• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Art Invisible

Bon alors j’ai été un peu précipité par les évènements pour écrire cet article (n’est ce pas Elsa !) mais j’espère qu’il en restera tout du moins de bonne qualité…

 

Paradoxe particulier pour un artiste d’essayer au mieux de rendre ces œuvres invisibles, camouflées. C’est pourtant l’ambition de certains d’entre eux, tel Cayetano Ferrer, qui produit ce genre d’installations :

 

Cayetano Ferrer, Western Imports (2007-2008)

Le directeur de la galerie Three Walls, à Chicago, décrit l’approche de Cayetano Ferrer comme ceci :

 

Cayetano Ferrer utilise des formes pré-existantes pour s’engager dans un dialogue autour du flux constant qu’offre notre environnement contemporain, en construction. En utilisant des impressions à jet d’encre qu’il colle sur des objets/éléments d’architectures pour révéler ce que ceux-ci cachent derrière eux, Ferrer expose la relation entre le construit et le re-construit, la surface et le dissimulé, ainsi que la délicate question de l’histoire et de la mémoire lorsque le présent s’installe sur un passé proche pour tenter d’enrichir les économies. Le travail de Ferrer est une douce confrontation entre la permanence et l’obsolescence, invitant à considérer les questions de l’évolution, de la mutation et la modification de notre relation avec notre environnement immédiat.

 

Ouais bon, j’ai pas tout compris mais c’est pas grave ! Ca reste assez intéressant comme idée. Voici d’autres œuvres de la même série Western Imports, réalisées entre 2007 et 2008 à Chicago :


Cayetano Ferrer, Western Imports (2007-2008)
Cayetano Ferrer, Western Imports (2007-2008)
Cayetano Ferrer, Western Imports (2007-2008) 
Avant cette série, l’artiste avait déjà sévi dans cette ville en rendant plusieurs panneaux de signalisation complètement transparents :

 

Cayetano Ferref, City of Chicago (Columbus), 2004

 

Cayetano Ferrer, City of Chicago (Cortland), 2004

 

Cayetano Ferrer, City of Chicago (Rockwell), 2004

 

Cayetano Ferrer, City of Chicago (Iowa #2), 2006

 

Mais Cayetano Ferrer n’est pas le seul artiste à travailler sur la disparition, le camouflage et l’artiste Liu Bolin a également développé des installations sur le même thème. Mais là où Ferrer fait disparaitre un élément du décor, Liu Bolin a choisi de se fondre dans son environnement :


Il a appelé cette série de photographies ‘Caché dans la ville’. En voici plusieurs autres :

 

Liu Bolin Hiding in the City No. 94- In the Woods, 2010

 

Liu Bolin Hiding in the City - Dragon Series, No. 3 of 10 panels, 2010

 
Liu Bolin Hiding in the City No. 90- National Day, 2010

 

Liu Bolin Hiding in the City No. 71- Bulldozer, 2008
 Liu Bolin Hiding in the City No. 86, 2009

Camouflage Art by Liu Bolin

Liu Bolin Teatro alla Scala, 2010

Camouflage Art by Liu Bolin
Camouflage Art by Liu Bolin
 Liu Bolin Hiding in the City No. 16- People's Policeman, 2006
 Liu Bolin Hiding in the City No. 54- Photo of the Whole Family, 2007  
Liu Bolin s’est récemment distingué en présentant la dernière de ses œuvres à l’occasion de la visite du président américain en Chine :

 

 

Il s’agit d’un buste en bronze réalisé d’après le modèle d’une couverture de Time Magazine, et perforé de plusieurs trous pour donner l’apparence qu’Obama a le feu… Aussi incroyable que ça puisse paraitre, il ne s’agissait vraiment pas d’une provocation ! De toutes façons, si Liu Bolin avait mis le feu aux poudres, il aurait très bien su disparaitre…

 

Liens :

Liu Bolin

Cayeteno Ferrer


Moyenne des avis sur cet article :  4.2/5   (5 votes)




Réagissez à l'article

1 réactions à cet article    


  • Pierre de Vienne Pierre de Vienne 3 février 2011 12:35

    Article ( ou plutôt non article !) qui montre un des aspect de l’art contemporain, celui du divertissement, de la prouesse technique, et qui se pare de la réflexion sur notre environnement visuel pour se hausser au niveau de l’art.

    Une technique de prestidigitateur ne fait pas un artiste, et curieusement cette volonté de s’effacer, de disparaître, note bien le peu de consistance de l’oeuvre, le refus d’une moindre responsabilité.
    Marre de ces pseudo artistes qui veulent nous interroger sur notre perception, sur les supports de l’oeuvre, sur les conditions de leur production. Nous ne sommes plus à l’école, la maturité d’une oeuvre c’est autre chose. J’attends qu’on me bouleverse, pas que l’on me divertisse, pour cela il y a la foire foraine.
    Un mauvais dessin me raconte plus de l’humanité d’un artiste que ces ingénieuses combinations.
    Bon, ceci dit, je suis content que l’on parle un peu des arts plastiques, je remercie l’auteur pour sa contribution.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

Taupo

Taupo
Voir ses articles







Palmarès



Partenaires