• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Culture > Zweig, l’ami réel

Zweig, l’ami réel

Tout écrivain est un ami. Peu importe la racine des choses qu’il soumet à votre jugement. Sa vie est une danse. Une sarabande qu’il professe au milieu d’un sentiment diffus. Quelque chose qui vous suit et dont vous ignorez l’élément moteur.
Son premier mot est un geste. Son premier geste est une émotion. Un point d’exclamation et une interrogation : Pourquoi ?
Le sait-il lui-même ? C’est dans le pourquoi qu’il deviendra lui-même. Mais cela il ne le sait pas devant sa toute première page. Ni lui ni personne. Ni devant les suivantes non plus. Il ne le découvrira qu’à la dernière. Et encore ! Au Brésil. Dans une chambre d’hôtel, en se donnant la mort. Pourquoi ?

Stefan Zweig est de ces écrivains qui vous connaissent avant de savoir qui il est avec certitude. C’est en dévoilant ses personnages qu’il fait sa propre découverte.
S’il y a un auteur à découvrir ou à relire aujourd’hui, je vous le conseille. Ce type décline son identité au pied de la roche. Pour le déloger, il faut se munir d’un opinel. Il fait partie de l’espèce la plus prisée sur la côte bretonne : l’haliotide. Quand il accroche, il vous accroche ! Pourtant il était autrichien.

« Vie d’autrichien, vie de rien », disait un amateur éclairé, ibère de son état.
En vrac : « Amok », « la pitié dangereuse », « la peur », « le candélabre enterré, » « vingt-quatre heures de la vie d’une femme », « le joueur d’échecs », « les très riches heures de l’humanité », « Magellan », « Erasme », « Castellion contre Calvin », « Balzac »…
Comment oublier un mec qui a mis l’Europe au fond de ses préoccupations à une époque où l’Europe et le monde n’étaient que balbutiement et folie ?

Comment oublier qu’il était l’ami de Romain Rolland et des pacifistes de feu 14-18 ? Comment oublier Freud dans son aventure intérieure ? Groddeck ? Et tout ce que l’Europe comptait d’intelligence et de savoir-penser ?
Comment oublier son joueur d’échecs dans son livre éponyme ? Cette bagarre implacable contre l’obscurantisme et la folie d’un monde dingue !
Comment oublier Zweig, mon ami de toujours et le votre bientôt, j’en suis sûr !


Moyenne des avis sur cet article :  5/5   (15 votes)




Réagissez à l'article

8 réactions à cet article    


  • zelectron zelectron 3 février 2009 17:18

    ...La confusion des sentiments


    • Lediazec Lediazec 3 février 2009 19:09

      Pas mal comme livre, en effet, cette "confusion des sentiments". Je garde un souvenir assez lointain. D’un côté le culte de Roland pour ce prof de langue et entre les deux la femme de ce dernier pour qui Roland ne peut empêcher la fascination. Bref, un prof assez âgé, une femme beaucoup plus jeune et un élève magnétisé. Sans aller chercher l’équivalence, le dernier roman (nouvelle) de Stefan Zweig "le voyage dans le passé", découvert après son suicide, présente un lien de parenté avec cette confusion de sentiments. Un dernier livre à lire aussi.


      • Yannick Harrel Yannick Harrel 3 février 2009 22:29

        Bonjour,


        Pour ma part, trois livres dévorés avec passion de cet auteur :

        • Nietzsche
        • Le Monde d’hier (impératif pour mieux saisir ce qu’était l’Autriche-Hongrie de la Belle Epoque)
        • Le joueur d’échecs

        Quelque part, Zweig était une rémanence intellectuelle de l’Empire qui l’avait vu naître et dont il dut en supporter la perte de longues années durant...


        Cordialement


        • Kobayachi Kobayachi 4 février 2009 04:33

          Stefan Zweig est un des auteurs qui ont fortement influencé ma vie. Brasilien, Ein Land der Zukunft, a été mon livre de chevet lors de ma premiere visite au Brésil et m’a fait aimer ce pays pour toujours.


          • Internaute Internaute 4 février 2009 09:30

            C’est aussi un excellent historien, agréable à lire. Grâce à son livre « Fouché » j’en ai appris plus sur la Révolution française qu’en des années de lycée.


            • Annie 4 février 2009 10:53

              Le monde d’hier est indispensable pour comprendre le foisonnement des idées et la richesse culturelle de l’époque.
              Etant sentimentale, j’ai un faible pour la lettre d’une inconnue qui m’a tiré des larmes.
              Au bout du compte, c’est un pacifiste qui a été jusqu’au bout de son raisonnement. On ne peut que respecter l’homme et admirer l’écrivain.


              • Lediazec Lediazec 4 février 2009 11:18

                @ monsieur Yannick Harrel
                Nietzsche, évidemment ! Mais Dostoiewski est assez hallucinant aussi. Je suis allé jeter un oeil dans mes bouquins et suis tombé sur une édition en espagnol de 1941 "Tres Maestros" Balzac, Dostoiewski, Dickens" publiée en Argentine par Editorial TOR. Un régal.
                @ Annie, internaute et kobayachi
                Nous avons des points communs : avec Zweig, nous sommes tous riches d’une nouvelle découverte à chaque lecture...


                • USA 613 4 février 2009 12:16

                  Bravo & merci

                  Enfin un article sur Agoravox plaisant à lire

                  Pour ce qui concernen Zweig il y a tous ces livres listés mais quelles impressions délicieuses à évoquer

                  - AMOK avec le souvenir dans la nuit noir sur l’avant du bateau du reflet des verres d’un conteur d’exception

                  - LE CABARET AU FOND DE LA RUELLE cette ombre fuyante au moment de rentrer dans le cabaret et cette descritption au scalpel d’un couple qui a tant souffert

                  - LETTRES D’UNE INCONNUE où comment Zweig nous donne à faire revivre la lettre posthume d’une amoureuse éternelle

                  - 24 HEURES DE LA VIE D’UNE FEMME ou comment la passion du jeu dévore

                  - BRULANT SECRET Comment un enfant découvre comment il a été utilisé pour séduire sa mère

                  L’art du conteur dans la nouvelle
                  Le désespoir d’un homme qui allait se suicider avec sa 2° femme étant le nazisme
                  L’amoureux, le pacifiste, le juif nié dans sa dimension d’être humain confronté à l’inhumanité qui l’a rattrapé malgré toutes ses belles théories, philosophies de la vie... reste la réalité IMPLACABLE de la vie car elle est IMPOSEE par les AUTRES et cela il faut soit combattre soit envisager d’autres options... 

                  TRISTES réalités à laquelle il a échappé à SA façon.

                  On a beau professer de belles théories si l’autre en face ne veut rien entendre et ne veut se laisser convaincre ne restent que deux options ou se soumettre voir être détruit par l’autre soit le détruire soit se détruire soi même

                  La littérature est un beau rêve reste la réalité et là on ne parle plus de littérature et on ne peut pas se permettre de faire de la poésie ou laisser aux NON pragmatiques donner des conseils ou juger.

                  Merveilleux Zweig il a été tué mais par qui ?
                  1) Les assassins nazis allemands, autrichiens, mais AUSSI TOUS LEURS COMPLICES en France, en Europe PARTOUT
                  2) TOUS ceux qui ont permis aux assassins de perpétrer leurs forfaits sans mettre des limites tant qu’il en était encore temps (que fait-on AUJOURD’HUI avec l’Iran ? le Hezbollah ? le Hamas ? la Syrie ? et tous les autres du même accabit dans le monde ?) et sans les empêcher de nuire.
                  Il y a AUSSI eu COMPLICITE ACTIVE de TOUTES LES NATIONS car TOUS savaient ce qui se passit LA PAPAUTE elle même savait dès les premières heures.
                  3) par tous ceux qui se disent ses admirateurs de NE PAS MANIFESTER contre TOUS ces HERITIERS du nazisme quel qu’en soit le continent. Que sont les tyrans en Asie, au Proche & Moyen Orient ou en Amérique du Sud ?

                  Combien de Zweig méconnu se suicident actuellement dans le monde étant ce qui s’y passe

                  Au Sri Lanka plus de 80.000 morts.
                  Combien de manifestations dans le monde ?
                  Quel est ce soudain silence du MRAP étant ce qui se passe ?

                  Qu’en est-il ailleurs en Afrique ? en Amérique du Sud ? A Gaza sous le Hamas ?

                  A Gaza il n’y aurait donc pas de Zweig ?
                  Combien sont mis à mort par le Hamas ?
                  Quels témoignages nous parviennent de Gaza si ce ne sont qu’UNE seule sorte de témoignages. Cela n’en interpellele AUCUN.

                  Si Zweig s’est suicidé c’est parce que LE MONDE... MOI... VOUS... N’avons RIEN fait pour TOUS ces ZWEIG qui REFUSENT la tyrannie et l’ignominie dont eux sont les victimes sous la férule du Hamas à Gaza, du Hezbollah ou des tyrans qui sévissent partout dans tous ces pays quels qu’en soit le continent...

                  Que vive la littérature et de si belles histoires mais NE soyons PAS complices de tous ces salopards qui ne déversent que leur haine et leur barbarie...

                  Pour que Zweig continue d’exister et pour que nous ayons le plaisir de découvrir d’autres Zweig crions NOTRE révolte étant ce qui se passe sous lé férule du Hamas, du Hezbollah, de la Syrie, de l’Iran, du Roi des Ropis africains (Khaddafi.... une farce ... cet espèce de monstre élu Roi des Rois.... A quand des meurtriers ou des déviants de tous ordres pour diriger toutes sortes d’organisations ? Cela aurait-il un sens c’est pourtant ce qui s’est passé et qui continue de se passer...

                  Pardon Zweig ... Vielen Dank für wass du geschrieben hast. Wir bieten um Entschuldigung dass wir nicht ...
                  I’m sorry so sorry ... It’s a shame... The world is not what it should be... OUR fault. Please forgive us ans thank you so much for all your novels and short novels. 
                  For ever you’ll be close to our heart.
                  Rest in peace, please forgive us

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès



Partenaires