• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Étonnant > Boostez votre cerveau

Boostez votre cerveau

A l’instar de notre ordinateur, que nous réduisons parfois à l’usage d’une machine à écrire, nous n’utilisons qu’imparfaitement notre cerveau

Pourtant ce cerveau pourrait nous être bien plus utile si nous nous mettions en tête de dynamiser ses facultés. Composé d’eau à 74,6%, il ne pèse que 1,3 kg en moyenne, et possède quelques 100 milliards de neurones, dont nous n’utilisons qu’une toute petite partie. Chacun de ces neurones peut former jusqu’à 10 000 connexions.

On sait que le cerveau de l’homme pèse en moyenne 70 gr de plus que celui de la femme, mais cette réalité est trompeuse.

Le docteur Ruben Gur et ses collègues du Pennsylvania Medical Center ont démontré que le cerveau masculin contient davantage de liquide céphalorachidien et de substance blanche que celui de la femme. lien

La femme possède au contraire une quantité plus importante de tissu neuronal, et d’éléments de réception, ce qui lui confère de remarquables aptitudes combinatoires.

Arnold Schebel a démontré dans une étude parue en 1993 que les femmes avaient des capacités verbales supérieures à celles que l’on trouve chez les hommes.

Bryan Kolb et Ian Q. Whishaw ont décrit en détail dans leur livre (cerveau et comportement édition de Boeck 2002) le fonctionnement du cerveau.

Le cerveau dit reptilien ou primitif a pour fonction de gérer les processus biologiques et réflexes du corps humain (cœur, poumon, circulation sanguine, mouvements spontanés…)

Le cerveau limbique ou moyen est le siège de nos pulsions, de nos émotions, de notre apprentissage et de notre mémoire profonde. Son activité est généralement inconsciente, mais par un effort de réflexion et de concentration et l’homme peut prendre conscience de cette activité spontanée et en modifier la forme et la spontanéité. lien

De là vient notre difficulté de perdre nos habitudes, de modifier notre caractère, de dominer nos émotions ou nos pulsions.

Enfin, il y a le cerveau cortical ou cortex, c’est la partie la plus facile à faire progresser, il est à l’origine de la pensée, de la logique, du raisonnement.

C’est le siège de l’intelligence, de la conscience morale, de la raison et de la réflexion humaine.

Selon Nicolas Sarrasin, dans un article paru dans le magazine « Vivre » en 2005, pages 26/27 le lobe frontal est le siège des aires motrices primaires et joue un rôle prépondérant dans la pensée, comme le raisonnement et la mémoire de travail.

Le lobe occipital s’occupe surtout du traitement de l’information visuelle, et le lobe pariétal est lié au traitement des informations tactiles.

Le cerveau, à l’instar du muscle, peut se développer, ou s’atrophier : cela dépend en grande partie de nous.

Contrairement aux tenants de la théorie qui veut que tout se joue dans les 6 premières années de notre vie, Michel Duyne, chercheur au CNRS pense que l’on peut améliorer les performances de notre cerveau tout au long de notre vie. lien : Il évoque la possibilité de « muscler » notre cerveau.

Déjà en 1936, les recherches menées par Philip Bard, Clinton Woolsey et Wade Marshall de l’université John Hopkins avaient permis de prouver que notre cerveau pouvait se modifier.

Ainsi, celui qui sera porté par la volonté de nuire développera une partie de son cerveau, celui qui sera porté plutôt par la bienveillance en développera une partie différente.

Dans l’émission « salut les terriens », on a pu découvrir au printemps 2009, Daniel Tammet qui affirme que le cerveau peut se modifier, et accroître ces capacités. Il apprend une langue en 8 jours. il avait subi une crise d’épilepsie, et les scientifiques pensent que son cerveau s’est reconstruit.

Il a fait en direct la preuve des performances du sien en donnant en quelques secondes le résultat de la racine carré de 37.

Bien plus loin de nous, il faut rappeler l’existence de Edgar Cayce. (les remèdes d’Edgar Cayce, éditions du Rocher, 1994)

Cet homme (1877-1945) est devenu guérisseur (et prophète) après avoir reçu une balle de base-ball dans le haut de la colonne vertébrale. lien

Pour guérir, il se plongeait dans un profond sommeil, après avoir écouté attentivement l’explication et les symptômes du malade concerné, et dictait la recette pour sa guérison.

Il opérait en totale gratuité, et ses « remèdes » ont été consignés dans un livre.

Or, à chaque apparition d’un nouveau médicament, en consultant ce livre, on s’aperçoit que Cayce l’avait déjà découvert.

Bien suûr, les rationalistes vont s’émouvoir.

Pourtant comme disait un vieil ami africain :

« Marche en avant de toi-même, comme le chameau qui guide la caravane ».
 

Moyenne des avis sur cet article :  2.85/5   (13 votes)




Réagissez à l'article

34 réactions à cet article    


  • Numero 19 Numero 19 2 septembre 2009 10:29

    Où voulez-vous en venir avec cet article ? Que recevoir un coup de batte de base-ball dans la tête peut potentiellement faire de vous un génie ? Que les statistiques sur le cerveau prennent bien 15 lignes d’article ?

    Pour l’histoire des racines, sachez qu’il existe des méthodes de calcul qui étaient enseignées il y a quelques décennies. Un de mes profs pouvait calculer une racine au dixième près...

    Si vous tenez à rappeler les quelques citations disant que nous n’utilisons que 10% des capacités de notre cerveau, c’est vrai, et pour 2 raisons :
    1 - le cerveau n’est pas multitâche
    2 - les régions du cerveau sont spécialisées
    Donc en lisant, vous aurez du mal écouter les infos tout en massant votre moitié. Et comme la lecture ne peut solliciter que les régions du cerveau concernées par la lecture, vous n’arriverez jamais à 100%.

    Par contre, si vous voulez un jet de boule de pétanque pour développer votre intellect, n’hésitez pas à solliciter mon aide.


    • olivier cabanel olivier cabanel 2 septembre 2009 13:18

      numero 19
      l’humour est ce que j’apprécie,
      mais vous devriez (si je puis me permettre) l’utiliser d’une façon constructive,
      bien sur, il n’est pas question dans cet article de suggérer de prendre un coup de balle (et non pas de batte) de baseball.
      il est question d’imaginer que notre cerveau est perfectible
      contrairement à des théories anciennes qui avaient décidé une fois pour toute qu’il était construit et déterminé dans les premières années de notre vie.
      le débat est là,
      et pas ailleurs
      s’il vous intéresse, essayons de le construire, de l’enrichir...


    • Lucien Denfer Lucien Denfer 2 septembre 2009 11:21

      Article intéressant mais...

      Vous nous informez sur les capacités de reconstruction et de régénération du cerveau ainsi que sur le potentiel qu’il recèle en comparaison de l’utilisation que nous en faisons, c’est très bien.

      Cependant vous n’évoquez pas les moyens concrets de « muscler » notre cerveau ou une partie de celui-ci. 

      Existe-t-il des méthodes simples pour entretenir notre « forme cérébrale » autres que la lecture, l’écriture, le calcul que nous connaissons tous ?

      • olivier cabanel olivier cabanel 2 septembre 2009 13:21

        lucien denfer
        je ne fais que de proposer des clefs
        pas d’ouvrir des portes
        ou d’enfoncer des portes déjà ouvertes.
        pour « muscler » notre cerveau, les liens proposés offrent de multiples possibilités
        plus pragmatiquement, il s’agit peut etre d’abord d’envisager que notre cerveau peut évoluer tout au long de notre vie,
        et c’est çà qui me parait essentiel
        et vous ?


      • Lucien Denfer Lucien Denfer 2 septembre 2009 14:04

        En effet c’est l’essentiel !!

        Pourtant la science est en perpétuel devenir malgré l’inertie pesante des dogmatismes. Il semblerait qu’il y ait encore beaucoup de travail à effectuer avant que les ayatollahs de la médecine daignent jeter un coup d’oeil sur les travaux de leur collègues osant remettre en cause les principes établis et reconnus par tous, religieusement.

        Un copier / coller d’une interview de Rita Levi Montalcini, neuroscientifique et prix nobel :

        - Comment célébrer vos 100 ans ?
        Ah, je ne sais pas si je vivrais jusque là et de plus les célébrations ne me plaisent pas.Ce qui m’intéresse et me plait, c’est ce que je fais chaque jour.

        - Et que faites-vous ?
        Je travaille à obtenir des bourses d’étude pour des fillettes africaines afin qu’elles étudient et se préparent à travailler pour l’avancement de leur pays.
        Je continue ma réflexion.

        - Vous n’êtes pas à votre retraite ?
        Jamais ! La retraite détruit le cerveau. Plusieurs personnes à la retraite abandonne, cela tue le cerveau et rend malade.

        - Comment fonctionne votre cerveau ?
        Exactement comme à mes 20 ans. Je ne note aucune différence dans mes désirs ni dans mes capacités. Demain je participerai à un congrès médical.

        - Mais n’y aurait-il pas quelque limite génétique ?
        Non, mon cerveau aura bientôt un siècle ...., la mais il ne connaît pas la sénilité. Mon corps se ride, c’est inévitable, mais pas le cerveau.

        - Comment cela se fait ?
        Nous jouissons d’une grande plasticité neuronale : même si des neurones meurent, celles qui restent se réorganisent afin de maintenir les mêmes fonctions, mais encore faut-il les stimuler.

        - Aidez-moi à le faire.
        Maintient des désirs, active ton cerveau, fais-le fonctionner, ainsi il ne dégénèrera jamais.

        - Et je vivrai plus longtemps ?
        Vous vivrez mieux les années que vous aurez à vivre, et c’est cela qui est intéressant. Le secret c’est demeurer curieux, engagé et avoir des passions.

        - La vôtre fut la recherche scientifique.
        Oui, et je continue aussi passionnée.

        - Vous avez découvert comment croissent et se renouvellent les cellules du système nerveux.
        Oui, en 1942. J’ai appelé cette découverte : « nerve growth factor NGF » (facteur de croissance nerveuse), et pendant presqu’un demi-siècle je fus interdite,
        jusqu’à ce que soit reconnue la validité de ma découverte. En 1986 je reçu pour cette découverte la prix Nobel.

        - Comment une jeune fille italienne des années 20 a-t-elle pu parvenir à être neuroscientifique ?
        Depuis mon enfance je me suis dédiée à étudier. Mon père voulait que je fasse un bon mariage, que je sois une bonne épouse et une bonne mère...
        Mais j’ai refusé. Je me suis tenue devant lui et je lui ai dit que je voulais étudier.

        - Quelle contrariété pour papa non ?
        Oui, c’est que je ne me sentais pas heureuse enfant. Je me sentais un vilain petit canard, sotte et très peu de chose. Mes frères ainés étaient brillants et je me
        sentais tellement inférieure.

        - Je vois que vous avez fait de cela un stimulant.
        Oui, mais l’exemple du docteur Albert Schweitzer, qui était en Afrique pour pallier à la lèpre, m’a aussi stimulée. J’ai désiré aider ceux qui souffraient, c’était mon grand rêve.

        - Vous l’avez réalisé..., au moyen de la science. Et aujourd’hui aider les fillettes d’Afrique afin qu’elles étudient.
        Nous luttons contre la maladie, qui, mais tout peut s’améliorer si nous arrêtons l’oppression de la femme dans ces pays islamiques.

        - La religion freine-t-elle le développement cognitif ? Le développement de la connaissance ?
        Oui le religion marginalise la femme face à l’homme, elle la met de côté quant au développement des connaissances.

        - Existe-t-il une différence entre le cerveau d’un homme et celui d’une femme ?
        Seulement dans les fonctions cérébrales qui sont en relation aux émotions liées au système endocrinien. Mais quant aux fonctions cognitives, il n’y a aucune
        différence .

        - Pourquoi n’y a-t-il encore que très peu de femmes scientifiques ?
        Non, ce n’est pas ainsi ! Plusieurs découvertes scientifiques attribuées à des hommes furent en vérité l’œuvre de leur sœurs, épouses ou filles.

        - C’est vrai ?
        On n’admettait pas l’intelligence féminine, on la laissait dans l’ombre. Heureusement aujourd’hui il y a plus de femmes que d’hommes dans l’investigation scientifique : les héritières d’Hypatie.

        - La sage Alexandrine du IV siècle.
        Maintenant nous ne terminerons plus assassinées dans la rue par les moines misogynes chrétiens, telle qu’elle le fut. Certainement quelque chose s’est amélioré dans le monde.

        - Personne n’a essayé de vous assassiner ....
        Durant le fascisme, Mussolini voulu imiter Hitler dans la persécution juive ... je dus me cacher un temps. Mais je n’ai pas cessé mes recherches :
        j’ai monté mon laboratoire dans ma chambre à coucher ... et c’est en ce temps que j’ai découvert l’apoptose, c’est à-dire la mort programmée des cellules.

      • olivier cabanel olivier cabanel 2 septembre 2009 17:48

        Lucien Denfer,
        merci d’avoir apporté ce témoignage qui illustre parfaitement, et complète l’article proposé,
        cette personnalité mériterait à elle seule un article, j’en suis convaincu.


      • olivier cabanel olivier cabanel 2 septembre 2009 19:22

        Lucien Denfer,
        si vous écrivez dans la barre d’un moteur de recherche
        « muscler le cerveau », une quantité de solution et d’ouvrages vous seront proposés,
        à tel point que celà mériterait un article...
        voici un extrait :

        Ordinateurs, téléphone portable, agenda électronique, système GPS… La technologie vient au secours de nos défaillances cérébrales, au point d’avoir parfois l’impression d’être dépossédés de nos propres capacités. Nous aurait-elle encouragés à la paresse ? Pas seulement. Hormis la fatigue mentale qui avance avec l’âge, un stress envahissant contribue à atrophier nos performances.

        « Aujourd’hui, il faut savoir faire plus vite et mieux », analyse Monique Le Poncin, docteur ès sciences à l’origine de la « gym cerveau ». « Il ne s’agit plus d’entraîner sa mémoire, mais d’optimiser son cerveau afin de suivre les exigences d’un monde économique de plus en plus compétitif. » Certaines techniques tendent à muscler notre matière grise façon body-building. D’autres nous proposent une gym plus douce. Loin d’être opposées, les différentes méthodes seraient plutôt complémentaires.

        L’aérobic cérébral : se tester et s’entraîner

        Comme monsieur Jourdain faisait de la prose sans le savoir, nous faisons tous de l’aérobic cérébral pour mémoriser des éléments de notre vie quotidienne, chacun développant ses propres stratégies : « Pour retenir un numéro de téléphone, j’essaye de trouver des associations. Ainsi, pour “44.19.97.83”, je vais relier 44 au débarquement durant la Seconde Guerre mondiale, 1997 à l’année de naissance de ma fille et 83 au département du Var », dit Sandrine, 35 ans, mère de famille. Mais il est possible d’optimiser cette technique personnelle, en particulier à l’aide des nombreux guides qui se trouvent sur le marché.

        La grande majorité préconise des astuces générales et propose des batteries d’exercices. Ceux-ci ont d’abord valeur d’évaluation : de notre mémoire immédiate (par exemple, regarder trente secondes une liste de mots abstraits et les restituer), de nos capacités d’observation (reproduire de tête une figure géométrique complexe), de notre sens de l’organisation (redessiner le plan d’un quartier avec ses commerçants). Parfois, il s’agit aussi de tester notre capacité de raisonnement et de logique (compléter une suite de nombres). Ils permettent d’identifier en plus quelle tactique nous est naturellement familière : donner un sens affectif à une suite de chiffres comme Sandrine, se les représenter visuellement (sur un cadran de téléphone), les chantonner.

        Ces procédés mnémotechniques servent à entraîner notre vivacité d’esprit. A force d’exercices quotidiens, on dérouille notre mécanique cérébrale. Néanmoins, si elle est idéale pour les plus âgés qui veulent donner du souffle à leurs capacités mentales, cette méthode ne modifie pas en profondeur la façon d’appréhender un problème.


      • tonton 2 septembre 2009 11:41

        et quel est le but de la manoeuvre ?

        ya du Qi-kérosène à vendre pas cher ?
        genre 500 euros les 25 cl ?

        • olivier cabanel olivier cabanel 2 septembre 2009 13:22

          michel,
          audiard de son nom,
          n’aurait pas fait mieux
          merci de ce sourire malicieux


        • Lisa SION 2 Lisa SION 2 2 septembre 2009 13:19

          Salut Olivier,

          « Il opérait en totale gratuité, et ses « remèdes » ont été consignés dans un livre. » n’est ce pas ce que nous tâchons de faire tous les jours à notre petit niveau ? D’ailleurs, c’est comme cela que l’on reconnait le degré de vénalité des lecteurs. Ils n’attribuent souvent de valeur qu’ à ce qui leur coûte, de cette façon, ce sont eux qui représentent la valeur qu’ils donnent aux chose qu’ils payent. D’où, le gratuit ne vaut rien et on le jette parterre ce qui coûte à la communauté qui doit payer pour le ramasser. Jeter un papier parterre, c’est créer un emploi, peuchère !

          L’on peut très bien au sommet de sa forme, gérer des quantités de choses en même temps comme lors d’un repas à quinze, s’apercevoir tout en parlant et en servant un plat que quelqu’un manque de pain, en incluant dans sa conversation la question à son voisin de lui passer la corbeille...On peut très bien parler à deux personnes au téléphone et en visu tout en conduisant sa voiture à travers un parking et cherchant une place et ainsi de suite, sauf...que c’est interdit !

          En fait, si l’on écoute la loi, elle ne fait que nous limiter dans nos actions en fixant elle même des limites floues et nous déresponsabilise de nos facultés à user de notre propre cerveau pour définir nous mêmes les limites à ne pas dépasser.

          Au lieu d’installer un pouet retentissant ( 30 euros au bas mot ) pour que tout le carrefour soit prévenu et que tous les yeux se tournent vers le contrevenant qui vient de bruler un feu, ce qui constituerait une forme de prévention efficace à terme...l’Etat préfère installer un réseau de caméras et payer le plantons qui vont visualiser le film et envoyer la contravention via tout un réseau de hussiers de justice qui au bout du compte coûtent bien plus cher que les 75 euros de la contravention...

          Dès lors que l’on réfléchit au système, l’on se rend compte que c’est plus que le porte monnaie qui résonne...sonne...nne...e, que le cerveau, et au bout du compte, il est vide pour tous les gens qui contribuent au système et qui n’ont plus le temps d’y réfléchir !

          L’intelligence permet à celui qui en est pourvu, de constater qu’il se conduit le plus souvent... comme un imbécile.


          • olivier cabanel olivier cabanel 2 septembre 2009 13:33

            Lisa
            le gratuit (celui que tu évoques) ne vaut rien
            c’est entendu
            mais le gratuit, le vrai, le désintéressé gratuit, vaut beaucoup,
            nous sommes les parties d’un tout.
            ne nous importe-t-il pas d’avoir envie de le partager, gratuitement ?
            parce que nous avons envie de partager.
            ce qu’on appelle les copains.
            ceux qui partage le pain.
            je ne suis pas l’un de ceux qui gardent précieusement une information pour avoir une « longueur d’avance »
            je ne suis pas dans la compétion
            j’aime partager,
            et surtout proposer des terrains de discussion,
            pas non plus envie de me battre pour prouver que j’ai tort, ou raison,
            lisa, j’aime beaucoup ta façon d’approcher tel ou tel sujet, façon dans laquelle je me reconnais,
            à bientôt


            • rocla (haddock) rocla (haddock) 2 septembre 2009 15:08

              Je suis persuadé qu’ à l’ intérieur de mon cerveau se trouve un endroit très interessant mais j’ ai pas encore réussi la connexion ...


              • olivier cabanel olivier cabanel 2 septembre 2009 17:45

                rocla,
                la persévérance est un talisman pour la vie...
                comme disait bien sur un vieil ami africain.


              • Halman Halman 2 septembre 2009 17:52

                C’est une idée reçue que nous n’utilisons qu’une petite partie du cerveau.

                Il est actif en permanence, mais la plupart de son activité nous est inconsciente, certaines circonvolutions étant utilisées à des tâches subalternes selon les besoins, comme un processeur gère sa mémoire.


                • olivier cabanel olivier cabanel 2 septembre 2009 19:20

                  Halman,
                  une idée reçue dites vous ?
                  hélas, non, c’est une réalité,
                  vous en apportez la preuve en écrivant votre commentaire.
                  humour.


                • Vladimir 2 septembre 2009 18:40

                  Les libéraux en besoin.


                  • Vladimir 2 septembre 2009 18:42

                    Les libéraux en ont besoin*


                  • olivier cabanel olivier cabanel 2 septembre 2009 19:18

                    Vladimir,
                    hélas, j’ai peur qu’à gauche, ils en aient aussi besoin...
                    non ?
                    je crois que la soif de pouvoir aveugle les politiques, de gauche comme de droite, au point qu’ils sont plus intéressés par prendre le pouvoir qu’a proposer des solutions pour améliorer notre quotidien.


                  • Krokodilo Krokodilo 2 septembre 2009 19:03

                    Stimulez votre cerveau, oui, manque juste le comment !


                    • olivier cabanel olivier cabanel 2 septembre 2009 19:16

                      Krokodilo,

                      remarque pertinente,
                      elle pourrait faire l’objet d’un autre article : voici quelques pistes trouvées sur le net.

                      Ordinateurs, téléphone portable, agenda électronique, système GPS… La technologie vient au secours de nos défaillances cérébrales, au point d’avoir parfois l’impression d’être dépossédés de nos propres capacités. Nous aurait-elle encouragés à la paresse ? Pas seulement. Hormis la fatigue mentale qui avance avec l’âge, un stress envahissant contribue à atrophier nos performances.

                      « Aujourd’hui, il faut savoir faire plus vite et mieux », analyse Monique Le Poncin, docteur ès sciences à l’origine de la « gym cerveau ». « Il ne s’agit plus d’entraîner sa mémoire, mais d’optimiser son cerveau afin de suivre les exigences d’un monde économique de plus en plus compétitif. » Certaines techniques tendent à muscler notre matière grise façon body-building. D’autres nous proposent une gym plus douce. Loin d’être opposées, les différentes méthodes seraient plutôt complémentaires.

                      L’aérobic cérébral : se tester et s’entraîner

                      Comme monsieur Jourdain faisait de la prose sans le savoir, nous faisons tous de l’aérobic cérébral pour mémoriser des éléments de notre vie quotidienne, chacun développant ses propres stratégies : « Pour retenir un numéro de téléphone, j’essaye de trouver des associations. Ainsi, pour “44.19.97.83”, je vais relier 44 au débarquement durant la Seconde Guerre mondiale, 1997 à l’année de naissance de ma fille et 83 au département du Var », dit Sandrine, 35 ans, mère de famille. Mais il est possible d’optimiser cette technique personnelle, en particulier à l’aide des nombreux guides qui se trouvent sur le marché.

                      La grande majorité préconise des astuces générales et propose des batteries d’exercices. Ceux-ci ont d’abord valeur d’évaluation : de notre mémoire immédiate (par exemple, regarder trente secondes une liste de mots abstraits et les restituer), de nos capacités d’observation (reproduire de tête une figure géométrique complexe), de notre sens de l’organisation (redessiner le plan d’un quartier avec ses commerçants). Parfois, il s’agit aussi de tester notre capacité de raisonnement et de logique (compléter une suite de nombres). Ils permettent d’identifier en plus quelle tactique nous est naturellement familière : donner un sens affectif à une suite de chiffres comme Sandrine, se les représenter visuellement (sur un cadran de téléphone), les chantonner.

                      Ces procédés mnémotechniques servent à entraîner notre vivacité d’esprit. A force d’exercices quotidiens, on dérouille notre mécanique cérébrale. Néanmoins, si elle est idéale pour les plus âgés qui veulent donner du souffle à leurs capacités mentales, cette méthode ne modifie pas en profondeur la façon d’appréhender un problème.


                    • Krokodilo Krokodilo 2 septembre 2009 22:38

                      Reste à savoir si c’est souhaitable... Quand un moteur est en surchauffe, il rend l’âme ! Il est plus urgent de trouver un moyen de vivre en harmonie avec la nature, avec les autres et avec nous-mêmes que d’apprendre à manipuler un ipode avec la main gauche tout en lisant un roman sur l’écran plat fixé au mur et en pianotant un texto avec le gros orteil.
                      Nous avons connu un développement technologique ahurissant, mais nos pulsions et notre psychologie sont restées les mêmes, notre monde est plein de violence, de misère et de haine, et cette course à la performance ne fait qu’aviver nos frustrations.


                    • olivier cabanel olivier cabanel 3 septembre 2009 06:33

                      krokodilo,
                      d’accord, bien sur,
                      les méthodes proposées dans la réponse à ton commentaire ne sont qu’un aspect limité de ce qui est possible,
                      chacun voit midi à sa porte,
                      je crois qu’en restant ouvert, curieux, passionné de tout, permet de développer des facultés dans notre cerveau,
                      d’abord, parce qu’on ne cesse d’apprendre jour après jour,
                      ce site en est l’une des preuves.
                      si d’autres veulent plutôt utiliser les moyens mnémotechniques, ou autres, pourquoi pas,
                      question de choix, de sensibilité...


                    • x79y 2 septembre 2009 19:06

                      Le mythe des 10%
                      Dans les années 30 on découvre que le cerveau est composé de 4 fois plus de cellules gliales que de neurones, les journaux titrent alors, nous n’utilisons que 10 % de notre cerveau pour penser, qui deviendra nous n’utilisons que 10% de notre cerveau.
                      Les progrès de l’imagerie médicale montrent que l’ensemble de notre cerveau travaille en permanence.


                      • Christoff_M Christoff_M 3 septembre 2009 03:49

                        une fois j’avais choqué ma hiérarchie en disant que dans mon travail, je n’étais utilisé qu’à 30% de mes facultés intellectuelles !!

                        dans les grosses structures on demande à un être humain de se plier à des procédures et de devenir un rouage dans une grosse machine, très peu de place pour le cerveau, à moins d’être dans un centre de création ou de développement !!


                      • olivier cabanel olivier cabanel 3 septembre 2009 06:38

                        Christophm
                        on peut retourner la question,
                        et si c’était ta hiérarchie qui n’utilisait qu’imparfaitement son cerveau ?
                        sinon, elle n’aurait pas commis l’erreur d’être choquée par tes propos.


                      • Christoff_M Christoff_M 4 septembre 2009 01:38

                         j’ai participé à des réunions d’hygiène et sécurité, et j’ai vu qu’il était dangereux de soulever certains problèmes, et de réveiller certains « cerveaux » qui profitaient de ce genre de réunion pour pioncer !!


                      • Christoff_M Christoff_M 3 septembre 2009 03:29

                        j’ai toujours trouvé les femmes meilleures autour de moi, dans les roles d’accueil, d’échanges et de commerce, pour le coté pragmatique, les hommes étant plus orienté vers l’introversion, la recherche pure et les matières plus abstraites ou plus théoriques, genre le chercheur génial qui a du mal à communiquer avec les autres...

                        la représentation des femmes à l’assemblée, explique peut-etre en partie un certain malaise français, une sensation de manque d’équilibre beaucoup moins présente, dans de nombreux pays nordiques, ou bizarrement la communication et la transparence passent mieux que dans notre cher pays de France !!


                        • olivier cabanel olivier cabanel 3 septembre 2009 06:41

                          ChristoffM
                          on ne peut pas comparer l’homme et la femme,
                          ils sont complémentaires,
                          c’est bien la le sens du couple,
                          du coup, lorsqu’une société, comme la notre, en France, exclue les femmes ou du moins les brime, ne serait-ce que par les écarts de salaire, elle se punit en quelque sorte, en déséquilibrant les forces vives du pays.


                        • Christoff_M Christoff_M 4 septembre 2009 01:44

                          les français pensent vivre dans un pays évolué, mais je me demande s’il n’y a pas plus de femmes au parlement turc !! il serait temps un jour que nos politiques redescendent de leur cocotiers et fassent leur méa culpa !!

                          d’un autre coté, vu comment ont été traitées, les jupettes, Cresson, Dati et il y a peu Koscuisko Morizet, les vocations font se faire rares !! j’oubliais Ségolène, mais elle tend la tete quand la matraque passe...


                        • olivier cabanel olivier cabanel 4 septembre 2009 06:48

                          Christoff M,
                          bien vu,
                          maintenant, je ne suis pas sur que la Turquie pourrait servir d’exmple ?
                          si tu as des sources, ce serait intéressant,
                          quand à ségo, son problème c’est le parti socialiste,
                          et à mon avis, c’est finalement au ps qu’elle doit son échec présidentiel


                        • Christoff_M Christoff_M 5 septembre 2009 23:49

                          j’y suis allé pendant de nombreuses années, le modernisme pointait le bout de son nez...

                          mais Bush Junior n’avait pas engagé la regression impardonnable, en réaction à ses agissements de débile écervelé !! meme le Liban a regressé, tout cela grace à l’intervention « démocratique » d’occidentaux aussi sots que prétentieux et ignares...

                          Sarkozy connait moins de pays que moi, en plus entouré par des gardes et surprotégé, il ne pourra jamais avoir mon expérience de terrain... Obama quant à lui, ferait bien de réfléchir à la fin de Bush, avant de renvoyer des hommes, d’ici peu le sénat le rappelera à la réalité...

                          il y a encore un vote qui veut dire quelque chose, j’attends le réferendum de Sarkozy sur notre action démocratique en Afghanistan !!

                          je peux attendre longtemps, ça ce serait du courage politique, mais en ces périodes de consultants d’experts et de pleutres, le courage ou l’initiative sont mal vus !!


                        • olivier cabanel olivier cabanel 6 septembre 2009 00:55

                          Christoff M
                          le courage politique de sarkozy est improbable,
                          il a le sens de la manipulation,
                          c’est une forme d’intelligence,
                          mais une intelligence que l’on a pas envie de partager avec lui.


                        • Christoff_M Christoff_M 3 septembre 2009 03:51

                          tant soi peu ! et qui peut mieux...


                        • Christoff_M Christoff_M 4 septembre 2009 01:33

                          et toi n’interviens plus tu n’as rien à dire à part scrogneugneu...

                          c’est vous qui voyez !! te diraient deux comiques célèbres...

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès



Partenaires