs de mutante avaient été décuplés par les radiations de la tempête solaire. Ses compagnons, les X-Men, ne tardèrent pas à prendre conscience de l’ampleur des nouveaux pouvoirs de Jean Grey, en particulier lorsque celle-ci sauva l’univers de la destruction, dans l’épisode 108. Le monde entier reconnut alors en Jean Grey/Phénix le super-héros le plus puissant de l’univers.

Arriva alors l’année 1980, et la saga du Phénix noir, orchestrée toujours par Chris Claremont mais dessinée désormais pas John Byrne, sans conteste le meilleur dessinateur de la Marvel, toutes générations confondues. Séduite par un mutant illusioniste appelé le Cerveau, Jean Grey succomba à une réalité virtuelle datant du XVIIIe siècle où elle était la Reine noire, membre du Club des damnés. Dans cette réalité virtuelle, les X-Men étaient ses ennemis, et elle s’apprêtait à les anéantir. Heureusement, son amour pour Cyclope lui fit retrouver la réalité, et, se sentant violée et salie par sa manipulation, elle anéantit sans pitié le Cerveau. Pour autant, les manipulations mentales du Cerveau avaient transformé Jean Grey en Phénix noir, entité aux pouvoirs incontrôlables. Grisé par tant de pouvoir, le Phénix noir quitta la Terre et détruisit une planète entière pour étancher sa soif d’énergie. De retour sur Terre, le Phénix noir fut finalement maîtrisé par les X-Men, et Jean Grey reprit le contrôle. Pour autant, l’aventure ne s’arrêta point. En effet, les X-Men et Jean Grey se retrouvèrent soudainement téléportés par les Shi’ar, peuple extraterrestre qui voulait détruire Jean Grey/Phénix en réparation du génocide des millions d’innocents tués dans la destruction de leur planète. Les X-Men, convaincus que le Phénix noir était sous le contrôle de Jean Grey, se battirent contre la Garde impériale de Shi’ar afin d’éviter son exécution, mais le Phénix noir se réveilla. Dans un dernier sursaut de lucidité, Jean Grey, pour sauver l’humanité, se suicida alors sous les yeux de son amoureux Cyclope, et mit fin définitivement au danger créé par son alter ego.

On peut mesure l’impact que l’épisode 137 des Uncanny X-Men eut sur les fans en se souvenant que jamais un super-héros Marvel important n’avait succombé auparavant (la mort de Captain Marvel par cancer ne fut publiée que deux ans plus tard, et personne n’avait eu le temps d’apprécier Epervier lorsque celui-ci mourut dans l’épisode 95 des Uncanny X-Men en 1975). Et là, Chris Claremont, John Byrne, Terry Austin et Jim Shooter avaient créé une saga de plus de neuf mois d’une telle intensité et d’une telle dramaturgie que tout nouvel épisode des X-Men semblerait un long après-midi de deuil.

Jean Grey est une héroïne post-moderne, car elle est le pur produit de son médium. En effet, seul le médium du comics sérialisé saurait créer un tel mythe, car c’est bien parce que celui-ci dévoila son drame sur une période aussi longue de dix-sept années que l’impact sur le public fut si profond. Le lecteur un tant soit peu fidèle aura eu ainsi le temps de connaître une Jean Grey adolescente et fébrile, avant de la voir évoluer - telle un membre de sa famille - en une Jean Grey adulte confrontée au pouvoir et à une soif inextinguible, jusqu’à sa destruction. Même la série Friends n’a duré que dix ans : à peine le temps de voir les protagonistes se marier ou avoir des enfants...

La saga du Phénix noir caractérise aussi parfaitement les thèses post-modernes développées par Jean Baudrillard dans Simulacres et simulation, et qui soutiennent que nous sommes désormais dominés par un monde d’image où la représentation a remplacé la réalité. Le monde imaginaire des super-héros Marvel est déjà un monde doublement simulacre. C’est un monde aux codes notoirement fictionnels, comme c’est le cas dans toute fiction. Mais c’est aussi un monde où coexiste un monde parallèle, celui des êtres aux pouvoirs exceptionnels. Les super-héros et les super-vilains y vivent une vie à part, et doivent conjuguer leur vie d’exploits extraordinaires avec le quotidien banal de la vie de leur alter ego (voir Peter Parker et Spiderman, ou Clark Kent et Superman, etc.). La magie du comics ne peut donc pas exister si le monde fictionnel du quotidien banal ne simule pas la réalité à la perfection. La personnalité de Jean Grey confrontée à son alter ego Phénix reflète à la perfection cette double vie.

Mais là où la saga du Phénix noir s’ancre dans le simulacre, c’est la genèse même de son dénouement et ce qui suivit. Jim Shooter, l’éditeur en chef de la Marvel à l’époque, joua un rôle primordial. En effet, lorsque Chris Claremont et John Byrne vinrent proposer la fin de la saga du Phénix noir à Jim Shooter, ceux-ci n’avaient pas a priori l’intention de détruire l’alter ego - Jean Grey - mais au contraire de neutraliser le Phénix noir grâce à elle, et donc de garder en vie l’héroïne. Jim Shooter, quelques semaines avant la parution du #137, mit son veto à cette fin qu’il considérait immorale. Il lui semblait, en effet, impossible qu’un quelconque individu coupable de génocide puisse être absout : il demandait la mort de Jean Grey ! Shooter créait ainsi un simulacre post-moderne remarquable à plusieurs égards. Premièrement, Jim Shooter condamnait l’alter ego et le héros (la réalité et son miroir) à une identification totale, institutionnalisant un principe fondamental de responsabilité qui pourrait par exemple s’appliquer aujourd’hui aux avatars des MMORPG (un joueur de jeu de rôle en ligne dont l’avatar aurait commis un génocide dans le monde virtuel devrait lui-même être condamné pour génocide !). Deuxièmement, en décidant de la condamnation à mort de Jean Grey, Jim Shooter fusionnait l’histoire de la réalité (le génocide des juifs par les nazis et leur procès à Nuremberg) et l’histoire fictionnelle du monde de la Marvel, offrant un argument supplémentaire aux tenants de la fin de l’Histoire. Et finalement, il initiait une tradition de re-lecture/ré-écriture de l’oeuvre aux fonctions infinies, comme le prouvèrent par la suite les très nombreuses résurrections/morts/résurrections successives d’abord de Jean Grey - qui, par exemple, aurait été clonée par le Phénix avant sa première résurrection (sic ?) - puis du Phénix - certains scénaristes exploitant par exemple l’idée scientifique de "multiverse" ou d’univers parallèles.

D’après Doug Moench, Jim Shooter avait alors une stratégie dite la "théorie du big bang de l’univers Marvel", et qui avait pour principe de relancer chaque grande franchise de super-héros en tuant l’alter ego et en le remplaçant par un nouvel alter ego, plus en ligne avec son temps. En condamnant Jean Grey à mort, Jim Shooter faisait plus qu’un coup marketing. Il rejoignait, dans le Panthéon des créateurs de mythes, Ponce Pilate et Judas.


Moyenne des avis sur cet article :  4.48/5   (54 votes)




Réagissez à l'article

8 réactions à cet article    


  • Talion Talion 5 juin 2006 11:39

    Quel bordel !...

    Quelqu’un parvient à s’y retrouver dans tout ce mic-mac ?...


    • Romain Baudry (---.---.251.128) 5 juin 2006 14:02

      Mon cerveau a déraillé lorsqu’on en est arrivé aux théories post-modernes.

      Je crois qu’il ne faut pas chercher midi à quatorze heure, ni une philosophie existentielle chez les créateurs de Marvel. La Saga du Phénix Noir est une bonne histoire qui avait le courage d’avoir une fin tragique. Le fait que Jean Grey ressuscite ensuite ne prouve que le manque de résolution et la paresse intellectuelle des créateurs de l’époque. En règle générale, il est d’ailleurs bien connu que les héros de Marvel n’en finissent pas de revenir à la vie. On peut y voir une illustration post-moderne de l’Eternel Retour, mais c’est tout.

      Par ailleurs, toute l’analyse du rapport entre le personnage et son alter-ego me paraît inappropriée. Le thème du double est très utilisé pour certains super-héros (Superman, Spiderman, Batman) mais très peu pour les X-Men, qui n’ont pas vraiment de vie « normale ». La responsabilité de Jean Grey pour ses crimes est discutable, mais je n’y vois pas d’identification entre « la réalité et son miroir ».

      Tant qu’on y est, je me permets de déconseiller X-Men 3. C’est un piètre film où l’histoire du Phénix - justement - est médiocrement rendue.


      • (---.---.162.15) 5 juin 2006 16:02

        Oui, X Men est un mic-mac dans lequel il est très dur de s’y retrouver. C’est notamment paru en France dans le mensuel Spidey des éditions Lug.

        X-Men y a cotoyé ce qui, pour moi, est certainement la plus belle série française de super-héros : Photonik par Navarro et Tota.

        Photonik est d’une tout autre dimension que les X-Men, mais le monde de la bande dessinée est ainsi cloisonné que les meilleurs super-héros ne peuvent venir que des US...

        Il est vrai que la France n’est pas très douée en la matière, mais il y a quelques exceptions et, toujours à mon avis, Photonik et aussi Epsilon (de Navarro et Mitton) sont deux chefs d’oeuvre internationalement mal reconnus.

        Am.


        • F C Bachellerie 5 juin 2006 18:03

          Complétement d’accord : Photonik c’était vraiment génial ! Surtout la première série dans Mustang. Mais les Nouveaux X-Men, ceux que publiait Lug dans Spécial Strange, c’était pas mal non plus. Surtout les dessins de John Byrne encrés par Terry Austin. De mémoire, le dessinateur créateur de Photonik Cyrus Tota travaille maintenant pour Soleil et il est le dessinateur d’Aquablue et des Conquérants de Troy.


        • Serge (---.---.221.37) 5 juin 2006 19:59

          Intéressant. La série des X-Men est à mon avis à l’origine de quelques talents. Chris Claremont est notamment le père spirituel de Joss Whedon qui écrit actuellement les épisodes des nouveaux « Astonishing X-Men ». Whedon a déclaré s’être inspiré de Kitty Pride pour le personnage de Buffy.

          Le thème de Jean Grey me semble assez universel et ancien, c’était une bonne idée de rendre hommage à ce personnage dichotomique et en souffrance, ainsi qu’à l’imagination débridée de la série.

          Le film n’est pas nul à ce point à mon avis, car Ratner a été forcé de le livrer en six mois ce qui était difficile. Cependant il est très en dessous de l’intensité émotionnelle dégagée par le Phoenix dans la BD. Jean Grey paraît moderne car le personnage « borderline » est à la mode dans un monde où les valeurs de bien et de mal se confondent : les hommes du peuple perçoivent désormais la duplicité des pouvoirs politiques. Or l’exemple ne venant que d’en haut, chacun s’en croit un peu sali.


          • l’homme invisible (---.---.81.101) 11 juin 2006 12:30

            X-men : Bande dessinée sûrement intéressante mais film (en tout cas le troisième opus) particulièrement mauvais !


            • Spleak (---.---.162.3) 13 juin 2006 00:51

              Si vous êtes perdu dans les X-Men il y a : http://www.marvel-world.com ! Moi j’ai trouvé plein de truc neuf dessus !


              • men (---.---.255.121) 25 août 2006 18:08

                Jean Grey dans le film est trop belle, jdr x-men

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès



Partenaires