• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Culture > Y a-t-il une musique du monde ?

Y a-t-il une musique du monde ?

La globalisation c’est aussi une certaine musique, indistincte et vague, rapidement expédiée sous cette nomination un peu confuse de musique du monde où l’on retrouve un cocktail bigarré de toute tradition et tout style imaginable ; Il y a effectivement sous l’appellation large de musique du monde des singularités aussi éloignées que les chants tibétains, la musique folklorique des Balkans, la harpe celtique et les ballades de Compay Secundo. Dès qu’une musique nous semble un tant soit peu éloignée de ce à quoi nos oreilles sont familières, nous convoquons la force de nos taxinomies discographiques, pour la jeter sous l’étiquette de musique du monde, et voilà son affaire est réglée, nous lui avons trouvé son vrai nom. Les mélodies de Florence K, la voix mielleuse et nostalgique de Secundo, la bohème rêveuse des gitans de Sarajevo, tout cela , nous aimons croire, porte la même marque ontologique et traduit le même sens dans la grande sémantique musicale, et par conséquent, se trouve bien logé à l’enseigne de la dite musique du monde.

En fait, nous disons musique du monde, mais nous aurions pu dire tout simplement musique non occidentale. C’est ainsi un nom inventé pour nommer la musique de l’autre, celle qui n’a pas encore passé, ou qui ne pourra passer, croyons-nous, l’épreuve de la sophistication technique ou du raffinement vocal que la patine des siècles et le long labeur de l’art ont su conférer, pensons-nous, à la musique dite occidentale. Il faut le dire, la théorie et les pratiques qui ordonnent l’ontologie de cet espace artistique empruntent peut-être à leur insu, maints réflexes et usages relevant du discours hégémonique de l’esthétique musicale de l’occident, poursuivant son œuvre d’exclusion par le truchement de ses politiques discursives et de ses nomenclatures arbitraires. Elle est donc condamnée à demeurer une musique rythmée au temps des vacances, une sorte de parenthèse ensoleillée qui accompagne nos temps d’arrêt et qui nous rappelle les clubs Med et les journées perdues sur une chaise longue, le soleil dans le dos. La musique du monde, qui est pourtant la musique de 99% de la planète, devient donc, par une ruse efficace du discours et des pratiques, un intermède, une échappée, précisément une vacance de la musique.

Musique du monde voudrait dire, au pire, bruit venant d’ailleurs, inessentiel et indistinct, au mieux, musique provisoire. Toute cette masse d’envolées acoustiques et de prouesses vocales, fusant d’un monde foisonnant de sensibilités multiples nous arrivant de la plus grande partie du monde, ne serait donc, dans cette logique, qu’une prétention obstinée et audacieuse à la musicalité, sans autre finalité que celle de nous servir de distractions et de vacances tout en continuant de justifier de temps à autre notre besoin d’exotisme et de nous rassurer quant à notre capacité de tolérance et d’ouverture .Il est devenu tellement évident pour nous que la quintessence de la musique passe nécessairement par le pop, en l’occurrence dans sa version anglophone, que nous ne trouvons plus ni violente ni scandaleuse cette habitude consistant à exclure du patrimoine musical toute cette richesse prolifique de traditions et d’approches différentes et à la ranger assez vite sous le vocable muet et aveugle de musique du monde…

En disant musique du monde, nous disons, en fait, cette musique qui n’est pas la nôtre, l’espace de cette irréductible altérité acoustique qui renvoie à d’autres que nous, il s’agit de leur musique, trouvant par là un expédient acceptable nous permettant de nier la créativité de l’autre, la confinant à un aire culturel opaque à l’esthétique télévisuelle nord-américaine, ghettorisant la musique majoritaire de la planète ; c’est d’ailleurs pour cela que nous continuons de chérir le culte de l’authenticité du style quand il s’agit de cette musique ; il faut que le chanteur cubain soit vieux et doux, quant au guitariste africain, il ne doit pas se défaire de ses vêtements folkloriques, comme si tout cela participait d’une authenticité et d’une pureté du style…comme s’il s’agissait de cartes postales nous servant de repères rapides d’identification…ils ne doivent jamais s’écarter des repères convenus que nous avons campés pour leur rapide reconnaissance ; ils seront d’autant mieux reconnus comme musiciens du monde qu’ils sachent faire l’économie de leurs singularités ; de toute façon, nous savons mieux qu’eux ce qu’ils sont et doivent être, c’est-à-dire, la musique en marge de nos références principales, des musiciens qui emplissent les temps creux de notre programme d’esthétique musicale officiel. 


Moyenne des avis sur cet article :  5/5   (6 votes)




Réagissez à l'article

10 réactions à cet article    


  • joelim joelim 1er mars 2011 15:58

    Pour moi la musique du monde est la musique traditionnelle populaire. Elle exprime la culture de la population qui l’a engendrée, et évidemment c’est très diversifié.

    Le business de la musique du monde n’est déjà plus tout à fait la musique du monde, c’est un mélange avec la musique commerciale, qui est en gros la musique occidentale, à laquelle on ôte la musique classique. La musique classique étant dans mon esprit la musique traditionnelle des castes supérieures.

    Donc, selon la sensibilité de chacun, la musique du monde est la nôtre, au sens où elle est populaire (elle se danse, elle se produit dans les évènements de la vie) et culturelle (au sens : non-commerciale de prime abord).

    La musique commerciale (celle qu’on entend à la radio etc.) n’est quant à elle qu’un des aspects de la faillite générale de l’idéologie occidentaliste, qui organise encore presque totalement la vie de notre société dite « moderne ». 

    En ce sens, la musique du monde est un élément d’émancipation de notre société sclérosée et manichéenne, laquelle est parfaitement représentée dans la pauvreté musicale de la musique moderne : rythmes hyper-simplistes, tonalités extrêmement pauvres (intonation tempérée).

    • pingveno 1er mars 2011 16:36

      Pour moi « musique du monde » n’est qu’un terme commercial destiné à vendre en lot des produits que le consommateur n’aurait pas achetés isolément.
      Affirmer le contraire reviendrait à dire que nous ne faisons pas partie du « monde ».

      Et il s’agit toujours de musique folklorique, jamais de ce qui se vent à l’étranger.
      La plupart du temps les produits ne sont même pas différenciés. Soit par style soit par pays, mais jamais l’album d’un artiste donné.

      Aujourd’hui tu peux recevoir par l’ADSL la télé dans plein de langues, voir les pubs, mais quasiment impossible d’importer les produits et n’espère pas les trouver ici.

      Paraît que ça favorise l’ouverture...


      • Fergus Fergus 1er mars 2011 18:03

        Bonjour, Pingveno.

        En fait, Musique du monde, c’est un fourre-tout où l’on range toute ce qui n’entre pas dans les grandes catégories : classique, pop-rock, jazz, soul-r’ n b’, reggae... On y trouve du folklore, certes, mais pas seulement, sauf à considérer Quilapayun ou Orchestra Baobab comme de la musique folklorique.


      • herbe herbe 1er mars 2011 20:20

        Découverte récente qui pour moi est un synthèse réussie de beucoup de richesses :

        http://lyricosteel.free.fr/


        • Pierre de Vienne Pierre de Vienne 1er mars 2011 20:21

          Tout d’abord vous féliciter de la qualité de votre billet , j’ai rarement apprécié une aussi belle langue, syntaxe, vocabulaire.. Qui nous oblige à assurer de notre côté !

          J’ai d’abord cru que vous alliez regretter le manque croissant de différence entre les musiques du monde qui, à l’instar des autres arts ( architecture, arts plastiques, cuisine) finit par ne plus produire qu’un art international moyen, indifférencié, un style international pour les happy few qui préfèrent le confort aux différences culturelles plus difficiles d’accès.
          Là ou je suis moins d’accord, c’est que vous semblez penser qu’il existe une volonté hégémonique occidentale envers les autres cultures du monde. Moi je crois qu’il s’agit surtout d’une ignorance et d’une paresse, d’un manque de curiosité envers ces musiques et qu’il manque de médiateurs pour nous en faire découvrir les beautés. Vous y voyez une négation de cette altérité, moi je vois surtout de l’ignorance et le pragmatisme marchand des distributeurs qui, pour s’adresser au nombre, n’aiment pas les trop grandes différences.
          Encore merci.



          • vinvin 2 mars 2011 05:12

            Bien moi j’ aime bien toutes sortes de musiques, et c’ est bien la première fois que j’ entend l’ expression « musique du Monde », car toutes les musiques qui existent ont étés créées dans le monde, donc si on emploi ce terme, cela veux dire que l’ on peut l’ employer pour toutes les musique de la planète, qu’ elles soient occidentales, Africaines, asiatiques, maghrébine, etc, etc...



            Bien sur, il y a des styles de musiques que je préfèrent a d’ autres, mais toutes les musiques ont leur charmes et leur esprit créatif.


            Pour ce qui me concerne, j’ ai une nette préférence pour le BLUES, le RYTHME-AND BLUES, et le ROCK-AND-ROLL . ( tant-pis pour les autres musiques, moi je reste fidèle a ça ! )


            En 2009, j’ ai suivie un peu la tournée D’ HALLYDAY, et parmi ses musiciens, (aux cuivres,) il y avait un Musicien de 74 ans et qui avait meme été le conseiller artistique de RAY CHARLES.

            Alors vous voyez, comme quoi le BLUES, le RYTHM-AND-BLUES, et le ROCK-AND-ROLL, et bien ça conserve !

            Ceci dit, cela ne m’ empêche pas d’ apprécier également certains morceaux de musique classique, d’ aimer certaines chansons de E-PIAF, J-BREL, J-BRASSENS, ( toujours dans les noms commençant par la lettre J,) JANIS-JOPLIN, JIMMY-HENDRIX, JIM-MORISON, et puis parmis les grands BLUES-MANS, JOHNNY-WYNTERS, RAY-CHARLES, BILLY-HOLLIDAY, etc, etc.....

            J’ aime bien aussi certaine musiques d’ Afrique Subsaharienne, et le son des TAM-TAM et des TAMBOURS DE BROUSSE !....

            J’ aime aussi beaucoup TINA TURNER auquel j’ ai assisté a plusieurs de ses concerts dans les années 1980/1990.

            La musique est un ART, et au plus on aime des musiques variées, aux plus on est ouvert culturellement sur le plan artistique.


            Cordialement.



            VINVIN. 

            • Cocasse cocasse 2 mars 2011 10:21
              En ce sens, la musique du monde est un élément d’émancipation de notre société sclérosée et manichéenne, laquelle est parfaitement représentée dans la pauvreté musicale de la musique moderne : rythmes hyper-simplistes, tonalités extrêmement pauvres (intonation tempérée).

              Non.
              D’abord la plupart des « musiques du monde » seront complètement hermétiques, et hors de compréhension, voir rébarbatives, en dehors de notre champ culturel. J’en ai écouté un paquet pour me faire une idée : indienne, japonaise, brésilienne.
              Ensuite, la musique « moderne » présente dans bien des cas une richesse beaucoup plus importante que ces musiques traditionnelles. Richesse harmonique et rythmique. Mais bien sur, je ne parle pas de la merde purement commerciale qui passe à la radio.


              • Cocasse cocasse 2 mars 2011 10:22

                Je parle là des « musiques du monde » de type « musiques traditionnelles » bien sur.


              • joelim joelim 2 mars 2011 19:35

                D’abord la plupart des « musiques du monde » seront complètement hermétiques, et hors de compréhension, voir rébarbatives, en dehors de notre champ culturel.

                Non. Sinon les gens n’aimeraient pas cela. C’est comme le jazz, il faut un peu de temps pour comprendre les codes.

                Ensuite, la musique « moderne » présente dans bien des cas une richesse beaucoup plus importante que ces musiques traditionnelles. 

                Non plus ! Pour avoir un critère objectif basons-nous sur la complexité. Et bien les musiques traditionnelles sont plus complexes que beaucoup de musiques modernes. Même le jazz, qui est souvent plus complexe quand il intègre la musique du monde.

                Mais bon, à chacun son avis.

              • joelim joelim 2 mars 2011 19:37

                Exemples de musiques du monde complexes (certes il y en a aussi des « simples ») : musique indienne, musique turque, musique tzigane.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

patrick morisseau

patrick morisseau
Voir ses articles






Les thématiques de l'article


Palmarès



Partenaires