• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Étonnant > Aller aux champignons

Aller aux champignons

C'est de saison

L'aventure au coin du bois

Aller aux champignons, ce n'est pas une sortie ordinaire ! Est-ce une balade forestière, une quête initiatique, une aventure périlleuse, un besoin à satisfaire, une distraction parmi d'autres, une communion avec dame nature ? Chacun a sans doute sa propre définition de la chose. Pour les uns plaisir solitaire, pour d'autres partage entre amis quand pour certains, il ne s'agit que de faire main basse sans retenue sur une ressource à exploiter.

Laissons donc les hordes de cueilleurs avides à leurs dégradations et à leurs comportements scandaleux. Ceux-là ne méritent pas qu'on s'attarde à suivre leurs pas. Ils arrivent en bande organisée, ratiboisent une parcelle, agissent parfois de nuit à la lumière de lampes frontales, usent du râteau pour ne rien laisser et repartent, tels les amis d'Attila, en laissant un territoire dévasté. Ils partiront vers la capitale tirer profit de leur larcin sans le moindre respect pour ce bienfait de la nature.

De leur faute, le comportement des autres se modifie pour répondre à cette véritable agression contre l'esprit et la beauté de ce rituel. Il y a d'abord les connaisseurs avisés, ceux qui ne vont jamais au hasard, savent où se situent les coins et gardent jalousement leur secret. Ils se cachent, brouillent les pistes afin de ne pas être suivis et se refusent à être accompagnés. Ils ramassent à la demande, agissent en spécialistes qui partent avec une idée précise en tête.

Il y a les fidèles d'un bois. Ils l'arpentent en tous sens, aiment surtout à tailler la route, couper à travers taillis et futaies, sauter par dessus les fossés pour aller au plaisir de la découverte. Ils sont chez eux dans cet espace où jamais ils ne s'égarent. Le panier est un prétexte, qu'il soit rempli ou non importe bien moins que cette communion en plein air. Ils aiment à se faire accompagner, initier leurs amis à cet espace qui est presque le leur.

Il y a les occasionnels. Ceux qui, sur un coup de tête ou au terme d'un repas trop arrosé, suggèrent d'aller digérer dans les bois. Ils ne sont pas équipés pour l'aventure, marchant dans les sous-bois sur la pointe de leurs escarpins. Ils ne s'éloignent guère d'une allée qui leur servira de point de repère. Ils ramassent un peu au hasard des champignons qui iront périr dans une pochette en plastique. Ils feront bien de ne pas manger leur récolte : le pire est à craindre.

Il y a les joyeux drilles de l'expédition forestière. Ils partent, équipés comme il convient, sans avoir oublié le sac à dos rempli de victuailles. Ils sont entre amis et la matinée va prendre des allures de virée épicurienne. Quand leurs paniers commencent à être bien remplis, ils se regroupent au cœur de la forêt, sortent casse-croûte et bouteilles, prennent ce qui convient pour éviter l'hypoglycémie avec une gourmandise non feinte. Il faut reconnaître qu'ils se sont levés de bonne heure et que la marche ouvre bien des appétits.

Ils reprendront leur ramassage, le pas plus lourd, le visage plus coloré, l'humeur plus joyeuse encore. Ils savent que la suite sera du même tonneau … Ils rentreront en faisant un crochet chez un autre camarade qui n'était pas du voyage. Un panier plein sera le laissez-passer pour un repas improvisé où les bouteilles pousseront plus vite que les champignons. Les uns allant à la cave quand les autres se mettent à l'épluchage.

L'après-midi ne sera que libations et récits d'autres récoltes. Il en va des champignons comme des parties de pêche : c'est dans la narration des exploits précédents que réside le plus grand plaisir. Ils rentreront chez eux en ayant bien du mal à justifier que leurs paniers soient vides et leurs ventres si tendus. Ils se promettent de repartir dans quelques jours et de faire en sorte de rapporter des champignons à la maison.

Le doute est permis. L'aventure a été ébruitée, d'autres galapiats seront de l'expédition et les musettes seront si chargées que tout se passera dans les bois cette fois. Je ne sais pourquoi, ce sont ceux-là qui ont ma sympathie. Il se peut que je sois du nombre et il faudra me pardonner ce péché de gourmandise qui demeure mortel malgré la présence de l'appariteur épiscopal dans notre troupe.

Il faut encore évoquer les aventureux : ceux qui osent s'introduire dans les parcelles privées, franchissant des barrières et des grillages au risque de se retrouver avec les quatre pneus crevés. C'est qu'on ne plaisante pas dans notre Sologne et qu'il ne fait pas bon se faire surprendre. J'avoue ne pas supporter ce petit jeu risqué ; les coups de carabine qui se perdent pouvant transformer la farce en drame. Je préfère la quiétude de la forêt domaniale même si la concurrence y est plus rude.

Je dois vous laisser ; j'ai un panier rempli de lactaires délicieux et un repas qui m'attend. Si vous passez par ici, venez donc avec nous à notre prochaine sortie. Prévoyez de quoi vous sustenter et n'oubliez pas les œufs : nous n'en trouverons pas dans les bois. La saison ne fait que débuter ; je vous recommande instamment de vous lever de bonne heure et de vous chausser convenablement. Surtout, n'oubliez pas non plus le panier d'osier, c'est indispensable.

Forestièrement vôtre.

lactarius_deliciosus_111006_4.jpg


Moyenne des avis sur cet article :  5/5   (6 votes)




Réagissez à l'article

35 réactions à cet article    


  • julius 1ER 16 octobre 2015 09:11

    Quel plaisir que la cueillette de champignons surtout lorsqu’elle est fructueuse, avec un panier plein de cèpes et bolets .... plaisir de les ramasser, mais aussi plaisir de les cuisinier...

    les bolets en rizotto, avec parmesan et un petit peu de chorizot maigre, une pure merveille ou alors en soupe tiède ou chaude .. là aussi plaisir de l’automne !!!!!
    la pire image que j’ai vu, en allant cueillir des champignons c’est au détour d’un chemln des centaines de pieds coupés de cèpes et bolets, visiblement une horde de prédateurs était passé là et ne s’intéressait qu’aux chapeaux des champignons .... quel gâchis !!!!!!

    • C'est Nabum C’est Nabum 16 octobre 2015 11:29

      @julius 1ER

      Les prédateurs sont le mal de cette époque où la cupidité est la règle du succès


    • Le p’tit Charles 16 octobre 2015 09:23

      Bonjour...pas partout hélas...dans le Mercantour il faut un compteur Geiger pour éviter de cueillir des champignons radio actif... !


      • C'est Nabum C’est Nabum 16 octobre 2015 11:29

        @Le p’tit Charles

        Comment ?

        Le nuage n’a pas traversé la frontière



      • Vipère Vipère 16 octobre 2015 21:53

        @C’est Nabum

        Le nuage aurait pris ses quartiers d’hiver au Mercantour que cela ne m’étonnerait pas ! rien que pour embêter le p’tit Charles.


      • simplesanstete 16 octobre 2015 10:21

        Merci pour cet article Nabum. 

        Ah, la cueillette des champipi toute une histoire de magie et d’errance joyeuse.
         Trouvé pour la 3 eme fois, cette année, de magnifiques vesse de loup géante assises gentiment dans un pâturage (62).
        Très belle photo du lactaire délicieux !

        • C'est Nabum C’est Nabum 16 octobre 2015 11:30

          @simplesanstete

          Le plaisir du partage comme pour les champignons

          Garder pour soi les coins, ce n’est pas mon genre


        • Gollum Gollum 16 octobre 2015 11:38

          Je ne suis pas convaincu qu’il s’agisse de lactaires délicieux mais de lactaires sanguins.


          Très proches l’un de l’autre. Le sanguin ayant un lait rouge vif alors qu’il est orangé chez l’autre..

          La qualité gustative n’est pas la même non plus le sanguin étant meilleur et le « délicieux » pas délicieux du tout…

          D’ailleurs son appellation de « délicieux » proviendrait précisément d’une confusion avec le sanguin.

          Perso je ne ramasse jamais le lactaire délicieux, sans intérêt aucun… quant à l’autre, trop méridional là ou j’use mes chaussures, je ne tombe jamais dessus… smiley

          • C'est Nabum C’est Nabum 16 octobre 2015 12:41

            @Gollum

            Sur la photo, c’est possible

            Ceux que nous avons ramassé étaient bien orange

            Merci à vous


          • Bernard Dugué Bernard Dugué 16 octobre 2015 14:41

            @Gollum

            A vue de nez, ce sont bien des lactaires délicieux

            Sinon, je suis d’accord, le délicieux est relativement fade et le sanguin est bien plus goûteux et ne colore pas les urines en plus !

            Le délicieux est aussi méridional, on en trouve dans la région de Nice et pour le sanguin, ça pousse dans les Landes ou le Médoc, quand l’année en bonne, on peut en faire 10 kilos en quelques heures

            bonne cueillette


          • Gollum Gollum 16 octobre 2015 17:10

            @Bernard Dugué

            Dans les lactaires mon préféré c’est celui-ci : 


            Et lui je le trouve dans mes coins à champignons contrairement au sanguin.. Malheureusement il est assez solitaire, quelques exemplaires au cours d’une cueillette pas plus..

            PS : vous avez peut-être raison pour la photo mais je les trouve vachement rouges quand même..
            L’égratignure de l’exemplaire du haut à droite est quand même assez rouge..
            D’habitude ils sont plus pâles les lactaires délicieux.. avec du vert assez fréquemment (pour le sanguin je sais pas) ça dépend p’têt des régions..


            Mais ça ne prouve rien non plus il est si facile de se tromper d’illustration..


            La photo est censée représentée des sanguins. Or je suis prêt à parier qu’il s’agit de délicieux ici ! (d’autant que la zone évoquée est le Vercors)

            Comme on le voit, beaucoup plus pâles (oranges et non rouges) et avec du vert…

            Bon c’est pas que je cherche à avoir absolument raison m’enfin.. smiley

            P’tain ça me donne envie de faire une virée tout ça !!! smiley

          • Gollum Gollum 16 octobre 2015 18:43

            Suite…



            En fait le sanguin est rouge vin… Donc la différence est nette et l’illustration est bien un lactaire délicieux à priori… Voilà.

            J’adore pinailler. smiley


          • julius 1ER 16 octobre 2015 19:07

            @Bernard Dugué
            la photo semble être celle de sanguins .... pour ma part j’en ai ramassé quelques kilos en Rhône-Alpes à l’automne 2014 où il était très abondant mais cette année et jusqu’à présent il est plutôt rare !

          • Bernard Dugué Bernard Dugué 16 octobre 2015 20:55

            @Gollum

            Pinaillons alors Le sanguin rouge vin est ce qu’on appelle le violet, c’est une autre variété qu’on trouve rarement, je sais qu’il il en a du côté de Gréolières au dessus de Nice Sinon, il existe aussi le sanguin des mélèzes, lui il pousse allègrement au dessus de 1500 mètres.


          • Gollum Gollum 17 octobre 2015 09:19

            @Bernard Dugué

            Ok. J’ai fini par trouver ce violet dans un bouquin, Lactarius Vinosus, cousin en effet du sanguin..

            Je comprends mieux ma surprise quand j’ai vu la photo car je gardais un tout autre souvenir du sanguin… mais je n’étais pas arrivé à remettre la main sur l’ouvrage en question.

            Du coup, et en accord avec Julius, la photo de l’article serait donc bien un sanguin..

            Que de rebondissements !! smiley

            Signalons que le lactaire délicieux a aussi un cousin, assez dégueulasse, avec lequel on peut le confondre : Lactarius deterrimus..

            Pour compliquer les choses il y a aussi le demi-sanguin.. Voilà. A+


          • Surya Surya 16 octobre 2015 12:00

            Alors là, chapeau, C’est Nabum. Pas chapeau de champignon, smiley mais vous allez voir pourquoi je dis ça.


            Quand j’ai lu cet article ce matin, ma première réaction a été la surprise. Pas vraiment une réaction négative, mais une réaction de surprise. Je me suis dis : ben il est gonflé, C’est Nabum, il a copié l’article de quelqu’un d’autre ! Je me souvenais en effet être intervenue, je ne me rappelais pas quand, sur un article au sujet des champignons, un très joli article poétique dont beaucoup de paragraphes commençaient par : « il y a ceux qui », ou bien « il y a les... qui » enfin, dans ce style.

            Alors je fais une recherche, et non, pas du tout, vous n’avez pas copié l’article de quelqu’un d’autre, car cet article dont je parle, il est de vous, et il date de l’année dernière. Donc désolée de vous avoir injustement soupçonné.

            J’ai relu l’article d’octobre 14, et là, je me suis dis, chapeau ! Chapeau pour votre talent d’écrivain. Parce que quelqu’un qui écrit deux articles sur le même sujet, ayant un peu la même structure, tout en parvenant à chaque fois à dire et décrire des choses totalement différentes, avec des mots différents, il faut du talent pour le faire, pour se renouveler ainsi.

            En plus, il faut être sacrément passionné par les champignons et tout ce qui tourne autour du monde des champignons pour arriver à faire cela. On sent la passion dans cet article là aussi.

            Du coup les deux articles se complètent parfaitement bien, et la lecture de l’un entraîne avec plaisir la lecture de l’autre. 

            Je ne vais pas redire ce que j’ai dis dans l’article précédent, juste que j’ai un intérêt pour tout ce qui touche au monde de la mycologie car j’ai connu des mycologues très avertis dans mon enfance, et j’ai donc un peu baigné là dedans : sorties mycologiques, ramassage des champignons, détermination des champignons sur une table au fond des bois, et savants fous qui déposaient dessus des gouttes de produits chimiques qui les rendaient bleus ou verts, les frottaient avec des réactifs divers, les coupaient en fines lamelles pour les passer au microscopes... smiley J’aimais beaucoup ça. Par contre, les manger, personnellement bof bof à part quelques uns.

            Merci e bravo pour ce second article que j’ai eu beaucoup de plaisir à lire aussi, et qui m’a rappelé de bons souvenirs. Peut être l’année prochaine écrirez vous un troisième volet, avec autant de passion. Je l’espère et en attendant, je continuerai à lire avec grand plaisir vos autres articles traitant d’autres sujets.

            • Surya Surya 16 octobre 2015 12:17

              Ps : je viens d’approuver en modération votre amusant article : Les champignons en question. J’espère qu’il paraîtra très bientôt smiley


              Excellente journée à vous smiley

            • C'est Nabum C’est Nabum 16 octobre 2015 12:43

              @Surya

              Souvent imité, jamais copié, le Nabum est inimitable même par lui même

              J’aime les maroniers comme on dit dans l’édition et chaque année, c’est un nouveau défi à relever


            • C'est Nabum C’est Nabum 16 octobre 2015 12:44

              @Surya

              Ce genre ne passe pas toujours

              L’absurde n’a pas bonne presse


            • juluch juluch 16 octobre 2015 14:21

              Que c’est bon les champignons en effet.


              Combien vont comme vous le décrivez pour piller.....certains y laisse leurs bagnoles et une belle trouille aussi.  smiley

              respectons les sous bois et aussi les habitants du cru

              Merci Nabum

              • C'est Nabum C’est Nabum 17 octobre 2015 07:49

                @juluch

                La cupidité est en train de tuer cette planète


              • Philippe Stephan Christian Deschamps 16 octobre 2015 17:50

                pour le Psylocibe cubensis il faudra attendre les premières gelées de novembre et il ne pousse
                pas en foret ,mais dans les prés et une affection pour les bouses de vache.
                juste 5 pour un effet euphorisant, et un minimum de 30 renouvelable pour une expérimentation
                chamanique .
                mais visionner les vidéos ci dessous pour comprendre dans quel guêpier vous vous êtes mis .
                http://www.stanislavgrof.com/video/
                 


                • C'est Nabum C’est Nabum 17 octobre 2015 07:51

                  @Christian Deschamps

                  Merci de penser ainsi à mon salut


                • nours77 nours77 16 octobre 2015 18:22
                  Salutations,

                  C est l un de mes rares plaisir, dans ma famille un ou deux mycologue m ont aidé a m intéresser au sujet... Personnellement les omelettes aux champignons en automne je ne pourrais m en passer, mais on arrive au première gelés, c est bientôt fini...
                  Dans les forêts de seine et marne ont en trouve toutes sortes de champignons, des bolets (ils sont tous bon crues sauf un, en faite, il sont tous bon cuit et fin des questions inutiles) et donc du cèpe, des amanites (la rubescente est très bonne, mais ce confond facilement avec la panthère a évité car mortel a 1.5 gramme), du rodopaxidus nudus, (mon préférer pour la cuisson des viandes), la semaine dernière (ma dernière fois de la saison) j ai eu une belle langue de bœuf, quelques bolets rugueux et bleuissants, quelques coulmelles, quelques pieds de moutons (sous des châtaignés comme d habitude...)... Il va falloir que je m intéresse au lactaire et au champignons de souche, il y en avait partout en fin de saison...
                  Hélas, comme l auteur je dois m insurger contre l état des forêts... de véritable poubelle et wc, impossible de parcourir les forêts près des routes sans trouver quelques décharges qui poussent ca et la en tapis. Les gens sont des porcs, et cela inclue malheureusement les forestier qui laissent comme les autres les reliefs de leurs repas sur place sans le moindre état d âme...

                  Haa... c est un sujet très intéressant, mais hélas vide d intérêt.... 
                  ok, nabum vous aimez les champignons, et donc... ? Vous souhaiteriez partager ce passe temps ? Responsabiliser ceux qui pratique déjà ? Informer sur un risque éventuel ? Juste parler du temps du temps qu il fait ?

                  • C'est Nabum C’est Nabum 17 octobre 2015 07:52

                    @nours77

                    Je ne suis pas journaliste

                    Je n’informe pas, je raconte ...

                    Laissez moi ce plaisir innocent


                  • Vipère Vipère 16 octobre 2015 22:41

                    Le cèpe, roi des forêts et de l’assette vaut bien un billet élogieux ?

                     Une omelette aux cèpes, agrémentée de persil haché et d’ail, une pure merveille ... surtout si l’on a crapahuté des kilomètres dans les sous-bois d’une forêt humide, pataugé dans la gadoue, pour glisser en contre-bas d’un fossé pour se ramasser Ô divine surprise, aux milieux d’un bataillon de cèpes, tous plus beaux les uns que les autres, oubliant vite les vêtements mouillés, la transpiration et le froid, pour se concentrer en silence sur la cueillette, puis l’on couche délicatement ces champignons comme des petits trésors dans leur panier.

                    On chasse vite de son esprit, la fatigue pour scruter encore et encore les coins et recoins au pied des chênes, les moindres boursouflures et les renflements du terrain jusqu’à en avoir mal aux yeux et n’avoir qu’une idée celle de rentrer pour prendre une douche bien chaude et se couler dans des vêtements secs.


                    • Philippe Stephan Christian Deschamps 17 octobre 2015 01:42

                      @Vipère
                      tu oublie le moment ou tu enfile les lamelles sur un long fil qui traverse la pièce dans tout les sens et qui parfume toute la maison en séchant et dans la grosse boite de biscuit en fer ou tu garde ta récolte 6 mois.
                       smiley
                      c’est mieux si tu as une cheminée à bois, ils prennent un gout fumé le top
                      bise
                       



                    • C'est Nabum C’est Nabum 17 octobre 2015 07:53

                      @Vipère

                      Il y a tant de trésors dans nos bois et bien des déchets aussi


                    • julius 1ER 17 octobre 2015 09:25

                      @Vipère


                      une fois n’est pas coutume... on te préfère racontant les champignons !!!!!!!!!!!

                    • Vipère Vipère 17 octobre 2015 10:27

                      @Christian Deschamps

                      J’ai entendu parler de la méthode du séchage, sans savoir le faire, bien qu’elle soit intéressante, car au final, toute la récolte tient dans une petite boîte, et surtout pas aussi fastidieuse que la mise en bocaux qui nécessite un temps fou entre le nettoyage, le découpage, la stérilisation.

                      On fait comment pour votre méthode ?

                      Nota bene : je suis une modeste chercheuse de champignons, j’en connais de nettement plus enragés que moi qui se lèvent à poltron minet, pour courir les bois, mais je participe et toujours accompagnée des meilleurs connaisseurs de terrain qui ont le flair plus développé que moi, et qui connaissent des coins secrets, que même sous la torture, je ne révèlerai pas, enfin je crois... car pour retrouver les endroits, ce n’est pas évident. D’ailleurs, je n’ai pas le sens de l’orientation et me suis perdue, une fois. Par chance les gendarmes m’ont retrouvée avec une chien berger allemand qui a suivi ma trace. Brave bête. Je voue un amour inconditionnel pour les chiens depuis ce jour.  smiley


                    • Vipère Vipère 17 octobre 2015 10:35

                      @C’est Nabum

                      D’où viennent ces trésors, pourquoi poussent-ils à certains endroits et pas à d’autres et toujours à la même époque ?

                      Les déchets sont effectivement présents sous la forme de gravas déposés par des entreprises du bâtiment ou des particuliers ?


                    • Vipère Vipère 17 octobre 2015 10:59

                      Julius 1er

                      Raconter les champignons est une expérience vécue, partagée avec des milliers d’autres cueilleurs, qui ont le même virus, mais les histoires différent selon les personnes plus ou moins expérimentées.

                      J’ai livré mon inexpérience, au travers de trouvailles tout à fait fortuites. Ce sont les champignons qui sont venus à moi, et non l’inverse. La chance du débutant, en somme !

                      La valeur de l’expérience et du vécu font plus écho chez vous me semble t’il !


                    • C'est Nabum C’est Nabum 17 octobre 2015 15:13

                      @Vipère

                      Les malotrus poussent partout

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès