• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Étonnant > A l’UMP aussi on télécharge !

A l’UMP aussi on télécharge !

L’UMP, qui se présente comme fervent défenseur des droits d’auteurs et des artistes qui-ne-peuvent-plus-payer-de-rolls-à leurs-gosses-cause-des-méchants-pirates , vient elle même de flouer le groupe d’electro-pop MGMT en utilisant un de ses titres pour un meeting...et en oubliant de payer les droits.
Cette info, tombée il y a quelques temps et pas dans l’oreille d’un sourd, risque de porter un nouveau coup à la crédibilité de la loi Création et Internet.

Faites ce que je dis pas ce que je fais, L’arroseur arrosé, combien de proverbes pourraient qualifier la bourde culturelle de l’UMP.
 
Mi-février, l’avocate de MGMT accuse l’UMP de contrefaçon et lui demande réparation pour avoir utilisé sans autorisation la célèbre musique du groupe de rock américain « Kids » lors du Conseil national de l’UMP, le 24 janvier, et lors du premier déplacement du nouveau secrétaire général, Xavier Bertrand, le 25 janvier à Avrillé (Maine-et-Loire).
 
Xavier Bertrand s’était empressé d’assurer que l’UMP était : " en train de regarder pour qu’il y ait une juste indemnisation du groupe ». Juste indemnisation ?
 
L’avocate de MGMT s’était vu proposer par l’agence de com’ de l’UMP, Blue Advertainment, le versement d’un euro symbolique en compensation....offre que la femme de loi avait bien entendu jugé méprisante.
 
Pourquoi re-sortir une news du début de l’année ? Parce que l’UMP et le groupe américain se sont enfin entendus à l’amiable pour la sommes de 30 000€ (symbolique ?) ainsi que 2500€ de frais juridiques.
 
La somme sera bloquée sur un compte CARPA, la caisse des règlements pécuniaires des avocats, en attendant que le groupe de rock indépendant choisisse lui-même, c’était son souhait, un organisme de protection du droit moral, syndicat ou association, pour en bénéficier”, a indiqué le 28 avril France Info.
 
Les 30 000 euros seraient ensuite reversés à une association pour les droits d’auteurs.
 
L’UMP à reconnu que c’était "une erreur non intentionnelle". Cette excuse passera-t-elle devant HADOPI pour un pirate qui téléchargera un mp3 tous les 30 février ?
 
 
Entré de Xavier Bertrand à Avrillé le 25 janvier 2009 Sources : - Sicw-news - 20minutes (19/02 et 28/04) - Le Post - Le Point - France Info

Moyenne des avis sur cet article :  4.5/5   (24 votes)




Réagissez à l'article

10 réactions à cet article    


  • Toth Toth 7 mai 2009 09:05

    « l’agence de com’ de l’UMP, Blue Advertainment »
    "Coup d’éclat dans le milieu de la pub, avec la création de “Blue” société d’advertainment, par Christophe Lambert publicitaire et Luc Besson réalisateur/producteur." et grand défenseur de la loi HADOPI....
    Etonnant non aurait dit Desproges !


    • Billevesées 7 mai 2009 09:09

      À l’UMP aussi on télécharge.

      Non, ce n’est pas une question de téléchargement mais de diffusion. Vous ne savez pas, pas plus que je ne sais, comment l’UMP s’est procuré ce titre. Peut-être légalement.

      Ce qui ne signifie pas que l’UMP soit excusable.


      • spartacus1 spartacus1 7 mai 2009 10:47

        Et puis de toute façon, l’UMP est le parti du président et comme tel, il est au dessus des lois !

        Vraiment, la France, de plus en plus un république bannière, voire pire !



        • R.L. 7 mai 2009 12:19

          « une erreur non intentionnelle » disent-ils.
          Déciment la langue de bois est rentrée dans le langage quotidien des politicards...


          • manusan 7 mai 2009 12:25

            ça fait plus de 2 semaines que Clubic en parlait et que ça trainait dans les commentaires d’Agoravox.


            • StayInContactWith 8 mai 2009 00:44

              L’article a été rédigé et proposé le 1er mai. Ensuite si le processus de mise en ligne des news est lent cela n’est pas de ma faute :)


            • antyreac 7 mai 2009 12:50

              La machine à éliminer

               

              Depuis une vingtaine d’années le gouvernement français élimine certains citoyens français de leur travail au

               

              moyen d’une machine capable d’envoyer des messages à distance.

               

              La plupart de ces personnes sont des fonctionnaires d’état ou des opposants jugées dangereux par l’état.

               

              En quoi consistent ces messages :

               

              Ces messages sont un flux de paroles continuelles et incohérentes auxquelles peu de personnes résistent.

               

              Ces personnes ne trouvent aucun recours légal car elles ne sont pas cru .

               

              Il faut préciser que des nombreuses sont complètement détruits a l’issu de ce traitement tant psychiquement que

               

              physiquement. On pense que certaines personnes ont du succomber à ces traitetements.


              • JeanMarc 7 mai 2009 17:40

                Le probleme, c’est que la Justice est mise de cote dans cette histoire. C’est une decision administrative (c’est bien ce que les deputes europeens condamnent)


              • Tchoa Tchoa 7 mai 2009 19:52

                Merci pour le rappel. Et bravo pour l’illustration !

                J’ai évoqué ce fait dans mon article : Jaimelesartistes.fr ou le mensonge institutionnel .

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès



Partenaires