• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Étonnant > Aller aux champignons …

Aller aux champignons …

Petit guide des ramasseurs à l'usage des champignons

L'aventure au coin du bois

Il y a bien des manières d'aller aux champignons. Je sais ceux qui détiennent secrètement un coin, qui s'y rendent en brouillant les pistes, qui connaissent tout de la forêt et n'y vont qu'à coup sûr. Ceux-là sont des ramasseurs redoutables, organisés, méticuleux. Ils ont du temps libre, la possibilité d'arpenter les bois aux premières heures du jour. Ils sont désespérants d'efficacité et, si peu partageux, que je les laisse à leurs paniers recouverts d'un journal pour ne rien laisser paraître aux malheureux de mon espèce.

Il y a encore les occasionnels du jour. Ils ont été poussés dans le domaine forestier par un coup de soleil, un repas qui s'est prolongé, une fête entre amis. Ils ignorent à peu près tout des pratiques de la cueillette, disposent de quelques pochons en plastique et jamais de l'indispensable couteau qui fait la marque du vrai ramasseur. Ils longent les allées, de crainte de s'égarer et, le plus énervant, remplissent leurs pochettes de tout et n'importe quoi.

Candidats à l'intoxication, ils sont si peu précautionneux qu'on peut s'étonner qu'il n'y ait pas plus d'incidents. Ils attendent le lendemain pour se rendre dans une pharmacie afin de contrôler le contenu de leur quête. Souvent le mélange inconsidéré a fait son œuvre et le pharmacien qui n'y connaît pas plus qu'eux, leur conseille de tout jeter. C'est le plus sage conseil qui soit !

Il y a les aventuriers des forêts profondes. Ils s'enfoncent au cœur du massif, prennent une direction pour se rassurer. Certains même se munissent d'une boussole qui, bien vite, sera oubliée au fond de la poche. Ils vont tourner, virer, brouiller les pistes et les repères. Tout à leur traque, le nez penché sur le moindre indice, ils s'égarent avec une constance qui mérite des éloges.

Ils vont se retrouver à l'autre bout de leur point de départ, ignorant tout de l'endroit où ils finissent par aboutir. Ils tendent désespérément l'oreille à la recherche d'un bruit d'automobile. Seule une route les remettra sur le droit chemin et encore, à la condition de marcher très longtemps ou bien de tendre le pouce. Ils se jurent, à chaque fois, de ne pas renouveler l'expérience …

Il y a les esthètes, les scientifiques qui se munissent d'une collection impressionnante de guides. Chaque champignon trouvé est passé au crible des différents ouvrages. Ils s'interrogent, émettent des hypothèses, doutent, observent l'environnement. Ils passent un temps fou avant de se rendre compte que la démarche est assez vaine, que l'espèce récoltée est banale ou bien trop rare.

Ils se disent que la prochaine fois, ils iront d'abord à l'exposition mycologique qui ne manque jamais d'avoir lieu dans le petit bourg voisin. Ils prendront des notes, feront des schémas et se spécialiseront dans deux ou trois catégories qu'ils iront chercher dès le lendemain. Hélas, ils feront chou blanc, ça va de soi !

Il y a encore les ramasseurs au long cours. Le panier accroché au porte-bagage, ils sillonnent les allées, repèrent les endroits qui promettent et descendent de leur monture. Ils ne perdent pas de temps en ronds inutiles ; ils se veulent rationnels et efficaces. Ils arrivent, ramassent et filent. Ils sont redoutables : derrière eux le vide se fait.

Il y a encore les malhabiles, les ignorants de la chose botanique. Ils n'y connaissent rien, sont paralysés d'inquiétude, finissent par ne rien ramasser avant que de filer chez le vendeur du coin pour s'offrir les girolles et les cèpes qu'ils ne trouveront jamais. Ceux-là, renoncent vite à cette sortie qui les couvre de fils de la vierge, de quelques ronces, crotte les chaussures et les bas des pantalons.

Il y a les gourmets. Ceux-là partent avec la ferme intention de se faire ensuite un bon petit plat. La sortie va durer plus longtemps que prévu. Elle se terminera dans une cuisine, avec force bouteilles et quelques recettes basiques. Le champignon s'il se fait rare, sera rehaussé d'œufs : l'aveu de faiblesse des petites récoltes. Seule la partie liquide ne manque jamais de quantité.

Il y a enfin ceux qui prétextent la sortie pour aller ailleurs, à la recherche du satyre puant. Ils ne sont pas à la recherche du même champignon. Je jette un voile pudique sur ces ramasseurs de l'improbable. Je prends mon panier d'osier et file à mon tour dans les bois. Je vais m'y perdre, qu'importe, c'est ainsi à chaque fois ! J'aime cette impression de liberté, d'errance sans but véritable. Je me laisse porter par cette folie douce : la cueillette des champignons.

Aller aux champignons c'est encore se résoudre à son ancestrale nature de chasseur, pêcheur, cueilleur. C'est se retrouver en symbiose avec une nature authentique et sauvage. C'est se dissoudre en elle, se perdre en chemin, égarer, l'espace d'une journée, l'urbain que vous êtes devenu. C'est un bonheur ineffable qui vaut bien quelques salissures, égratignures et le risque de ne rien trouver.

Forestièrement leur.


Moyenne des avis sur cet article :  3.67/5   (9 votes)




Réagissez à l'article

13 réactions à cet article    


  • Fergus Fergus 23 octobre 2014 14:22

    Bonjour, C’est Nabum.

    Il y a aussi ceux de Gironde qui, au pays de mon épouse, sur les bords de la Leyre, du côté de Biganos, Mios ou Salles, se mettent en chasse dès 6 heures du matin à la lueur d’une torche électrique. Et les naïfs (en général des touristes) qui, croyant être parmi les premiers en se pointant à 8 heures, repartent bredouilles alors que les autochtones nuiteux ont leurs paniers remplis de délicieux cèpes de Bordeaux destinés à finir dans la poêle ou à être confits.


    • C'est Nabum C’est Nabum 23 octobre 2014 16:18

      Fergus


      Il n’y a pas d’heure pour les braves se disent aussi les limaces ...

    • Fergus Fergus 23 octobre 2014 16:05

      Bonjour, Hervépasgrav.

      Je ne comprends pas du tout le sens de ce message.

      Une précision : je ne prétends pas qu’il faille être courageux et se lever très tôt pour aller aux champignons, je dis simplement que c’est ainsi que cela se passe dans certains coins du Bordelais.

      Mais pas dans ma région, en Auvergne, où l’on peut encore aller aux champignons sans se prendre la tête et sans risquer de se faire menacer par des propriétaires irascibles comme c’est le cas en Limousin où la cueillette a pris, depuis de nombreuses années, un caractère nettement plus commercial.


    • C'est Nabum C’est Nabum 23 octobre 2014 16:18

      Hervépasgrav


      Nous sommes là pour faire rire

    • C'est Nabum C’est Nabum 23 octobre 2014 18:48

      Hervépasgrav


      J’aime raconter et qu’importe le sujet

      La cueillette des Olives pourquoi pas ...

    • olivier cabanel olivier cabanel 23 octobre 2014 19:49

      @ l’auteur

      j’ai donné un avis positif à l’article, lorsqu’il a été proposé à la modération, et pourtant je m’inscris en faux sur une partie de votre affirmation.
      le mycologue, et aussi mycophage que je suis n’hésite jamais à partager une récolte, et mieux à faire découvrir « mes coins » à de pauvres cueilleurs bredouilles...
      et je ne suis pas le seul.
      j’ai aussi remarqué la vrai simplicité et modestie des vrais mycologues, qui ne s’amusent pas a étaler leur savoir, mais qui sont seulement prets à le partager à ceux qui le désirent.
      nous organisons depuis plus de 20 ans une expo dans le genre de ce que vous décriez, et organisons des visites guidées autour des tables, ou dans les bois, et je peux vous assurer avoir constaté de réels progrès chez nos visiteurs.
      voila, c’est dit.
       smiley

      • septikettak septikettak 23 octobre 2014 20:50

        et mieux à faire découvrir « mes coins » à de pauvres cueilleurs
        Même ceux sur le sexe ???  smiley


      • C'est Nabum C’est Nabum 24 octobre 2014 07:22

        olivier cabanel


        Je vous remercie

        Je ne suis pas à l’abri d’une petite racine en travers de mon chemin.
        Je trébuche et je peux écrire alors n’importe quoi ! 

        Pardon 

      • Surya Surya 24 octobre 2014 13:22

        Tout à fait d’accord, Olivier. Ayant fréquenté de nombreux mycologues durant mon enfance, je peux confirmer que le vrai mycologue n’a qu’une envie, faire partager, en toute simplicité, sa passion, et essayer d’élargir le cercle des connaisseurs. L’ambiance dans les groupes qui passaient ensemble la journée en foret était excellente. Promenades, piques niques... j’en garde un excellent souvenir. Et je n’ai jamais vu une seule personne garder égoïstement l’info concernant un bon coin, au contraire, le « bon plan » était tout de suite révélé.


        Bonjour C’est Nabum.
        J’ai bien aimé votre joli texte. Quoi de plus délicieux qu’un plat de girolles...
        Pour la petite blague, je regrette juste que vous ayez oublié les inconditionnels des champignons hallucinogènes, et les adeptes des champignons atomiques... Plus sérieusement, il y a aussi ceux et celles qui vont tester les champignons avec tout un arsenal de produits chimiques, avec la chair qui va alors changer de couleur, ce qui déterminera la nature du champignon. La mycologie, si on la pratique en scientifique, finit par donner d’autres compétences : en chimie, en microscopie...

      • Le421 Le421 24 octobre 2014 07:15

        Et bien !!
        J’habite Sarlat*...
        Alors, que faire comme commentaire...
        Une fin d’après-midi après le boulot et un petit Samedi matin tranquille.
        Quinze kilos de cèpes magnifiques !!
        Ma femme a passé tout son Samedi à les préparer et mettre au congélateur.
        Ce qui fait leur valeur ?? Je les prépare quand la famille ou les amis viennent manger. Le plaisir de les partager. En manger tous les jours ?? Certainement pas.
        Leur rareté fait leur goût incomparable.
        * C’est à dire que les meilleurs cèpes de la planète, que dis-je, de l’univers, poussent à 100m de chez moi !!  smiley

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON








Les thématiques de l'article


Palmarès


Derniers commentaires